La reprise n'est pas près de s'accélérer

 |   |  913  mots
Bercy vise une croissance de 1,5% en 2016.
Bercy vise une croissance de 1,5% en 2016. (Crédits : Reuters)
En 2016, le gouvernement table sur une croissance de 1,5% du PIB. Un rythme insuffisamment élevé pour réduire le nombre de demandeurs d'emplois. Cette situation perdurera tant que l'économie française restera essentiellement tournée vers la zone euro.

Ce sera tout sauf une reprise franche. Après avoir progressé de 1,1% en 2015, la croissance française devrait augmenter de 1,5% cette année. Certes, reprise il y a. Mais elle est bien timide, trop timide pour permettre de réduire le nombre de demandeurs d'emplois. Au troisième trimestre, le taux de chômage de la population active s'élevait à 10,2% de la population active, ce qui représente un sommet depuis 2007.

A qui la faute ?

A qui la faute ? A l'absence de réformes structurelles qui permettraient aux entreprises de se sentir plus libres d'embaucher ? A l'austérité, qui est le fil rouge de la politique économique française depuis 2012 ? A un manque de confiance de la part des citoyens, ménages et entreprises qui sont déçus par le quinquennat actuel ? Tous ces éléments fournissent une partie de l'explication à cette absence de reprise franche de l'économie tricolore.

Si celle-ci est engluée, c'est aussi parce que son dynamisme repose en grande partie sur celui des pays de la zone euro. Selon l'Eurozone economic outlook réalisé par l'Insee, l'Ifo et l'Istat, le PIB de la zone euro a progressé de 1,5%. En 2016, cette très pâle reprise devrait se poursuivre. C'est une augmentation de 0,4% du PIB par trimestre qui est attendue au premier semestre, à condition que certains aléas ne se produisent pas. Citons par exemple une remontée brutale des prix du pétrole ou une crise géopolitique qui affecterait le commerce international.

Prudence, prudence

" Une escalade des conflits au Moyen-Orient pourrait ébranler la confiance des consommateurs, des producteurs et des investisseurs dans le monde. Dans un tel scénario, le cours du pétrole pourrait remonter brusquement, car beaucoup de pays de cette région comptent parmi les principaux producteurs de pétrole du monde. Sont également présents des risques associés à la transformation structurelle de l'économie chinoise, d'une économie tournée vers l'export et les investissements à une économie tirée par la consommation. Un raté dans ce processus de transformation, ou même une évolution trop heurtée, pourraient de nouveau conduire à une sortie des capitaux des pays émergents, ce qui pourrait causer des turbulences sur les marchés financiers, voire entraîner une crise de change ", explique la note de conjoncture des trois instituts européens décidément bien peu engageante.

Pas de relais de croissance à l'international

Sachant que la France réalise près de 60% de son commerce extérieur avec les pays de la zone euro, on ne peut s'étonner des faibles perspectives de croissance de l'économie tricolore. Comment peut-on imaginer que l'activité décolle enfin alors que le commerce extérieur - qui représente 30% du PIB - est en panne ?

Au 2014, il a couté 0,5 point de la croissance. En 2015, la facture s'est élevée à 0,1 point de PIB, malgré les gains de compétitivité-prix procurés par la chute des matières premières, la dépréciation de l'euro face au dollar et les mesures gouvernementales, permettant de réduire le coût du travail.

Pourtant, la diplomatie économique si chère à Laurent Fabius, le ministère des Affaires étrangères, est désormais en ordre de marche. Non ? On notera d'ailleurs l'extraordinaire silence du Quai d'Orsay sur ce sujet. Même les réseaux consulaires sont, si l'on en croit les discours plein de bonnes intentions, mobilisés pour relancer les exportations du made in France. Et pourtant, le compteur d'entreprises exportatrices reste bloqué aux alentours de 120.000 par an.

Des responsabilités partagées

Le Quai d'Orsay est-il le seul à blâmer ? Pas vraiment. Quand une poignée d'entreprises innovantes part à la conquête de marchés, d'investisseurs aux Etats-Unis ou ailleurs, combien d'entreprises restent plantées dans le marasme hexagonal ?

Tout est à revoir car les responsabilités sont multiples. L'apprentissage de l'anglais, et ce dès le plus jeune âge, n'est toujours pas jugé utile par le ministère de l'Education nationale. La formation des chefs d'entreprises est inexistante, chefs d'entreprises dont une partie de l'activité est consacrée à dénouer les tracasseries administratives en dépit du choc de simplification promis par chaque président de la République depuis Georges Pompidou.

" À l'heure actuelle, investir en France est un travail. C'est abord un travail administratif, car il faut passer toutes les filières et tous les bureaux, remonter toute la hiérarchie pour obtenir toutes les permissions, toutes les bénédictions. Je reconnais que c'est une calamité et si je puis faire quelque chose pour simplifier tout cela, croyez bien que je le ferai ", déclarait Georges Pompidou au Dîner des Jeunes Patrons le 27 avril... 1964.

Le volontariat international en entreprise est toujours méconnu

Quant au soutien à l'export, il est toujours méconnu, voire inefficace, qu'il soit gouvernemental - malgré les innombrables réformes dont il a fait l'objet - ou qu'il soit apporté par les réseaux consulaires et les partenaires sociaux. Ultime preuve de ce gâchis, le Volontariat international en entreprise (VIE) est un épiphénomène, en dépit de sa simplicité et des excellents retours de ceux qui ont utilisé ce dispositif. Selon Business France, on comptait fin 2014, 8.413 VIE en poste pour le compte de 1.848 entreprises, l'objectif du Pacte de compétitivité étant de faire passer à 9.000 le nombre de volontaires en poste. Des chiffres et des objectifs assez faibles si on les compare au nombre d'entreprises exportatrices et au nombre d'entreprises françaises : trois millions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/01/2016 à 14:36 :
Pour la création d'emploi, ou plutôt le recul du taux de chômage, c'est inexact : voir Eurostat, employment stat 2015, 8 janvier 2016, particulièrement la dernière periode août-novembre 2015 pour la France avec un recul du taux de chômage de 10,6% à 10,1%....Il faut expliquer cela, plutôt que tourner en boucle sur des schémas qui ne rendent pas compte des évolutions... Bien entendu, pour l'instant, le " ressenti" n'est pas la...
a écrit le 13/01/2016 à 12:54 :
Et c’est une bonne nouvelle ! La croissance va et doit s’arrêter. Notre planète est à bout, et la vitesse à laquelle nous la détruisons est effarante.

Il est impératif de revoir complètement nos modèles économiques. Ceux-ci ne doivent plus reposer sur la croissance, mais sur une décroissance sélective, et, à partir de cela, répartir équitablement les richesses réellement nécessaire à une bonne vie pour tous.

Le plein emploi ne reviendra jamais en l’état, même avec une forte croissance, car, en fait, le chômage est simplement du temps de travail libéré par les énormes gains de productivité obtenus. Sauf que l’essentiel est confisqué par le capital.
Réponse de le 13/01/2016 à 15:49 :
Vous évoquez la notion de temps de travail libéré. Bravo!
a écrit le 13/01/2016 à 12:36 :
On ne voit pas comment soi-disant alléger les procédures administratives en France va permettre de favoriser l'implantation des entreprises françaises à l'étranger.
La réalité, c'est que nos entreprises sont tellement bien en France, qu'elles ne veulent pas se donner la peine de créer des représentations commerciales à l'étranger, pays qui ont souvent des contraintes administratives beaucoup plus lourdes qu'en France.
Aux USA, vous ne faites pas n'importe quoi, sinon vous êtes sanctionnés. C'est pourquoi les entreprises françaises sont peu implantées aux USA, malgré le fait que ce pays reste encore le premier marché mondial.
a écrit le 13/01/2016 à 7:42 :
1°- le chomage est en fait du temps de travail libéré par les gains de productivité.
2°- l'énergie permet de remplacer le travail; il faut répartir les charges sociales sur le travail et sur l'énergie.
a écrit le 13/01/2016 à 4:50 :
le problème ,c'est la vélocité de circulation de l'argent,elle s'effondre.les français ont peur,ils économisent et n'investissent plus.les prélèvements obligatoires seuls ,permettent d'irriguer encore le coeur d'une économie morribonde .la redistribution n'est pas notre ennemie bien au contraire!
Réponse de le 13/01/2016 à 13:24 :
Le plus grand problème en France est que nous sommes privés de notre droit de citoyen. Nous ne pouvons pas contrôler les comptes des collectivités, de l'état. De porter plainte et demander collectivement des dommages et intérêts aux élus en cas de dérapage financier, emplois fictifs, détournement de fonds publics, emplois inutiles, tous les trucs et bidules pour recasser les copains et copines. Nous ne pouvons pas faire de droit inventaire sur l'efficacité des subventions aux associations. Comme je viens de blasphémer. Je ne suis pas sûr d’être publié. Les élus doivent responsable pénalement de leurs décisions et de leurs actes. Et là on retrouvera des fonds.
Réponse de le 13/01/2016 à 13:24 :
Le plus grand problème en France est que nous sommes privés de notre droit de citoyen. Nous ne pouvons pas contrôler les comptes des collectivités, de l'état. De porter plainte et demander collectivement des dommages et intérêts aux élus en cas de dérapage financier, emplois fictifs, détournement de fonds publics, emplois inutiles, tous les trucs et bidules pour recasser les copains et copines. Nous ne pouvons pas faire de droit inventaire sur l'efficacité des subventions aux associations. Comme je viens de blasphémer. Je ne suis pas sûr d’être publié. Les élus doivent responsable pénalement de leurs décisions et de leurs actes. Et là on retrouvera des fonds.
a écrit le 13/01/2016 à 0:32 :
Un jour il faudra quand même que le pays regarde les choses en face

La mondialisation n a jamais été intégré
Et les conséquences ont toujours été financées par des dettes
Meme avec une augmentation du PIB les entreprises partiront produire ailleurs comme Renault Peugeot et toute les autres
Pour l instant c'est la pensée du moyen âge de mailly et des syndicalistes qui s imposent
a écrit le 12/01/2016 à 20:53 :
Il serrait interressent de connaitre le taux d'épargne actuel des français et celui de nos clients/concurrents européens .En periode normale ,les français économisent 12 % de leurs revenus et ce taux monte à 17 % en temps de crise par perte de confiance ;On comprend bien comment derriere le chiffre d'affaire des entreprises peu etre touché .17% -12% ça fait 5 % .Les français depensent globalement (immobilier compris ) aux alentours de 1100 milliards d'€ et 5 % la dessus ça fait 55 milliards en moins dans les circuits de consommation !Et si ces 55 milliards étaient dans les circuits de consommations ,combien de points (plutot de dixieme ) de croissance en plus peut on esperer !!!!!
a écrit le 12/01/2016 à 18:41 :
la faute à qui ? tu oublies le dégonflement de la bulle immo/BTP, Fabien.
les prix montaient en 2010 et 2011 et nous faisions au moins 2% de croissance.
l'Europe est effectivement un boulet.

étonnant de se référer aux années 60. cela a quand même du s'améliorer depuis.
le monde est devenu toujours plus compliqué. d'ou de la réglementation qui se renouvelle et augmente. et aujourd'hui nous avons quand même la 4e Administration électronique au monde, d'après l'ONU (e-Government Survey). l'informatique/le numérique sont censés faciliter la gestion (mais peut-être que c'est le contraire, et que ce n'est qu'un business qui bénéficie aux ricains et asiatiques).
nos dirigeants de PME ne sont peut-être pas assez formés. mais c'est pour cela qu'il y a des experts-comptables ou avocats (et le conseil c'est de l'activité et de l'emploi). et tout un tas d'organismes publics et autre pour les accompagner.
que penser des contrats à l'anglo-saxonne entre entreprises qui font des dizaines ou même des centaines de pages ? ça peut être pire que nos lois et codes.
d'après le rapport Paying Taxes de PWC, la gestion des obligations fiscales des entreprises est moins lourde en France que dans un certain nombre de pays développés comparables.
mais il y a sûrement effectivement des améliorations à apporter à notre Administration (et on pouvait voir dans un numéro de Capital sur l'avenir de la France des exemples de fonctionnaires qui s'emploient à faire évoluer les structures publiques).
comme il y a des démarches à faire en entreprise. Apprendre l'anglais, for one. nous sommes apparemment les plus nuls en Europe, et notre niveau baisserait en plus !!! c'est quand même un signe que les Français/nos entreprises redoutent l'export, il me semble.
il faudrait améliorer les relations entre entreprises. nos grands groupes - qui dominent largement notre économie - sont plutôt un boulet pour nos PME. en Allemagne, ils accompagnent leurs fournisseurs.
a écrit le 12/01/2016 à 17:44 :
Comme l'état a tendance à amputer la croissance par les prélèvements obligatoires, mieux vaut qu'il diminue ses dépenses avec des prévisions de recette prudentes. Eviter d'augmenter la dette publique et sociale est la principale voie de restauration de la confiance.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :