Paris a perdu plus de 15 milliards d'euros de recettes touristiques en 2020

 |  | 524 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : Reuters)
"Ce n'est pas du tout les prévisions apocalyptiques qu'on nous donne, (une reprise seulement en) 2025-2027, je ne crois pas du tout à ça", a néanmoins affirmé le président de l'Office de Tourisme et des Congrès de Paris.

La crise sanitaire a privé Paris et sa région de 15,5 milliards d'euros de recettes en 2020 du fait d'une "chute historique de fréquentation" des touristes étrangers, selon des chiffres du Comité régional du tourisme communiqués (CRT) lundi. En 2019, les visiteurs avaient dépensé 22 milliards d'euros, selon le CRT.

Malgré cette hémorragie, le représentant reste confiant : "en 2022, le nombre de touristes à Paris sera équivalent à 2019", a prédit mardi le nouveau président de l'Office de Tourisme et des Congrès de Paris, Jean-François Rial. "Sur l'activité affaires, ce sera un peu plus long", a déclaré Jean-François Rial sur BFM Business. En 2019, ils étaient 38 millions de touristes à être passés par la capitale (et plus de 50 millions avec l'Ile-de-France selon veilleinfotourisme.fr), ce qui était alors un nouveau record.

Pour rappel, sur les six premiers mois de l'année, les recettes touristiques internationales ont chuté de 49,4% en France.

En France, le secteur pèse 1,3 million de salariés. Au plus fort de la première vague en avril, les hôtels et restaurants ont vu leur chiffre d'affaires s'effondrer jusqu'à -89% par rapport à 2019 (voir le Zoom).

Lire aussi : Comment Paris et la Région veulent faire revenir les touristes d'affaires après la crise du Covid

L'option passeport sanitaire se profile

"Je ne suis pas très inquiet sur le retour des touristes, on va retrouver un niveau équivalent à 2019 assez vite, voire très vite. Ce n'est pas du tout les prévisions apocalyptiques qu'on nous donne, (une reprise seulement en) 2025-2027, je ne crois pas du tout à ça", a insisté Jean-François Rial.

Le PDG du groupe Voyageurs du Monde s'appuie notamment sur l'observation d'une "reprise des voyages assez extraordinaire", en juin et en décembre, "en sortie de vagues" Covid, mais aussi du marché américain où "le tourisme intérieur est en train de revenir déjà au niveau de 2019".

"Je pense que ça va revenir très, très vite à condition que l'épidémie se termine" a-t-il dit, défendant de nouveau le passeport sanitaire qui regroupe "toutes les données sanitaires, y compris si vous avez été malade et avez les anticorps", si vous êtes vacciné et les tests PCR.

Lire aussi : Bruxelles lance un passeport sanitaire pour sauver le tourisme européen

"L'enjeu pour l'Office du tourisme de Paris, ce n'est pas de faire revenir des touristes, ils vont revenir tout seuls. L'enjeu c'est plutôt qu'au-delà du niveau de 2019 on puisse progresser sans générer de conséquences négatives pour les habitants, l'écologie", a dit le président de président de l'Office de Tourisme et des Congrès de Paris, élu la semaine dernière.

Optimiste, Jean-François Rial ne croit pas non plus à une baisse de la capacité d'accueil. "L'activité économique a une capacité de rebond extraordinaire, la nature a horreur du vide, pour chaque hôtel qui ferme, il y en a un qui ouvrira. Je ne crois pas du tout à cette fable de la non capacité", a-t-il dit.

Lire aussi : Bruxelles lance un passeport sanitaire pour sauver le tourisme européen

 (Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/03/2021 à 17:13 :
"a prédit mardi le nouveau président de l'Office de Tourisme et des Congrès de Paris Jean-François Rial"

Tiens, après l' AP-HP un nouveau Nostradamus.
a écrit le 30/03/2021 à 13:43 :
Ça n’est pas fini avec de plus en plus d’interdiction d’accès aux voitures . Lyon suit le même chemin mais en pire .
Réponse de le 30/03/2021 à 14:03 :
La limitation des voitures rends Paris agréable, pour les Parisiens et pour les touristes... Le tourisme repartira évidemment. Il serait m^me souhaitable de le limiter à un tourisme de qualité : limitation des bus de touristes qui ne sont là que pour Disneyland et faire un ou deux grands magasins. Limitation des bateaux Mouche qui envahissent la Seine...
Quant aux quais de Seine j'imagine que b4b4 était opposé à la piétonisation...Quand on voit le nombre de promeneurs qui en profitent, on ne peut qu'applaudir Anne Hidalgo ! Avant les prochaines élections régionales rappelez nous qui était contre ! Merci !
Réponse de le 30/03/2021 à 23:51 :
Les parisiens qui le peuvent fuient cette ville morte (toutes les sociétés et administrations partent en banlieue ou en province, sans parler du télétravail), sale (Les rats, on en parle?) et dangereuse (insécurité galopante). Sans compter qu’avec les JO, les impôts vont exploser. Un vrai bonheur. Les touristes, en toute logique, vont voir ailleurs...
a écrit le 30/03/2021 à 13:42 :
Ça n’est pas fini avec de plus en plus d’interdiction d’accès aux voiture . Lyon suit le même chemin mais en pire .
a écrit le 30/03/2021 à 13:24 :
Le passeport vaccinal n'est qu'un élément des obligations et contraintes qui seront nécessaires pour voyager. Elles seront de plus différentes pour chaque pays selon le niveau de contamination ou de salubrité . Croire que tout sera réglé dans 1 an relève de la méthode Coué... mais quand il ne reste plus que cet espoir.
a écrit le 30/03/2021 à 10:51 :
" je ne crois pas du tout à ça"

C'est pour cela que l'on "croit" en dieu, parce que la vérité elle on la connait, on y croit pas.

""L'activité économique a une capacité de rebond extraordinaire, la nature a horreur du vide, pour chaque hôtel qui ferme, il y en a un qui ouvrira."

Ah déjà au moins nous apprennons que visiblement les hôtels ferment, enfin une véritable information, par contre comparer le tourisme à la nature tandis que celui ci fait parti du massacre de celle-ci est franchement osé.

Par ailleurs il faudrait lui rappeller que bien souvent à la création de ces hotels le prix au mètre carré à Paris n'était pas à 10000 euros. Maintenant il est vrai que le lobby financier immobilier peut générer de nouveaux hotêls avec des salariés esclaves mais ce qui n'est toujours pas bon pour l'économie réelle.

Bref ça commence à sérieusement sentir mauvais tout ça.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :