Pour Varoufakis, la démocratie a été perdue en Europe

 |   |  368  mots
Dans un entretien accordé mercredi en Grèce et publié samedi dans Le Monde, l'ancien ministre avait déjà expliqué considérer le troisième plan d'aide à la Grèce comme une capitulation d'Athènes.
Dans un entretien accordé mercredi en Grèce et publié samedi dans Le Monde, l'ancien ministre avait déjà expliqué considérer le troisième plan d'aide à la Grèce comme une "capitulation" d'Athènes. (Crédits : © Jean-Paul Pelissier / Reuters)
L'ancien ministre grec des Finances considère dans un entretien au JDD que les réformes demandées à la Grèce pour adopter le troisième plan d'aide vont "faire sombrer" l'économie du pays et sont "une énorme claque infligée à la démocratie européenne".

L'ex-ministre grec des Finances Yanis Varoufakis, invité vedette de la "Fête de la Rose" organisée dimanche 23 août autour de l'ancien ministre de l'Économie Arnaud Montebourg, déplore dans une interview accordée au Journal du dimanche le recul de la démocratie européenne après que l'Eurogroupe a imposé ses conditions à la Grèce le 12 juillet pour obtenir le troisième plan d'aide.

"La seule chose effectuée le 12 juillet a été l'énorme claque infligée à la démocratie européenne. L'Histoire jugera très sévèrement ce qui s'est passé ce jour-là et particulièrement nos leaders qui poursuivent cette mascarade", déclare-t-il.

Et d'ajouter plus loin :

"Il faut relancer le dialogue et rétablir ce qui a été complètement perdu : la démocratie."

Dans un entretien accordé mercredi en Grèce et publié samedi dans Le Monde, l'ancien ministre avait déjà expliqué considérer le troisième plan d'aide à la Grèce comme une "capitulation" d'Athènes face à ses créanciers et a été conçu "pour faire sombrer" l'économie grecque.

"Si la Grèce tente, en dépit du bon sens et des lois élémentaires de l'économie, d'appliquer ce mémorandum et les réformes qui l'accompagnent, elle courra droit au Grexit."

La France "cible" de Schäuble

Interrogé par le JDD sur le rôle de la France dans ces négociations, Yanis Varoufakis raconte :

"À l'intérieur des sommets européens, à l'intérieur de l'Eurogroupe, j'ai senti que le gouvernement français n'avait pas l'autorité nécessaire pour défendre ou même simplement présenter son point de vue et faire en sorte qu'il compte dans le processus des négociations."

"L'État-providence français, son droit du travail, ses entreprises nationales sont la véritable cible du ministre des finances allemand", Wolgang Schäuble, avait-il auparavant dit au Monde.

"Il considère la Grèce comme un laboratoire de l'austérité, où le mémorandum est expérimenté avant d'être exporté. La crainte du Grexit vise à faire tomber les résistances françaises, ni plus ni moins", avait-il ajouté, y voyant "le projet du docteur Schäuble".

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/08/2015 à 23:00 :
Oui ,je crois que malheureusement il a raison ,l’Europe n'est plus démocratique ,on le savait depuis 2005 ,mais on ne voulait pas ouvrir les yeux . Le problème c'est nos représentants qui ne sont plus a la hauteur ,ce sont des professionnels de la politiques ,je me demande s'ils sont patriotes ou mondialistes ,il ne resterait au peuple français que la solution de l’extrême ,on est tombé bien bas .La France va réagir ,mais quand comme toujours au dernier moment ,mais je pense qu'on va enfin faire honneur à nos ancêtres ,et ne pas baisser les bras comme des minables..........
a écrit le 27/08/2015 à 17:09 :
Il est faut bien prendre garde à éviter de stigmatiser tel ou tel groupement de personne. (La stigmatisation ethnique en est un cas spécial).

Eviter de dénoncer le "populisme", le "peuple aveugle et incapable de réflexion", mais aussi éviter de dénoncer la "finance internationale", groupement composé d'individus qui eux aussi ont leurs défauts et leurs qualités, leur affectivité ou leur raison, etc...

C'est le piège de la politique classique qui doit être dépassé.

La faute commune est toujours l'irresponsabilité généralisée. Le pardon ne peut être que la reconnaissance de cette faiblesse commune.

Mais c'est aujourd'hui aux milieux financiers, aux élites, d'avoir le courage d'arrêter l'escalade devant la misère et le désarroi croissant de la population et surtout de la jeunesse.

Des référendums libres seraient certes douloureux, mais ils perceraient l'abcès et donneraient la seule chance, même en cas de réprobation générale, de repartir sur des bases plus saines. Le projet européen reprendra son sens premier (La paix) et pourra reconquérir le cœur des Européens.

M.Varoufakis reconnaît (avec humour) qu'il "n'est pas un bon politicien". Il a raison de ne pas être un "bon politicien" aujourd'hui. Il préfère retrouver son authenticité et son humanité. Il a bien raison.
Réponse de le 30/08/2015 à 9:02 :
Veuillez m'excusez mais il faut être précis:
- Sur quels sujets voulez vous organiser des référendums ?
- Sur quels critères jugez vous qu'il y a des escalades de la misère et du désarroi parmi la population et surtout la jeunesse ?
A noter que de 2012 à 2015, il y a eu 7 élections en France (y compris régionales prévues en décembre 2015 et non compris 2 élections territoriales spécifiques). Le peuple a donc eu la possibilité de s'exprimer.
Cordialement
a écrit le 27/08/2015 à 8:18 :
@Oreste6 25/6 10:59
Vous avez aussi le droit de considérer que les 19 Chefs d'Etats élus (y compris la Grèce) sont des démagogues puisqu'ils ont signé l'accord accordant une rallonge de E 86 Mlds à la Grèce (ce qui correspond à 50% du PIB annuel de la Grèce).
En France, il y a des élections cette année et dans deux ans et vous pourrez exprimer votre opinion.
Cordialement
a écrit le 26/08/2015 à 12:31 :
La démocratie représentative n'est en fait représentative de rien du tout, puisqu'elle permet à une minorité d'imposer des choix qui sont guidés par ses propres intérêts.
L'Europe est "démocratiquement" représentée à "droite". Elle représente les intérêts de ceux qui "pensent" libéral.Dérégulation financière, intérêts privés, déconstruction des systèmes sociaux, éducatifs, de santé, privatisations...Ce sont les intérêts d'une minorité, minorité anti-démocratique puisqu'elle ignore les besoins de la majorité, pire, s'emploie à les réduire pour ensuite mieux les exploiter. Le résultat, c'est que les gens se détournent de la politique ou se réfugient dans les extrêmes.
Réponse de le 26/08/2015 à 17:37 :
@VABEL89
triste constat, mais votre analyse est juste.. Hélas!
Réponse de le 27/08/2015 à 11:50 :
Tiens, Hollande est donc un homme de droite ?
a écrit le 26/08/2015 à 11:25 :
Je suis tout à fait d'accord avec l'analyse de Mr Varoufakis, qui rejoint celle de Mr Romaric Godin, à savoir que le problème essentiel aujourd'hui est l'impopularité grandissante de l'UE.
C'est en effet une grave erreur historique de vouloir se cacher cette réalité.
Les peuples d'Europe ne veulent plus de ce qu'on leur propose. En Grèce, 80°/° des jeunes avaient voté contre l'UE! C'est un échec dramatique, pourquoi continuer à le cacher?
Ce n'est ni la faute seule au peuple ni la faute seule aux élites. Chacun a ses responsabilités, et doit mettre "de l'eau dans son vin" si on veut éviter une escalade irréversible.
La détermination des milieux financiers à imposer leur loi contre les peuples conduit à une catastrophe, en oubliant que l'Europe, à ses débuts, avait d'abord été créée pour assurer la paix après les terribles dégâts de la guerre. (La SDN).
Un référendum doit être immédiatement organisé dans chaque pays pour que chaque nation décide en liberté de son destin.
Les pressions des milieux financiers doivent cesser.
Et il faut prendre conscience que ce ne sont pas seules les questions économiques pures qui prévalent, mais aussi le SENS, l'ETHIQUE, car partout la jeunesse refuse ce monde de l'argent-roi et du pillage écologique de la planète, ils refusent avec courage et ils ont raison.
Réponse de le 26/08/2015 à 17:42 :
@heracles
Merci de vos commentaires mesurés mais qui n'en dénoncent pas moins une Europe à bout de souffle, minée par le désamour des peuples et manipulée par la "finance internationale", toujours plus pour eux et toujours moins pour les citoyens ...
l’éthique , est ce un mot que nos politiques connaissent?
a écrit le 25/08/2015 à 7:03 :
Si le but de Schaüble est de faire sauter les corporatismes et les privilèges des castes françaises (régimes spéciaux de retraite, niches fiscales corporatistes, ...), fluidifier le marché du travail, dynamiser notre économie, alors oui je suis d'accord avec lui.
Réponse de le 25/08/2015 à 10:52 :
@Olivier Levert
Pures supputations... Mr Schaüble n'est pas ministre des finances de la France, à moins que j'ai manqué un épisode et que l'Europe soit devenue allemande!
Réponse de le 25/08/2015 à 23:12 :
Moi aussi, cela rendrait un grand service à notre pays. Malheureusement, Varoufakis est encore en train de fantasmer car Schauble n'a aucune influence sur la politique française.
a écrit le 25/08/2015 à 6:34 :
"La démocratie disparaît quand la populace remplace le peuple" (Dumouriez)
a écrit le 25/08/2015 à 2:04 :
J'aimerais qu'on m'explique en quoi le fonctionnement de l'europe est antidémocratique
La Comission européenne ou les 28 chefs d'etat réunis en Conseil propose une directive et elle est votée en codécision par le Parlement européen et les 28 ministres de l''Union européenne
Ce n'est pas une entité supranationale qui nous impose quoi que ce soit c'est une loi votée par le parlement européen élus par les citoyens et les 28 ministres issu des elections nationales (par ex réunion des 28 ministres de l'agriculture)
Une fois que la directive est votée par le Parlement européen et par le conseil des ministres des 28 (qui joue le role du Sénat en quelque sorte) chaque Etat est responsable devant ses partenaires et non devant la Comission Européenne
Une fois que la directive est votée, la commission veille simplement que les décisions votées par le Parlement sont executées dans les délais comme un notaire. La Commission a juste un pouvoir de notaire pour veiller que les décisions votées et adoptées sont bien appliquées
Ceux qui disent que c'est Bruxelles qui fabrique, vote et impose aux Etats des lois qui ne sont pas les leurs mentent !

Il arrive regulièrement que des dispositions proposées par la Commission européenne ou par les 28 chefs d'Etat soient repoussé par le Parlement européen et par le regroupement des 28 ministres . ETen définitive aucune directive ne peut passer sans l'aval du Parlement
Beaucoup ignorent le processus legislatif au niveau européen et sont influencées par les contre vérités du FN
Autre contre vérité : les commissaires européens doivent etre investis par le Parlement européen. Il est arrivé que des commissaires européens ait du
renoncé face à un voté négatif du Parlement. Ceux qui disent que les comissaires sont non élus mentent ! A moins de ne pas etre démocrate et de ne pas reconnaitre la légitimité du Parlement européen !
Le Parlement européen peut egalement faire une motion de censure et renverser la commission ! Comme ce fut le cas en 1999 où la Commission Santer a été renversé par une motion de censure du Parlement Européen . Bouh quelle dictature !!
Stop à la démagogie.
Réponse de le 25/08/2015 à 6:56 :
@pierre
Merci pour votre intervention claire et précise. Je fais une copie pour le resservir en espérant par avance que vous m'accordez le copyright.
Il n'y a pas que les gens du FN qui proclament que le processus de décisions européen n'est pas démocratique; tous les extrémistes et les frustrés de tous bords (dont monsieur Y Varoufakis) expriment la même opinion..
A titre personnel, je suis pour la suppression du Parlement mais cela n'engage que moi...
Cordialement
Cordialement
a écrit le 24/08/2015 à 22:02 :
J'ai bien peur qu'il ait raison . Le but de l'Europe sous domination allemande est de tuer tout acquis social .
a écrit le 24/08/2015 à 19:54 :
La démocratie perdue en Europe ? Surtout perdue en Grèce, car Tsipras organise un référendum et fait ensuite le contraire.
a écrit le 24/08/2015 à 17:31 :
On vous a raconté de belles histoires pour être élus, merci de toujours nous écouter, nous et nos copains Mélenchon et Montebourg, surtout n'oubliez pas de nous réélire.
a écrit le 24/08/2015 à 17:20 :
Ce qui m'étonne ce sont les commentaires l'accusant de gauchisme. D'accord les gauchistes sont souvent déconnectés de la réalité mais là tout le monde (que l'on soit de droite ou de gauche!) peut constater que l'Europe n'est qu'une caricature et un déni de démocratie. Caricature: avec les élections au parlement européen où plus de la moitié du corps électoral ne participe pas et où l'on vote pour des élus que personne ne connait et pour une assemblée qui n'a pas vraiment de pouvoir. Déni: avec un effet cliquet on n'a le droit de ne votre que favorablement à l'Europe sinon il faut revoter (cas de l'Irlande) ou le vote n'est pas pris en compte (cas de la France en 2005) Cela va même plus loin car la dernière mouture des textes européens prive même un pays de son droit de sortir de l'Europe sans l'accord des autres. L'UE libérale n'est qu'un laminoir à Démocratie qui refuse aux peuples de s'exprimer!
Réponse de le 24/08/2015 à 23:07 :
"L'UE libérale refuse aux peuples le droit de s'exprimer" ? Il y bientôt des élections régionales en France, et des élections législatives et présidentielles dans moins de deux ans. On aura donc largement l'occasion de s'exprimer.
Et il y a un parlement européen où s'expriment librement nos brillants représentants José Bové, Eva Joly et Jean-Luc Mélenchon entre autres. Qu'est-ce qu'il faut de plus comme liberté d'expression ?
Quant à la sortie de l'UE, il n'y a que le FN et le Front de Gauche pour la réclamer, ça fait loin d'une majorité. Alors, cette théorie du manque de démocratie ne tient pas debout.
Réponse de le 26/08/2015 à 11:32 :
Je suis tout à fait d'accord avec vous. Il faut soutenir tous ceux qui mettent l'accent sur cette réalité.
a écrit le 24/08/2015 à 13:42 :
Parlant de démocratie, les règles de fonctionnement de l'€, le traité de Maastricht, ont été adoptées de façon parfaitement démocratiques et même par référendum dans certains pays. C'est vouloir les remettre en cause au gré de ce qu'on croit être son intérêt de court terme (parce qu'à long terme, ce n'est jamais l'intérêt d'un pays de se vautrer dans les déficits et l'endettement) qui n'est pas démocratique.
Réponse de le 24/08/2015 à 15:32 :
la Grèce et les autres pays de la Zone Euro qui sont passés par les programmes d'ajustement techniques décidés par le FMI, la Commission Européenne et la BCE. Aucun de ces organes n'est 1- democratique 2- n'a vocation a être un organe de décision. Il faut rappeler que dans les institutions européennes les seuls organes decisionnaires sont normalement le conseil et dans une bien moindre mesure le parlement Européen.
lorsque par ailleurs des votes dans des pays en théorie souverrains - car l''Europe en tant qu'entité juridique fédéral n'existe pas - ne sont pas respectés par la dite Troika qui ne peut être considéré comme un exécutif européen (la présence du FMI en atteste encore plus) oui il y a dénis de démocraties.
Vous mettez le doigt où cela fait mal ... de la même manière que Varoufakis. les traités instituant les institutions européennes sont imparfaits et n'ont pas créé les conditions pour que ces mêmes institutions, technocratiques sans aucun contre pouvoir democratique puissent gérer les crises.
Ce n'est pas que Varoufakis qui le dit mais nombre de politiques, économistes depuis 2010. La crise de la Zone Euro n'est pas une crise de la dette publique, ce n'est pas une crise économique c'est une crise politique - d'insitutions qui ne sont pas a meme de gérer.
Réponse de le 24/08/2015 à 15:43 :
Non, la démocratie européenne est une mascarade : la technocratie financière produit des "traités" qui ont pour fonction de contourner les volontés populaires ! La cour de Karlsruhe a raison quand elle dit qu'il n'y a pas de peuple européen ? Est-ce nous qui avons élu le patron d'un paradis fiscal, le Luxembourg, président de la Commission ?
a écrit le 24/08/2015 à 13:38 :
Ce qui m'étonne, c'est qu'il vient seulement de s'en rendre compte... L'entrave à la démocratie Européenne nous a été imposée par la signature du traité de Lisbonne qui a lié la destiné de tous les états européens à leur dette souveraine. A partir de cette date, il est devenu impossible aux nations d'échapper à la volonté de la Finance, qui est devenu la nouvelle aristocratie du XXIème siècle, le pouvoir suprême.
a écrit le 24/08/2015 à 13:09 :
N'en déplaise a Varoufakis, la démocratie grecque, aussi respectable soit elle n'est pas superieure aux démocraties de tous les autres pays de l'eurozone. Que le mode de reglement des problemes de finances publiques dans l'eurozone soit défaillant est une chose que personne ne nie (et c'est la responsabilité de tous les gouvernements cela), mais la il raconte juste n"importe quoi. Ce qui a failli provoquer un grexit en revanche, c'est la stratégie Varoufakis de la terre brulée, laquellea conduit le systeme bancaire grec au bord de l'ecroulement et va conduire les contribuables européens a le recapitaliser UNE DEUXIEME FOIS. Il devrait donc avoir un profil bas lee bonhomme.
Réponse de le 24/08/2015 à 15:40 :
oui mais la démocratie allemande ou française ne devrait être supérieur à l'irlandaise la grece ou la portugaise. Comment se fait il qu'alors que des peuples s'expriment dans des élections la politique de la Troika n'évolue jamais ? Est ce que la Troika est un pouvoir au délà du controle démocratique? Est ce que vous electeur français vous 1- savez ce que fait la troika ? 2- légitimez par votre vote envers elle ce que fait la troika ?
Personnellement je ne me souviens pas qu'on m'est jamais demandé de voter pour ou contre la Troika. Je me souviens pas que les programmes d'ajustement soient soumis au vote des parlements nationaux et encore moi du parlement européen. vous avez donc une organisation montée de toute piece composée d'organismes internationaux non élus (même le président de la commission a une légimité démocratique très indirect car les traites indiquent qu'il est nommé par les chefs de gouvernements européens sur base - s'ils le souhaitent - du vote des élections au parlement européen mais on se souvient des déclaration de Mme Merkel à ce sujet) qui décident du sort des citoyens qui au fil des années s'expriment, peuvent ou non demander de ne pas appliquer les programmes d'ajustement mais ... tout continue. Le parlement européen a émis un avis assez dur sur le manque de transparance de la Troika et de ses actions.... quelles conséquences ? là aussi maigres voire inexistantes. bref Varoufakis - il n'est pas le premier à le dire - lisez les déclarations d'autres leaders européens comme Martin Schultz ... citoyen allemand .... Jacques DElors etc....qui expriment leurs inquiétudes sur le manque de controle démocratique de la politique économique suivie en Europe.
a écrit le 24/08/2015 à 12:17 :
C'est Marxounet qui doit être content. Pour une théorie qui n'a jamais fonctionné et ne fonctionnera jamais.
a écrit le 24/08/2015 à 11:34 :
La démocratie? je commencerai à y croire quand le vote blanc d'un citoyen qui se déplace sera comptabilisé; 50,01% de votes blanc doit permettre l'expression d'un nouveau vote. Qu'un résultat négatif au référendum puisse être contourné par nos élus n'est pas la meilleure expression de la démocratie. Ce monsieur a du en voir de toutes les couleurs avant de démissionner.
a écrit le 24/08/2015 à 9:22 :
Ce monsieur raconte n'importe quoi comme beaucoup de populistes de tous bords. Le grand problème est qu'il y a de nombreuses de personnes qui croient tous ces démagogues.
Cordialement
Réponse de le 24/08/2015 à 11:20 :
C'est tout le contraire. Son diagnostic est parfaitement juste.
Réponse de le 24/08/2015 à 12:29 :
La sortie, vite fuyons cette Europe morbide, courage fuyons, sans sortie aucune alternative viable...
Réponse de le 25/08/2015 à 10:59 :
@Bernardino
vous utilisez des mots que vous devriez commencer par vous servir à vous même... Vos certitudes vous aveuglent....
a écrit le 24/08/2015 à 9:22 :
Le clivage droite-gauche est stérile lorsque les représentants officiels de la « gauche » et de la « droite » sont tous soit européistes, soit alter-européistes, et qu’ils approuvent par conséquent la disparition de la souveraineté populaire, de l’indépendance nationale et de la démocratie. Comme le rappelle le slogan de l’UPR, la priorité est bien « l’union du peuple pour rétablir la démocratie ». Pourquoi l'ensemble des intervenants tombe t-il dans le piège qui lui est tendu et avec la même régularité et sur la quasi globalité des sujets ..? Un réflexe pavlovien sans doute ..

A défaut d'une réelle et rapide prise de conscience de la part des français, le ballet droite/gauche accompagné de son supplétif Fn a encore de beaux jours devant lui..
Une position de marie-France Garraud qui exprime très bien l'abandon du sujet politique par les dirigeants français ..au bénéfice de l' Europe..
http://www.dailymotion.com/video/x32i869_la-france-en-voie-de-disparition-l-analyse-de-marie-france-garaud_news
Réponse de le 24/08/2015 à 13:45 :
Marie-France Garraud est une grande dame de la politique même si elle est aujourd'hui davantage en retrait, elle est avec quelques rares autres ce que la France a produit de mieux au plan politique, une grande dame formidablement analyste...
Réponse de le 24/08/2015 à 18:07 :
Ah grémillion, le fil de notre discussion sur l'autre article a été interrompu sans que vous ayez réussit à m'expliquer en quoi sortir de l'europe serait bénéfique.

Pour votre commentaire actuel je vais hasarder une hypothèse.
Si les candidats, de droite comme de gauche sont tous proeuropéens c'est peut être parce que l'ue est une bonne chose, et que la quitter voudrait dire retourner au moyen age.
Vous en pensez quoi?
Et épargnez moi vos liens, si vous exprimez une pensée que ce soit la votre.
Réponse de le 24/08/2015 à 18:07 :
Ah grémillion, le fil de notre discussion sur l'autre article a été interrompu sans que vous ayez réussit à m'expliquer en quoi sortir de l'europe serait bénéfique.

Pour votre commentaire actuel je vais hasarder une hypothèse.
Si les candidats, de droite comme de gauche sont tous proeuropéens c'est peut être parce que l'ue est une bonne chose, et que la quitter voudrait dire retourner au moyen age.
Vous en pensez quoi?
Et épargnez moi vos liens, si vous exprimez une pensée que ce soit la votre.
a écrit le 24/08/2015 à 9:20 :
L'UE et l'euro sont digne du mot "socialiste": "Tout le monde met tout en commun et il y en a qu'un seul qui en profite!"
a écrit le 24/08/2015 à 9:08 :
Il confond démagogie et démocratie...
a écrit le 24/08/2015 à 9:01 :
En attendant M. GODIN, j' impatiente..
Réponse de le 24/08/2015 à 11:22 :
Romaric Godin est le seul journaliste à avoir traité le sujet avec sérieux.
a écrit le 24/08/2015 à 9:00 :
En attendant M. GODIN, j'impatiente..
a écrit le 24/08/2015 à 8:27 :
Ces gauchos ... sont tellement dogmatiques ...qu'ils sont toujours en train de démontrer, que l'inverse du contraire n'est pas une réalité marxo/socialiste....
Réponse de le 24/08/2015 à 12:38 :
+100
a écrit le 24/08/2015 à 7:37 :
Si la France c'est le modèle de Varoufakis on a de gros soucis a se faire.
a écrit le 23/08/2015 à 23:44 :
C'est galère ces vidéos qui se déclenchent automatiquement :((((( La nuit ça réveille ta femme ou ton mec qui dort...
a écrit le 23/08/2015 à 23:32 :
Comme quoi la honte ne l'étouffe guère ! Autant d'incompétences et de responsabilités sur la mise en faillite d'un pays, ça ne relève pas du pénal ?
Réponse de le 24/08/2015 à 7:35 :
son pays était déjà en faillite; pourquoi irait-il lui en prison??
Réponse de le 24/08/2015 à 13:46 :
@pimpon : il est responsable par ses louvoiements et ses coups fourrés de la disparition du peu de croissance que la Grèce avait retrouvé fin 2014, et donc d'avoir causé la crise bancaire grecque de juin-juillet. Sa place est effectivement en prison pour sabotage économique et haute trahison de son pays.
Réponse de le 25/08/2015 à 11:05 :
@Réponse de bruno_bd
Attention vous êtes en surchauffe! vous devriez lever le pied... Vous vous prenez pour Robespierre?
a écrit le 23/08/2015 à 22:46 :
La Démocratie à la grecque ne remplie pas les ventres des grecques.
En France, on est en République, je rappel que c'est différent de la Démocratie.
La Démocratie selon le modèle Varoufakis n'a pas fait avancé la Grèce durant 1000 ans, parce que dans ce modèle c'est le chacun pour soit et ça n'avance pas, d'ou l'échec de la Grèce dans son développement depuis 30 ans malgré les milliards d'euros de subvention européenne.
Déjà il faudrait que tout les grecques paient des impôts, ce serait un bon début pour sortir de leur problème nationale.
Réponse de le 24/08/2015 à 11:24 :
Pourquoi vous ne parlez que des Grecques ? Et les Grecs, vous en faites quoi ?
a écrit le 23/08/2015 à 22:41 :
Les trolls de l'UE, j'aimerais bien savoir combien on vous paie pour être aussi hargneux et sur-représentés dans les forums...
Réponse de le 24/08/2015 à 10:07 :
Et payés avec nos sous, quelle belle Europe concentrationnaire et en déliquescence que celle-là, être contrainte à investir les forums pour dire du bien de l'Europe contre nos intérêts et avec nos sous..!
Réponse de le 24/08/2015 à 10:35 :
Ca devient gonflant ces trolls nuland pro-européens..
Réponse de le 24/08/2015 à 18:17 :
Ceux que vous appelez trolls proeuropéens ont un point de vue simple:

Les grecs se sont mis dans les ennuis en dépensant à tout va.
nous avons avons avancé de notre poche l'argent pour aider les grecs le temps qu'ils développent un état viable.
Aujourd'hui, des années plus tard, les grecs n'ont rien fait, ne veulent pas rembourser l'argent avancé, demandent plus d'argent et nous insultent.

Dans ces conditions il faut soit les contraindre à changer soit leur faire quitter l'ue, mais les financer sans conditions n'est plus envisageable.

vos arguments c'est quoi?
a écrit le 23/08/2015 à 21:08 :
La gauche française a quand même un très gros problème ... Inviter un mec et le faire passer pour une super star alors que lui et son parti ont faillit faire couler l'Europe ... C'est quand même étrange
Réponse de le 24/08/2015 à 7:38 :
la grèce a commencé a coulé en 2008 pas depuis ce gars soyez honnete au moins..
Réponse de le 24/08/2015 à 13:51 :
Oui, soyons honnête, il a trouvé un pays où la croissance était revenue et qui dégageait un excédent primaire. En quelques mois il a tout détruit, à un point tel que son premier ministre a été obligé de rendre les armes et de le congédier. En faire une sorte de héros relève pour la gauche française d'une passion avérée pour les désastres économiques.
a écrit le 23/08/2015 à 19:58 :
N'oubliez jamais cette terrible formule de l'homme politique et philosophe irlandais du XVIIIe siècle, Edmund Burke : « The only thing necessary for the triumph of evil is for good men to do nothing. » qui nous est rapportée par François ASSELIENAU, formule que l’on peut traduire en français par « LA SEULE CHOSE NÉCESSAIRE AU TRIOMPHE DU MAL, C'EST QUE LES GENS DE BIEN NE FASSENT RIEN. »
a écrit le 23/08/2015 à 18:47 :
La démocartie, c'est aussi le respect de règles sociétales, car la liberté des uns commence où s'arrête celle des autres. Or, la Grèce est un pays bordélique où personne ne reste rien, ni personne. Par consequent, Varouf emploie des mots qui sonne bien, mais qui sont totalement creux dans la bouche d'un Grec !!!
a écrit le 23/08/2015 à 18:28 :
Attendons Godin. Je suppose qu'il a été voir ses potes Montbourg et Varoufakis cet après midi. Il va nous faire un jolie article journalistique propagande. Quant à la démocratie le spécialiste de la théorie des jeux qui a fait voter son peuple sur un référendum trompeur il sait de quoi il parle ....
Réponse de le 23/08/2015 à 20:04 :
J'attends pour ma part les analyses de M. Godin avec une réelle impatience, ses positions hautement intéressantes me revigorent tout remplaçant avantageusement les petits scribouillards européïstes convenus..
Réponse de le 23/08/2015 à 22:44 :
idem que gruik !
Réponse de le 23/08/2015 à 23:00 :
@Gruick avouer quand même que c'est pathétique d'entendre Varoufakis parler de démocratie quand il a lui même était incapable de respecter la démocratie des représentants des peuples européens lors des négociations sur le 3ième plan d'aide. C'était son pays d'abord (les autres auraient du payer pour lui malgré l'opposition des peuples concernés). On peut contester le système mais cette vérité s’impose. Maintenant si vous considérer qu'un votre vote de Français de ou Grec "bobo de gauche" vaut plus qu'un électeur d'Allemagne, de Belgique, des Pays bas, du Luxembourg, de Finlande et de plein d'autres pays c'est une drôle de façon de concevoir la démocratie.
a écrit le 23/08/2015 à 18:07 :
L'ex ministre Grec annonce que la Grèce "va sombrer". Il se trouve qu'elle prend le chemin opposé:
"La nouvelle a pris par surprise. La Grèce aurait connu une forte croissance au deuxième trimestre, malgré des négociations extrêmement tendues entre Athènes et ses créanciers pour l'octroi d'un nouveau plan d'aide financière avec, en ligne de fond, un Grexit qui se rapprochait. Jeudi, l'agence nationale des statistiques (Elstat) a en effet annoncé une hausse inattendue de 0,8 % du PIB au deuxième trimestre, par rapport au premier, alors même que les économistes prévoyaient une contraction." (source: Le Figaro).
Quand on s'est trompé sur toute la ligne pendant six mois, on peut bien continuer encore un peu !
Réponse de le 23/08/2015 à 19:10 :
Qui a eu cette croissance soi disant le peuple ou oligarchie allemande ?
Réponse de le 23/08/2015 à 20:54 :
Qui a eu cette croissance soi disant le peuple ou oligarchie allemande ? MDR et PTDR allez continuez trop drôle, monarchie, ploutocratie, et......?
Réponse de le 25/08/2015 à 17:07 :
@Onze
J'ai rarement vu des commentateurs d'aussi mauvaise foi que vous et vos affidés: vous chantiez la chanson inverse un peu plus haut: je vous cite à la louche : " Tsipras et Varoufakis sont responsables d'avoir cassé la croissance qui pointait à l'aube des élections qui ont portées Syriza au pouvoir..."
il est clair que touts vos propos, et ceux de vos copains n'ont qu'un but discréditer Syriza... mais aussi la Grèce. Assez misérable comme forme de pensée....pour ne pas dire minable...!
.
a écrit le 23/08/2015 à 18:01 :
J'espère que les prédictions de Varoufakis sont bonnes pour la Grèce et la France, car il faut que la Grèce sorte de l'euro où elle n'aurait jamais dû être et aussi que la France se réforme et abandonne ce système socialiste qui la mène à sa perte. Heureusement, il n'y a pas que ces deux pays en Europe.
Pour la démocratie, il a tort car en démocratie, la volonté d'une minorité ne s'impose pas à la majorité.
a écrit le 23/08/2015 à 17:59 :
La majorité de la Grèce n'est pas celle de l'Europe .. Quand on fait appel à cette dernière pour payer,on respecte aussi sa majorité . Bienvenue en démocratie .
a écrit le 23/08/2015 à 17:05 :
Le clivage droite-gauche est stérile lorsque les représentants officiels de la « gauche » et de la « droite » sont tous soit européistes, soit alter-européistes, et qu’ils approuvent par conséquent la disparition de la souveraineté populaire, de l’indépendance nationale et de la démocratie. Comme le répète François ASSELINEAU, le slogan de l’UPR c’est « l’union du peuple pour rétablir la démocratie »..
Réponse de le 23/08/2015 à 21:28 :
Partagé, totalement partagé..
a écrit le 23/08/2015 à 16:48 :
Sans l'Union européenne l'économie grecque aurait déjà sombré depuis longtemps donc il ne manque pas d'air cet ex-ministre dans ses analyses qui ne tiennent absolument pas compte de l'historique et des causes structurelles de la situation de la Grèce.
a écrit le 23/08/2015 à 16:28 :
Varoufakis n est pas dans la réalité

Il reve comme les bolcheviques de la fin de la monnaie et des réalités économiques
Les pays qui dépendent plus que leur recettes filent vers l explosion comme les grecs
Meme tsipras n a pas osé sortir de l'euro tellement les conséquences seraient dramatique
Varoufakis est un petit Demago
Réponse de le 25/08/2015 à 17:13 :
@Polo
c'est bon de pouvoir se défouler sans risque pas vrai?
Vous m'avez l'air d'être dans la réalité vous, celle qui vous convient et qui gangrène votre esprit obsédé par toute forme de pensée politique qui ne vous convient pas...
a écrit le 23/08/2015 à 16:09 :
La vérité sans fard...
Combien de gens ont-ils pris conscience de cette situation ?
Réponse de le 23/08/2015 à 18:00 :
@Flupke
Quelle vérité ?
Quelle est la situation ?
Cordialement
Réponse de le 23/08/2015 à 20:56 :
de quoi que vous parlez?, quoi que ça signifie?? conscience de quoi qu'il dit??
Réponse de le 24/08/2015 à 7:40 :
lisez les articles avant de commenter vous comprendrez de quoi parle les gens
Réponse de le 24/08/2015 à 13:35 :
La Vérité: autrement dit ce que déclare Varoufakis dans le papier.
L'Eurogroupe, la BCE ont, dans le cas de l'affaire grecque, outrepassés leurs droits, se sont assis sur la lettre et l'esprit des Traités, et non seulement n'ont pas agit selon des intérets bien compris, mais ont abusés de leurs pouvoirs pour des motifs purement politiques absurdes. Ils ont montrés la réalité de leurs structures supra-nationales, composés de gens non élus, inataquables juridiquement, et parfaitement à coté de la plaque.
Dictature technocratique ubuesque, en gros.
Comment les stopper?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :