"La France est aujourd'hui, clairement, le pays le plus menacé" (patron de la sécurité intérieure)

 |   |  1396  mots
Nous savons que Daech planifie de nouvelles attaques - en utilisant des combattants sur zone, en empruntant les mêmes routes qui facilitent l'accès à notre territoire - et que la France est clairement visée, avait expliqué le directeur général de la sécurité intérieure (DGSI), Patrick Calvar
"Nous savons que Daech planifie de nouvelles attaques - en utilisant des combattants sur zone, en empruntant les mêmes routes qui facilitent l'accès à notre territoire - et que la France est clairement visée", avait expliqué le directeur général de la sécurité intérieure (DGSI), Patrick Calvar (Crédits : ERIC GAILLARD)
Le directeur général de la sécurité intérieure (DGSI), Patrick Calvar, estime que la lutte contre le terrorisme reste très compliquée. Car les terroristes se sont professionnalisés et sont aguerris.

A la lueur de l'attentat jeudi de Nice, l'audition du 10 mai dernier à l'Assemblée nationale du directeur général de la sécurité intérieure (DGSI), Patrick Calvar, fait froid dans le dos. Et ceux qui polémiquent sur l'incapacité du gouvernement de lutter contre le terrorisme sont bien loin de la réalité du terrain ou, pire, font preuve de mauvaise foi. Dommage car ils devraient lire ou relire l'audition de Patrick Calvar d'une très grande franchise sur les difficultés de lutter contre le terrorisme, ce "fléau" comme l'a évoqué dans la nuit de jeudi à vendredi François Hollande. Ce qui est très rare pour un responsable du renseignement à ce niveau .

"La France est aujourd'hui, clairement, le pays le plus menacé. Je vous rappelle qu'un des numéros de la revue francophone de Daech, Dar al Islam, titrait en une : Qu'Allah maudisse la France. De leur côté, Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), en tant qu'organisation héritière du Groupe islamique armé (GIA) des années 1990, considère toujours la France comme l'ennemi numéro un et Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA) nous stigmatise de la même façon. La menace est par conséquent, j'insiste, très forte ainsi que l'ont montré les attentats de janvier et de novembre 2015. Elle est très forte également hors du pays ainsi que nous avons pu le constater avec les attentats de Bamako, de Ouagadougou et, plus récemment, de Bassam, en Côte d'Ivoire".

15 projets terroristes arrêtés

A ceux qui critiquent la politique de lutte contre le terrorisme, la DGSI a bloqué 15 projets terroristes en France depuis août 2013. Pour ce qui est de l'aspect judiciaire, la seule DGSI recense 261 dossiers concernant plus de 1.000 individus. Elle a procédé à plus de 350 interpellations. "Chaque semaine nous interpellons des gens, a rappelé Patrick Calvar. Plus de 220 sont mises en examen, plus de 170 ont été écrouées et plus de 50 placées sous contrôle judiciaire".

Mais pour Patrick Calvar, la question relative à la menace n'est pas de savoir "si", mais "quand" et "où". "Nous savons que Daech planifie de nouvelles attaques - en utilisant des combattants sur zone, en empruntant les mêmes routes qui facilitent l'accès à notre territoire - et que la France est clairement visée", avait-il expliqué. Car selon lui, Daech se trouve dans une situation qui l'amènera à essayer de "frapper le plus rapidement possible et le plus fort possible : l'organisation rencontre des difficultés militaires sur le terrain et va donc vouloir faire diversion et se venger des frappes de la coalition". Ce qui a été peut-être fait avec l'attaque de Nice.

Pourquoi est-il si compliqué de lutter contre les terroristes

Les terroristes se sont progressivement professionnalisés. "Nous nous sommes rendu compte que nous avions affaire à des structures très organisées, très hiérarchisées, militarisées, composées d'individus communiquant avec leur centre de commandement, demandant des instructions sur les actions à mener et, le cas échéant, des conseils techniques", avait expliqué le patron de la sécurité intérieur. Des communications qui sont permanentes.

Pour autant, a révélé Patrick Calvar, "aucune interception n'a été réalisée". "Or même une interception n'aurait pas permis de mettre au jour les projets envisagés, a-t-il fait observer, puisque les communications étaient chiffrées sans que personne soit capable de casser le chiffrement". Faut-il rappeler pour mémoire le conflit ayant opposé Apple et le FBI. "Quand on connaît la puissance de ce dernier, on voit bien que nous sommes confrontés à un problème majeur qui dépasse largement le cadre des frontières nationales", a-t-il analysé.

En matière d'interceptions, la DGSI est confrontée à une énorme masse de données et donc à la problématique du chiffrement. En outre, demain, les iPhone auront un chiffrement aléatoire. "La seule façon de résoudre ce problème est de contraindre les opérateurs", a-t-il estimé. En outre, les entreprises françaises qui développent des systèmes ne sont "pas encore capables de répondre aux besoins" de la DGSI, "alors que nous devons acquérir ce big data immédiatement". Les pays européens sont dans la même situation, a-t-il noté.

"La moindre perquisition nous permet de récupérer des milliers de données. Nous avons donc besoin d'outils de big data pour répondre immédiatement à nos besoins", a-t-il regretté.

En outre, Patrick Calvar estime que les systèmes législatifs européens complètement différents entravent la coopération entre les Etats même si cette dernière est "totale entre les services de sécurité et les services de renseignement". Toutefois, "la tentation des populismes, la fermeture des frontières, l'incapacité de l'Europe à donner une réponse commune, l'incapacité à adopter une législation applicable en tous lieux, nous posent d'énormes problèmes. Et je note, de plus en plus, une tendance au repli sur soi".

De nombreux terroristes très aguerris

Selon Patrick Calvar, Daech dispose d'individus capables de passer à l'action. Au moins 645 ressortissants français ou résidents en France sont présents dans la zone syro-irakienne, selon les chiffres de la DGSI. Parmi eux, il y aurait 245 femmes, qui ne participent pas aux combats, et 20 mineurs qui, au contraire, s'y livrent. Ils sont donc moins de 400 à participer à des opérations militaires. L'autopsie des attaques du 13 novembre révèle qu'elles ont été "planifiées en Syrie, menées par des individus qui combattaient dans ce pays, pour certains depuis de nombreuses années et donc totalement aguerris", avait expliqué Patrick Calvar.

"Nous avons du mal à savoir combien de combattants étrangers sont présents au sein de Daech, qui n'est d'ailleurs pas qu'une organisation terroriste. Daech est né de l'absence d'État sunnite dans une région confrontée à la prise de contrôle de Bagdad par les chiites. Si Daech disparaît, une autre forme d'État sunnite le remplacera".

Par ailleurs, 201 individus sont en transit, soit à destination de la Syrie, soit de retour de Syrie pour la France. La DGSI recense 173 Français présumés morts, un "chiffre sans doute inférieur à la réalité, mais il est très difficile d'obtenir des indications précises du fait des bombardements", a expliqué Patrick Calvar. Par ailleurs, 244 personnes sont revenues de la zone syro-irakienne en France. Enfin, 818 personnes manifestent l'intention de se rendre sur place.

Quid des vétérans? "Pour assurer notre sécurité, nous devrons nous occuper des vétérans. (...) Il ne faudra pas perdre de vue que parmi les futurs vétérans il y aura des terroristes très aguerris mais aussi des gens relevant d'ores et déjà de la psychiatrie et dont nous ne savons pas ce qu'ils vont devenir".

Patrick Calvar a également expliqué que "certains groupes, au sein d'Al-Qaïda, sont préparés pour des actions extérieures, planifiées à long terme et qui se veulent d'une telle ampleur qu'elles ne peuvent pas se réaliser de façon très rapide". Mais la menace Al-Qaïda, qui pourrait resurgir, n'est pas la seule non plus. Il n'est "pas exclu un jour" que cette organisation exporte la violence. La DGSI a "une autre source d'inquiétude : des appels sont lancés depuis la Syrie par des gens à certains de leurs amis qui se trouvent sur notre territoire afin qu'ils y commettent des actions. Nombre des réseaux que nous avons démantelés appartiennent à cette catégorie-là".

La France est par ailleurs confrontée à la présence d'islamistes, sur son territoire, et qui ne sont liés à aucune organisation. La revue en anglais d'AQPA, "Inspire", enjoignait à ses partisans de ne pas se rendre sur place mais de frapper depuis l'endroit où ils se trouvaient en utilisant tous les moyens à leur disposition. C'est peut-être le cas du terroriste de Nice, un Niçois d'origine tunisienne.

"Pour être franc avec vous : je crains cent fois plus la radicalisation que le terrorisme. Avec le terrorisme, nous prendrons des coups mais nous saurons faire face - nous avons connu des événements très graves tout au long de l'histoire - ; mais cette radicalisation rampante qui va bouleverser les équilibres profonds de la société est à mes yeux beaucoup plus grave".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/07/2016 à 20:03 :
Et nous n'avons là qu'une partie de ses propos. Les fonctionnaires (que certains voulaient voir diminuer) ont une très bonne vue du problème.
Ils savent ce qui se passe, ce qu'il faudrait faire, les moyens nécessaires, mais sont bloqué par des politiques qui n'ont aucune confiance dans leurs compétences.
La priorité politique reste le FN qui est un risque politique. Cela fait des années que ce dernier dit que parmi l'ensemble des immigrés nous avons des extrémistes. La gauche a toujours refusée cette analyse, proposant même d'avoir des horaires différents dans les piscines, des menus spécifiques.
Grace à notre justice et nos politiques nous avons une liberté d'expression de la religion en entreprise (confirmé dans la loi travail) et un temps de prière ne peut être refusé (c'est un lieu privé).

Je pense qu'il est temps de revenir à une vrai laïcité, c'est à dire une absence de religion dans l'ensemble publique (y compris la voie publique) et dans tout lieu ouvert au public, la primauté de la loi sur la religion, les signes ostentatoires doivent être exclus partout sauf dans l'espace personnel et de culte.
Il est important de donner les moyens d'actions aux services de renseignements. Puisque nous sommes en guerre, ils ne devraient pas avoir à répondre devant des juges. C'est dur à accepter mais la guerre c'est aussi des lois d'exception. Tout les moyens devraient être dirigés vers ce but, c'est loin d'être le cas.
a écrit le 17/07/2016 à 19:11 :
Malheureusement la France paie aujourd'hui le prix de 50 ans de mauvaise intégration des migrants (travailleurs et réfugiés étrangers) dans la société française. Ce n'est pas la faute des migrants qui ne veulent pas s'intégrer, mais bien du gouvernement français qui ne fait pas appliquer les lois existantes et n'offre pas de perspective à ces gens.
Dans les banlieux (véritable guetto ou bidonville) il y a aujourd'hui beaucoup de monde qui n'ont plus rien à perdre. Aucun gouvernement n'a jamais songé de résoudre ce problème, ils n'ont seulement lutté contre les effets, soit la petite criminalité, le traffic de drogue, le banditisme et aujourd'hui malheureusement une étape de plus. Et demain.... car le problème de fond est toujours là et ne se ressoudra pas tout seul.
Réponse de le 18/07/2016 à 0:37 :
EXAT?TRES BON RAISONNEMENT? JE N AURAIS PAS MIEUX DIT LA REALITE DU CLIMAT DESASTREUX FRANCAIS???
a écrit le 17/07/2016 à 13:19 :
Il est plus facile de réaliser ce type d'action que d'abattre un avion qui vient vous bombarder. La France leur à déclarer la guerre avec des avions, ils répondent comme ils peuvent. Si les "attentats" vous choquent, c'est à ceux qui leur ont déclaré la guerre qu'il faut demander des comptes.
a écrit le 16/07/2016 à 10:56 :
que pensée !! les courriers de mr ESTROSI. sont restés sans suite . plus tard les responsabilités politiques pointeront..
a écrit le 15/07/2016 à 23:11 :
"La France est aujourd'hui, clairement, le pays le plus menacé" par les décisions de son propre gouvernement aux ordres de Bruxelles!
a écrit le 15/07/2016 à 20:40 :
Mais reconnaissons à cette personne qu'elle n'a pas a se faire élire.

Si Hollande ou n'importe qui d'autre les avait tenus, cela aurait déclenché des torrents de commentaires. Cette personne pointe en effet aussi le danger représenté par l'extrême droite et les populistes. Daesch n'a aucune chance de jamais déstabiliser l’État français, alors que les tenants d'un racisme anti-musulmans sont en mesure de provoquer une guerre civile.

L'un des contre-effet nuisible de l'attentat de Nice sera des représailles sanglantes de la part des identitaires ( suprémacistes racistes blancs), lesquels sont fort représentés dans la région, à Nice comme auprès de Mr Ménard et MM lepen.

L'un dans l'autre, chaque attentat renforçant les pires tendances d'une société dejà meurtrie, l'avenir est sombre.
Réponse de le 16/07/2016 à 14:37 :
Cette personne n'a pas à se faire élire, c'est bien vrai. Démonstration éclatante de l'inefficacité d'avoir des élus en temps de guerre.

Quand les armes parlent, les lois doivent se taire, disait Cicéron. La France a-t-elle assez mal cette fois pour accepter cette évidence, ou faudra-t-il encore des attentats ? Que les politiciens aillent planter des choux ou vendre des voitures, et qu'ils laissent les professionnels de la guerre prendre le relais.
Réponse de le 16/07/2016 à 20:15 :
l'avenir est sombre depuis que les socialistes sont au pouvoir. pourquoi le nier????
a écrit le 15/07/2016 à 20:23 :
C'est le résultat de la politique de libanisation massive de la France menée depuis 1970 par l'UMP/LR et le PS. On se retrouve grace à eux dans la même situation que lors du déclenchement de la guerre d'Algérie (attentats multiples dans les rues, les cafés,...). Français, nous avons perdus l' Algérie, lachés par De Gaulle, allons nous perdre la France ?
Réponse de le 16/07/2016 à 11:02 :
que penser d un responsable politique qui suggérait l arabe dans le programme scolaire des le CP ?
Réponse de le 22/07/2016 à 10:34 :
Le dernier volet de la guerre d'Algérie se joue à présent : la bataille de France. Il se déclenche pour les même raisons : rejet culturel, rejet cultuel, intolérance, fanatisme, excès d'une religion qui a du mal à accepter les autres ... quand bien même la France protectrice et laïque garantissait l'égalité pour tous, tant bien que mal, mais le mieux qu'elle pouvait.
Il n'est plus temps de chercher les causes, de pratiquer l'autoflagellation.

Il faut se préparer et choisir son camp
a écrit le 15/07/2016 à 18:20 :
Au moins une personne qui nous donne une version réaliste des varies menaces envers la France. Mais, quand vous êtes agressé(e) chez vous, vous commencez par sécuriser portes et fenêtres !...pourquoi ne pas recourir aux contrôles systématiques aux frontières ?.
On récolte le désastre des années de laxisme, il va falloir du monde pour répertorier les cas de radicalisation intérieure déclarée ou silencieuse, dautant que notre chère administration est extrêmement lente et "malade". J'ai peur du danger surtout avec des communautés enquête d'identité et qui supportent mal leurs devoirs envers un pays d'accueil si généreux !

Le niveau de coopération des pays de la zone euro est juste honteux avec les moyens disponibles (chacun pour soit, Dieu pour tous !)
a écrit le 15/07/2016 à 15:56 :
La clef du propos est là:
"l'organisation rencontre des difficultés militaires sur le terrain et va donc vouloir faire diversion et se venger des frappes de la coalition".
J'ajouterais les pertes relatives des ressources financières, qui sont le nerf de la guerre.
C'est la raison pour laquelle, et cela avait été rappelé dans un article très intéressant publié dans la Tribune après les attentats du Bataclan, que Daech n'est pas loin d'être à bout de souffle. Il y aura encore et malheureusement des attentats mais l'important est ce qui se passe sur le terrain Moyen-Orient.
Cordialement
Réponse de le 15/07/2016 à 21:29 :
Le massacre de Nice démontre par l'exemple qu'on peut, pour le simple prix de la location d'un camion, tuer une centaine de personne et en blesser 200 autres en moins de 5 min.

Sur le plan technique et financier, par comparaison l'attentat du Bataclan était une opération inutilement compliquée, extrêmement couteuse en homme comme en matériel et finalement contre productive pour l'EI puisqu'à la suite de ces attentats parisiens, elle a perdu quantité d'hommes, de matériel et de ressources en Europe.

Pour la conclusion, je suis d'accord avec vous, la solution doit s'appliquer sur place, pas en Europe.
a écrit le 15/07/2016 à 14:26 :
Les politiques n'arrêtent pas de nous dire qu'on est en guerre!! Et les seules réponses qu'on constate, c'est des créations de commissions, des réunions, des décrets qui verront 3ans avant de voir le jour, des atermoiements pour savoir si ces criminels sont biens logés, si leur vie intime est respectée ??? Pendant ce temps, les morts s'accumulent HOMMES? FEMMES? ENFANTS? et la population qui a le sens de la survie et de la résistance par son histoire commence à s'organiser. On est au bord !!!
a écrit le 15/07/2016 à 14:23 :
Et oui prendre des coups perdre des proches n'est rien par rapport au changement de mentalité qu'on veut nous imposer...
a écrit le 15/07/2016 à 13:39 :
Parce que l'on a l'intention de faire revenir les vétérans qui sont partis combattre au sein de Daech ? Est on devenu fou ? Sommes nous gouverné par des gens si déconnectés de la réalité qu'il faille vraiment se poser des questions sur notre capacité à survivre ?
Décréter pour commencer que tout individu reconnu comme ayant combattu en Syrie et en Irak soit définitivement considéré comme un assassin et dès son retour en France condamné à la prison à vie dans un camp de travail sous loué en Sibérie.
a écrit le 15/07/2016 à 13:20 :
Dans son action, quel est l’intérêt pour le chauffard d'avoir dans son camion des armes factices ? Aucun.
Je pense que ce n'est pas un cas isolé.
Il se pourrait bien que des personnes ont donnés les clefs du camion, à ce fanatique, en lui faisant croire qu'il pourra se battre au fusil, jusqu'au bout, si le camion est arrêté.
Il est important d'avoir son nom, à moyen terme, pour des enquêtes indépendantes puisse se réaliser.
a écrit le 15/07/2016 à 12:54 :
C'est normal, une immigration surréaliste depuis 30 ans , une justice débordée et souvent
laxiste, une école qui n'assimile plus les différentes ethnies , un communautarisme larvé
Daech à bon dos , la France est malade , la société est divisée et les politiques très en deçà de la réalité.
Réponse de le 15/07/2016 à 18:19 :
Et ça recommence . Mais arrete ton délire . Il faudrait prendre tous les gens comme toi et les envoyer à daesch . le temps qu'il coupe lestete , on sera tranquille pendant un bout de temps !!!
Réponse de le 15/07/2016 à 19:05 :
commentaire on ne peut plus clairvoyant !
Réponse de le 16/07/2016 à 9:08 :
@BA: pas faux. L'immigration est une manne quand elle est contrôlée et régulée. Le communautarisme acerbé par les socialistes a permis la situation dans laquelle la France se trouve. il faut 1) arrêter des distribuer des visas et titres de séjour à la louche. 2) Renvoyer chez eux tous ceux qui commettent des délis. 3) Ouvrir un centre de détention aux Kerguélen pour ceux qui auraient la nationalité française. 4) Virer toute la famille comme le font les Israéliens. On ne peut importer les problèmes et s'en plaindre :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :