Loi Travail : la totalité des centrales nucléaires en grève

 |   |  551  mots
C'est le moment d'accentuer la mobilisation. Nous appelons à un mouvement le plus fort possible, avait déclaré mardi 23 mai la porte-parole de la fédération nationale mines-énergie de la CGT (FNME-CGT), Marie-Claire Cailletaud.
"C'est le moment d'accentuer la mobilisation. Nous appelons à un mouvement le plus fort possible", avait déclaré mardi 23 mai la porte-parole de la fédération nationale mines-énergie de la CGT (FNME-CGT), Marie-Claire Cailletaud. (Crédits : Reuters)
Le gestionnaire du réseau national à haute tension a assuré que cette grève n'entraînait pas de problème d’approvisionnement. Sur les 19 centrales nucléaires françaises, 12 ont procédé à des baisses de production dans la nuit selon la CGT.

| Article publié à 8h02, mis à jour à 11h53.

19 sur 19. Pour la 8e journée de mobilisation contre le projet de loi Travail porté par la ministre Myriam El Khomri, la grève a été votée dans la totalité des centrales nucléaires de France. Selon la CGT, aux avant-postes de la contestation et majoritaire dans 16 centrales,12 d'entre elles ont procédé à des baisses de production dans la nuit.

Un porte-parole de la CGT Energie a affirmé mercredi soir que trois centrales thermiques seraient déjà à l'arrêt : Cordemais (Loire-Atlantique), Gardanne (Bouches-du-Rhône) et Porcheville (Yvelines).

"C'est le moment d'accentuer la mobilisation. Nous appelons à un mouvement le plus fort possible", avait déclaré mardi 23 mai la porte-parole de la fédération nationale mines-énergie de la CGT (FNME-CGT), Marie-Claire Cailletaud. Le secrétaire général CGT-Energie du département de l'Aube, Arnaud Pacot avait indiqué le même jour qu'il avait été décidé "d'un blocage du site à la centrale de Nogent-sur-Seine et d'une baisse de charge lors d'une assemblée générale du personnel où étaient présents une centaine de salariés". La grève de 24 heures devait commencer mercredi soir à partir de 21h, avait rapporté à Reuters Laurent Langlard, un porte-parole de la fédération Mines et Energie de la CGT.

Une baisse d'électricité reste éventuelle

La CGT a toutefois tenu à souligner que "cela ne veut pas dire qu'il y aura des baisses de charge". "Il y aura des baisses de charges où ce sera possible en fonction des impératifs de sécurité", a précisé Philippe Rancelli, le secrétaire régional CGT EDF du Centre-Val de Loire, où les quatre centrales nucléaires ont voté la grève de mercredi 21h00 à jeudi 21h00.

Une éventuelle baisse d'électricité dépendra du nombre de grévistes et de la phase de production, qui permet ou non des baisses de charge, avait précédemment expliqué Jean-Luc Daganaud, délégué syndical CGT de la centrale nucléaire de Civaux (Vienne) qui a également voté la grève à partir de mercredi 21h00. Selon ces délégués CGT, un premier bilan devrait être tiré jeudi.

Jeudi matin, un porte-parole de RTE, le gestionnaire du réseau national à haute tension, a ainsi assuré qu'il n'y a "pas de problème d'alimentation électrique". Selon le site Eco2mix de RTE, qui permet de suivre la production électrique française presque en temps réel, la production d'électricité nucléaire représentait, avec 37.906 mégawatts (MW), 68% de la production de courant totale du pays jeudi à 10H30, contre 69% et 41.377 MW la veille à la même heure.

Entre 2% et 17% de grévistes chez EDF

Chez EDF, les taux de grévistes pour les différentes journées de mobilisation contre le projet de loi travail vont de 2% à 17%, selon les chiffres fournis par l'entreprise, le plus fort taux ayant été enregistré le 31 mars.

Des chiffres supérieurs de participation ont été enregistrés lors de journées d'action propres à EDF, notamment le 21 janvier (21,12%) ,lorsque des suppressions d'emplois avaient été annoncées en comité central d'entreprise. Selon la CGT, le 21 janvier, la grève avait entraîné des tensions sur le réseau, avec une baisse de charge de "12.000 MW" dans la nuit, soit environ 20% de la production d'électricité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/05/2016 à 22:04 :
Et bien ons est bien, espérons que tous ce passera bien sûr plaçe..... Merci à notre bon president. Pour sont dialogue social, sur la conduite du pays.... Mes tous vas bien madame la marquise.... Vive la France.
a écrit le 27/05/2016 à 8:49 :
Quand est-ce que l'État arrêtera de subventionner à tout va et pour pas tout à fait n'importe quoi. Pour la CGT 6,2 Millions d'€ quand même (le figaro 2011) ?
a écrit le 26/05/2016 à 15:53 :
Depuis quand les centrales nucléaires votent ? Ils vont nous faire croire ça à la CGT alors qu'ils sont archi-minoritaires partout ?
a écrit le 26/05/2016 à 14:28 :
Depuis ces dernières années le secteur marchand c'est-à-dire le privé accepte sans résigner réformes sur réformes sans grèves sauf lors des délocalisations ou réduction d'effectif. Mais quand à la fonction publique et entreprises publiques ou sont les réformes structurelles ? au moindre mot cette caste de fonctionnaires et salariès type sncf, edf, ratp, air france,... font grève et descendent dans la rue pour défendre des avantages et privilèges injustifiés et très inégalitaires par rapport au privé voir les derniers rapports de la cour des comptes... Les parlementaires font-ils des efforts personnellement pour réduire leurs propres privilèges et avantages... La société civile doit-elle à nouveau faire la révolution contre cette monarchie et ses vassaux d'un autre temps contre cette minorité tous élevés au biberon de la fonction publique qui ruine et met notre pays à genou ! 2017 sera la guerre civile ou FN ?
a écrit le 26/05/2016 à 14:28 :
Qu'a fait le général de Gaulle en 1945 ? Il a démantelé le PC qui au lendemain de la libération avait un stock d'armes impressionnant , bref un état dans l'état. La situation actuelle date de cette époque, nationalisation de la SNCF, d'EDF etc..., bastion communiste. La CGT en est l’héritière et est omniprésente dans le secteur public. Elle est capable de bloquer le pays , raffineries, presse, centrales nucléaires, transports etc
Il serait temps que les politiques s'occupent du problème. Pour la presse, il faut se souvenir du conflit du Parisien, journal qui voulait imprimer en Belgique. Résultat 1 mort, son président Amaury .
Réponse de le 26/05/2016 à 17:16 :
Vous feriez mieux de regarder réellement l'histoire : le PC n'a jamais été aussi fort qu'aprés la guerre. Il n'a commencé à baisser qu'à partir de 1981, cassé par MITTERAND..
a écrit le 26/05/2016 à 13:12 :
La CGT est au syndicalisme ce que les intermittents sont au spectacle . Des profiteurs . Ce qui est désespérant c'est là couardise des français face au chantage des reactionnaires de gauche . Martinez est un fossile nostalgique .
Réponse de le 26/05/2016 à 17:18 :
Bravo, vives les banques, qui ont fait tellement depuis 2008 pour la société.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :