La ministre du Travail dans la tourmente !

 |   |  1033  mots
Selon la presse, Muriel Pénicaud aurait une responsabilité plus importante que prévue dans l'affaire du marché public douteux passé entre Havas et Business France dont elle était la directrice générale de janvier 2015 à mai  2017.
Selon la presse, Muriel Pénicaud aurait une responsabilité plus importante que prévue dans l'affaire du marché public douteux passé entre Havas et Business France dont elle était la directrice générale de janvier 2015 à mai 2017. (Crédits : DR)
L'étau se resserre autour de la ministre du Travail. Selon Libération, Muriel Pénicaud aurait sa part de responsabilité dans l'affaire du marché public suspect passé entre Business France et Havas pour l'organisation de la " French tech night " en 2016 à Las Vegas. Une soirée dont le principal invité fut Emmanuel Macron, alors ministre de l'Economie.

C'est un mercredi de tous les dangers pour Muriel Pénicaud. Alors que la ministre du Travail présente ce mercredi en Conseil des ministres son projet de loi d'habilitation à prendre par ordonnances les mesures pour le renforcement du dialogue social, préalable à la grande réforme du code de travail promise par le candidat Macron, Muriel Pénicaud a dû répondre aux questions suscitées les informations du quotidien Libération dans son édition de mercredi. Elles ont commencé très tôt, dans le studio de RTL lors de la matinale. " Business France organise chaque année une cinquantaine d'événements avec des ministres chaque année. Il y eu une erreur en interne, tout simplement, ce qui arrive ", a-t-elle déclaré, expliquant que c'était elle qui avait pris les devants en déclenchant des audits interne et externe pour y voir plus clair.

Selon les informations très détaillées de notre confrère, ce serait plus qu'une erreur. Muriel Pénicaud serait directement impliquée dans l'affaire qui secoue Business France depuis quelques mois, l'agence publique en charge du soutien à l'export des entreprises françaises et de l'attractivité dont elle assurait la direction générale entre janvier 2015 et mai 2017.

Le Parquet de Paris enquête depuis mars

Rappelons qu'une enquête préliminaire a été ouverte en mars 2017 par le parquet de Paris, après des premières révélations du Canard enchaîné. Elle vise Business France pour délit de favoritisme, complicité et recel. Objet du délit ? L'agence est suspectée de s'être affranchie de la procédure d'appel d'offres réglementaire qui s'applique  à tous les établissements publics en confiant à Havas, et ce sans aucun cadre juridique, une grande partie des prestations relatives à ­l'organisation d'une soirée pour célébrer les start-up françaises à Las Vegas en janvier 2016, lors du Consumer electronic show (CES) et dont Emmanuel Macron fut l'invité d'honneur. Le coût de cette célébration ayant réuni plus de 500 personnes ? Il a été estimé dans un premier temps à 382. 000 euros, dont 100.000 euros pour les seuls frais d'hôtel. Or, lorsque la somme dépasse 207.000 euros, un appel d'offre doit être effectué.

Pressé par le temps - et par le cabinet d'Emmanuel Macron qui, comme l'explique Libération, a été à l'initiative sur ce dossier, allant jusqu'à choisir l'hôtel de la fête, The Linq -, la direction de Business France a pris quelques libertés, estimant vraisemblablement qu'un appel d'offre était inutile, l'agence Havas ayant déjà été sollicitée pour réaliser quelques prestations de relations presse et de communication à Las Vegas lors de ce fameux CES.

Un rapport confidentiel rendu le 28 juillet, soit six mois après cette soirée controversée par le cabinet d'audit d'EY et que Libération a consulté, a conclu que si Business France avait suivi une procédure d'appel d'offres classique , " il n'aurait pas été possible d'organiser la soirée dans le délai imparti. La procédure formalisée nécessite un délai de 52 à 77 jours. [...] La sélection des prestataires n'aurait été effective que début janvier ".

L'affaire s'accélère

Chez Business France, un premier fusible a sauté. Il s'agit de Fabienne ­Bothy-Chesneau, qui pilotait l'organisation de la " French tech night " en tant que directrice exécutive en charge de la communication et de la promotion à Business France. Elle a dû quitter Business France en février 2016.

Mais l'affaire s'accélère, après les perquisitions menées le 20 juin dernier par les policiers de l'office anticorruption (Oclciff) au siège du groupe Havas et dans les locaux de Business France dans le cadre de l'enquête préliminaire ouverte en mars.

Selon Libération, Muriel Pénicaud aurait délibérément couvert la responsabilité de l'ancien ministre de l'Economie et de son cabinet, allant jusqu'à dissimuler jusqu'en décembre 2016 la facture, réévaluée à 220 .000 euros, aux instances internes de contrôle de Business France et à ses ministères de tutelle que sont Bercy et le Quai d'Orsay. Pourtant, comme le rappelle Libération, en juin 2016, le comité d'audit de l'organisme s'était réuni. " La direction de Business France a fait le choix de ne pas l'informer lors de cette réunion de l'audit externe qui avait été demandé à EY, qui à cette date était presque finalisé ", note l'Inspection générale des finances (IGF) dans un rapport publié en mars 2017. Il avait été commandé par Michel Sapin, le successeur d'Emmanuel Macron à Bercy et avec qui il était en guerre plus ou moins larvée lorsque ils étaient colocataires à Bercy, après que le contrôleur économique et financier de Business France - qui siège au comité d'audit -, ait refusé de signer la transaction entre l'agence de l'Etat et Havas et alerté les ministères de tutelle.

Dans son rapport publié, l'IGF regrette cette absence d'information de la future ministre du Travail.

Une nouvelle épine pour le gouvernement

Avec ces révélations, sans présumer toutefois de leurs conséquences sur l'avenir de Muriel Pénicaud au gouvernement, l'exécutif connait une nouvelle crise. Après les affaires Ferrand, Bayrou, de Sarnez et Goulard, le gouvernement est une nouvelle fois sur le grill.

Il existe toutefois une différence notable entre cette nouvelle affaire et les précédentes, qui nous ont rappelé que le financement des partis politiques pouvait permettre à leurs responsables de laisser libre cours à leur imagination.... Que reproche-t-on à Muriel Pénicaud ? En clair, l'ancienne directrice de Business France est soupçonnée d'avoir couvert une erreur de l'un de ses ministres de tutelle, aujourd'hui à l'Elysée, faite avec l'argent des contribuables. On attend avec impatience les conclusions de l'enquête de la justice pour connaître avec précision les responsabilités des uns et des autres.

Avec cette nouvelle affaire, la confiance des Français qui ont porté Emmanuel Macron au pouvoir risque-t-elle de s'éroder ? Il faudra suivre avec attention les prochains indicateurs macroéconomiques. Une chose est certaine, il est peu probable que le président de la République ait anticipé un tel scénario pour ses premiers cent jours à l'Elysée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/06/2017 à 16:32 :
En tant que DRH, elle a adhéré à une organisation patronale, comme chaque DRH. En est-elle toujours adhérente?
a écrit le 29/06/2017 à 15:15 :
Mais.....cette affaire BigMacron commence a ressembler furieusement à l'affaire...
BygMalion !!!! Sortez les mouchoirs, Mme. Pènicaud va nous sortir un geyser de
larmes à La Lavrilleux !!!!
a écrit le 29/06/2017 à 13:38 :
Sputnik : 15.03.2017

"Souhaitant que la justice et la transparence règnent au cours de la campagne présidentielle, plus de 20.000 Français ont signé une pétition, lancée quelques semaines avant l'élection, pour exhorter à ouvrir une enquête sur les soupçons pesant sur Emmanuel Macron.

Tandis que François Fillon s'est vu communiquer sa mise en examen pour détournement de fonds publics, c'est au tour du candidat d'En Marche ! d'être rattrapé par la patrouille. Une pétition intitulée « Pour qu'une enquête soit ouverte sur les scandales Macron » a été lancée par David van Hemelryck, membre de l'association Rassemblement Action-Justice. Selon lui, « l'absence d'enquête semble démontrer une inégalité de traitement entre les citoyens: Macron semble être "protégé" ».

Macron
© REUTERS/ Robert Pratta
Déclaration de patrimoine: Macron dans le collimateur d’Anticor
La pétition porte déjà ses fruits : mardi, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour favoritisme. En cause, le déplacement d'Emmanuel Macron à Las Vegas, premier dossier sur lequel l'auteur du document souhaitait enquêter. Cette rencontre du candidat avec des chefs d'entreprise français a été organisée en 2016, sans appel d'offres, et son coût est estimé à quelque 380 000 euros.

Parmi d'autres dossiers éveillant les soupçons des mouvements anti-corruption figurent le « soupçon de trafic d'influence du lobby pharmaceutique et notamment Servier » et les « déclarations suspectes pour l'impôt sur le revenu et l'ISF », vu que les avoirs de l'ancien ministre de l'Économie ont été « amputés » de 2,8 millions d'euros.

Par conséquent, les délits potentiels attribués au candidat sont « faux », « usage de faux », « recel » et « fraude fiscale ».

Au moment où nous publions cet article, la pétition a été signée par 20 252 personnes, et le nombre ne cesse de croître.

Le hashtag #macrongate gagne également en popularité, certains internautes dénonçant la lenteur avec laquelle la justice s'est saisie de l'affaire, d'autres ironisant sur la soirée organisée à Las Vegas."
a écrit le 29/06/2017 à 13:27 :
Assez d'hypocrisie, elle n'est qu'un porte flingue, le vrai coupable c'est Macron qui profite de l'escroquerie, c'est tellement évident.
a écrit le 29/06/2017 à 8:43 :
BOF, c'est une mise en scéne, ça n'ira pas loin, rappelez vous, Macroannerie lui aussi
avait falsifier ses déclarations d'impôts, mais hop, la < justice socialo islamiste<< a passer dessus, et comme avec l'élection d'un président par 20% d'émigrés ou descendant d'émigrés, donc elle peut dormir sur ses 4 oreilles, l'affaire sera endormie, la parti socialo islamiste veille, façon stalinienne
Réponse de le 29/06/2017 à 15:04 :
la < justice socialo islamiste<< a passer dessus, et comme avec l'élection d'un président par 20% d'émigrés ou descendant d'émigrés,

Merci la droite et le patronat, donc.


Décret du 29 avril 1976

Le regroupement familial fut rendu légal, et institutionnalisé, par le président Valéry Giscard d'Estaing, son premier ministre Jacques Chirac et le ministre du Travail Michel Durafour.

Le texte veut, pour des raisons humanitaires, rapprocher les familles séparées des deux côtés de la Méditerranée. Il est également soutenu par un certain nombre de chefs d'entreprises français qui souhaitent comme Francis Bouygues, dont le personnel est constitué alors de 80 % d'immigrés, une « intégration » des travailleurs algériens et marocains avec leurs familles
a écrit le 29/06/2017 à 7:25 :
"Le parquet de Paris enquête depuis le mois de mars ..." il aura fallu plus de 3 mois à la presse pour faire état de cette procédure qui, bien évidemment embarrassait le candidat Macron. Pour Fillon et MLP, tout s'étalait à la une dès le lendemain. Aujourd'hui, le risque politique majeur étant passé, nos très courageux média tentent de se refaire une image en ressortant quelques broutilles sur le dos de quelques lampistes : ça c'est de l'investigation ! Je pense que ces gens ont définitivement perdu tout crédit, ce qui rend leurs efforts d'autant plus pitoyables.
a écrit le 29/06/2017 à 6:57 :
Et de 5 ministres sous accusation, l'interet d'avoir Macron c'est que cela va plus vite. Nous n'arrivons plus à compter les ministres qui démissionnent pour détournement d'argent public. Et il est plus blanc que blanc lollllll, bientot, nous allons retrouver les 2 millions d'euros gagnés en salaire chez Rotschild et disparus. Et les journaux comme Le Monde qui evidemment, ne mettent aucune ligne à la une de leur site sur la pauvre ministre du travail. Comment s'appelait le journal soviétique....
a écrit le 29/06/2017 à 5:59 :
J'ai le sentiment que ce gouvernement, déjà illégitime en raison du trés faible nombre de votants, finit de perdre le peu de légitimité qu'il aurait pu avoir en s'engluant dans la démonstration de ses aptitudes marquées à la noirceur, bien loin de ses promesses de transparence et d'innovation ! Le même moteur les rend frénétique : l'argent !
a écrit le 28/06/2017 à 21:20 :
et si on allait voir dans les syndicats, les comités d'entreprise, les associations, les ligues, les organisations caritatives ou passe notre argent c'est bien pire ! alors Messieurs les censeurs abstenez-vous de ces commentaires nauséabonds qui volent bas ! Madame Pénicaud ( comme Madame Lagarde avant d'ailleurs !) n'a pas la tête à cela ! qu'on lui laisse faire son travail pour une fois qu'on a une grande pro reconnue par employeurs, employés syndicalistes...
a écrit le 28/06/2017 à 19:21 :
la dynamique de la tribu en majorité dominée par une culture d énarques offre une vitrine nuancée.. des nuages assombrissent le décor par les affaires relatées aux quotidiens sur fond de probité / de moralité...tres mauvaise image pour rassembler tous les abstentionnistes
a écrit le 28/06/2017 à 18:32 :
Va falloir vous serrer la ceinture les petits gars, bussiness france et la ministre du travail ont eue la main lourde !!! Triste sire!!!!!! on va devoir payer.
a écrit le 28/06/2017 à 18:16 :
Ce sujet sera évacué par une ordonnance de non lieu 😁. En ce moment l'ordonnance à le vent en poupe....😉
a écrit le 28/06/2017 à 17:30 :
La ministre du Travail selon Libération, Muriel Pénicaud serait dans une tourmente ....

Le 1er gouvernement Macron Philippe fait vraiment penser EN BIEN PIRE au 1er gouvernement Hollande Ayrault avec les affaires Cahuzac ...

La corruption est d'une puanteur absolue dès les premiers jours de l'ère Emmanuel Macron Philippe Edouard
a écrit le 28/06/2017 à 16:35 :
Au-delà du constat que le ministre de l’économie a été invité mais commande et fait payer une soirée fastueuse à 382 000 € par le biais d’une agence de l’Etat et non au titre des frais de fonctionnement de son ministère (ce qui est une pratique budgétaire discutable et au moins peu transparente), les circonstances de temps jettent un doute sérieux sur une simple erreur administrative. Ce n'est pas grave pour Macron qui plaide pour le droit à l’erreur. Mais l’expérience m’a montré que pour certains politiques et hauts fonctionnaires auxquels pourraient correspondre ceux intervenus en l'espèce , les lois et règlements sont faits … pour les autres. Les circonstances de temps, l’importance de la transaction envisagée juste au-dessus du seuil de publicité obligatoire à 60% du montant de la facture, le refus de validation du comité d’audit constituent des indices sérieux concordants en faveur de la thèse d'un délit visé au 432-14 du code pénal et un non d'une simple erreur. Au total, l'affaire n'est pas d'une importance extraordinaire mais est symbolique de la vision de la transparence du nouveau pouvoir; celui-ci n'est pas aussi naïf que certains le laissent accroire.
a écrit le 28/06/2017 à 15:52 :
L'arrogance et la manipulation des médias est sans limite !!! Nuire , toujours nuire, c'est leur seul objectif.
Réponse de le 28/06/2017 à 17:54 :
qu'il y a des erreurs, dérapages... est une chose et il faut traiter s'il y a un détournement d'argent à des fins personnelles, mais d'une part tout est livré en pâture sans nuance dans la gravité, sans preuves, histoire de dénigrer et faire tomber des têtes, mais surtout les personnes visées sont parfaitement ciblées et font l'objet d'un matraquage et lynchage digne des réseaux sociaux.

car que dire du pilonnage matin midi et soir contre FF, alors que 200 députés étaient dans la même situation, mais non inquiétés ! il s'agit bien de snipers médiatico-politiciens,, des tétes bien ciblées tombent.
Or, 70% des journalistes ont voté hollande, 90 à l’école du journalisme (chiffres C dans l’air), comment sortir de cette main mise et manipulation à grande échelle ?

70% des citoyens rejettent les politiciens et les médias,
coté politicien, le grand manage a réellement commencé,
par contre, coté média on ne peut que subir ce monopole, aucune remise en cause faute de toute concurrence et possibilité de renouveau, on ne fait que subir !

à quand et comment le dégagisme médiatique ?
à quand un vrai journalisme, critique, ouvert, impartial et de bon niveau ?
Réponse de le 29/06/2017 à 15:14 :
A y regarder de plus près, la droite dispose même quasiment d’autant de médias que la gauche. Dans le kiosque à journaux, chacun peut trouver largement de quoi sustenter ses idées. En réplique à Libération assurément de gauche, il existe Le Figaro. En décalque inverse du Nouvel Observateur et Marianne, il existe Valeurs Actuelles, Le Figaro Magazine et parfois Le Point. A la radio, France Inter est contrebalancé par Europe 1. A la télévision, TF1 n’est pas précisément une chaîne connue pour ses penchants gauchistes face à France Télévisions supposé comme tel. Et sur la Toile, Atlantico et Causeur se sont précisément créés en contrepoids de Rue 89 et Mediapart.Elisabeth Levy, Catherine Nay, Alexis Brézet et Yves Thréard, Barbier etc..et j'en oublie, montrent que la droite dispose d’une chambre d’écho non négligeable à la TV.Sans parler des économistes comme Nicolas Doze ou d'autres qui martele leur pensée liberale tout les jours sur les chaines d'infos en continu.On peut rappeler aussi que lors des dernières élections professionnelles de mai 2012 ,il y a eu un taux d’abstention record chez les journalistes appelés à se prononcer pour leurs représentants syndicaux (en grande majorité de gauche) : 65% des 37 000 possesseurs de carte de presse ne se sont pas rendus aux urnes.Désenchantement politique à l’instar des concitoyens électeurs ?
a écrit le 28/06/2017 à 15:30 :
"dont Emmanuel Macron fut l'invité d'honneur".

Tu m'étonnes c'est un "Young Leaders" ,comme Cédric Villani ou Edouard Philippe ,(promotion 2012) .C'est rassurant ,de ne côtoyer que ceux qui acceptent les règles libérales du « business à l’américaine »,.Rêvaient-ils déjà à l’époque de faire ressembler le code du travail français à celui de leurs mentors américains ?
a écrit le 28/06/2017 à 15:11 :
50 évènements par an. Il ya 365 jours. Cela fait 7,3 jours pour analyser et contôler la régularité des marchés. Puisque l'argent utilisé est public. Le délai demeure strictement suffisant puisque tous les seuils des marchés sont normés. Le comité de direction doit être informé de tout dysfonctionnement. L'argent public vise à revenir en valeur ajoutée au... public. L'argent public sert l'intérêt général. Ce n'est pas du business. CQFD.
a écrit le 28/06/2017 à 15:05 :
J'ai voté Macron mais je rejoins les autres commentaires, il y a des procédures à suivre dans les administrations pour éviter toute forme de corruption et ne pas les respecter est une erreur grave qu'il y ait enrichissement personnel ou pas. Je pense que cette ministre être poussée vers la sortie.
a écrit le 28/06/2017 à 14:39 :
Attention la Tribune ,faut pas être méchant avec la ministre.

Le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner a demandé mercredi à la presse de "ne pas chercher à affaiblir" la ministre du Travail Muriel Penicaud, ancienne responsable de Business France visé par une enquête, "car nous sommes dans un moment important pour la réforme du travail".
"Elle mérite tout mon soutien", a-t-il ajouté lors d'un point de presse à l'issue du Conseil des ministres, estimant que "l'enquête doit permettre d'y voir clair".
Réponse de le 28/06/2017 à 18:34 :
Vous savez ce que on lui fait a la ministre, Remboursez !!!!
a écrit le 28/06/2017 à 14:38 :
Mouais... tout ceci rappelle furieusement les affaires Bettencourt (dans son volet politique impliquant Woerth et Sarkozy) et de l'hippodrome de Compiègne sorties "fort opportunément" en pleine réforme des retraites portée par Woerth en 2010, et contre laquelle les syndicats peinaient à mobiliser. peu importe d'ailleurs que ces affaires se soient terminées pour Woerth respectivement par une relaxe et un non-lieu. Il est toujours "mieux" qu'une réforme sociale soit portée par un ministre empêtré dans une "affaire", avérée ou pas. Que Macron en tire les conséquences et remplace rapidement Pénicaud par El Khomri, qui est compétente sur le sujet, n'a pas de casseroles et pourra donc porter haut la nouvelle loi travail (qui n'est autre que la 1è mouture de sa loi avant les reculs de l'exécutif d'alors).
a écrit le 28/06/2017 à 12:46 :
La corruption en France est endemique.
A tous les niveaux, "on s'arrange".
Faut-il s'etonner de ce qu'il se passe dans l'equipe nouvelle ?
Pour ceux qui doutent il existe un classement mondial de cette plaie.
La France y occupe une place tres honorable.
Macron sera pire que les precedants.
a écrit le 28/06/2017 à 11:36 :
Les Français vont bientôt se rendre compte de derrière les sourires Colgate, la jeunesse et la (pseudo) modernité, ceux qu'ils ont portés au pouvoir ne sont pas moins ripoux que leurs prédécesseurs.
Réponse de le 28/06/2017 à 12:35 :
C'est normal, il suffit de voir comment on se fait élire. Il faut faire pleins de promesses à ses partisans et leurs familles (emplois fictifs, emplois verts, un poste par ci, un poste par là ...etc...etc...)
a écrit le 28/06/2017 à 11:11 :
Je suis manager de projets immobiliers dans une importante collectivité publique située en province (sans avoir le statut de fonctionnaire). A ce titre j'organise régulièrement des appels d'offres dépassant souvent le seuil européen dans le cadre d'importants travaux de construction. Je puis vous dire que si un(une) de mes collègues ou moi-même agissions de la sorte avec des fournisseurs, le retour de bâton serait rude et immédiat avec comme perspective inéluctable pôle emploi.
Deux poids, deux mesures...
Réponse de le 28/06/2017 à 11:25 :
@Finances publiques: si tu as encore des doutes sur les réalités de la vie, lis ou relis les fables de La Fontaine :-)
a écrit le 28/06/2017 à 10:46 :
La ministre du Travail, Muriel Pénicaud serait AUSSI dans la tourmente ...

L'encre n'est pas sèche sur les décrets des nominations des Ministres de Macron que les affaires de tripatouillages bidouillages affaires louches d'abus de pognon public sortent les unes après les autres ;

L'on doit bien faire le constat de ce que avec Macron c'est comme avec Sarkozy, c'est semblable à Hollande ;

La seule différence, c'est que Macron a beaucoup plus de godillots à l'assemblée nationale pour avaler plus de couleuvres ... sans se poser de question ils vont se coucher ... ensembles dans la mixité pour oublier !
Réponse de le 28/06/2017 à 12:20 :
Non, ce sera pire encore, l' UPR a largement prévenu à travers ses analyses.

upr.fr
Réponse de le 28/06/2017 à 12:24 :
ceci avait pour but de promouvoir le savoir faire francais et non a enrichir Macron!!!
a écrit le 28/06/2017 à 9:49 :
Macron et son entourage, comme leurs prédécesseurs, ont trempé dans des affaires pas claires. La justice dira ce qui est légal ou non, mais dans tout cela, il y a beaucoup trop de tripatouillages inacceptables et finalement aux frais du contribuable
a écrit le 28/06/2017 à 9:38 :
On en a marre des investigations de la presse ! elle n'a rien d'autre à faire que de vouloir s'ériger en juge et se faire passer pour plus blanche qu'elle n'est ! et si on allait fouiller dans les comptes du Canard on serait peut-être surpris !
Alors laissons le Président, son équipe et ses élus travailler en toute sérénité ! la France en a besoin !
Réponse de le 28/06/2017 à 10:56 :
Ah Oui Oui! cette meme presse qui était applaudite hier quand il s'agissait des "affaires fillon"

La presse n'a pas d'autre choix que de faire ce qu'elle fait, car elle se sait attendu au tournant.
Réponse de le 28/06/2017 à 14:22 :
Oui, vous avez raison. Il faudrait aussi supprimer les magistrats qui veulent s'ériger en juge. Heureusement, les choses vont dans le bon sens avec la proposition de Macron d'accorder le "droit à l'erreur" pour les hommes d'affaires (avec un "s") à qui il arrive parfois, par inadvertance, d s'emmêler les crayons dans les comptes. Ben oui, quoi, ça peut arriver à tout le monde de mélanger les comptes de la sociétés et ses comptes personnels. Ah, les braves gens !
a écrit le 28/06/2017 à 9:33 :
Qui sera sans nul doute bien moisi dans 5 ans.
Un peu ou un peu moins se disent les français...
J'espère que cette dame a une bonne mutuelle sinon les mutuelles de Bretagne excelle dans l'accompagnement et la gestion...
Réponse de le 28/06/2017 à 10:06 :
Tient, encore un noeunoeud qui se fait avoir par les titres ! Vous lui reprocher quoi personnellement à MPenicaud? Ce n'est pas elle qui a gérer l'appel d'offre a ce que je sache ! Et la justice ne l'a même pas mis en examen! Vous êtes juges ? Libé non plus !
a écrit le 28/06/2017 à 9:18 :
En parlant de tourmente :

Le Canard Enchaîné apporte de nouvelles révélations sur Richard Ferrand. Dans son édition à paraître mercredi, le journal présente le nouveau président du groupe REM à l’Assemblée comme un "militant du mutualisme familial", et énumère les faveurs qu’il aurait accordé à sa compagne Sandrine Doucen.En 2000, cette dernière a été embauchée aux Mutuelles de Bretagne, organisme dirigé par Richard Ferrand, en tant que directrice du personnel. Elle était alors âgée de 25 ans et étudiante en droit. La même année, elle a pu compléter ses revenus par un emploi au château de Trévarez, appartenant au département du Finistère et géré par un comité d’animation présidé par… Richard Ferrand.e journal révèle que Sandrine Doucen a conservé son job aux Mutuelles de Bretagne jusqu’en septembre 2004, date de sa prestation de serment d’avocat. Le Canard Enchaîné écrit alors que la "bienheureuse étudiante aura bénéficié d’une sorte de bourse de 80.000 euros, financée par les mutualistes et les contribuables locaux".

L’entourage de Richard Ferrand a immédiatement réagi à la sortie de cet article. Auprès de l’AFP, il a précisé qu’"en dépit d’une présentation arrangée et orientée à dessein, il n’est fait état de strictement aucune forme d’illégalité dans cet article". "Par conséquent il n’y a rien à commenter. Seule la loi doit primer, l’Etat de droit, rien que l’Etat de droit, pas un pseudo ordre moral".
Richard Ferrand est visé par une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Brest après que Le Canard Enchaîné a révélé qu’en 2011, les Mutuelles de Bretagne ont choisi de louer un local à une société immobilière appartenant à sa compagne, ce qui lui aurait permis de se doter d’un patrimoine immobilier d’une valeur actuelle nette de 500.000 euros.
a écrit le 28/06/2017 à 9:00 :
Il semblerait que l'on ne puisse pas encore compter à 100 % sur l’intégrité de nos responsables politiques.
Ceci dit, ce ne sont pas non plus des affaires très graves, des histoires de communication, qui touchent la moindre agglomération ou parfois même de petites communes.
On a connu bien pire avec des contrats d'armement et autres secteurs stratégiques.

Par contre, si l'on part du principe que le gouvernement actuel n'est pas irréprochable, il faut veiller à ce que des contrepouvoirs soient toujours actifs.
Subjugués par l’espèce d’aura dont bénéficie le président Macron, il ne faudrait pas non plus tomber dans la crédulité et l’inconscience.
(aura = atmosphère immatérielle qui semble émaner d'une personne)

Merci aux journalistes d'investigation et aux quelques médias indépendants.
Réponse de le 28/06/2017 à 10:11 :
Non, je ne dis pas merci : D'une part, dans cette affaire, l'implication de M.Penicaud est plus qu'hypothétique ! Elle n'est pas incriminé pour l'instant, et c'est bien elle qui a commandé l'Audit.
De plus, le journalisme qui met en cause le cabinet du ministère parce que "ils ont donné leur préférence de l'hotel"...Mais on parle de quoi là? D'une procédure d'appel d'offre qui n'a pas été respecté? Parce que donner son choix pour un hotel, ça n'a RIEN A VOIR ! Ca montre juste que le cabinet était pressé et avait des attentes, mais, ce n'est pas à eux qu'il incombe de passer un appel d'offre !

Bref....le ton est l'incrimination systématique pour une affaire qui est déjà en cours d'instruction depuis.....6mois, et qui n'a toujours pas montré une implication, ni de M Penicaud, ni du cabinet de Macron ! Toutes les pseudos révélation de libé étant déjà connu par la justice hein ! par contre, ces pseudo révélation tombe le jour....ou M.Penicaud doit présenter un avant projet de loi !

Comment pourrir tout dialogue dans notre pays ! Et puis désolé, mais le journalisme d'invetigation, ça se borne à répéter ce que la justice sait déjà en faisant des conclusions hatives? Ou à découvrir ce que la justice ne sait pas???
Réponse de le 28/06/2017 à 13:06 :
Certes ce n'est pas grand chose, plus une erreur de procédure qu'une affaire d'état et cela ne mérite pas ce battage. Rappelons nous, combien d'affaires de millions, de jets, de yachts, d'armes, de diamants, etc...
Le problème est ailleurs, ou tailleur pour d'autres.

C'est devenu une histoire de principe. Ce n'est pas un gros mot et on est encore bien loin de la morale prônée dans d'autres pays.

De l'effet du symbole :
Pour le citoyen lambda, celui à qui on demande de faire des sacrifices : d'augmenter la productivité, de s'adapter à la précarité, d'accepter la pénibilité et le risque, de travailler plus pour gagner moins, pour à la fin s'entendre dire qu'il n'est pas suffisamment rentable ou "souple"... et qu'il aura certainement droit à une retraite de misère
- ce citoyen qui paye les impôts et qui est pénalisé au moindre retard
- ce citoyen qui voit des milliards échapper au fisc et circuler d'un pays à l’autre
- ce citoyen à qui l'on demande de compenser financièrement les prises de risque et parfois l’incompétence de quelques banquiers
- ce citoyen qui vote pour une des représentants hautement éduqués et leur accorde les pleins pouvoirs depuis des décennies,
...
s'attend en retour à de la transparence et de la justice, à défaut d'exemplarité.
Personne n’étant parfait, pas même les élites.

Ce "gouvernement d’équilibre" entre droite et gauche est aussi censé représenter une forme d'équilibre et de justice et ce doit d'agir en transparence.



Nous sommes dans une société de communication et d'information et beaucoup de responsables politiques ne semblent pas avoir perçu le changement (qui en plus est historiquement documenté sur internet. La population s'est habituée à cette forme de liberté et de pluralité. Les citoyens veulent savoir le pourquoi et le comment des choses, quitte parfois à risquer de tomber dans l'autre travers, le populisme.
Toutes les vérités sont elles bonnes à dire ?
Pas sur, mais on a trop souvent entendu le fameux : "circulez il n'y a rien à voir", pour ensuite se retrouver face à des problèmes biens réels.
Oui, il y a certainement des choses que la justice ne sait pas, ou dont elle ne s'occupe pas. Il suffit de reprendre l'historique d'anciennes affaires, qui n'ont été initiées que suite aux révélations de médias, ce dont on peut remercier les journalistes d'investigation.
a écrit le 28/06/2017 à 8:57 :
Nous touchons le cœur du problème et pouvons même penser que la ministre est sincère ne se rendant tout simplement pas compte de la gravité de cette compromission permanente entre hommes d'affaire et politiciens le milieu politique et le milieu d'affaire étant habitués à ces échanges permanent et exponentiels.

C'est donc là qu'il faut frapper à un moment cela ne sert plus à rien de désigner untel et untel c'est le mode de fonctionnement de notre système qu'il faut entièrement revoir.

Nous avons séparé l'église de l'état il est temps de séparer l'argent de l'état.
a écrit le 28/06/2017 à 8:42 :
Comme pour l'affaire Ferrand, ces personnes sont au plus près du chef et il sera difficile d'en faire des fusibles. La présidence Macron est mal partie et c'est pour cela qu'il se rapproche de Trump pour aller nous faire une guerre en Syrie pour "distraire" le bon peuple. Sarkozy l'avait fait en Libye, Hollande au Mali, alors !!!!!!!
Réponse de le 28/06/2017 à 10:14 :
Il n'y a pas d'affaire tant qu'il n'y a pas de mise en examen ! Penses vous réellement que la justice qui enquête depuis six mois n'est pas au courant de toutes ces pseudo révélations?

Cessez donc de fantasmer !
Réponse de le 28/06/2017 à 11:06 :
Tout a fait.
Le président est entouré d'une bande d'opportuniste à qui il a fait confiance.. leurs affaires sont en train de pourrir sa présidence.
Et voila qu'il se met à faire ce' qu'il a décrié chez ces prédécesseurs, même pas en s'engageant, mais en suivant Trump en Syrie. Ou est la voix de la France!!!
Réponse de le 30/06/2017 à 13:23 :
C EST PAS FAUX? RIEN DE TEL QU UN PTIT CONFLIES GUERRIER POUR DETOURNE LES JOURNALITES ET LES FAIRE PARTIR SE FAIRE TRUCIDER? ET POUR DETOURNEZ L OPINIONS DES PROBLEMES COTIDIENT? LE PAUVRE HOLLANDE N A FAIT QUE CELA PENDANT SONT MANDAT? IL ETE MEME DEVENUE UN GRAND PROSSIONNEL DU CRISANTEME? ? ?/// POUR ENCHAINE LES PEUPLES ON COMMENCE PARS LES ENDORMIR///MARAT///
a écrit le 28/06/2017 à 8:29 :
DEPENSE DE L ARGENT AU DESSUS DES PLAFONDS RECOMMANDE ET UN VRAIS SUJET EN FRANCE? BAUCOUP DE MARCHE PUBLIC SONT MUTIPLIEZ PARS DEUX OU TROIS? IL ET TEMPT QUE CELA S ARRETE CAR C EST SOUVENT DU DETOURMENT D ARGENT PUBLIC? ET C EST AUSSI UNE GROSSE PARTIE DE L ARGENT/// DE LA DETTE/// QUI PASSE DANS DES COFFRES? APRES ON S APERCOIS QUE LES RICHES SONT DE PLUS EN PLUS RICHES???///CE SONT LES METIERS DIT SALES EBOUEURS OU EGOUTIERS QUI CONTRIBUE A LA PROPRETE ET PARASCALEMENT CE SONT DANS LES PROFESSIONS DE PRESTIGES COMME POLITIQUES FINANCIERS HAUT RESPONSABLES QU ON TROUVE LE PLUS D ORDURES/// COLUCHE///
Réponse de le 28/06/2017 à 9:36 :
BRAVO DANS LE MILLE !
oui c'est à vomir !
et pour égayer le quotidien des sans dents
- le Français, (pardon Belge) le plus riche, Bernard Arnault fait défiler Madame Macron fans les tenues Vuitton
- Nicolas Hulot parle d'abeille
- la photographe de M. Macron a des retouches à faire sur le portrait de ce dernier
- et puis se défouler sur l'ardoise de Hollande à laquelle a contribué M. Macron.
Réponse de le 28/06/2017 à 12:55 :
Verite ait de retour. On ce fesait du sousci.
Poure hetre claire il fot apuiller sur la touche MAJ.
Et puit il y a le corecteur dortografe automatik.
a écrit le 28/06/2017 à 8:25 :
: beaucoup d'agitation médiatique téléguidée par tout un lobby de vrais conservateurs : les syndicats "révolutionnaires", et ce qui reste de la gauche caviar (Libé, Le Monde), et relayée par les bien-pensants et autres tartuffes de tous poils.
Bref : le cirque habituel pour bloquer les réformes qui s'imposent.
Et laisser intactes toutes les rentes financées par les impôts excessifs, et le taux de chômage anormal.
Mais ce n'est pas sûr que ça marche, cette fois-ci....
Réponse de le 28/06/2017 à 9:13 :
C'est bien, tes propos confirment qu'REM est de droite.
Réponse de le 28/06/2017 à 10:25 :
libé et le journal de révérence de gauche laisser moi rire . reprenez les articles de la campagne 2017, genre valets plutot
Réponse de le 28/06/2017 à 14:24 :
Si Libé et Le Monde sont de gauche, je suis danseuse nue au Lido.
a écrit le 28/06/2017 à 8:19 :
Peut-etre la Macronie est-elle en passe de battre la Hollandie en termes de dérives de ses ministres et cadres !
Attention il y avait des cadors en face : Ayrault , Benguigui,Cambadelis ,Desir ,Cahuzac,Thevenoud ........
a écrit le 28/06/2017 à 8:02 :
..peut être le retour à la vie normale et le réveil des media..(qui ont tout fait pour faire élire M." Propre") qui retrouveront le sens de leur mission :
journalisme d investigation et conscience professionnelle
Réponse de le 28/06/2017 à 10:15 :
Journalisme d'investigation? la blague : une enquête est en cours, et la justice a accès à bien plus de document que les pseudo journalistes d'investigation de libé. Eux même n'ont toujours pas jugé nécessaire de mettre en examen M.Penicaud, mais vous en faites déjà une coupable sur quelques suppositions de Libé?

Vous ne savez vraiment pas ce qu'est du journalisme d'investigation !
a écrit le 28/06/2017 à 7:35 :
Macron va finir par transformer le plomb en or ?
a écrit le 28/06/2017 à 7:29 :
Les journalistes font leur travail d'investigation et c'est tant mieux. Il faut aussi qu'ils donnent un équilibre à leurs enquêtes sur ce sujet en expliquant les possibilités offertent à BUSINESS FRANCE qui dépend dans son fonctionnement de la sphère publique; comment organiser en quelques semaines un gros événement tel que celui réalisé. Ce n'est pas le cas et c'est dommage car l'investigation n'est qu'à charge. Il y avait sans doute des possibilités ou astuces qui auraient permis de ne pas dépasser les plafond par fournisseurs mais au moins il ne semble pas y avoir de malversation ni de détournement d'argent public au bénéfice d'une personne. À suivre
Réponse de le 28/06/2017 à 10:18 :
Mais si c'était de l'investigation, j'aurais crier au génie moi aussi ! Là on parle d'une information judiciaire déjà en cours, avec des gens qui enquête. Libé ne fait que de la "fuite" et des conclusions douteuses à ce stade de l'enquête ! Pour le sortir quand? Le jour ou la ministre doit présenter quelque chose dont on devrait plus parler?

Ceux qui nous enfument sont les journalistes . Le timing est moisie (on connait cette affaire depuis 6 mois. L'audit aussi. Les sources était déjà accessible !
Réponse de le 28/06/2017 à 19:28 :
@ la Moule : + 1. Cela sent l'embrouille médiatique, en effet et comme dab...
a écrit le 28/06/2017 à 7:04 :
Donc si je comprends bien l'histoire il fallait organiser une soirée importante dans un délai très court et il fallait passer par un appel d'offre qui aurait duré une éternité ? les journalistes se croient au moyen âge ? ils se sont reconvertis dans l'inquisition ?
a écrit le 28/06/2017 à 7:03 :
Toutes mes félicitations et encouragements à la presse d'investigation pour nous dėvoiler toutes les dépenses excessives et pas toujours justifiées alors que le matraquage fiscal sur les classes moyennes et aisées conduit à la paupérisation du pays
a écrit le 28/06/2017 à 5:41 :
La mise en marche ...de la machine à laver plus blanc que blanc avec poudre de perlimpinpin incluse.... s'enraye sérieusement....!
a écrit le 28/06/2017 à 2:22 :
Ce n'est pas ce qui aurait été fait par Madame la ministre du travail sur cette passation de marché public de quelques centaines de milliers d'euros au nom d'une french tech qui est anormal, c'est le tempérament misérable de celui qui a dénoncé cela qui est choquant tout autant que le journaliste qui monte cette affaire en épingle. Quand s'occupera t on des vrais sujets?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :