La consommation des ménages français en biens a reculé de 0,1% en juin

 |   |  292  mots
Les achats de biens fabriqués ont de nouveau augmenté.
Les achats de biens fabriqués ont de nouveau augmenté. (Crédits : Eric Gaillard)
Les dépenses de consommation des ménages français en biens ont reculé de 0,1% en juin, après avoir augmenté de 0,3% en mai, en raison principalement d'une forte baisse des achats alimentaires, a annoncé mardi l'Insee dans un communiqué.

Un léger recul. Après une hausse de 0,3% en mai, les dépenses de consommation des ménages français en biens ont reculé de 0,1% en juin, Sur l'ensemble du deuxième trimestre, la consommation de biens est restée atone (0%), selon des chiffres publiés un peu plus tôt par l'institut de statistiques. En incluant les achats de service, la consommation a augmenté de 0,2%, contre +0,4% au premier trimestre.

Selon l'Insee, le recul de la consommation en juin est dû principalement à la baisse des achats alimentaires : ces derniers ont chuté de 1,1%, alors qu'ils avaient augmenté de 0,2% entre janvier et mars. "Cette baisse porte sur la consommation de biens directement issus de l'agriculture (fruits et légumes frais) mais aussi sur les achats d'aliments transformés de l'industrie agroalimentaire", détaille l'Insee.

Les ventes de matériels de transport en hausse

Les achats de biens fabriqués ont quant à eux de nouveau augmenté (+0,7% après +0,5% en mai), soutenus notamment par les achats de biens durables (+0,8% après +0,4%). D'après l'organisme public, les ventes de matériels de transport ont ainsi progressé de 2,5% et les achats d'habillement-textile de 0,7%. La consommation en biens d'équipement du logement, à l'inverse, a reculé de 1,6%.

Les dépenses d'énergie, enfin, n'ont que légèrement augmenté (+0,2%), la hausse des dépenses en carburants (+2,9%) ayant été partiellement compensée par la diminution de la consommation de gaz et d'électricité (-2,1%). Les chiffres de la consommation sont une donnée importante pour la croissance française, traditionnellement stimulée par les achats des ménages.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/08/2019 à 9:42 :
Dumping fiscal, dumping social, pillage des caisses publiques, attendre autre chose qu'une crise de ces pratiques irresponsables et d'une naïveté catastrophique.

Mais tout va bien nous avons la deuxième fortune mondiale en notre sein, enfin pas vraiment mais bon emballer c'est peser, et c'est bien ça qui est le plus important hein ?
a écrit le 30/07/2019 à 17:59 :
C'est bon signe les gens produisent leurs légumes bio eux même.
Réponse de le 30/07/2019 à 19:25 :
Ou alors ils ont limités leurs achats à cause des prix : pas de tomates à moins 2.5€, pareil pour les pommes de terre, poivrons à 3.99€ le kg (comme en plein hiver). je ne parle même pas du prix ds fruits. Cet été les prix des fruits et légumes de saison sont au même prix qu'en plein hiver ... va comprendre !
Réponse de le 30/07/2019 à 19:56 :
Perso, le cactus dans mon appart' est mort de soif, alors de là à faire un potager au premier étage...

Après, "mon projet", c'est d'arrêter la voiture et vivre en ville.

Vivre là où la nature est déjà morte pour la laisser là où elle morfle.

Et trouver un producteur de bio :)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :