La Sécurité sociale à l'équilibre en 2020, le pari du gouvernement

Lors de son discours de politique générale, Edouard Philippe, le Premier ministre a fixé à 2020 le retour à l'équilibre de la Sécurité sociale. Avec quelle méthode ?
Fabien Piliu
Lors de son discours de politique générale, Edouard Philippe a indiqué qu'il présenterait  dès la rentrée un budget pour 2018 et une loi de programmation des finances publiques quinquennale, qui devraient permettre à la Sécurité sociale d'atteindre l'équilibre à l'horizon 2020.
Lors de son discours de politique générale, Edouard Philippe a indiqué qu'il présenterait "dès la rentrée" un budget pour 2018 et une loi de programmation des finances publiques quinquennale, qui devraient permettre à la Sécurité sociale d'atteindre l'équilibre à l'horizon 2020. (Crédits : Reuters)

Lors du quinquennat précédent, l'opposition et une partie des commentateurs avaient regretté l'absence de cap, de vision de la part de l'exécutif, ce qui le l'a pas empêché de lancer un certain nombre de mesures, notamment pour redresser la compétitivité du made in France. Au début du nouveau quinquennat, Edouard Philippe, le Premier ministre prend l'exact contre-pied de ses prédécesseurs à Matignon. Un cap est fixé, mais le contenu des réformes est encore à préciser. Entre les promesses de campagne et l'action gouvernementale, les écarts sont parfois importants.

Lors de son discours de politique générale, prononcé ce mardi, le chef du gouvernement a indiqué qu'il présenterait "dès la rentrée" un budget pour 2018 et une loi de programmation des finances publiques quinquennale, qui devraient permettre à la Sécurité sociale d'atteindre l'équilibre "à l'horizon 2020". Ce n'est pas arrivé depuis 2001 ! Rappelons que le déficit global de la Sécurité sociale a été évalué à 4,2 milliards d'euros par l'ancien gouvernement, fonds de réserve des retraites (FRR) compris. Hors FRR, il devrait atteindre 400 millions d'euros.

Tenir compte des promesses de campagne

"Nous devrons d'ici là définir de nouvelles règles permettant de proscrire dans la durée le déficit de nos comptes sociaux ", a-t-il déclaré devant l'Assemblée nationale, tout en souhaitant "préserver les équilibres de notre système de retraites tout en le rendant plus juste et plus lisible".

La partie ne sera pas facile. Lors de la campagne présidentielle, le candidat Emmanuel Macron a annoncé son intention de réaliser 15 milliards d'euros d'économies dans le domaine de la santé sur le quinquennat.

Mais cet objectif se heurte à l'augmentation naturelle des dépenses, liée notamment au vieillissement de la population et à l'augmentation des maladies chroniques, et à la réalisation de certaines promesses. Emmanuel Macron a notamment promis le remboursement intégrale des soins dentaires, d'optique et de prothèses auditives. Sachant que le coût annuel de cette mesure est estimé à 4,4 milliards d'euros, atteindre l'équilibre de la Sécurité sociale sera un tour de force. Annoncé mardi par le Premier ministre, le relèvement prochain du paquet de cigarettes à 10 euros ainsi que le coup d'accélérateur donné à la télémédecine et à la prévention ne devrait pas suffire. Très attendu par les professionnels de santé, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) 2018 devrait apporter les éléments de réponse à toutes les questions qu'ils se posent.

Fabien Piliu

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 05/07/2017 à 9:04
Signaler
Côte de popularité déjà en berne à l'annonce des futurs purges sociales, même si avec 10% de l'électorat qui a voté pour macron par adhésion c'est logique, le gouvernement dressé pour servir l'oligarchie, et surtout macron et philippe qui semblent êt...

à écrit le 05/07/2017 à 8:58
Signaler
le recette est simple : déremboursements et augmentation des cotisations +paupérisation du secteur hospitalier ! Voila : des mesures tout a fait conformes a l'imagination des politiques et qui ont fait leurs preuves !

à écrit le 04/07/2017 à 22:37
Signaler
Il suffit de la faire disparaître pour qu'elle soit en équilibre!

à écrit le 04/07/2017 à 20:07
Signaler
Va-t-on cesser de reclasser nombre de malheureux politiques en perte de mandat, de cabinet ou autres, avec somptueux salaires et avantages? Parcequ'il me semble qu'on a oublié depuis longtemps l'idée de santé quand on parle de la SECU.

à écrit le 04/07/2017 à 19:47
Signaler
Le pari du gouvernement, et il pari quoi le gouvernement,des clopinettes? J'aimerai bien voir ça dans 5 ans et tous les changements promis a grands coups de "Médias". Déjà que ce gouv passe Noel.

à écrit le 04/07/2017 à 19:09
Signaler
Taxes sur Tabac et Alcool, à Ré-affecter à 100% à la Sécu. Interdiction de fumer sur le domaine public, et en voiture.. Taxes, T.V.A, sur l'auto et son entretien, et Amendes sur la route, à affecter intégralement au si dangereux réseau routier, natio...

le 05/07/2017 à 8:11
Signaler
Afin d'éviter les erreurs de dioagnostique couteuses pour les patients et la collectivité: controler la Formation Médicale Continue et ses méthodes non académiques; exemple la Programmation Neuro Linguistique Voir le rapport de 2017 de la Cour de...

à écrit le 04/07/2017 à 18:13
Signaler
- nourriture, eau, air et terre sains - pas de tabac - peu d'alcool - de l'exercice physique régulier - un bon sommeil

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.