Le Maire annonce 10 milliards de cessions d'actifs pour financer l'innovation

 |   |  598  mots
Bruno Le Maire avait précisé jeudi, lors de la séance de questions au gouvernement au Sénat, que des cessions de participations non stratégiques interviendraient à partir de septembre pour alimenter ce fonds.
Bruno Le Maire avait précisé jeudi, lors de la séance de questions au gouvernement au Sénat, que des cessions de participations non stratégiques interviendraient à partir de septembre pour alimenter ce fonds. (Crédits : POOL New)
Renault, Safran, Orange, Aéroports de Paris, Engie (ex-GDF Suez)... ? Le gouvernement refuse de désigner les entreprises ciblées pour assurer ce financement pérenne de l'innovation, promesse de campagne d'Emmanuel Macron. Pourtant, il est à prévoir que le ministre de l'Economie et des Finances annoncera bientôt d'autres cessions, car le gouvernement doit en effet trouver d'urgence environ 5 milliards d'euros pour boucler le budget cette année, réduire le déficit public à 3% du PIB, sans oublier le sauvetage d'EDF et d'Areva...

Le gouvernement va bien procéder dans les prochains mois à des cessions de participations pour un montant de 10 milliards d'euros, afin d'alimenter un fonds destiné à financer l'innovation, a-t-on confirmé vendredi à Bercy.

"On alimentera un fonds [destiné à sanctuariser des moyens dédiés au financement de l'innovation] avec 10 milliards qui proviendront de cessions d'actifs, et il s'agira pour l'essentiel de participations minoritaires dans des entreprises du secteur concurrentiel", indique-t-on vendredi dans son entourage, selon Reuters.

Bruno Le Maire avait précisé jeudi, lors de la séance de questions au gouvernement au Sénat, que des cessions de participations non stratégiques interviendraient à partir de septembre pour alimenter ce fonds. L'objectif de ce fonds, qui figurait parmi les promesses d'Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle, est d'assurer un financement pérenne de l'innovation.

"Ce sont les rendements sur ce fonds qui seront attribués à l'innovation", a précisé une source à l'AFP, soulignant que cela assurerait à cette mission "un financement durable" et non soumis aux contraintes budgétaires.

Renault, Safran, Orange, Aéroports de Paris, Engie (ex-GDF Suez)...

Quelles pourraient être ces cessions? "Par exemple, l'opérateur téléphonique Orange : l'État en détient 13%, et cela vaut 5 milliards d'euros en Bourse. L'État pourrait en vendre une partie. Même chose chez Renault : la part de l'État représente 4,6 milliards. Il y a encore Safran, 4,8 milliards d'euros", a expliqué ce vendredi le journaliste Jean-Paul Chapel sur le plateau de France 2.

"Dans un deuxième temps", poursuit le journaliste, "l'État pourrait envisager des privatisations. Il possède 50% d'Aéroports de Paris, soit 6,9 milliards. Quant à Engie, ex-GDF Suez, cela représente 9,2 milliards d'euros."

De fait, l'Agence des participations de l'État (APE), chargée de gérer le patrimoine de l'État actionnaire, est présente au capital de 81 entreprises. Ces participations pèsent actuellement près 100 milliards d'euros, dont 70 dans des sociétés cotées. S'agissant de Renault, l'Etat est monté au capital en 2015 (19,74%) tout en promettant de revendre ses titres au moment opportun. Dans le cas d'Orange (dont l'Etat détient directement ou indirectement 23%), Emmanuel Macron avait expliqué que l'Etat n'avait pas "vocation" à rester "de manière pérenne" au capital. Idem pour Aéroports de Paris (ADP), dont l'Etat détient 51% du capital.

L'Etat refuse de désigner les entreprises concernées

Pourtant, interrogé par l'AFP sur les entreprises qui pourraient être concernées, l'entourage du ministre a refusé de donner plus de détails.

Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire avait annoncé ces 10 milliards d'euros de cessions de participation mercredi lors d'un discours, mais son entourage avait ensuite précisé qu'il s'agissait plutôt d'abriter ces 10 milliards de participations dans un fonds dédié, dont les dividendes alimenteraient le financement de l'innovation.

"Cela sera fait dès que les conditions de marché le permettront", précise-t-on de même source.

5 milliards à trouver en urgence pour boucler le budget

Vendredi, Louis Gallois, co-président du cercle de réflexion La Fabrique de l'Industrie, s'est dit sur Europe 1 "tout à fait pour que le portefeuille des participations de l'Etat bouge et que peut-être certaines entreprises puissent être vendues, si ça permet de dynamiser d'autres secteurs".

Outre le financement de ce fonds pour l'innovation, l'État pourrait vendre des participations pour boucler le sauvetage d'EDF et d'Areva, ou pour boucler son budget.

Le gouvernement doit en effet trouver d'urgence environ 5 milliards d'euros pour financer le budget cette année et réduire le déficit public à 3% du produit intérieur brut, conformément aux engagements européens de Paris.

(avec Agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/07/2017 à 10:03 :
Par manque de courage et d'être confronter à une minorité de nabab salariés du public qui vit au crochet de la société, le gouvernement n'engage aucune mais nécessaire réforme des administrations publiques territoriales et de ses agents. Fermeture d'administrations en doublons ou sans utilités, réorganisation des tâches des fonctionnaires en sureffectifs, augmentation du temps de travail, lutte contre l'absentèisme... Car les économies sont là et possible mais par manque de volontarisme, de courage et de facilité le Premier ministre Édouard Philippe ne fait qu'un copier-coller des précédents gouvernement.... Nous sommes bien gouverné par des énarques incapable de prendre leur responsabilité... La dette de la France est aujourd'hui de 100% plus rien ne peut l'arrêter... Bruno Le Maire vend les bijoux de la maison France par son incapacité de réformer le service publique... Triste constat !
a écrit le 10/07/2017 à 9:35 :
Logique les marchés sont assez hauts, bon moment pour vendre. L'état s il peut intervenir dans le capital des entreprises n'a pas vocation à le rester. Aider à innover, soutenir en cas de coup dur, identifier les enjeux de souveraineté ok.
Mais chaque année démontre que l'état réclame plus de dividendes qu'un autre actionnaire en moyenne, pas bon pour les entreprises du coup.
Laissez le CAC 40 et s'occuper de notre artisanat, nos PME et ETI est bien plus pertinent au demeurant.
a écrit le 09/07/2017 à 22:35 :
Vendre les bijoux de familles aux copains, le sans faute m' sieur Le Maire, le sans faute ...


Pourquoi ne pas taper dans les 9 milliards de contribution nette que nous perdons annuellement avec l' UE?
a écrit le 09/07/2017 à 19:54 :
Suppresion de la taxe d'habitation
Mais qui va payer?

Les proprietaires bien sure avec un doublement de la taxe fonciére.
Sans compter l'effondrement des prix de l'immobilier.
Et puis les riches sont déjà partis à l'étranger et ne reviendront pas au regard de ce desastre . Sans compter la classe moyenne qui risque de s'expatrier au regard de cette suppression de la taxe d"habitation et mouveaux impots à venir.
Prochainement la hauuse de la CSG!
Réponse de le 10/07/2017 à 8:57 :
Mais qu'attendez-vous pour partir face à un tel tableau?
Nous n'avons pas besoin de votre noirceur et de votre immobilisme.
Du balai et bon débarras.
Réponse de le 02/08/2017 à 21:26 :
Réponse à Mr Cgp

Je suis sûre que vous avez voté Macron ou Melenchon
de plus vous devez être dans les 60% des gens qui ne paient pas d'impôts!
Moi je suis content d'en payer mais ça commence à faire beaucoup.
Et c'est grâce à des gens comme nous que les aides sociales continuent à être payer!
Tout comme les retraites.
a écrit le 09/07/2017 à 19:03 :
et ces actifs , ils rapportaient combien en dividendes chaque année ? ça fera des revenus complémentaires qui vont se déduire des ressources de l'Etat ! comment on compense?
a écrit le 09/07/2017 à 11:40 :
Politique classique de droite on vend les bijoux de famille, c'est bien mais quand il n'y aura plus rien à vendre on fera comment ?

Quel manque cruel de capacité à innover, nos politiciens sont des robots.
Réponse de le 10/07/2017 à 17:04 :
Si vous préférez qu'on coupe directement toutes les aides sociales, on pourra garder nos bijoux de famille.
Faut choisir.
a écrit le 09/07/2017 à 10:23 :
Ya des copains qui vont s'enrichir facilement.
a écrit le 09/07/2017 à 8:19 :
Il faut un projet de loi obligeant les collectivités locales à tenir un objectif chiffré de réduction des dépenses. Cette loi les obligera à soumettre à un comité national de contrôle des dépenses, tout projet dont le cout mettrait en cause cette réduction des dépenses. Fini les extravagances de certains élus locaux! Ainsi, nous pourront commencer à voir baisser le montant des impôts locaux et fonciers !
a écrit le 08/07/2017 à 20:45 :
Il va vendre du tangible, rentable, en croissance (AF, ADO, RNO) contre du mou, pas rentable, décidé par des politiques !
a écrit le 08/07/2017 à 17:57 :
Rappelons que le déficit proposé par notre dispendieux Gouvernement et voté par notre coûteux Parlement est de soixante milliards d'Euros et qu'il représente vingt pour cent des dépenses prévues pour l'année en cours.
peut-être serait-il temps de demander des comptes aux élus de l'époque, et même remonter au-delà. Sans doute, avant d'engager le plan Le Maire devrions nous demander l'avis de personnes qui savent ce qu'est un investissement et qu'une commission du Parlement devrait entendre: je parle d'industriels aux succès reconnus. Ce serait là Innovation! Quant aux ventes d'actifs "nationaux", je ne suis pas sûr que l'Etat et en l'espèce ses gouvernements, ait montré de réelles compétence de gestionnaire... sauf pour garantir de confortables fauteuils à ses serviteurs.
Réponse de le 08/07/2017 à 20:16 :
"Sans doute, avant d'engager le plan Le Maire devrions nous demander l'avis de personnes qui savent ce qu'est un investissement et qu'une commission du Parlement devrait entendre: je parle d'industriels aux succès reconnus." : Vous avez raison, et demandons directement à un milliardaire : Trump.
a écrit le 08/07/2017 à 17:45 :
Le Maire était chef de cabinet de Villepin,l'homme qui a bradé les autoroutes,il a été a bonne école,il saura récompenser ceux qui doivent l'etre
Réponse de le 09/07/2017 à 9:25 :
En parlant de récompense :

L'économiste français Alain Minc, un des proches conseillers du président Nicolas Sarkozy, a été nommé président des autoroutes Sanef, a annoncé, mercredi, le groupe espagnol d'infrastructures et de services Abertis, maison mère de Sanef."Le conseil d'administration de Sanef, filiale française d'Abertis, a donné aujourd'hui son feu vert à la nomination d'Alain Minc comme nouveau président de la société, en remplacement de Pierre Chassigneux, qui prendra sa retraite après avoir occupé ce poste depuis 2003", a précisé le groupe dans un communiqué.
Alain Minc est déjà présent au conseil d'administration de deux entreprises espagnoles, la banque catalane CaixaBank et le groupe de médias Prisa, qui édite notamment le quotidien El País. Sanef (Société des autoroutes du nord et de l'est de la France) appartient à Abertis depuis sa privatisation en 2006.
a écrit le 08/07/2017 à 15:53 :
Lorsque l'état aura tout vendu pour financer divers programmes politiques dont l'innovation, ce sera alors la fin pour la France, car elle n'aura plus rien en cas de gros problèmes financier....( les fables de La Fontaine : la cigale et la fourmi).
Il est grand temps que nos politicards mettent en place les vraies réformes de l'état avant qu'une catastrophe s'annonce....Les caisses sont vides et il va bien falloir faire des économies !
La France n' a aucune vision sur le moyen long terme et encore moins sur les stratégies à employer .
Aujourd'hui le gouvernement n'a plus aucune marge de manœuvre financière suite à la gabegie de nos politicards de tous bords qui ont d'abord voulu garder leurs intérêts personnels au détriment de la France.
La France ne pourra pas éternellement dépenser sans compter, car la réalité est là, implacable!
Réponse de le 09/07/2017 à 4:31 :
Des "politicards"elus PAR les francais.
Ne pas l'oublier, ceci pose il est malvenu de se plaindre.
Le pays est a genou, il ne se relevera pas.
Trop de gens se gavent sur le gateau national.
Les miettes sont deja englouties.
a écrit le 08/07/2017 à 15:10 :
Bruno LEMAIRE comme ministre des finances est une erreur de casting, il n'a pas les compétences ni l'intelligence requise ;

Vendre des actifs pour financer des dépenses de fonctionnement, c'est absurde et stupide, c'est surtout de la très mauvaise gestion ;

Ancien ministre de l'agriculture de Sarkozy Fillon, Bruno LEMAIRE serait mieux comme simple secrétaire d'état dédié au ramassage des ordures et du traitement des effluves pour les porcheries industrielles de Bretagne.
a écrit le 08/07/2017 à 13:04 :
Il est grand temps de céder toutes ces participations de l'état dans des entreprises du secteur concurrentiel cotées en bourse. L'état n'a pas vocation à vendre des voitures, des réacteurs d'avion, à mettre une box internet chez vous. .. Et surtout à jouer les boursicoteurs.
Réponse de le 08/07/2017 à 14:33 :
Avant, combien rapporte à l'Etat, c'est à dire à nous ces participations ? C'est comme pour les autoroutes ou la gestion des PV.
Réponse de le 08/07/2017 à 16:10 :
@juv: pas d'accord du tout. Comme tout un chacun disposant de fonds, l'État se doit de gérer l'argent public et d'investir savamment. En outre, ces investissements rapportent et réduisent donc les taxes et impôts qui seraient autrement demandés au contribuable:-)
a écrit le 08/07/2017 à 12:47 :
Il est nécessaire de commencer à envisager de dégager les dégageurs. Le renouveau nous fait du vieux.
Tout ceci était prévisible, les promesses les plus importantes, transformation du CICE et baisses des impôts pour les PME ne sont pas respectées.
La privatisation de participations de l’Etat est un cadeau pour le CAC40 et la Finance.
Le plus important pour l’emploi est donc abandonné pour satisfaire les 3% de l’Allemagne.
Services publics, les coupes budgétaires idiotes (à court terme) vont faire stagner la croissance.
Des vraies réformes auraient été préférables, pour obtenir à moyen terme une non-reconduction de postes devenus inutiles par les gains d’efficacité obtenus grâce aux réformes.
……………..
L’ardoise laissé par le précédent gouvernement qui a embellit les chiffres en fin de mandat est un classique qui ne pouvait être ignoré par le nouveau.
Le nouveau locataire de l’Elysée nous a vendu l’irréalisable en accumulant des promesses, souvent d’ailleurs budgétairement contradictoires.
L’ardoise laissée par l’équipe dégagée n’est qu’un prétexte pour masquer l’irréalisme du programme promis.
Du plus le contexte économique 2017, national et européen, n’a rein à voir avec celui de 2012.
C’est le jour et la nuit !
Réponse de le 08/07/2017 à 13:33 :
Le 3% ne vient pas de l'Allemagne mais du bon sens. Il faut empêcher nos politiques de dépenser : ils ne savent pas investir...
Réponse de le 08/07/2017 à 20:17 :
¨Par définition, le bons sens c'est l'absence de réflexion.
Réponse de le 10/07/2017 à 9:07 :
Ce qui est extraordinaire avec les corbeaux de votre espèce, c'est que vous annoncez son échec avant même que la moindre mesure ne soit prise.
Au fond votre idéal c'est surtout ne changeons rien.
a écrit le 08/07/2017 à 12:01 :
Ce gouvernement fait du Raymond Barre, Hollande etc... Hausse du tabac et de l'essence au nom de la santé, vente des bijoux de famille pour financer le budget, hausse de la CSG au nom de l'harmonisation des comptes, intégration du RSI des indépendants dans le regime général (comme avec les agriculteurs), etc... Et officiellement, pas de hausse d'impots, mot interdit pour les grands communicants. Ce qui est amusant, c'est que ce sont les pauvres (diesel et vieille voiture) et les retraités qui vont trinquer le plus, ceux la même qui ont votés Macron. La macronmania va finir vite.
Réponse de le 08/07/2017 à 13:08 :
Non justement votre conclusion tombe à plat, les retraités ont très largement voté Fillon et Le Pen et les pauvres comme vous dites, c'est Le Pen pour les gaulois et Mélenchon pour les banlieues des grandes villes.
Réponse de le 08/07/2017 à 17:25 :
"Ce qui est amusant, c'est que ce sont les pauvres (diesel et vieille voiture) et les retraités qui vont trinquer le plus, ceux la même qui ont votés Macron".

Tout faux ;

Regardons tout d'abord qui a voté pour Emmanuel Macron lors du premier tour, le 23 avril. Selon un sondage Ipsos, réalisé le jour du vote, c'est chez les plus diplômés, les plus qualifiés et les plus aisés qu'il a obtenu ses meilleurs scores. Il a ainsi recueilli 32% des suffrages chez les électeurs dont le revenu est supérieur à 3 000 euros par mois. Un vote qui tombe à 25% chez ceux qui gagnent entre 2 000 et 3 000 euros, à 18% entre 1 250 et 2 000 euros, et à 14% chez les plus bas revenus.
Réponse de le 08/07/2017 à 18:21 :
les retraites ont votes massivement pour macron. moitié moins que la moyenne nationale pour marine Le Pen et quasi rien pour mélanchon. les pauvres j entends ceux qui gagnent 1500 euro se font toujours avoir quelque soit le résultat. je n assisté qu a des fermetures d usine et pas des créations. la start up que envoie de l arôme avec le réveil ne va pas relancer le pays
a écrit le 08/07/2017 à 10:56 :
La France doit disparaître vendu à la découpe! Financer l'innovation n'est que subventionner ce qui va être vendu, il n'y a aucun retour a attendre!
a écrit le 08/07/2017 à 10:50 :
La France doit disparaître vendu à la découpe!
a écrit le 08/07/2017 à 10:32 :
Des milliards en plus pour les actionnaires milliardaires, on va même par delà l'individualisation des gains et la socialisation des pertes, on distribue directement les milliards à ceux qui n'en ont pas besoin.

Mais forcément une multinationale ça peut faire de gros chèques contrairement à une PME.

Démocratie ?
a écrit le 08/07/2017 à 10:11 :
C'est un bon compromis et il y a une logique.
Le gouvernement pourrait aussi faire abonder le secteur privé pour constituer un fond plus conséquent. Bien-sur ils ne viendront que si c'est pour réellement financer l'innovation et si possible pas pour de grands groupes, qui disposent déjà de suffisamment de moyens. Les groupes du CAC40 ayant bien reconstitué leurs marges (voir La Tribune du 6-7-2017), grâce en partie aux baisses de charges. Ils font ce qu'ils veulent de cet argent, soit investir dans l'avenir, soit distribuer des dividendes.

Quand aux cessions, vu l'endettement, c’était irrémédiable et j'ai bien peur que ce ne soit qu'un début. Sauf si on est optimiste sur les reformes structurelles et encore, les effets seront à long terme. Il faut bien commencer un jour.

Il y a tout de même une bizarrerie dans la gestion publique, j'ai l'impression que l'on se débarrasse quasi systématiquement des parts de groupes devenus rentables, pour renflouer les mauvais élèves. Y a t'il une stratégie, une espèce de démonstration par l'absurde, ou c'est au jour le jour ?
Politiquement ce n'est pas très vendeur.
a écrit le 08/07/2017 à 9:32 :
Une recette pourtant simple : taxer les pauvres, ils sont les plus nombreux....ceux au final qui ne sont rien, des boulets pour ceux qui réussissent.. ...si je résume la philosophique macronienne....
a écrit le 08/07/2017 à 9:06 :
Ils n'apprendront jamais. C'est toujours les mêmes recettes ringardes. Toujours l'entre deux, entre l'étatisme gaullien et le libéralisme giscardien.

Tout le monde sait que le nucléaire est condamné, trop lourd, trop cher à construire et à démanteler, trop dangereux. Est-ce que cela à empêcher Hollande d'autoriser la poursuite du programme EPR et le renflouement d'Areva ? Non !

Tout le monde sait que les réseaux de communications et de transports des flux sont stratégiques. Est-ce que cela à empêcher Chirac et Sarkozy, de privatiser les autoroutes, les réseaux de télécommunication et électriques ? Non !

Quand comprendront-ils que d'être élu, ne transforme pas un âne en cheval de course ?
Réponse de le 08/07/2017 à 11:40 :
Pour continuer à utiliser ton ordinateur te permettant de naviguer sur Internet, tu as besoin d'électricité. Donc soit on continue dans le nucléaire, soit tu te passes d'ordinateur (un "smart"phone étant un ordinateur pour ceux qui l'oublient). D'ailleurs il va bientôt falloir débloquer des fonds pour construire les première centrales à fusion nucléaire. Toute énergie à un coût, la seule énergie renouvelable connue à ce jour étant le vivant, je ne suis pas pressé que l'on rétablisse l'esclavage pour assurer le confort d'une caste de nantis quand le fossile sera épuisé.
a écrit le 08/07/2017 à 7:50 :
Quelle politique innovante avec MACRON on augmente les impôts et taxes mais cette fois il y aura moins de rentrées fiscales le matraquage fiscal a atteint ses limites, la hausse de la CSG de 25 % comment voulez que celà crée un climat favorable
On vend les participations de l'état dans les entreprises, elles vont passées sous pavillon ėtranger
MACRON qu'a pas de recette miracle il bouge les trous, au lieu de faire la grande réforme de l'état et des collectivités territoriales, pitié désengagez l'état et tout ira mieux
a écrit le 08/07/2017 à 7:17 :
fin de l état de grace sur fond de moralité/ probité voir mensonges... les 24% font mine d y croire
a écrit le 08/07/2017 à 6:34 :
C parti pour la grande braderie...! Perso je sais faire pour gérer le pays comme cela, ce n'est vraiment pas difficile.... le retour des droiteux!
a écrit le 08/07/2017 à 3:28 :
La France est perdue, macron ou pas.
Réponse de le 08/07/2017 à 9:19 :
La France européïste est perdue, voilà pourquoi Macron est perdu..
a écrit le 07/07/2017 à 23:23 :
Parmi les "bijoux de famille" à vendre d'urgence, je conseille Air France.

C'est un placement d'avenir et les pilotes feront le plein d'actions pour toucher le jackpot!
a écrit le 07/07/2017 à 22:56 :
Il y a quelques années avec SARKOZY on a eu droit à un plan de 35 milliards pour la relance ! on connait le résultat.
Nous avons eu des privatisations pour réduire le déficit. Une partie de ces recettes devait alimenter le fonds de réserve pour les retraites.
Le déficit ne se réduit pas et personne ne parle plus d'alimenter ce fonds.
a écrit le 07/07/2017 à 22:55 :
Vendre les bijoux de famille afin de gérer des dépenses courantes : le comble de la mauvaise gestion
Réponse de le 08/07/2017 à 0:21 :
Vous avez parfaitement dénoncé cette pratique dangereuse qu'est la privatisation pour financer les dépenses courantes. En agissant ainsi, on appauvrit un peu plus l'ETAT (donc le peuple) et on enrichit grandement les intérêts privés puissants.

Malheureusement cette pratique d'affaiblissement de l'ETAT a commencé avec la loi n°73-7 du 3 janvier 1973 et elle continuera sous ce quinquennat de manière accélérée. Aujourd'hui, défendre l'intérêt collectif, c'est devenu marginal dans la sphère politique.
a écrit le 07/07/2017 à 22:54 :
Vendre les bijoux de famille afin de gérer des dépenses courantes : le comble de la mauvaise gestion
a écrit le 07/07/2017 à 22:51 :
mr le MAIRE voulais privatiser l agence pour l emploi qu il le fasse 54 000 fonctionnaires ou plus pour aucun résultat il donne le job aux boites d intérim et on les payent aux résultat
a écrit le 07/07/2017 à 22:49 :
mr le MAIRE voulais privatiser l agence pour l emploi qu il le fasse 54 000 fonctionnaires ou plus pour aucun résultat il donne le job aux boites d intérim et on les payent aux résultat
a écrit le 07/07/2017 à 19:40 :
Vendre les bijoux de familles aux copains, le sans faute m' sieur Le Maire, le sans faute ...


Pourquoi ne pas taper dans les 9 milliards de contribution nette que nous perdons annuellement avec l' UE?
Réponse de le 07/07/2017 à 20:04 :
A l'UPR, on le sait depuis longtemps; il serait temps que tous réalisent que sans l'UE, on aurait des moyens biens supérieurs pour mener une meilleure politique française. En particulier, pour les agriculteurs... Mais ça, c'est un secret... de polichinelle !

Ils accélèrent le processus car ils savent qu' ils ne referont jamais un deuxième mandat mais le mal qui sera fait seul l' UPR pourra le défaire .
a écrit le 07/07/2017 à 19:28 :
en fait, ils ressemblent a des gens qui vont au mont de piete, mais avec des bijoux qui ne sont pas a eux..... ' ma tante' fera le reste
a écrit le 07/07/2017 à 19:25 :
de gauche et de droite, chacun vend les bijoux de famille pour ne pas affronter la realite et refiler la patate chaude au suivant.......... peut etre qu'il faudrait ouvrir les yeux...muppets
a écrit le 07/07/2017 à 19:23 :
Il ferait mieux de boucher avec cet argent le trou de 9 milliards d'Euro qu'on laisser les socialistes en partant.......L'Innovation quelle farce !!
a écrit le 07/07/2017 à 19:10 :
On vend les bijoux de famille , normal avec des politiciens incapables d'avoir un budget en équilibre depuis 1974 malgré les hausses d'impôts à répétition.
a écrit le 07/07/2017 à 19:05 :
Pas très nouvelle la méthode: 1) on vend les bijoux de famille pour soit-disant relancer l'économie et 2) on augmente les taxes et impôts pour boucher le nouveau déficit :-)
a écrit le 07/07/2017 à 18:58 :
Le Maire annonce 10 milliards de cessions d'actifs pour financer l'innovation

Bruno Lemaire ne sait rien faire d'autre, il n'a aucune compétence, aucune idée, un petit pois dans le cerveau qui doit obturer les neurones, pour industrialiser et Ré-industrialiser un pays.

Bruno Lemaire a toujours été dans le chiracisme et le sarkozysme qui ont bradé les bijoux de famille de la France sans jamais créer quoi que ce soit,

Nous devons bien reconnaître en Lemaire un acteur majeur du déclin de la France

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :