La réforme des APL, symbole d'une nouvelle politique sociale

 |   |  699  mots
Bercy souhaite raboter les APL aux classes moyennes.
Bercy souhaite raboter les APL aux classes moyennes. (Crédits : REUTERS/Charles Platiau)
La prise en compte du patrimoine des ménages avant d'octroyer les allocations logement est le signe d'une volonté de changer les principes de la politique sociale. Cette réforme révèle une intention de Bercy de restreindre les aides sociales aux ménages les plus fragiles.

Il y a maintenant plus de trois ans, des économistes du Conseil d'analyse économique (CAE) émettaient l'hypothèse de taxer les loyers « implicites ou fictifs » sur les résidences principales des ménages propriétaires, afin d'instaurer davantage d'équité et de neutralité fiscale avec les ménages locataires. Crime de lèse-majesté dans un pays qui aurait la culture de la propriété chevillée au corps ! Une rumeur infondée selon laquelle le gouvernement prévoirait en coulisse d'instaurer une taxe de ce type sur les propriétaires est même régulièrement relayée depuis sur les réseaux sociaux. Bien entendu, aucun gouvernement ne se risquerait à un tel suicide politique en s'attaquant de la sorte aux propriétaires : une taxe fictive sur l'immobilier, quelle folie !

Taxe fictive sur les APL

Pourtant, lorsqu'il s'agit de pénaliser par le biais d'un principe similaire les locataires bénéficiant d'aides aux logements, les réactions sont beaucoup moins vives. Un récent décret impose en effet une baisse des APL à partir du moment où le patrimoine des ménages allocataires dépasserait 30.000 euros. Toujours à la recherche de nouvelles recettes, les techniciens du ministère de l'économie auraient donc inventé un mécanisme reposant sur la notion de revenu fictif des allocataires. Ils proposent concrètement de prendre en compte un revenu fictif de 3 % pour les produits financiers... dont les livrets d'épargne défiscalisés type livret A, LDD, très prisés des Français. Une réforme « à l'anglaise » : outre-Manche, on ne peut en effet bénéficier d'allocations si l'on possède plus de 16.000 livres sterling d'épargne.

Pragmatisme budgétaire

Au-delà du fait qu'il n'y ait plus aujourd'hui de petites économies au sens Bercy, ce coup de rabot dans les APL révèle une tendance plus lourde, consistant à s'attaquer aux aides de l'État à destination des classes moyennes. Désormais, seuls les plus démunis seraient donc légitimes pour percevoir des allocations publiques. Ainsi, par « pragmatisme » budgétaire, on remet de fait en question l'esprit du modèle social de redistribution « généraliste » à la française. Un modèle qui ne cible pas uniquement  les plus pauvres, mais qui vise notamment à donner accès à tous aux mêmes soins et aux mêmes écoles, à une protection sociale, ou à des conditions de logement décentes.

Un système de solidarité a minima

A quelques mois de l'élection présidentielle, on sent pourtant émerger une tendance à la création d'un système de solidarité « a minima » uniquement dirigé vers les plus pauvres, laissant le reste de la population « à la merci » de la loi du marché. Cette nouvelle conception du modèle français peut convaincre en cette période où le ras-le-bol fiscal des ménages va de pair avec le rejet croissant de ceux qui « profiteraient » des allocations de l'Etat. Restreindre les aides publiques aux plus pauvres est d'ailleurs une proposition qui revient régulièrement dans les programmes des candidats à la primaire de droite.

Supprimer les rigidités

De même, dans le monde « moderne » et « virevoltant » des startups et des tenants de l'« ubérisation » de l'économie, on milite pour supprimer les rigidités liées aux salaires, auxquels sont adossées des charges. Or, ces charges donnent des droits et un accès à des prestations hors travail (chômage, maladies, retraite) bien supérieures à celles liées par exemple aux statuts des autoentrepreneurs et autres travailleurs indépendants. Bref, le discours ambiant est bien rodé : pour s'adapter au monde moderne, il serait indispensable de baisser les charges qui pèsent sur les entreprises et les dépenses publiques.

Ainsi, faute de moyens, l'Etat ne pourrait donc traiter que l'extrême pauvreté. C'est aussi, en partie, l'esprit du revenu universel qui séduit à gauche comme à droite. Autrement dit, il faudrait aujourd'hui réduire le rôle de l'Etat à un strict aspect régalien en matière sociale, assurant juste un socle minimum. Mais une question reste en suspens : la seule loi du marché est-elle efficiente quand elle s'applique aux classes moyennes ?

>> Lire aussi Manuel Valls relance le débat sur le revenu universel

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/10/2016 à 14:13 :
L'etat n'a plus d'argent. Donc il le ponctionne où il peut. Et il se trouve que les propriétaires sont assez naifs pour croire que leurs biens valent cher (même si la demande est de plus en plus faible face à une offre de plus en plus forte). Donc l'Etat à bien raison de les ponctionner avant qu'ils ne réalisent que leurs biens ne valent pas la moitié de ce qu'ils y ont investi.

Chômage. Emplois précaires. PapyBoom. Baisse des loyers. Hausse des taxes proprio. Baisse de la rentabilité locative. Fuite des investisseurs de l'immobilier qui n'est plus un investissement viable pour de longues années à venir. Engorgement supplémentaire de l'offre. Indice de tension immobilière (dit "iti") en chute libre (0,3 en France). Plus de 3 vendeurs par acheteur! Encadrement des loyers. Hausse annoncée des taux d'emprunt (manque à gagner pour les vendeurs qui n'auront pas vendu avant la fin de l'été). Taux réel non intéressant pour les acheteurs (taux d'emprunt moins inflation). Fuite des retraités "aisés" à l'étranger (Portugal, Thaïlande), Fuite des jeunes actifs à l'étranger (USA, Canada, Australie). Engorgement supplémentaire de l'offre par rapport à la demande. Century21 annonce 15% de baisse "mécanique" par 1% de hausse des taux d'emprunt, tout effet de conjoncture mis à part. Courbe de dépendance de la population française en hausse. L'Etat vend en pagaille ses biens. Le comité de Bâle 3 et 4 va limiter les crédits (les rares gens encore solvables pourront emprunter beaucoup moins qu’avant)...

La baisse de l'immobilier ne fait que commencer. L'Etat devrait se dépêcher d'y ponctionner de l'argent réel tant que les proprios croient encore en la valeur "théorique/imaginaire" de ces biens (invendables à ces prix).
a écrit le 26/09/2016 à 19:42 :
C'est une mesure de basculement. Un transfert vers les personnes venues d'ailleurs et qui commandent déjà dans notre pays. Rien à voir avec la justice sociale : 90 pauvres petits millions d'économie au prix de drames humains mais dans le même temps des centaines de milliers de nouveaux entrants sur le territoire national qui vont nous couter 10 ou 20 milliards par an en plus...Le PS ne s'en remettra pas et c'est tant mieux.
a écrit le 26/09/2016 à 19:03 :
Au lieu de réduire les APL et autres aides aux ménages ayant un peu de patrimoine, pourquoi l'Etat ne s'attaque-t-il pas aux banques qui refusent de prêter à ces mêmes ménages de quoi acheter une modeste résidence principale, sous prétexte qu'ils sont en CDD ou en interim ?
1. L'Etat ferait parfois des économies d'aide au logement, celle-ci étant calculée sur le montant des mensualités du crédit, lesquelles sont souvent inférieures au montant d'un loyer HLM (les banques sont très prudentes...)
2. Au bout de vingt ou vingt-cinq ans au maximum, l'Etat n'aurait plus d'aide au logement à verser à ces personnes (et ces personnes auraient gagné en pouvoir d'achat, car elles n'ont plus de crédit immobilier à rembourser, ni de loyer).
3. Cela libèrerait des logements sociaux pour les plus modestes et multiplierait le nombre de propriétaires habitants dans les quartiers populaires...
a écrit le 25/09/2016 à 17:20 :
Classe moyenne je ne suis pas d'accord avec cette politique PS qui met sous conditions de ressources ces aides. Il m'est insupportable de voir mon imposition augmenter de plus de 30% depuis Hollande et de voir que mes enfants quand ils arriveront dans leurs études supérieurs ne pourront probablement plus faire ce qu'ils veulent faute d'impossibilité de financer leur logement sans aide. Hollande c'est l'appauvrissement par le bas. Mieux vaut être pauvre et magouiller au noir ...
Réponse de le 26/09/2016 à 4:05 :
Heu ??...les APL vont directement dans les poches des proprios, la plupart privés, alors je vois pas le rapport avec ce que tu dis ? Les proprios fixent les prix des loyers, et en France les loyers sont trop chers dans beaucoup de villes à cause des bourgeois spéculateurs qui font monter les prix artificiellement pour se gaver sur le dos de tout le monde. Alors arrête de parler de PS ou d'état ou de Hollande partout, quand c'est pas le sujet.
a écrit le 24/09/2016 à 21:36 :
Simplement les consequences des abus et magouilles des uns et des autres.....
a écrit le 24/09/2016 à 14:37 :
On a faussé la sélection naturelle en France en créant les aides sociales en tout genre, les subventions diverses, créant l' ASSISTANAT qui ronge les finances publiques et les citoyens. Mais un jour viendra où la question posée sera: Mais qui paye maintenant!
Réponse de le 25/09/2016 à 9:54 :
Ce sont les propriétaires qui reçoivent l'argent des APL à la fin dans leur poche...Donc qui est assisté ? les propriétaires bourgeois et les rentiers ? oui c'est vrai, il faut arreter d'assister les bourgeois , les propriétaires et les rentiers. N'achetez pas de logement et ne louez pas de logement, non plus
a écrit le 24/09/2016 à 14:14 :
Quand on a 30 K d'économies et/ou une résidence secondaire, il me parait normal qu'on ne soit pas classé dans les pauvres, même si on est pas "riche" pour autant. Qui ne connaît pas de cadres logés dans des HLM ? Maintenant, évaluer le rendement d'un produit financier à 3 % alors qu'il rapporte moins de 1%, c'est de l'arnaque pure et simple :-)
Réponse de le 25/09/2016 à 10:38 :
Avec ce seuil, ça touchera principalement les "petits gens". Les pauvres, pour eux, il n'y aura pas d'amélioration. C'est une mesure d'économie, voilà. Faut appeler un chat, un chat. Il y a des baisses d'impôts sur le revenu à financer, etc. Les conséquences sont simples, les gens impactés vont retirer leur argent de leurs livrets défiscalisés (rappelons que le livret A finance le logement social) puisque ça leur coutera plus cher d'en avoir un que de ne pas en avoir...
Réponse de le 26/09/2016 à 9:02 :
@Patrickb
"Quand on a 30 K d'économies et/ou une résidence secondaire, il me parait normal qu'on ne soit pas classé dans les pauvres, même si on est pas "riche" pour autant"
Ça tombe bien, comme la mesure est bien faite, "quand on a 30k d'économies" (ce qui est tout de même un an de salaire d'ingénieur), les APL ne baissent que d'un euro ou deux. C'est quand on a 120K d'économies que les APL disparaissent. Il faut arrêter de reprendre les éléments de langage de l'UMP...
Réponse de le 26/09/2016 à 18:45 :
30.000 euros d'économie ou une résidence secondaire, ce n'est pas la même chose, surtout quand ladite résidence se trouve invendable ou difficilement louable, mais coûte de l'argent...
Réponse de le 27/09/2016 à 15:07 :
@Tip
"30.000 euros d'économie ou une résidence secondaire, ce n'est pas la même chose, surtout quand ladite résidence se trouve invendable ou difficilement louable, mais coûte de l'argent..."

Dans ce cas, la question à se poser est plutôt la suivante : "Papa vient de décéder, est-ce que j'ai les moyens de posséder une résidence secondaire, ou est-ce que je suis un pauvre qui a besoin de l'aide de la Collectivité et des impôts des autres pour se loger, auquel cas posséder une résidence secondaire serait à la fois indécent et non pertinent et je vais refuser l'héritage?"
a écrit le 24/09/2016 à 10:32 :
J'admire les propriétaires qui défendent les pauvres locataires touchant les APL, cette décision ne permettra plus de les tondre joyeusement...Vous râlez contre les taxes, là on va rétablir un vrai marché en supprimant les subventions !
Réponse de le 24/09/2016 à 13:22 :
Est-ce que ça va vraiment changer la donne ? J'ai de sérieux doutes. Dans les grandes agglomérations, les propriétaires ont le pouvoir, APL ou pas.
S'il y a une inflation des demandes d'APL, c'est qu'il y a de plus en plus de pauvres, ou des gens qui ont des revenus extrêmement faibles. Faut pas se tromper sur le constat.
Réponse de le 24/09/2016 à 20:09 :
@Al: pas faux, mais les propriétaires incluent les APL dans le loyer demandé. Tout comme d'ailleurs, les soins de santé incluent les remboursements des mutuelles. Si on coupe ces subventions, on peut décemment penser que les prix baisseront et que les pauvres auront alors des loyers abordables. Mais bon, il faudra voir à l'usage :-)
Réponse de le 25/09/2016 à 17:34 :
A Paris, les propriétaires exigent que les locataires aient un CDI et un garant, etc. Honnêtement les APL, ils s'en fichent. Faut revenir à la réalité, ils sont tout puissant dans les grandes agglomérations. C'est pas raboter l'APL pour 10 % des bénéficiaires qui va changer grand chose.
C'est une mesure comptable, d'économie, fait sur le dos des moins pauvres des pauvres. Ils ont eu le malheur d'économiser un peu... c'est pas vraiment des pauvres... Genre un parent ne pourra même pas faire une donation à son enfant parce que ça peut lui faire baisser ses APL...on marche sur la tête. Quand je lis certains commentaires, je suis atterré par le cynisme de certains.
Réponse de le 26/09/2016 à 8:58 :
@Al
"C'est une mesure comptable, d'économie, fait sur le dos des moins pauvres des pauvres."
Non, c'est simplement une mesure juste : les APL disparaissent pour les personnes qui ont 120 000€ de patrimoine (le chiffre de 30 000€, repris à tort et à travers pour faire pleurer dans les chaumières, n'est que le niveau auquel les APL baissent du premier euro). Et ça tombe bien : les APL, au même titre que les HLM, doivent rester une mesure d'urgence réservée aux 10% les plus précaires de la population, pas une subvention cachée aux bailleurs. Si plus de monde est éligible (APL comme HLM), c'est qu'on a un grave problème de coût du logement dans le pays, et qu'il faut commencer à sévir à l'encontre des "abuseurs".
Réponse de le 26/09/2016 à 9:11 :
Ils ne se fichent surement pas des apl qui peuvent leur être virés dans leur poche directement et qui leur permet de maintenir les loyers à des niveaux stratosphériques.Ils ne crachent pas dans la soupe quand il s'agit de leur intérêts, libéralisme, oui, mais quand ça nous arrange seulement.
Réponse de le 26/09/2016 à 10:40 :
@AI : je partage votre avis les propriétaires dans leur majorité se moquent de l APL, APL qui ne couvre qu une partie du loyer et ne garantissent absolument pas le paiement du loyer ..Ce sont effectivement les " abuseurs " , surtout en IDF ( ceux qui louent 950e pour une studette) qui incluent dans leur loyer les APL ..Il faut supprimer les APL pour le privé , les proprios n ont pas vocation à loger les plus pauvres sauf à recevoir subvention ou exoneration impôt ( taxe fonciere) comme les organismes sociaux s ils louent à prix modéré.
Réponse de le 26/09/2016 à 15:21 :
": je partage votre avis les propriétaires dans leur majorité se moquent de l APL, APL qui ne couvre qu une partie du loyer "

Exactement, et l'hôpital se fout de la charité
Réponse de le 28/09/2016 à 16:28 :
Bizarre, mon commentaire a été censuré, me revoici donc 4 jours plus tard.

@malcomprenant
"je partage votre avis les propriétaires dans leur majorité se moquent de l APL, APL qui ne couvre qu une partie du loyer et ne garantissent absolument pas le paiement du loyer"
Vous avez tout à fait raison, les APL sont un gouffre à pognon sans aucune utilité (autre que des effets inflationnistes sur les loyers). Supprimons-les!

"Ce sont effectivement les " abuseurs " , surtout en IDF ( ceux qui louent 950e pour une studette) qui incluent dans leur loyer les APL"
C'est merveilleux, à présent vous aussi êtes favorable à l'encadrement des loyers généralisé et agressif en zones tendues (et pas uniquement via les Duflot/Pinel qui concernent un nombre ridiculement petit de bien, vendus au prix du neuf donc inabordable pour le commun des mortels, et avec un petit supplément de prix qui fait que le promoteur empoche de facto la ristourne fiscale). Bienvenue parmi nous!
Réponse de le 28/09/2016 à 18:39 :
@alatar : Ou ai je dit dit que j étais pour l encadrement des loyers ? J affirme que les "abuseurs" comme vous ne doivent pas profiter des APL pour gonfler leur loyer .J ai fait simulation pour un studio ( pas une studette de 25m2) sur Bordeaux au prix que je pratique , 500e pour 34 m2 et pour un célibataire touchant 800e et l APL est de 150e dans ce cas : je confirme donc que comme beaucoup de propriétaires je me moque totalement des APL et même évite tout locataire venant avec APL. J ajoute que sur 2.7 allocataires APL 1.3 sont dans le privé soit 22% ( 6 millions de logements loués dans le privé) .
Réponse de le 29/09/2016 à 9:09 :
"Ou ai je dit dit que j étais pour l encadrement des loyers ? J affirme que les "abuseurs" comme vous ne doivent pas profiter des APL pour gonfler leur loyer."
Ah donc en fait vous êtes uniquement pour un encadrement du loyer que je perçois, pas pour faire quoi que ce soit contre les centaines de milliers d'autres bailleurs abuseurs, notamment ceux qui ont payé leur bien à des prix très inférieurs à ceux des années 2010. Dont acte : un peu comme pour les prix, vous dites être "contre" les loyers élevés, mais êtes opposé à toute mesure baissière.

"J ai fait simulation pour un studio ( pas une studette de 25m2)"
Alors pour information, vous devez être peu au courant des pratiques récentes dans le domaine. 25m² est une bonne surface pour un studio, quand on voit le nombre de petits appartements vétustes entre 12 et 20m² vendus comme "studios". A 34m² (voire moins) en zone tendue, on commence à trouver des "2 pièces". Ca fait partie de la situation actuelle du logement pour les générations nées après 1980 que vous niez.
Réponse de le 29/09/2016 à 12:58 :
@alatar :1) et voila encore de la désinformation ! : l encadrement des loyers n est en rien la seule mesure pour faire baisser les loyers ?! Ou ai je dit que j etais pour toute baisse des loyers ? De plus vontrairement à vous et comme des milliers de propriétaires je pratique l encadrement des loyers : je loue " sous le marché" afin de cibler des locataires solvables ..Je n ai pas besoin de lois et controle du KGB pour baisser mon loyer ..j ajoute que depuis quelques annees les loyers ont baissé en france ( voir courbe friggit) et ce n est en aucun cas la loi d encadrement des loyers qui a engendré cette baisse .2)Pour ce qui concerne la taille des studios (12/15m2) la encore c est typiquement dans votre village Paris qui permet aux abuseurs comme vous de tirer le meilleur profit avec une fiscalite a 13 % et tant mieux pour vous .En province comme à bordeaux les studettes sont beaucoup plus rares.
Réponse de le 29/09/2016 à 13:46 :
"Ou ai je dit que j etais pour toute baisse des loyers ?"
Dans à peu près chacun de vos posts, vous critiquez ma situation personnelle et le loyer que je perçois, pour un studio d'une qualité très élevée par rapport aux taudis que j'ai pu visiter dernièrement, loués au même tarif et avec quelques mètres carré en plus. Donc, comme vous faites une fixette dessus, je pensais que vous étiez pour des mesures qui m'imposent de le baisser.

"De plus vontrairement à vous et comme des milliers de propriétaires je pratique l encadrement des loyers : je loue " sous le marché" afin de cibler des locataires solvables ..Je n ai pas besoin de lois et controle du KGB pour baisser mon loyer .."
Ce qui fait de vous un bon Samaritain, contre des centaines de milliers d'abuseurs qui prennent les actifs pour des vaches à lait, et qui ne sont pas aussi vertueux que vous. Compter sur leur vertu ne mène à rien, la seule solution est donc de légiférer, ne vous en déplaise.

"j ajoute que depuis quelques annees les loyers ont baissé en france ( voir courbe friggit)"
Une fois de plus, on est dans le même domaine que vos affirmations selon lesquelles "les prix immo n'ont augmenté que de 50% en France". Effectivement, en faisant une moyenne agrégée entre d'une part tous les endroits où il y a du boulot et où les loyers ont doublé, et tous les trous paumés en dépeuplement qui n'ont pas vu la moindre entreprise ou la moindre naissance au cours des 15 dernières années, et où les loyers ont fondu comme neige au soleil, on peut affirmer comme vous dites que, en moyenne, "depuis quelques annees les loyers ont baissé en france".

"Pour ce qui concerne la taille des studios (12/15m2) la encore c est typiquement dans votre village Paris"
Effectivement, c'est plus fort à Paris, c'est la situation qu'on dénonce. Ce n'est pas par plaisir qu'on habite dans des appartements minuscules, c'est parce que c'est là qu'il y a du boulot.

"qui permet aux abuseurs comme vous de tirer le meilleur profit avec une fiscalite a 13 % et tant mieux pour vous"
Merci d'admettre que plus la fiscalité est basse, plus les prix et loyers sont élevés, du moins là où il y a du boulot.
Réponse de le 29/09/2016 à 17:35 :
@alatar: archifaux! les loyers ont baissé dans toutes les grandes villes excepté Paris ou justement l encadrement des loyers est mis en place ..( source seloger 2014/2015) .
Réponse de le 29/09/2016 à 19:26 :
@alatar : encore faux! Les loyers ont baissé dans 70 grandes villes françaises en 2014 et 2015 ( source seloger mais vous pouvez aussi verifier sur d autres sites) sauf à Paris qui est justement est la seule ville a pratiquer l encadrement des loyers ..idem Berlin ou la mise en place de l encadrement des loyers n a eu aucun effet sur l augmentation rapide des loyers dans cette ville .
Réponse de le 30/09/2016 à 9:00 :
@malcomprenant
"encore faux! Les loyers ont baissé dans 70 grandes villes françaises en 2014 et 2015 "
Mea culpa, effectivement il faut tout vous expliquer : alors voilà, les loyers ont augmenté de plus de 100% entre 1997 et 2013, mais effectivement, ils ont baissé de quelques maigres % (2%, 3%, possiblement 4% selon les villes) entre 2013 et 2015. La prochaine fois que je citerai un argument, je ferai en sorte de préciser les années pour que vous alliez voir au delà d'un an ou deux.
Réponse de le 03/10/2016 à 12:51 :
@alatar : NON! C est fou comme vous desinformez mais verifiez vos sources avant de dire n importe quoi ? Les chiffres de friggit ou de l OLAP ne sont pas contestables? Exemple : prix moyen du m2 en proche banlieue = 10.2 , 15.2 en 2010 ( source OLAP)...donc une augmentation de 50% et donc une augmentation juste superieure a l inflation .
Réponse de le 05/10/2016 à 12:59 :
@malcomprenant
"verifiez vos sources avant de dire n importe quoi ? Les chiffres de friggit ou de l OLAP ne sont pas contestables? Exemple : prix moyen du m2 en proche banlieue = 10.2 , 15.2 en 2010 ( source OLAP)...donc une augmentation de 50% et donc une augmentation juste superieure a l inflation ."
Les Chiffres de l'OLAP donnent en moyenne, depuis 2001, +3,3% annuels pour Paris, +2,8% pour l'IDF. Ca fait donc +51% pour l'IDF, et ce depuis 2001, année où le boom des loyers était déjà bien amorcé. Je n'arrive pas à me procurer l'évolution depuis le milieu des années 90, comme pour les prix.
Et au passage, cette augmentation de "seulement 50%", comme vous dites, est une moyenne régionale qui agrège d'une part des stagnations, baisses ou augmentations très faibles dans tous les trous paumés du 77 et 78 entre autres, reliés par aucun transport en commun et isolés de tout, et d'autre part une augmentation très supérieure à 50% partout où il y a du boulot et des transports.
Réponse de le 07/10/2016 à 8:04 :
@alatar: Et bien voici la preuve de vos désinformation permanente...proche banlieue loyer 1990 =8,2 /m2..2010=15,2 pour une inflation de 45,2% ( source ministere du DD /olap).Arretez de gonfler les chiffres sans verifier et cessez de dire que je trouve cette hausse justifiée alors que vous même pratiquez un loyer largement au dessus de la moyenne en disant avec un certain toupet que si on vous impose par la loi un encadrement de votre loyer vous serez Ok .
Réponse de le 07/10/2016 à 9:25 :
@malcomprenant
Ma source est, entre autres, un rapport del'OLAM justement, facilement trouvable sur le net, rédigé par, tiens tiens, Sabine Baïetto-Beysson – présidente de l’Olap (que vous pouvez traiter de menteuse si vous voulez), qui donne, en augmentation annuelle en % entre 2001 et 2012 :
Paris + 3,3 %
Agglomération parisienne + 2,8 %
Province 11 villes et agglos + 1,7 %
Rapport intitulé :
"Les loyers en Ile-de-France : Bilan et perspectives d’évolution"
(Club notarial immobilier, Jeudi 12 septembre 2013)


Et autant vos chiffres que ceux de la Présidente de l'OLAP s'arrêtent commodément en 2012 (2010 pour vous, ça vous permet d'occulter encore 7 années de hausse).
Pour ce qui est de vos chiffres (1990 =8,2 /m2..2010=15,2 ), ils donnent donc une augmentation de 85% entre 1990 et début 2010, à laquelle il faut donc ajouter 7 ans de hausse qui se sont écoulés depuis début 2010. Merci de confirmer ainsi le plus que doublement des loyers en petite couronne.
Réponse de le 07/10/2016 à 12:14 :
@alatar: Oui les loyers ont doubles entre 1990 et 2015 (avec baisse en 2014 et 2015) mais SVP ne faites comme nos politiques actuels, mentir en desinformant, en ne tenant pas compte de l inflation ( 53%)...La meilleure référence est friggit qui compare avec revenu disponible et donc pour cette periode 50% de hausse...Vous êtes volontairement dans l exces et une dernière fois n allez pas dire que je trouve cette hausse justifiée
Réponse de le 08/10/2016 à 11:34 :
Tiens, c'est drôle, d'un coup vous sortez l'inflation pour la prendre en compte sur l'évolution des loyers mais surtout pas sur l'évolution des salaires, et en conclure que "bof ce n'est pas si énorme".
Pour prendre en compte le nouveau paramètre sorti du chapeau, je suis donc allé chercher l'évolution des salaires corrigés de l'inflation, en euros constants, entre 1997 et 2013, pour ne pas comparer des chous et des carottes. Et du coup, cette hausse est de 10% (pour un indice 100 en 1951, on a un salaire moyen de 331 en 1996 et 365 en 2013). C'est donc ce chiffre à mettre en parallèle avec "seulement 50% en euros constants" de hausse des loyers sur la période.
a écrit le 24/09/2016 à 9:42 :
TOUS CE QUI VAS DANS LE SENS DE LEGALITE VAS DANS LE BON SENS? UN PETIT RABOTAGE DE PRIVILEGE VAUT MIEUX QUE LA FALLITTE DU SYSTEME FRANCAIS DE LA SECURITE SOCIAL QUI A ETE GREES POUR AIDEES EN PRIORITE LES PLUS FAIBLES???
Réponse de le 04/10/2016 à 1:13 :
Ce qui fait vraiment mal en France en 2016 , c'est essentiellement l'inégalité devant l'orthographe ... ou l'ortograffe ou bien l'ortograf ... je ne sais plus il parait que l'on continue à réformer l'enseignement.
a écrit le 24/09/2016 à 8:56 :
Idem pour une demande d aide ACS (aide pour souscrire une complementaire)
Si vous etes propriétaire... on vous rajoute un revenu fictif de votre appart...afin que vous depassiez la limite.... Les aides sont reserves aux marginaux, aux nouveaux venus... et quand vous avez travaillé economise toute une vie... vous n avez pas de quoi payé une complementaire... à moins de faire un credit hypothecaire sur votre maison... conseil aux jeunes pas travaillé, gaspillé tout et faire l aumone et mieux etre migrant...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :