Plan de relance en France : le pari sera réussi si la croissance atteint près de 8% d'ici fin 2021, estime Le Maire

 |   |  276  mots
Le gouvernement a annoncé la mobilisation d'un plan de relance de 100 milliards d'euros sur deux ans pour redresser l'économie française.
Le gouvernement a annoncé la mobilisation d'un plan de relance de 100 milliards d'euros sur deux ans pour redresser l'économie française. (Crédits : Gonzalo Fuentes)
"Je sais parfaitement, j'ai une conscience aiguë, de ce que fin 2021 les Français regarderont: est-ce que la croissance stagne à 3 ou 4%, ou est-ce que la relance a réussi et on est plutôt à 7, 8 ou 9%", a affirmé, ce lundi, le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, sur RMC-BFMTV.

Le plan de relance imaginé par le gouvernement aura porté ses fruits si la croissance fin 2021 atteint environ 8%, et si le chômage commence à refluer, a estimé ce lundi le ministre de l'Économie Bruno Le Maire.

Lire aussi : Réforme des retraites, plan de relance... : les principales annonces d'Emmanuel Macron

"Je sais parfaitement, j'ai une conscience aiguë, de ce que fin 2021 les Français regarderont: est-ce que la croissance stagne à 3 ou 4%, ou est-ce que la relance a réussi et on est plutôt à 7, 8 ou 9%", a affirmé le ministre sur RMC-BFMTV.

"Le juge de paix est que oui, la France ait retrouvé son dynamisme, et le deuxième juge de paix c'est est-ce que le chômage a amorcé sa décrue, c'est-à-dire, est-ce que notre relance a permis de créer à nouveau des emplois", a-t-il ajouté.

100 milliards d'euros sur la table

Le premier ministre Jean Castex a annoncé la mobilisation d'un plan de relance de 100 milliards d'euros sur deux ans pour redresser l'économie française. Le contenu précis sera dévoilé à la fin de l'été, mais il consacrera notamment 40 milliards d'euros à l'industrie et à la compétitivité des entreprises et 20 milliards à la transition écologique.

Lire aussi : Face aux députés, Jean Castex détaille le casse-tête de la relance

Selon le gouvernement, l'économie française devrait se contracter de 11% cette année, du fait de la crise engendrée par l'épidémie, avant de rebondir de 8% en 2021. Dans le même temps, il anticipe une hausse de 800.000 chômeurs cette année.

Lire aussi : Exonérations, reports de charges... Des aides suffisantes pour rebondir à la rentrée?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/07/2020 à 17:15 :
Si le pouvoir ne nous tabasse pas d'impôts comme sous Sarkozy et Hollande, on pourra consommer et refaire partir la machine. 100 milliards d'épargne à claquer, mais il faut de la confiance!
a écrit le 24/07/2020 à 18:28 :
la censure de mon commentaire confirme l'état de stress voire de panique dans lequel se trouve le pouvoir politique et ses serviteurs des médias quant à leur capacité à faire repartir l'économie et rétablir un niveau de confiance indispensable au redémarrage d 'une consommation dynamique et d 'un marché de l'emploi actif .
les français ne sont pas dupes , ils vont redoubler de prudence et de sobriété dans leurs dépenses .
a écrit le 23/07/2020 à 16:45 :
la crise du covid et leconfinement qui en a résulté ont mis un coup d'arrêt brutal à l'activité générale , celle des administrations publiques toujours en mode "rétréci" hors secteur santé , celle des entreprises dont beaucoup ont encore recours à des palliatifs de survie ( télétravail , chômage partiel subventionné , primes et subventions publiques ) ,celle des associations à but non lucratif qui ont vu leurs moyens réduits à cause de la chute d'activité économique .
après ces mois de ralentissement général forcé , et dans un contexte de communication politique plus anxiogène que sécurisant , la majorité des français a compris que l'avenir de la société et le leur personnellement ne serait pas celui attendu avant la crise . les temps nouveaux sont à la prudence , la vigilance , la sobriété , c'est à dire tout le contraire d'un contexte de confiance , de dynamisme , de désir de consommation qui est absolument nécessaire à une reprise économique forte et durable .
les milliards d'euros du plan de relance annoncés , dont une grosse part sera conditionnée à des procédures administratives compliquées et un calendrier de long temps ne sont à ce jour pas déclencheurs d'une réponse aux attentes et inquiétudes d'une majorité de PME/TPE et de ménages qui craignent une baisse de leurs revenus et des difficultés d'emploi augmentées sur les prochains mois .


Le ministre Le Maire peut optimiser toutes les ressources des ordinateurs de Bercy , prévoir un fort rebond de croissance en 2021 parait plus relever de la prière que de l'analyse tant les incertitudes sont nombreuses sur le très court terme et aussi tant est lente et peu agile la machine publique française .
en ce qui concerne l'emploi , un constat s'impose : tant dans les administrations ( hors sécurité, justice,santé )et dans nombre d'entreprises , leur fonctionnement pendant la crise a mis en évidence une surabondance de moyens en personnels et des capacités non exploitées d'amélioration de la productivité . c'est ce point qui pose une grave menace pour le marché de l'emploi ;les entreprises privées vont être confrontées à des obligations de réduction des personnels pour sauvegarder leur avenir . pour le secteur public , le Premier Ministre a déjà envoyé un signal sur les effectifs des administrations centrales .il est également clair que les collectivités locales devront aussi limiter leurs dépenses de personnels car la population n'admettra pas de hausses d'impôts locaux .il est donc probable que le redressement économique et la reprise de l'emploi mettront du temps à retrouver le niveau d'avant crise , conditionnés par un retour de la confiance encore peu perceptible .
a écrit le 21/07/2020 à 12:07 :
8% par rapport à quoi ? Par rapport à 2020 qui verra une baisse de peut-être 25 % du PIB ? Cela nous fera un brillant -15 % par rapport à 2019 ?
Ré-écoutez Jean Fourastier : "une croissance de 4% sur 10 ans (48%) revient presque à augmenter le PIB de moitié".
Doit-on tout détruire pour trouver cette moitié de PIB ? Sinon, où se trouve-t-elle ?
a écrit le 21/07/2020 à 10:01 :
La "croissance" sera dilué, au fur a mesure de sa réalisation, sur toute la zone sous administration de Bruxelles! C'est la seule manière d'uniformiser l'UE et de créer un nationalisme européen!
a écrit le 20/07/2020 à 14:23 :
100 Mds a injecter ça fait plus de 4 points de pib (le b de pib est pour brut en plus). Comme on a effectivement eu une crise de production et de consommation grace a un confinement moyenageux, on peut facilement esperer faire 2 a 3% de croissance du pib rien qu'en récuperation, simple retour a la normale sans intervention. Lacher 4 points venus de l'endettement pour en faire 5 ou 6, la vélocité attendue est vraiment pas terrible.
Grosse ambition de moyens mais biloute en resultats.
Est ce que des fois il n'y aurai pas meilleur compte a ne rien faire?
Réponse de le 20/07/2020 à 16:01 :
Jusqu'en 2013, les gouvernements successifs n'avaient rien fait ou mal fait.
On sait où cela nous avait mené.
Un chômage phénoménal et une décroissance rapide de la part mondiale de l’économie française, c'est-à-dire de ~6% en 199, à ~5% en 2004, puis 4% en 2007, pour plonger jusqu’à presque à 3% en 2012. Plutôt brutale comme chute, moins 2% sur 8 années (2004-12), ne trouvez vous pas ?
Depuis c’est stabilisé, voir en légère reprise,
Attendre, ne rien faire pour résoudre les problèmes?
Toutes les économies qui le peuvent vont injecter des milliards pour relancer.
Les préconisations du rapport Gallois et le CICE avaient commencé à modifier ce qui chacun annonçait comme une fatalité, le déclin de la France, en rejetant les fautes sur l’UE et la mondialisation.
Pourtant depuis 2014, la France ne décline plus, elle a stabilisé la situation économique, jusqu'à même récréer des entreprises, dont des industries et des labos de R&D. Sa part de marché (services et biens) ne régressent plus ni au niveau européen, ni au mondial.
La France était de plus en plus dynamique sur la création d’entreprise avant le Covid.
Donc hors nouveau reconfinement, cette tendance devrait se rétablir assez rapidement.
Pour l’instant nous sommes dans le rebond technique, après 2 mois de galères.
Créations d’entreprises tous types
Mai 2020 : +59,6%
Juin : +38,2 %
Nombre de créations :
Janvier 2020 : 71653
Février : 69461
Mars : 51700 entreprises
Avril : 34118
Mai : 54464
Juin : 75246 (dont 36993 classiques)
Malgré les 2 mois désastreux, on reste en progression sur les 12 derniers mois.
Pour rappel, en 2019, la hausse des créations d’entreprises était à un record : +18% /2018
Nombre en progression chaque année depuis 2015.
Réponse de le 21/07/2020 à 11:53 :
10 créations de vente de kébabs ou baguels ou de livreurs pseudo indépendants et la disparition d'une entreprise de 5000 employés, on se félicite d'un solde positif de 9 créations d'entreprises, n'est-ce pas ?
Réponse de le 22/07/2020 à 21:30 :
@Philou
Vraiment beaucoup de vendeur de kébabs alors?
Puisque le chômage régressait aussi fortement, notamment aussi chez les cadres.
Des cadres vendeurs de kébabs et de baguettes alors?
Sacré filoux !
Réponse de le 22/07/2020 à 21:37 :
@Philou
Sacré filou :>))
a écrit le 20/07/2020 à 13:46 :
A moins de nouvelles lois juste bonnes à déprimer les Français donc provoquer du chômage et du manque d'activité comme les 80 km/h, l'économie devrait reprendre et tout à fait capable de passer les 8 %.
L'état doit cesser d'être antifrançais, oublier les réformes qui divisent, annuler les normes qui fâchent, faire comprendre que le futur est en marche et légiférer sur des normes actuelles caduques dans 5 ans comme l'idée des 110 km'h, dans 5 ans 80% des voitures seront électriques, et rouleront à l'économie soit 105 km/h, 130 juste pour doubler, sinon accu à plat.
Il faut croire au futur, dans 1 an le covid? Bof!, éradiqué par les vaccins, classé comme maladie tropicale.
Réponse de le 21/07/2020 à 9:36 :
@pemmore: En fait, vous préconisez de libéraliser, ce mot qui fait horreur; il est vrai que nous n'avons cessé de socialiser, voire nationaliser, avec le résultat que l'on constate. Il est vraisemblable que les taux de croissance du pib, hors rattrapage covid19, seraient spectaculaires, évidemment autre chose que gérer la pénurie. Mais quel aventurier nous lancera dans une telle aventure?
a écrit le 20/07/2020 à 11:47 :
8%, diantre, pourquoi 8, et pas 15 ? Allo docteur Coue, on a besoin urgent de votre methode.
a écrit le 20/07/2020 à 11:42 :
Non Nono, fin 2021 les français ne regarderont pas les chiffres de la croissance mais ce qu'il restera dans leurs assiettes. Et là j'ai un peu l'impression qu'au niveau français et europeen, ils veulent surtout nous faire de la ruinance, de la relance en nous ruinant.
Rien que juju qui fait remarquer que c'est la france est l'allemagne qui vont "payer ce plan", dans "l'intérêt de l'Europe, quand les frugaux ne font aucune concession" c'est déjà un scandale.
a écrit le 20/07/2020 à 11:14 :
7-8% avec le nombre de chômeurs annoncés et surtout non annoncés? Les marcheurs depuis 2017 nous font marcher alors c'est normal qu'ils s'attendent à ce que nous courions. De toute façons quand ils font une déclaration c'est surtout pour eux qu'ils la font, un peu comme un acteur qui répète son rôle devant son miroir

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :