Croissance : avec 0,5% au 1er trimestre, la France fait mieux que prévu

Les économistes, et l'Insee elle-même, tablaient sur une hausse de 0,4% du PIB au premier trimestre. La forte hausse de la consommation et la vigueur des investissements privés ont soutenu la croissance. L'Insee a également confirmé les chiffres de l'année dernière.
Michel Sapin, ministre des Finances, s'est félicité des fruits de l'action du gouvernement, jugeant qu'une croissance solide a été enclenchée.
Michel Sapin, ministre des Finances, s'est félicité des "fruits" de l'action du gouvernement, jugeant qu'une "croissance solide a été enclenchée". (Crédits : Reuters)

Dans une première estimation, l'Insee a annoncé une hausse de 0,5% du PIB au 1er trimestre. Ce chiffre est meilleur qu'attendu puisque les analystes tablaient en moyenne sur une hausse de 0,4%.

Cette performance a été permise par une forte hausse de la consommation des ménages et la poursuite de celle de l'investissement des entreprises, selon la première estimation publiée vendredi par l'Insee.

Le PIB 2015 confirmé

L'institut a confirmé dans le même temps le niveau de croissance du dernier trimestre 2015, +0,3%, ce qui fait que le produit intérieur brut de la France (PIB) a bien progressé l'an passé en moyenne de 1,2%, son niveau le plus élevé depuis 2011, après +0,2% en 2014.

Trente économistes interrogés par Reuters prévoyaient une hausse de 0,4% (prévision médiane) au 1er trimestre, leurs estimations allant de +0,1% à +0,4%. La dernière prévision de l'Insee, publiée mi-mars, était également de +0,4%, de même que celle de la Banque de France.

Dans un communiqué, le ministre des Finances Michel Sapin estime qu'une "croissance solide est enclenchée, avec une consommation en forte hausse et un investissement des entreprises qui accélère".

"Notre action porte ses fruits, nous la poursuivrons avec détermination dans les prochains mois", s'est réjoui le ministre dans une déclaration transmise à l'AFP. "C'est une croissance solide qui est enclenchée", a-t-il ajouté.

Même son de cloche du côté du président du groupe socialiste et apparentés au Sénat, Didier Guillaume, pour qui, pas de doute, "ça va mieux".

Satisfaction, mais du bout des lèvres, aussi, de l'ancienne présidente du Medef Laurence Parisot.

 Un acquis de croissance substantiel

L'acquis de croissance pour 2016, à savoir la marque pour toute l'année si le PIB des trois derniers trimestres devait stagner, "est déjà de 1% à l'issue du 1er trimestre, ce qui signifie qu'avec moins de 0,4% de croissance chaque trimestre, l'objectif de 1,5% (retenu par le gouvernement) sur l'année sera atteint", ajoute-t-il.

La contribution de la demande intérieure finale à la croissance du trimestre a été positive de 0,9 point, soit un plus haut depuis le dernier trimestre 2006.

Mais celle de la variation des stocks des entreprises, qui restait sur deux trimestres solides, a été négative de 0,2 point et la contribution du commerce extérieur reste dans le rouge à -0,2 point, en raison d'un léger recul des exportations et d'une hausse des importations.

Les dépenses de consommation des ménages ont augmenté de 1,2%, soit leur plus forte hausse depuis fin 2004, cette progression concernant tant les biens fabriqués (+2,4%), que l'énergie (+1,5% à la faveur de températures plus basses que fin 2015) et les services (+0,6%).

Les investissements privés en soutien

Ces derniers ont bénéficié notamment du rebond des dépenses dans l'hébergement-restauration, un secteur pénalisé fin 2015 par les attentats islamistes de novembre à Paris et Saint-Denis.

L'investissement global a augmenté de 0,9% grâce aux entreprises (+1,6%), dont les dépenses dans ce domaine dépassent enfin le record établi au premier trimestre 2008, avant la crise.

Celui des ménages accuse en revanche un onzième trimestre consécutif de baisse, signe que le rebond signalé dans le logement peine à se concrétiser.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 19
à écrit le 30/04/2016 à 13:56
Signaler
Quand je regarde les post plus bas je m apercois que les supporters d enarque 1er osent s enorgueillir d une croissance de 0.4% sur un seul trimestre...c est dire leur niveau de désespoir et de leur profond aveuglement pour ne pas dire bêtise...le ch...

à écrit le 29/04/2016 à 22:50
Signaler
C'est stupide d'affirmer que ca va mieux parce qu'on a 0,4 de croissance au premier trimestre. Pourquoi? 1) deja parce que la première estimation de 0,4% va être revue et qu'en général elle n'a au final rien à voir avec les premières estimations ...

à écrit le 29/04/2016 à 16:23
Signaler
On surnage dans l'augmentation infinitésimale mais bon tout va bien nous affirme Mr Moi Président encore.. 2000 milliards de dette,5 millions de chômeurs toute catégorie,manifestations,nuit debout, état d'urgence et un baril de pétrole qui remonte en...

le 29/04/2016 à 18:30
Signaler
C'est bien vrai mon bon monsieur, sous Sarko 1er, on arrivait à des baisses de PIB de plusieurs points, une augmentation phénoménale de la dette, et une tarif de l'essence au sommet depuis des lustres. C'était le bon temps. C'était vraiment un grand...

à écrit le 29/04/2016 à 15:59
Signaler
1.2 % de consommation en plus avec l'habillement et autres en baisse, il reste que l'énergie, consommation contrainte en hausse et les taxes qui vont avec. Oui Bercy va mieux. La France, elle, elle doute. Ou en sont les exportations?

à écrit le 29/04/2016 à 13:34
Signaler
Très forte hausse de la consommation alors que c'est 1,2 % il faut arrêter de voir la vie en rose Apres 4 ans de non réforme on profite juste de la baisse du pétrole

à écrit le 29/04/2016 à 12:04
Signaler
Une question la consomation des ménages en hausse mais avec quel argent ????

le 29/04/2016 à 13:18
Signaler
Crédit a gogo pour tous grace aux taux négatifs de la BCE et a l'action de QE

le 29/04/2016 à 16:36
Signaler
je me permets de nuancer votre propos, la BCE affiche des taux NOMINAUX négatifs. Comme on est en situation de deflation pas dit par exemple que les taux immobiliers d'aujourd hui soient pas plus chers (en tout cas plus de marge pour les banquiers) q...

à écrit le 29/04/2016 à 11:19
Signaler
C'est marrant comme tout s'arrange quand les élections arrivent. Peut etre devrions nous faire des élections présidentielles tous les ans... :)

le 29/04/2016 à 12:52
Signaler
Oui tu as raison, il existe un complot planétaire organisé par la CIA pour truquer les chiffres du chômage, de la croissance de l'investissement, de la dette,... pour permettre à Hollande d'être réélu en 2017. On devrait plutôt se réjouir de l'accum...

le 29/04/2016 à 16:45
Signaler
Mouai pas terrible votre théorie: Aux US ils votent cette année et ça ralentit sévère.... Me souviens des années Jospin, les meilleures sur le front économique depuis des décades, où la conjoncture s'était retournée dans la dernière année ou p...

à écrit le 29/04/2016 à 11:14
Signaler
baisse du chomage ,hausse de la croissance,dissolution des "nuits debout",un a un tous les problèmes sont réglés avec fermeté et humanité.dans peu de temps le pays doit etre pret pour l'euro foot qui sera une superbe fete pour les français,sans comp...

le 29/04/2016 à 15:02
Signaler
Il y en a une en mai 2017 de fête que vous n allez pas louper ne vous inquiétez pas...gueule de bois garantie pour tous les bobos du ps

à écrit le 29/04/2016 à 11:12
Signaler
La France va ENFIN finir dans la Moyenne de croissance de l'U.E. : 1,7%, quelle performance vu les taux d'intérêts négatifs, et un endettement rapporté au PIB toujours pas dans les clous, en dessous des 3% après 3 reports consécutifs de la commission...

à écrit le 29/04/2016 à 8:55
Signaler
les hirondelles s accumulent enfin! avec l Euro au T3 et son petit boost conjoncturel on devrait être en ligne fin septembre...

à écrit le 29/04/2016 à 8:45
Signaler
aussi bien que l'Allemagne les états-unis et le royaume-uni !

le 29/04/2016 à 11:06
Signaler
Beaucoup mieux que les américains, puisque leur taux de +0,5% au T1 est un taux ANNUALISE ! D'un trimestre à l'autre (pour pouvoir comparer avec nous), il doit donc être de +0,1% !

à écrit le 29/04/2016 à 8:41
Signaler
vive la baisse du pétrole qui a pu libérer un peu de pouvoir d'achat aux français et ainsi augmenter la croissance par la consommation. Évidemment cela aurait pu être encore mieux avec moins d'augmentation des taxes sur ce produit !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.