Loi travail : la CGT, FO et l'Unef appellent les députés à rejeter le texte

 |  | 481 mots
Lecture 3 min.
Une nouvelle grande journée d'action de grèves et de manifestations contre la loi travail est prévue le samedi 9 avril, à l'appel de l'intersyndicale.
Une nouvelle "grande journée d'action de grèves et de manifestations" contre la loi travail est prévue le samedi 9 avril, à l'appel de l'intersyndicale. (Crédits : Reuters)
L'intersyndicale opposée au projet de loi travail interpelle les présidents de groupes de l'Assemblée nationale dans une lettre. L'examen en commission du projet de loi au Palais Bourdon doit démarrer mardi 5 avril.

L'intersyndicale opposée au projet de loi travail (CGT, FO, FSU, Solidaires, Unef, UNL et FIDL) interpelle les députés pour leur demander de "rejeter" un texte qui risque de"dégrader" les droits des salariés et "accroître la précarité", dans un courrier commun dont l'AFP a eu copie samedi 2 avril.

Dans cette lettre adressée aux présidents de groupes de l'Assemblée nationale, ces syndicats de salariés, d'étudiants et de lycéens, à l'initiative de la mobilisation du 31 mars, appellent à "rejeter ce projet" et se disent "disponibles pour échanger", alors que l'examen en commission du projet de loi à l'Assemblée nationale doit démarrer mardi.

Les organisations de jeunesse ont appelé à des manifestations dès mardi, tandis les syndicats de salariés se mobiliseront en parallèle pour "interpeller les parlementaires". Une nouvelle "grande journée d'action de grèves et de manifestations" est ensuite prévue le samedi 9 avril, à l'appel de l'intersyndicale au complet.

"Cinq raisons de fond"

Dans leur courrier, les sept syndicats exposent "cinq raisons de fond" à leur demande, en premier lieu "l'affaiblissement de l'ordre social public" qu'entraînerait à leurs yeux la primauté de l'accord d'entreprise sur la convention collective, avec un risque de "dégrader les droits des salariés".

"C'est au niveau de l'entreprise que la pression, le chantage à l'emploi sont les plus forts sur les salariés pour remettre en cause leurs droits et situation", arguent-ils, ajoutant que "cette logique a conduit, dans les pays qui l'ont pratiquée (Espagne et Portugal notamment), à un effondrement de la négociation collective et à l'augmentation du nombre de salariés non couverts par une convention collective".

Le signal donné est l'accroissement des inégalités, de la précarité et de la pauvreté

L'intersyndicale dénonce également les "remises en cause" que constituent, selon eux, les dispositions du projet de loi concernant les heures supplémentaires, la médecine du travail, les licenciements économiques ou la "mise en place de licenciements pour motif personnel" dans le cadre d'accords de développement de l'emploi.

"Pour les jeunes générations, le signal donné par ce projet de loi est l'accroissement des inégalités, de la précarité et de la pauvreté. C'est aussi une difficulté plus grande à acquérir leur autonomie", poursuivent les syndicats, estimant que les annonces du gouvernement sur la garantie jeunes "relèvent de l'effet d'annonce".

Ils jugent que le projet de loi "s'inscrit dans une logique économique libérale et dans une politique d'austérité" qui "conduisent de fait à accroître la flexibilité, la précarité, l'insécurité et même le chômage".

Les syndicats soulignent qu'ils sont "porteurs de propositions de droits nouveaux en termes d'emploi, de salaires et pensions, de temps de travail, de protection sociale, de garanties collectives, de conditions de travail, de formation et de droits et libertés syndicales".

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/04/2016 à 12:33 :
Je pense qu'on ferait mieux de rejeter la CGT, FO, l'UNEF et toutes ces organisations inutiles et pollueuses parce qu'en fait elles ne représentent rien si ce n'est elles mêmes (8% de syndiqués dans le public pour la plupart). Les employés de la SNCF se mettent en grève alors qu'ils ne sont pas concernés, pareil pour les aiguilleurs du ciel, tous des nantis avec un "bon boulot bien pépère". La réforme à faire c'est mettre une représentativité objective de tous les employés et travailleurs, que les organisations citées plus haut ne sont que des freins à toutes réformes d'où qu'elles viennent. Il serait temps de les remettre à leurs vraies places . Pour elles, seul le chômage est l'avenir.
a écrit le 03/04/2016 à 15:12 :
Les syndicats: 8% des salariés français. Sur ces 8% la CGT, FO n'en représentent pas la moitié soit un peu moins de 4%. L'UNEF: un tremplin pour les cadres du mouvement qui se foutent comme de l'an 40 que 90% des jeunes ne soient pas concernés par le CDI mais savent qu'ils sont de bons moutons (on a tous été à la fac et on sait pertinemment qu'on a pas l'impression d'avoir été étudiant si on a pas fait sa manif). La Suède a adopté depuis longtemps la fléxi-sécurité en conservant le modèle social le plus avancé au monde... Tout le monde s'en doutait mais c'est désormais une certitude: ce pays est inreformable.
a écrit le 03/04/2016 à 10:48 :
on verras mardi cequi reste de ces textes scelerat,MOI JE CROIE QUE LE GOUVERNEMENT SOCIALITE RADICAL S EST COUPE DE SONT ELECTORA? ?ET A OUVERT UN BOULEVARD A LA DROITE ET L EXREME DROITE POUR LES PROCHAINE ELECTIONS? EN GROS S EST UN SUCIDE POLITIQUE POUR LE PS???
a écrit le 03/04/2016 à 7:08 :
J'essaie aussi de comprendre pourquoi ces rigolos syndicaux ont un tel pouvoir de nuisance ? Politiques pas assez burnés ou les français à la connaissance limitée du monde de l'entreprise ? Certainement les 2.
En seconde gnale, la prof d'économie (option obligatoire) a expliqué à la lasse de mon fils que les patrons profitaient des employés ... !
a écrit le 02/04/2016 à 18:05 :
Comme ces gens là ne représentent quasiment rien dans le monde du travail, du moins celui qui produit de la valeur ajoutée, on peut ignorer leur avis avec la certitude d'être dans le vrai.
a écrit le 02/04/2016 à 16:29 :
rappelez moi le Martinet de l'UNEF ,Union Nationale des Etudiants Fainéants acoquinée à la CGT Cancer Généralisé du Travail, son pedigree à 27 ans à ce branq, ses diplômes (étudiant attardé sans doute) son travail (n'a-t-il jamais travaillé?) mais bien sûr sa planque à 35 ans assurée par le PS si celui ci existe encore; pas grave il ira au FN ou au FDG, une planque est une planque.
Réponse de le 02/04/2016 à 20:22 :
Exactement! Une belle brochette de rigolos populiste mais qui a un pouvoir de nuisance qui me laisse pantois. Comment se fait-il qu'on les écoute encore? C'est l'expression démocratique, OK, mais de là à modifier le projet de loi à chaque fois que 400000 personnes se promènent dans la rue... Ce gouvernement n'a aucune vision, louvoie sans cesse, est d'une mollesse affligeante à l'image de notre President... Et pendant ce temps, le monde entier se fend la pipe à nous regarder...
a écrit le 02/04/2016 à 15:48 :
On peut constater, que la politique et l'intimidation est bien l'activité principale des syndicats français, mais pour construire il ne faut pas trop y compter. La France ne se complait que dans les tragédies, et les auteurs ne sont pas toujours les payeurs. Qui favorise le front national, il y a de quoi disserter, il sera toujours temps de pleurer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :