Le chômage plombe le bilan de François Hollande

 |   |  778  mots
Entre mai 2012 et mars 2015, le nombre des demandeurs d'emploi (catégories A, B et C) a progressé de... 28%
Entre mai 2012 et mars 2015, le nombre des demandeurs d'emploi (catégories "A, B et C") a progressé de... 28% (Crédits : reuters.com)
La progression vertigineuse du chômage depuis mai 2012 est la principale faiblesse des trois premières années du quinquennat de François Hollande. Et l'inversion de la courbe ne semble pas encore pour tout de suite.

Le chômage! C'est le principal boulet attaché au pied de François Hollande... Pas de chance, c'est aussi la principale préoccupation des Français. Et depuis trois ans que l'actuel président de la République a été élu, le 6 mai 2012, rien n'y fait: le nombre des demandeurs d'emploi continue inexorablement à progresser, comme il progressait d'ailleurs à l'époque de Nicolas Sarkozy. Et dans quelle proportion! A la fin mai 2012, 2.922.100 demandeurs d'emploi étaient inscrits en catégorie "A", en mars 2015 (dernières données connues), il sont maintenant 3.509.800, soit une progression de 20%. Et si l'on tient compte des catégories "B et C" (activité partielle), le nombre total des demandeurs d'emploi était de 4.347.100 en mai 2012... fin mars 2015, ils étaient 5.590.600, soit une hausse vertigineuse de 28%. Sur  trente six mois de présidence Hollande, les statistiques mensuelles du chômage n'ont été que quatre fois orientées à la baisse. Mais il y a encore plus grave: l'explosion du chômage  de longue durée. Fin mars 2015, ils étaient 2.380.800 demandeurs d'emploi à être inscrits depuis plus d'un an, soit une progression de 10,1% en un an. Et, parmi eux, 733.000 sont au chômage depuis plus de 3 ans, soit une hausse de... 18,1% en un an. Or, plus le chômage est long, plus la perspective d'un retour à l'emploi s'éloigne.

3 milliard d'euros annuels pour la politique de l'emploi

Rien n'a pu freiner cette explosion. Certes cela aurait pu être pire si le gouvernement n'avait pas mené la traditionnelle politique contracyclique en finançant sans compter des contrats aidés. Chaque année ce sont ainsi environ 400.000 contrats aidés qui ont été budgétés, sans compter les plus de 150.000 emplois jeunes dont l'instauration était l'une des promesses du candidat Hollande. Ce sont ainsi environ 3 milliards d'euros qui sont mis sur la table chaque année pour éviter que le chômage dérape encore davantage, notamment celui des jeunes de moins de 25 ans qui, de fait, est a peu près contenu.

Il n'empêche, rien n'est possible sans le retour de la croissance. Grosso modo, il faut environ entre 0,9% et 1% de progression du PIB pour que les créations d'emplois reprennent. Et en dessous de 1,5% de PIB,le chômage ne peut pas baisser du fait de l'augmentation naturelle de la population active et des gains de productivité. Or, la France n'y est pas du tout. En 2013 et 2014, la croissance annuelle du PIB s'est limitée à un malheureux 0,4%. Un léger rebond est attendu pour 2015 avec un minimum de 1%. Il faudra attendre 2016, selon les prévisions de la commission européenne, pour atteindre 1,7%. Ce qui a fait dire au ministre des Finances Michel Sapin que le chômage commencerait réellement à baisser l'année prochaine.

Des mesures pour donner confiance aux entreprises

On verra, mais, de fait, l'exercice n'est pas impossible. Il est, en tout cas, nettement plus probable qu'en 2013 quand François Hollande, fort imprudemment, avait pronostiqué une inversion de la courbe du chômage... qui n'a jamais eu lieu. Depuis, la politique de l'offre décrétée par François Hollande donne à plein. Dans le cadre du pacte de responsabilité, les entreprises bénéficient d'une baisse de leurs prélèvements de 40 milliards d'euros  sur trois ans. Un montant jamais vu qui a fait grincer les dents des "frondeurs" du PS. Dans le cadre de la loi Macron également, le gouvernement cherche à cajoler les entreprises à les "rassurer" en simplifiant la procédure prud'homale. C'est aussi tout l'enjeu de la loi Rebsamen sur la modernisation du dialogue social en entreprise qui, en rationalisant et en simplifiant les institutions représentatives du personnel est censé donner "confiance" aux entreprises.

Mais décidément les résultats se font attendre. Selon l'Insee, au premier semestre 2015, la France perdrait encore 13.000 emplois marchands mais le solde devrait redevenir positif au second semestre. Souhaitons le car, sur l'année 2015, la population active devrait s'enrichir de 120.000 personnes. Or, si elles ne trouvent pas un poste, le chômage augmentera automatiquement. Et la partie n'est pas gagnée sachant que, selon les statistiques de l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), il y aurait actuellement un sureffectifs d'environ 170.000 salariés dans les entreprises. Ce qui signifie que même en cas de redémarrage des carnets de commandes, les entreprises n'aura ont pas nécessairement besoin de recruter pour faire face.

Il va vraiment falloir que la reprise soit forte et durable en 2016 pour que le chômage commence à baisser. François Hollande va scruter la courbe de très près, lui qui s'est engagé à ne pas se représenter à l'élection présidentielle de 2017 s'il ne gagnait pas cette bataille du chômage.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/08/2015 à 13:15 :
ESSAI
a écrit le 01/06/2015 à 18:24 :
A mon avis ily a certainement pas que le chomage qui plombe Hollande, quand tu es nul tu est nul. Pauvre Françe.......
a écrit le 12/05/2015 à 7:40 :
+ de dette, + de pauvres, + d' impots et de taxes, + de fermetures d'entreprises et de commerces, + de chomeurs, + de fonctionnaires, + d' immigrés, + d' insécurité et... aucune réforme de structure. Comme on le voit, François Hollande a bien "travaillé" et ne s'est pas "illustré" uniquement sur le front du chomage.
a écrit le 08/05/2015 à 2:53 :
Pour la question de l'emploi sert-on la France ou quelque patrie? L'Etat sert-il la France ou bien les fortunes mondiales?
Est-on traitre à la nation, au social ou bien au drapeau, on fait dans le libéral vente à l'étranger!
ça c'est servir son pays?
a écrit le 08/05/2015 à 2:22 :
Pauvres français, on nous joue Roland au front et Ganelon?
Dans le métro notre Roland national disait qu'il avait voté à "droite alors que vous avez voté à gauche."
a écrit le 08/05/2015 à 2:14 :
ça ne fait pas un Ver20Ggétorix... le chef gaulois et pas gauloise!
a écrit le 07/05/2015 à 19:28 :
Le petit chef du parti socialiste pourrait nous répondre qu'il devait s'occuper de ses deux maîtresses (VT et JG) donc pas de temps pour s'occuper du chômage.
a écrit le 07/05/2015 à 15:43 :
ah bon, ç aplombe le reste qui est escellent ? mais je vois 2000 miliards de dette déjà dépassés, 5000 hors bilan, 5 millions de chomeurs, et effectivement + 15 000 par mois, hausse de la dépense publique, de la dette, de tous les déficits des caisses sociales, déficit du commerce extérieur entre 5 et 10 milliards par mois, record d'europe des impots et charges, donc pouvoir d'achat et compétitivités plombés, donc chomage chronique incontournable, et la grande gabegie publique qui ruine le pays et source de ces impôts et charges, des gaspillages par dizaines de milliards signalés par la cour des comptes et personne ne veut traiter cette hémorragie destructrice...
la plus grande débâcle économique de tous les temps...

un point positif (?) : le marriage gay, personne en voulait, pas même les homos qui se vont vus stigmatisés... une loi sociétale impose pour faire oublier le reste...
a écrit le 07/05/2015 à 14:46 :
un homme suffisant et un soit disant président insuffisant. Nous on attend patiemment et vive 2017. Dégage
a écrit le 07/05/2015 à 13:30 :
"....les Français soudés derrière leur Président, 88% de popularité..." euh, non mais je rêve... ! faut que j'arrête de lire les journaux russes....
a écrit le 07/05/2015 à 13:04 :
Je date le début du déclin français aux 35 heures ; l'idée de partager le travail aurait pu marcher à condition de partager aussi la rémunération ; or depuis presque 20 ans on est à 35 heures payées 39, donc un surcoût de 10% qui par effet boule de neige conduit aux déficits et à la dette publics, et à la faible compétitivité de l'économie.
Une seule réforme structurelle suffirait, d'autant plus acceptable qu'elle s'appliquerait à tous : revenir aux 39 heures sans hausse des rémunérations...mais qui en aurait le courage ?
Réponse de le 07/05/2015 à 14:37 :
Sauf que votre proposition va, a priori, contre toute logique de soutien à la consommation (on bosse plus pour gagner ... pas plus !) et contre la baisse du chômage (pourquoi embaucher puisque la demande n'augmente pas et que les gens font plus d'heures !). Y-a-t-il d'autres paramètres cachés ?
Réponse de le 07/05/2015 à 19:40 :
Pour une entreprise où les frais de personnel représentent 50% du coût, revenir à 39 heures sans augmentation des rémunérations lui permettrait de baisser ses prix de 5%, ce qui ne serait pas mauvais pour le pouvoir d'achat et la consommation.
Et si on transpose ce raisonnement à la fonction publique, on pourrait rêver d'une diminution des impôts de 7 à 8%, donc encore des prix.
Evidemment, il n'y aurait sûrement pas beaucoup d'embauches dans l'immédiat, probablement même des licenciements, mais peut-être pas tellement plus qu'actuellement.
a écrit le 07/05/2015 à 12:25 :
Est-ce que Moi le Président sera présent à Moscou le dimanche pour les commémorations des 70 ans de la victoire sur le nazisme en Europe, ou pas ? officiellement il ne s'est pas encore décidé. Allez, messieurs, les paris sont ouverts !
a écrit le 07/05/2015 à 11:31 :
Le chômage de Hollande n'est que la partie émergée d'un iceberg d'incompétence socialiste dont les neuf dixièmes restent cachés. La Droite n'a pas particulièrement brillé, mais Hollande est bien pire, et à tout prendre on préfèrera un bateau qui louvoyait par gros temps, à une barcasse qui coule sous propre poids. Vivement ans deux ans.
Réponse de le 07/05/2015 à 21:23 :
Et vous serez berné de la même manière, le système a inventé le clivage droite/gauche pour occuper la populace pendant qu'il agit..
a écrit le 07/05/2015 à 11:29 :
Et la dette ?
Et l'immigration ?
Et la ficalité ?
Et l'insécurité quotidienne?
Et les attentats qu'on a laissé faire par incurie?
Et le laxisme judiciaire ?

Les Francais sont les plus grands consommateurs d'antidépresseurs au monde, car ils savent au fond d'eux, qu'ils vont vers une atroce guerre civilo-ethnique.
a écrit le 07/05/2015 à 10:02 :
comment doit on qualifier celle entre 2007 et 2012 ?
a écrit le 07/05/2015 à 9:47 :
Et François Hollade plombe le moral des français.
a écrit le 07/05/2015 à 9:45 :
Seule solution, faire comme les Anglais avec les contrats 0 heures. Un contrat de travail qui ne prévoit pas de minimum horaire. Le patron vous appelle quand il a besoin de vous. Beaucoup de Britanniques travaillent ainsi 3 ou 4 h par semaine, pour gagner une centaine d'euros, mais ils ont un contrat et donc plus comptabilisés parmi les chômeurs. Bingo, on divise le taux de chômage par deux!
a écrit le 07/05/2015 à 9:32 :
La dette courante à plus de 2000 milliards d'Euros et le la balance du commerce extérieur toujours dans le rouge ...ca ne plombe pas...?
a écrit le 07/05/2015 à 8:55 :
Il faudrait quand meme un jour relever le nez du guidon et se rendre compte que c est pas avec un politique lapiniste qu on va arriver a faire baisser le chomage. Au lieu d inciter les gens a faire des enfants qui seront 20 ans plus tard des chomeurs, on devrait au contraire appuyer sur le frein et inciter les gens a ne pas se reproduire. Surtout dans la frange de la population bac-5 dont les enfants auront toutes les chances de suivre le brillant parcours de leurs geniteurs (je sais c est pas politiquement correct mais c est helas la verite)
Réponse de le 07/05/2015 à 9:27 :
La "croissance" ne suit que la croissance démographique mais pour les plus vieux c'est plutôt: "A quoi bon"!
Réponse de le 07/05/2015 à 9:41 :
C est surtout gravement dégueu ce que vous soutenez et de plus complètement erroné, caricaturé et donc largement faux !!!
Un pays dont la population vieillit et diminue, est un pays qui décline
a écrit le 07/05/2015 à 8:41 :
Le chomage seulement ? Non, l'économie atone, les entrepreneurs désabusés, les cadres étranglés d'impôts, la politique fiscale qui est la risée du monde, aucune réforme de la fonction publique, qui pourtant coute des dizaines de milliards chaque année. Le bilan est désastreux. Sans parler de l'école... Dé-sas-treux...
a écrit le 07/05/2015 à 7:46 :
L'inversion du chômage interviendra lorsque Hollande aura déjà résorbé les 600.000 chômeurs qu'il a crées lui même ... C'est pas demain la veille ...
a écrit le 07/05/2015 à 6:55 :
Chirac et Sarkozy ont eux aussi échoué. En réalité, le chômage les arrange. Comme ça, les gens obéissent. L'exemple de l'Espagne montre qu'un pays accepte 20 % de chômage officiel sans problème. Sauf exceptions, l'être humain est égoïste la plupart du temps.
a écrit le 07/05/2015 à 0:51 :
L'état n'a pas plus le pouvoir de faire une politique industrielle qu'une politique de l'emploi. Cela est du ressort de l'initiative privé. Avec 58% du PIB payé par la dépense publique, il n'y plus d'initiative privé : seulement des subventions pour l'investissement et pour l'emploi selon le bon plaisir du prince.
a écrit le 06/05/2015 à 22:58 :
Ce n'est pour autant que l'on respecte les personnes créatrices d'emplois.
Commerçants
PME
Etc...
Une médaille devrait leur être décernée.

a écrit le 06/05/2015 à 21:35 :
si 20% est une progression vertigineuse en 3 ans que dire des années Sarko avec une progression double de 40%....C'est étrange mais je ne me souviens pas d'articles avec des "terme" aussi tranchés et négatifs de votre part monsieur le journaliste durant cette période UMP
Réponse de le 07/05/2015 à 9:51 :
Quand le chômage augmente sous la droite on dit que c'est la faute à la crise, quand c'est sous la gauche que c'est la faute du gouvernement. Deux poids deux mesures!
a écrit le 06/05/2015 à 21:26 :
les entreprises attendent l'éjection des socialistes de tout l'exécutif de l'Etat et des directions des administrations publiques . en attendant, au maximum deux ans , elles fonctionnent en mode " survie " : aucune dépense superflue , investissements limités au minimum vital , pas d'embauche en CDI , uniquement CDD obligés .
pour faire baisser les chiffres officiels du chômage , le Gouvernement ne peut plus compter que sur l'augmentation des postes de fonctionnaires et autres emplois subventionnés sur fonds publics, et bien sûr sur la pratique des radiations massives des chômeurs inscrits à Pôle Emploi .
le progrès socialiste continue .
a écrit le 06/05/2015 à 20:46 :
Hollande plombe le chomage de tous son poid
a écrit le 06/05/2015 à 20:11 :
Hollande : Oui, la situation est difficile, mais moi Président je vois déjà la lumière au bout du tunnel.
Les chômeurs français : Oui, mais c’est celle de la locomotive qui vient en face.
a écrit le 06/05/2015 à 20:06 :
C'est tout simplement logique. Tant que ceux qui votent un maximum de taxes pour les autres en prenant le plus grand soin de ne pas (trop) en payer eux-mêmes (indemnités non-imposables) il en sera toujours ainsi. Deux paradis fiscaux en France : Le palais Bourbon (parlement) et le Palais du Luxembourg (sénat) et l'enfer fiscal pour les autres. Aussi plus personnes ne veut se décarcasser à produire de la richesse et donc à créer des emplois. Pour être plumés ?
a écrit le 06/05/2015 à 19:40 :
Puisqu'on est dans le bilan des nullités, quelqu'un peut me donner des nouvelles de Barack Obama ? il est encore de son vivant ? il est malade ? en vacances prolongées ?….merci.
a écrit le 06/05/2015 à 19:30 :
Il n'y a pas que le chômage qui plombe le bilan de francois hollande, Le taux des prélèvements obligatoire a explosé depuis sont arrivé au pouvoir. Ainsi alors que qu'entre 2007 et 2012, il n'avait monté que de 0,2 point de PIB. Sous hollande en trois ans ils ont augmenté de 2 points de PIB. Le nombre d'entreprise ayant fait faillite atteint des niveaux stratosphérique. Par contre les dépenses restent toujours à des niveaux très importants plus de 4% de déficit en moyenne depuis le début du quinquennat. On peut également évoquer la taxe a 75% qui n'aura duré que deux ans avant que le gouvernement ne se rende compte de son erreur.
Ce n'est pas les allégations des ministres dans la presse qui pourront faire changer la réalité de ce bilan catastrophique.
a écrit le 06/05/2015 à 19:08 :
La France fait le choix de l'étatisme et de la dépense publique car les fonctionnaires ont le pouvoir réel. Hollande est leur serviteur. Le secteur privé qui nourrit le pays sombre dans l'esclavage au service de l'état. Ce pays est foutu car les improductifs ont confisqué le pouvoir et se servent au détriment des productifs spoliés et méprisés. Pour ma part, je pense que la France est condamnée.
Réponse de le 06/05/2015 à 19:19 :
Effectivement 57,7% de dépenses publics par rapport au PIB. Beaucoup trop de fonction public, élargie encore depuis 2012, parce qu' elle soutient le P.S. Rien à rajouter notre pays est encalminé durablement.
Réponse de le 06/05/2015 à 19:48 :
Dommage qu'on n ai plus le franc

On aurait eu le FMI et comme en Angleterre une mme Tatcher aurait dû remettre de l'ordre
Réponse de le 06/05/2015 à 20:12 :
vous avez vu beaucoup de bouchers,d'opticiens ou de dentistes au RSA?moi non!je ne pense pas qu'ils aient été spoliés comme les petits fonctionnaires de catégorie C qui survivent a un quasi smic
Réponse de le 06/05/2015 à 20:49 :
que les petits fonctionnaires reprennent une boucherie, un magasin d'optiques ou un cabinet dentaire...si certains fonctionnaires veulent gagner plus, rien ne les empeche de quitter la fonction publique et de créer leur entreprise...bon c'est vrai ils sont peu nombreux à y penser, autant faire gréve et attendre que ça tombe!
Réponse de le 06/05/2015 à 21:14 :
Beaucoup de petits commerçants ne sont pas au RSA mais en dessous du smig, c'est certain (et pas pour 35h par semaine).
Réponse de le 07/05/2015 à 9:49 :
La France est en situation de cessation de paiement.
On ne peut plus augmenter les ressources, car les impôts ne rapportent plus. Bien sûr en vendant des mirages, ou des frégates Fremm, on arrive un peu à renflouer le budget de l'état.
Quand une entreprise est ne cessation de paiement, elle licencie, et en premier ses cols blancs qui sont une charge qui ne rapporte pas d'argent.
Alors qu'est ce qu'on attend pour licencier des fonctionnaires . Tous les pays en difficulté l'on fait et se sont trouvé mieux. Certaines mairies, lorsqu'elles ont changé de gauche à droite se sont retrouvées avec 20% d'effectif en trop avec des budget de l'état en baisse. Seulement, on ne peut pas licencier dans l'administration. Ces gens ont un droit supérieur aux personnes du secteur privé. Pourquoi cette injustice, et ce sectarisme ???
a écrit le 06/05/2015 à 19:03 :
si on prend les 600 000 chomeurs officiels, les 80 000 fonctionnaires de plus par an, et les centaines de milliers d'emplois aides payes par les impots, il depasse largement le million!!!!!
le million, le million, le million!! ce gars fait peter les high scores, et dieu merci ca ne fait que commencer! ;-))))))))))))))))))))))))))))))))))))
a écrit le 06/05/2015 à 19:02 :
mais s'il n'y avait que le chômage, ce ne serait rien hormis les 650 000 chômeurs "créés" par le nul, mais il y a aussi la dtte à 100% SANS CRISE, déficit à 4.1% moyenne européenne inférieure à 3% SANS CRISE, croissance en France NULLE, moyenne européenne supérieure à 1.5% SANS CRISE, prélèvements obligatoires à 45% RECORD MONDIAL SANS CRISE, baisse depuis 3 ans du pouvoir d'achat et de la consommation SANS CRISE, faillites RECORD, etc, etc...des clowns on vous dit, seuls qq 10% supportent encore cette équipe qui a ruiné les ouvriers, plus globalement le monde du travail. lorsque l'on voit les résultats des autres pays européens hormis l'Italie, OUI la FRANCE EST DIRIGE PAR DES NULS QUI ENTERRENT LE PAYS.
a écrit le 06/05/2015 à 18:48 :
Pour les 40 milliards c'est faux !!
Ce sera 40 milliards au bout a la fin de 2017 si tous n'est pas remis en cause

La réforme de la formation
La réforme de l apprentissage
La réforme de la loi duflot
La réforme du code du travail

Rien n a ete fait pour que l emploi reparte juste du vent
Hollande est le clone de Sarkosy
a écrit le 06/05/2015 à 18:41 :
La décision politique du choix du chômage de masse date de bien avant l'élection de FH. Certaines mesures ont modifié à la marge les causes de ce chômage de masse depuis 2012. Pour faire simple la responsabilité de l'Etat peut être engagée sur l'aspect fiscalité et stabilité du cadre juridique très anxiogènes pour les entreprises. Pour l'essentiel, tant que nos dirigeants laisseront aux partenaires sociaux le contrôle de ce qui bloque le pays (législation du travail, formation professionnelle, Pôle Emploi), rien de bougera. Ce défaitisme face aux partenaires sociaux est la marque de fabrique des gouvernements de ces 30 dernières années. CE QUI EST DRAMATIQUE, C'EST QU'AUX YEUX DE BEAUCOUP DE MEDIAS UN CHOMEUR SUPPLEMENTAIRE TOUTES LES 3 MINUTES SOIT MOINS IMPORTANT QUE LA MORT POLITIQUE D'UN MONSIEUR DE 86 ANS PERSONNE N'A CRU SERIEUSEMENT JE L'ESPERE QUE FH LAISSERAI SA PLACE EN CAS DE HAUSSE CONTINUE DU TAUX DE CHOMAGE
a écrit le 06/05/2015 à 18:34 :
Et la dette qui frise les 100 % du PIB ? Et l'investissement des entreprises qui ne repart pas malgré les aides colossales de l'Etat ? Franchement, il n' y a pas grand chose de positif depuis 3 ans qui soit le fait de Hollande. Il n'y a que la conjoncture internationale qui s'améliore, mais rien qui soit le fait de Hollande et de ses gouvernements successifs.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :