Perquisition au siège de Bolloré, enquête sur les activités africaines

 |   |  484  mots
Les enquêteurs de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) se sont rendus dans les bureaux du PDG Vincent Bolloré - absent lors de l'opération - du directeur général et du directeur juridique du groupe, ont expliqué des sources policières.
Les enquêteurs de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) se sont rendus dans les bureaux du PDG Vincent Bolloré - absent lors de l'opération - du directeur général et du directeur juridique du groupe, ont expliqué des sources policières. (Crédits : Reuters)
Les juges enquêtent notamment sur des soupçons de "corruption d'agent public étranger". D'après Le Monde, "les policiers se demandent si le groupe du milliardaire breton a utilisé son bras publicitaire Havas pour faciliter l'obtention de la gestion des ports de Conakry en Guinée et de Lomé au Togo".

La justice française enquête sur les conditions d'octroi des concessions des ports de Conakry (Guinée) et de Lomé (Togo). Une perquisition a été menée le 8 avril à la tour Bolloré, siège notamment du groupe Bolloré Africa Logistics, a indiqué mardi l'avocat du groupe, confirmant une information du journal Le Monde. Les enquêteurs de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) se sont rendus dans les bureaux du PDG Vincent Bolloré - absent lors de l'opération - du directeur général et du directeur juridique du groupe, ont expliqué des sources policières.

"Une perquisition a effectivement eu lieu", a dit à Reuters Olivier Baratelli, l'avocat du groupe du milliardaire breton Vincent Bolloré.

D'après le quotidien du soir, cette perquisition s'inscrit dans le cadre d'une enquête judiciaire française ouverte sur Pefaco, une société holding de droit espagnol présente en Afrique. "La société Pefaco est totalement étrangère au groupe Bolloré", a précisé l'avocat.

Soupçons de corruption

Cette perquisition était menée dans le cadre d'une information judiciaire confiée à des juges financiers et portant notamment sur des soupçons de "corruption d'agent public étranger". Une enquête préliminaire avait été initiée en juillet 2012 par le parquet de Paris et le dossier a été transféré au parquet national financier.

Selon Le Monde, les policiers s'interrogent sur une possible utilisation du groupe de communication Havas, contrôlé par la famille Bolloré, pour faciliter l'obtention des concessions des ports de Conakry en Guinée et de Lomé au Togo.

"Concernant ses activités portuaires, le groupe Bolloré rappelle qu'il s'agit d'investissements considérables, réalisés en partenariat avec d'autres grands groupes internationaux", écrit le groupe dans un communiqué.

"Ils représentent des engagements sur plusieurs dizaines d'années et pour lesquels ils sont sélectionnés, exclusivement, en fonction du montant et des qualités techniques des investissements."

Pour mémoire, le président de la République de Guinée, Alpha Condé, élu en novembre 2010, avait résilié le 8 mars 2011, par décret, la convention de concession du terminal à conteneurs du port de Conakry octroyée en 2008 pour une durée de 25 ans à Getma, une filiale de l'armateur français NCT Necotrans. Le gouvernement guinéen avait confié quelques jours plus tard la gestion du port au groupe Bolloré, déclenchant une bataille judiciaire entre les deux rivaux. Le groupe Bolloré avait été condamné en 2013 par le tribunal de commerce de Nanterre (Hauts-de-Seine) à verser plus de 2 millions d'euros à NCT Necotrans.

Sollicité par l'AFP, un porte-parole d'Havas a indiqué que l'entreprise a "cessé toute communication politique depuis 2011". Personne n'était immédiatement disponible à Pefaco pour commenter l'article du Monde. Le parquet national financier, chargé du dossier, n'était pas non plus immédiatement joignable pour apporter un commentaire.

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/04/2016 à 11:02 :
La corruption en Afrique c'est la seule manière de faire du business.
Les esprits bien-pensants et boboïsants qui regardent Canal, lisent Libé et mangent sans gluten tout en jugeant autrui veulent peut-être que Bolloré arrête de travailler en Afrique ?
Alors on laisse ces pays à leur médiocrité et on se retire, c'est comme ça qu'on va favoriser le développement ?
a écrit le 14/04/2016 à 6:31 :
ces fonctionnaires sont vraiment une plaie pour ce pays !!! trop payés pour détruire les entreprises alors qu'ils sont sûr d'être bien engraissés jusqu'à leur mort TOTALEMENT SCANDALEUX Courage M Bolloré : pour avoir été placé en garde à vue (il a fallu que la Cour de Cassation impose l'arrêt des poursuites dont j'étais l'objet pour que les poursuites judiciaires s'arrêtent !!!) je connais : le fonctionnaire a la haine totale de l'entreprise et n'hésite pas à le dire haut et fort !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 13/04/2016 à 21:42 :
Et les émeutes de Mayotte, plutôt que les frasques habituelles de l'Afrique, ça n'intéresse ni la Justice ni les journalistes ?
a écrit le 13/04/2016 à 15:27 :
Franchement , quelle naïveté ... On veut laver plus blanc que blanc ... Pensez-vous que les Chinois se posent autant de questions ? C'est quand même avec les impôts que ces groupes paient que l'on peut financer le miracle social français ... Donc , cherchons leur des poux et ils iront arroser les suisses ou Singapour .
a écrit le 13/04/2016 à 13:22 :
Le dossier avance à la vitesse de l escargot
Depuis 2012 pratiquement rien

En 2022 on en reparlera peut-être Lol

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :