Pourquoi les médecins s'opposent au tiers payant

 |   |  1210  mots
Selon les organisateurs, plus de 50.000 médecins ont défilé le 15 mars à Paris
Selon les organisateurs, plus de 50.000 médecins ont défilé le 15 mars à Paris (Crédits : REUTERS/Gonzalo Fuentes)
Dimanche 15 mars, des milliers de médecins ont défilé pour demander le retrait de la mesure phare du projet de loi Santé porté par Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales. Pour quelles raisons ?

Parmi les mesures contenues dans le projet de loi Santé concocté par Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales, que la plupart des acteurs de la santé rejette, l'une cristallise toutes les colères : la généralisation du tiers-payant. Une promesse du candidat François Hollande en 2012.

Dimanche 15 mars, plus de 50.000 médecins - ils étaient 19.000 selon les forces de police - auraient défilé à Paris pour tenter de convaincre la ministre de revenir sur sa décision. Ont-ils réussi ? Après leur rencontre avec Marisol Touraine dans l'après-midi, qui avait pourtant affirmé sa volonté de dialogue, les dirigeants des principaux responsables syndicats sont ressortis... déçus malgré les petits cadeaux, offerts par la pensionnaire de l'avenue de Ségur.

En effet, la ministre a notamment reculé sur la délégation de la vaccination aux pharmaciens, qui fera l'objet d'"expérimentations" au lieu d'être inscrite dans la loi. Mais ces compensations se sont révélées insuffisantes pour calmer les professionnels concernés, en particulier les médecins libéraux qui réclament un peu dans le désordre le retrait du texte ou, à tout le moins, sa réécriture, ou la démission de la ministre.

Même l'Ordre des médecins s'y oppose !

Preuve de cette lutte contre le tiers payant généralisé, qui sera effectif en 2017, même le très prudent et discret Ordre des médecins a affiché son "soutien" à la manifestation qui a reçu - sans surprise - le soutien de l'UMP. A quelques jours des élections départementales, et dans l'optique de 2017, la pêche aux voix a d'ores et déjà commencé.

Bruno Retailleau, le sénateur UMP de Vendée n'est pas le moins véhément.

" En systématisant le tiers payant, le gouvernement va de façon démagogique déresponsabiliser encore un peu plus les citoyens, ce qui conduira à accroître les dépenses et donc les déficits. En mettant les professionnels de santé sous la tutelle de l'Etat et des administrations, il dénature la médecine libérale. L'Etat ne peut pas s'occuper de tout. Ce projet de loi est dangereux pour la qualité des soins et pour la relation médecin/patient. Aussi, le groupe UMP du Sénat portera lors de l'examen du texte les légitimes inquiétudes et revendications des professionnels de santé qui sont aujourd'hui victimes du dogmatisme de Manuel Valls et de son gouvernement ".

Une volée de critiques contre un projet auquel Nicolas Sarkozy s'est déjà attaqué. Lors d'un meeting à Tourcoing, le 15 janvier, le président de l'UMP a estimé que le tiers payant généralisé était " une mesure démagogique et contre-productive ". Il a également promis, en cas de retour de la droite au pouvoir, " de faire un projet santé très fort, dont je souhaite qu'il sorte des sentiers battus ".

Il faudra contrôler et soigner

Pourquoi tant de haine ? Concrètement, chaque patient n'aura plus à avancer les frais de santé, frais que la Sécurité sociale lui rembourse ensuite. Pour les ménages, c'est une tension en moins sur leur trésorerie. Pour un gouvernement dont la politique économique et sociale est décriée au sein même de la majorité car trop éloignée des valeurs et des idéaux socialistes, cette mesure est une belle occasion de rassembler les brebis égarées. Notamment les frondeurs. C'est la raison pour laquelle l'exécutif n'entend pas reculer sur ce point et se contente de lâcher du lest sur des sujets de crispation secondaire.

Qui paiera la note alors ? Dans la nuit de mercredi à jeudi 19 mars, Marisol Touraine a présenté un amendement rectificatif qui détaille toutes les conditions de mise en place de cette dispense d'avance de frais. Il est écrit noir sur blanc - et c'est la première fois - que " l'Assurance maladie assume la mission générale de pilotage du déploiement et de l'application du tiers payant ". On peut donc en conclure que c'est la Caisse nationale d'assurance maladie (CNAM) qui devra gérer le " flux unique " par lequel le médecin libéral sera payé pour ses consultations. Un médecin dont la responsabilité sera " de premier rang " et sa part " prépondérante ", selon l'expression de la ministre. Par ailleurs, un rapport définissant toutes les " modalités opérationnelles " et précisant la " solution technique commune " entre la CNAM et les complémentaires devra être remis avant le 31 octobre. De fait, l'idée, un temps dans l'air, que le tiers payant généralisé serait non obligatoire et le paiement simple et garanti s'est envolée.

Les médecins libéraux fous de rage

La Confédération des syndicats médicaux français (CSMF), le principal syndicat de la médecine libérale, est furieuse. Elle appelle à une journée portes closes, le 31 mars, date de la présentation du projet de loi de santé en séance publique à l'Assemblée nationale.  "Par la voie d'un amendement gouvernemental voté hier [le 18 mars] en commission des affaires sociales de l'Assemblée, la loi fait du Tiers Payant généralisé un droit, donc une obligation. La CSMF dénonce une véritable « Usine à gaz ». Cet amendement confirme que les médecins seront des contrôleurs des droits des patients, ce qui est inacceptable. Pour valider le tiers payant, il faudra vérifier que le patient a respecté le parcours de soins, vérifier ses droits au regard de l'assurance maladie obligatoire, des complémentaires de santé... Il faudra même s'assurer que le patient a autorisé le prélèvement des franchises sur son compte bancaire. La mission du médecin est de soigner. Elle ne doit jamais être celle de contrôler. Pour la CSMF, il faut arrêter cette machine folle qui va à l'encontre des intérêts des patients, de l'assurance maladie et de la médecine libérale ". Le syndicat MG France, majoritaire chez les médecins généralistes est également furieux.

Que redoutent les médecins ? Un comportement irresponsable des citoyens qui, n'ayant plus à sortir leur carnet de chèque après chaque consultation, se ruent en masse dans les salles d'attente, plombant davantage les comptes de la Sécurité sociale ? Avec cette mesure, la médecine deviendrait donc gratuite !  Comme les Français, les laboratoires pharmaceutiques, tous les acteurs de la santé participent financièrement aux tentatives pour l'instant vaines de renflouer les comptes de la Sécurité sociale toujours dans le rouge, même si le déficit du régime général recule. En 2014, le déficit de la Sécurité sociale est passé sous la barre des 10 milliards d'euros, à 9,7 milliards d'euros, soit deux milliards de moins que le déficit prévu en septembre par le gouvernement.

Outre la paperasserie administrative que cette mesure pourrait provoquer, estiment-ils - les médecins se demandent comment ils récupéreront la partie prise en charge par les mutuelles - , ils redoutent également ce que certains d'entre eux appellent une soviétisation de la médecine qui se traduirait par des délais de paiement, ou plutôt, de remboursement du paiement à l'acte, excessivement longs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/04/2017 à 11:47 :
avec le tiers payant ,les medecins seront forcés de tout déclarer ,s'ils veulent etre remboursés. en ce moment certains ,comme de nombreux proffesseurs et autres specialistes , meme des magasins qui disent que leur machine est en panne , mon oeil ,refusent meme la carte bleue . especes et cheques sont acceptés ,et oui il parait qu'en israel on peut se faire payer,moyennant un cout pour un courtier , en especes directement les cheques et sans delais. donc rien pour le fisc......
a écrit le 10/04/2015 à 21:43 :
@olep : quel black ?? Les "dépassements d'honoraires" sont légaux et déclarés, les médecins paient des impôts dessus !!!
a écrit le 09/04/2015 à 14:04 :
Non seulement il va falloir vérifier avant les droits des malades mais en plus il faudr ensuite pointer tous les soirs toutes les consultations non payées et faire les relances auprès de la sécu et des mutuelles. Car pensez que toues les consultation d'un jour donné seront remboursées le même jour est illusoire! n caissede sécu et des centaines de mutuelles. MST a inventé le médecin paperasse !!! moins qu'un société privé se lance sur ce marché, elle demande 5 euos pour vérifier la carte sécu, prendre le rendez-vous, relancer les mutuelles qui ne paiereont pas ou les assurés non à jour. Que fairesi le patient n'a pas sa carte ?
a écrit le 01/04/2015 à 13:02 :
Cette généralisation du tiers payant rend notamment le black plus compliqué.. Et cela ne plait à aucune profession libérale, car 1000€ ou 2000€ en espèces dans le portefeuille (médecin spécialiste à paris, c'est peu dans le chiffre du mois), c'est toujours bien pratique.
La soi-disant déresponsabilisation des patients est peut être vrai, mais aura un impact minime. Ceux qui abusent de la sécurité sociale ne sont pas freinés par les paperasseries.
Réponse de le 20/05/2015 à 14:52 :
on ne peut quand meme pas laisser dire n importe quoi...quel black???que ce soit en secteur 1 ou secteur 2 l'acte medical se conclue toujours par une "facture" (feuille electronique avec carte vitale ou papier avec feuille de saoins) adressée par le patient a la secu qui se fait rembourser sur la base du tarif conventionné puis eventuellement par sa mutuelle pour les depassements; ainsi, aucun black possible a moins de ne pas transmettre les releves de carte vitale...ou a moins que les patients n adressent pas leurs feuilles a la ss....un releve SNIR annuel nous rappelle d'ailleurs a l'euro près combien NOUS avons couté (NOUS, les medecins!!!) à la societe....en revanche lorsqu'il s'agit de regler aux medecins les tiers payants (CMU AME ALD invalidités, accidents du travail et maladies professionnelles) les comptes pêchent beaucoup plus puisqu'environ 30 % des sommes ne sont jamais versées....les relances trouvent lettre morte et sont chronophages ...mais deviendront kafkaiennes lorsque l'interlocuteur sera l'ensemble des mutuelles (environ 400)en plus des organismes de ss....demandez donc aux pharmaciens et directeurs de dispensaires ce qu ils en pensent puisqu ils pratiquent deja le tiers payant generalisé....au lieu de mettre en oeuvre des mesures demagogiques et inutiles comme celles ci (tous les dispensaires font le tiers payant et on peut donc s y rendre si on ne veut pas faire d avance de frais) le gouvernement devrait plutot s occuper des vrais problemes (mutuellesetudiantes qui ne remboursent PAS DU TOUT et sont pourtant obligatoires, affiliation a la CPAM qui prend pres de 6 mois, non reglement des indemnités journalieres pour des motifs fallacieux qui plongent des familles entieres dans des abimes de problemes...
le "black" des médecins.....c'est vraiment le fantasme des gens mal informés ...demandez vous donc plutot pourquoi les medecins ne s'installent plus et pourquoi les deserts médicaux embellissent d'années en années...votre intervention est vraiment trop pitoyable
Réponse de le 02/06/2015 à 21:08 :
Le black des médecins comme celui de tant d'autres professions. Vs connaissez très bien le pourcentage de feuilles de soins qui ne sont jamais envoyées. Concernant les déserts médicaux, on parle des généralistes qui sont très sous payés au regard de leurs heures de travail et de leur investissement. Mon intervention visait essentiellement les spécialistes et je maintiens cette opinion pour en être témoin. Maintenant je mentionne cet élément volontairement provoquant, mais il est un parmis tant d'autres. Cependant je ne crois pas à la déresponsabilisation des patients et je suis choqué de voir des médecins manifester en se plaignant de travailler gratuitement avec cette réforme.
a écrit le 21/03/2015 à 10:55 :
Le système de santé financé par la SS fait les frais de la libéralisation de l'économie. Nous sommes passé d'un système de soins pour tous, le plus possible égalitaire à un système où la rentabilité est devenue le premier critère. Il y aura toujours conflit entre les objectifs de la SS, ses moyens et les attentes des professionnels de santé. Dans cette bataille, les perdants ce sont les malades qui ne demandent qu'à être soignés, ce qui leur coûtera ( et leur coûte déjà) très cher. Le système économique, capitaliste, libéral dans tous les domaines conduit à la paupérisation, à la précarité, le secteur de la santé n'y déroge pas. La bataille est ailleurs que sur le tiers-payant.
a écrit le 21/03/2015 à 8:22 :
medecin generaliste depuis 28 ans,je n'ai jamais refusé de soigner, même les gens qui ne peuvent pas payer.On s'est toujours arrangé: soit ils me payaient après leur remboursement, soit ils payaient 6,90 et le reste m'était versé par la sécu. Mais avec le 1/3 payant, je pense que la secretaire commencera par s'enquerir de leurs papiers: pas de papiers à jour, pas de consultation: ils iront à l'hopital qui a du personnel pour s'occuper de recuperer l'argent car on connait les caissses, quant aux mutuelles.... Il y a déjà des tonnes d'erreurs .
a écrit le 20/03/2015 à 22:55 :
Les inepties racontées sur les tarifs libres des médecins me fatiguent...
Pour votre information, le secteur 2 est fermé (traduisons : interdit) pour les médecins généralistes installés en libéral depuis 1991. Cela fait donc 24 ans qu'il n'y a plus de nouvel installé pratiquant un tarif libre, sauf pour les spécialistes diplômés de l'internat et anciens chefs de clinique. Les montants des actes et consultations sont fixés par la sécu et non par le médecin. Le tarif de la consultation en médecine générale est donc de 23 euros.Tout les honoraires, à partir du moment où le malade est remboursé, sont donc automatiquement contrôlés par la sécu et déclarés à l'URSSAF avec un relevé pour les impôts. Pas de fraude possible, sinon vous ne seriez pas remboursé. De plus, la loi actuelle oblige les médecins depuis 2006 à afficher leurs tarifs en salle d'attente et à s'y tenir : ainsi, les patients ont connaissance, AVANT la consultation , du montant des honoraires pratiqués et de leur éventuel dépassement.
a écrit le 20/03/2015 à 22:08 :
Savez vous que la loi santé veut vous obliger à signer un accord pour la sécurité sociale de faire les prélèvements des franchises directement sur votre compte bancaire ? la loi santé n'a pas retenu la suppression des franchises car cela représente 8 millions d'euros.
Or une autorisation de prélèvement doit mentionner le montant et la fréquence des prélèvements, ou vous envoyer une facturation préalable (mais la sécu ne le fera pas car n'envoie plus les relevés papiers). c'est donc une mesure ILLEGALE qui équivaut à vous faire signer un chèque en blanc permettant à la sécu de se servir sur votre compte bancaire, et ne tiendra pas compte de vos difficultés financières de fin de mois, alors que votre médecin, lui , en tient compte pour vous permettre de vous soigner.
a écrit le 20/03/2015 à 21:55 :
100% d'accord avec Thbo.
La plupart des gens ne regardent pas plus loin que leur porte monnaie et ne mesurent pas la vraie réalité et les vraies conséquences de cette loi : citoyens , arrêtez de vous laisser endormir par des "mots magiques", sans voir que se cache derrière le seul mot ECONOMIE sur votre dos et dégradation organisée de la qualité de travail de votre médecin : bon sang, c'est VOTRE santé qui est en jeu ! Ne vous laissez pas hypnotiser !
a écrit le 20/03/2015 à 19:38 :
Avant de faire une nouvelle loi pour ça elle ferait mieux de légiférer sur les compléments d'honoraires demandés par les chirurgiens. C'est un véritable scandale que ces dépassements d'honoraires. C'est la médecine des riches!
Réponse de le 10/04/2015 à 21:47 :
@palemo : savez-vous que certains tarifs "sécu" de certains actes de chirurgie n'ont pas été réévalués depuis 20 voire 30 ans ??? Les compléments d'honoraires avaient été autorisés parce que la sécu savait qu'elle n'arriverait pas à suivre le coût réel des actes ! Travailleriez-vous pour votre salaire d'il y a 20 ou 30 ans ???
a écrit le 20/03/2015 à 15:58 :
Je ne sais qui l'a dit ! mais c'est bien vrai ! le changement c'est maintenant dès dimanche ! ah c'est peut-être Marine ?
a écrit le 20/03/2015 à 15:05 :
ils craignent pour ceux qui font des dépassements !! que leurs patients s'irritent quand ils ne sont pas pris totalement en charge par les mutuelles ! sinon pourquoi d'autre ? les pharmaciens semblent apprécier le tiers payant pour les médicaments ! c'est bien la sécu qui les couvre ??? ILS NE PEUVENT PAS RESTER INFINEMENT INDEPENDANTS.....
Réponse de le 20/03/2015 à 15:43 :
Ceux qui font des dépassement sont minoritaires et pourtant tous sont contre le TPG. Les pharmaciens apprécient tellement le tiers payant que leurs syndicats sont opposés à la loi et ont manifestés avec eux. Interrogez votre pharmacien vous serez surpris. "Ils ne peuvent pas rester in(dé)finiment indépendants". Oulala vous êtes mur pour la dictature. L'indépendance du médecin est aussi importante pour une démocratie que celle du juge (mais peut-être êtes vous aussi contre). Ils soignent selon vos besoins médicaux pas en fonction de critères économiques ou autres ( age, race, sexe, religion, etc) que pourront mettre en place les gouvernements actuel et à venir. Trop vieux et non productif l'Etat acceptera-t-il qu'on vous soigne demain? L'Angleterre, par le passé est entré dans ce danger là en refusant de soigner des patients trop agés ou trop malades. Rappelez vous des dialysés qui ont du venir en France pour ne pas mourir. Regardez les jeunes enfants leucémiques que l'on refuse de traiter en Angleterre car leur première chimio a été inefficace et que la seconde n'est pas prise en charge par le NHS. Leurs parents font des appels aux dons pour une nouvelle tentative. Préparez votre portefeuille c'est la médecine de demain.
Réponse de le 10/04/2015 à 21:51 :
@mimosa : "pourquoi d'autre" comme vous dites ? parce que le tiers payant permettra à la sécu puis aux assureurs privés d'imposer des restrictions aux prescriptions, certainement pas dans l'intérêt des malades ! Parce que vérifier que nous avons été payés nous prendra du temps que nous ne pourrons donc pas passer avec les malades ou à nous former ! etc, etc.
a écrit le 20/03/2015 à 14:43 :
Ils sont opposés au TP car ils sont cupides et ont des choses à cacher. Ils s'assoient sur le serment d'Hippolyte sans aucune vergogne...
Réponse de le 20/03/2015 à 15:13 :
Il est bien plus facile de tricher dans un système avec du tiers payant. D’ailleurs la majorité de la fraude à la sécurité sociale est le fait des hôpitaux pour 60 millions d'euros.
Il est bcp plus simple à un patient de savoir la réalité des soins réalisé qu'a un petit fonctionnaire de la sécu à 500 km de là.
Réponse de le 20/03/2015 à 15:30 :
Que voulez-vous que les médecins cachent??, avec la carte vitale l'administration fiscale sait déjà à l'euro près ce que gagne un médecin.
Ils ne veulent pas gérer un 1/3 payant avec 600 mutuelles pour 23 euros, et ils ont raison
Réponse de le 22/03/2015 à 17:14 :
Idiot ce message
1- les médecins prêtent bien un serment mais c est le Serment d Hippocrate !!!! Pas hippolyte remarque c est poétique comme erreur
2-les médecins font des feuilles de soins électroniques depuis plus de 10 ans permettant un remboursement rapide des patients certain encore rétifs aux ordinateurs utilisent les feuilles papiers mais le résultat est le même donc quoiqu il arrive pas de fraude possible , vous voulez peut être parler de médecins non conventionnés , ils sont extrêmement rares
A bientôt hippolyte Lolo
a écrit le 20/03/2015 à 14:02 :
Le TP est une grosse m---- que les socialistes ont envoyée en 2017 pour leurs successeurs. On voit la sincérité, le sens de la dignité et de l'honneur des gens de ce gouvernement. J'ai honte pour eux. Ont-ils des enfants pour les regarder?
a écrit le 20/03/2015 à 13:59 :
Je comprend à la foi la volonté de la ministre de combattre les difficultés que certain connaisse pour se soigner et je comprend aussi le problème des médecins devant le traitement administratif à faire.
Il existe une solution simple, copier le principe de l'URSAFF mais à l'envers. En effet une entreprise ne verse pas les cotisations à chaque caisse, mais verse à l'URSAFF qui ensuite dispatche dans les différentes caisses. Prenons le système dans l'autre sens, la carte vitale envoie l'information du patient vers cet organisme qui paie le médecin et récupère auprès des différentes caisses les montants correspondants. Un virement journalier, hebdomadaire ou mensuel est paramétrable. Le patient ne paie plus, le médecin est garanti dans son paiement sans tâche administratif supplémentaire.

L'autre solution est de supprimer les différents systèmes de sécu et d'harmoniser le tout, mais là c'est un autre problème.
Réponse de le 20/03/2015 à 15:49 :
Votre organisme existe dejà, Ca s’appelle une banque qui peut très bien gérer le tiers payant avec les carte bleue actuelle en séparant le flux issus des cabinet médicaux grâce aux carte de domiciliation des terminaux bancaire.

En plus la banque est couverte pour le découvert par la sécu et les mutuelles et sait très bien faire valoir les impayés.
a écrit le 20/03/2015 à 13:58 :
Bien entendu tous les français sont pour la généralisation totale du tiers payant avec un système de contrôle qui traque enfin les abus. Les médecins sont eux pour l'ancien système de magouille qui prive de nombreux français de soins et favorise sans raison les "spécialistes" autoproclamés et le travail au noir tout comme la médecine de privilèges. Stopper les dérives est une nécessité.
Réponse de le 20/03/2015 à 15:10 :
Les médecins sont déjà controlés sur leur activité. les contrôles à venir seront sur les soins et les prescriptions qu'ils donneront. Ils auront perdu leur indépendance et ne pourront vous soigner comme vous le devrez mais en fonction de critères économiques et non médicaux définis par l'état avec des objectifs de santé définis par l'état ( article 1 de la loi). Catastrophe en perspective certaine vu la compétence qu'à montré l'état français par le passé ( numerus clausus, gestion des déserts médicaux, scandales pharmaceutiques, déficit majeur des hôpitaux, etc). Pensez-vous que la médecine sera meilleure? Actuellement aucun français n'est privé de soin. L'immense majorité des médecins ne pratique pas de dépassement, 14,5 millions de français et étrangers ne paient pas leur consultations et leurs médicaments, nous avons le plus grand nombre d'hôpitaux publics par habitant d'Europe et le maillage des centres de santé est dense. Les spécialistes ne sont pas autoproclamés car leur diplôme est un diplôme d'état obtenu en 10 à 12 ans. Enfin la médecine au noir n'existe pas. Qui serait assez bête pour ne pas se faire rembourser ses consultations? Stopper les dérives est une nécessité. Là, nous sommes d'accord. Mais cette loi ne répond pas à cela et les dérives ne sont pas là ou vous le pensez.Votre méconnaissance du sujet est manifeste. Informez-vous, lisez la loi proposée par Touraine (ce que vous n'avez manifestement pas fait) et vous comprendrez ses dangers majeurs. Bien sur, vous êtes libre de ne pas réfléchir et d'applaudir la fin programmée du secret médical et de l'excellence médicale française.
a écrit le 20/03/2015 à 13:36 :
Je serais pour plus de libéralisation : suppression du numérus clausus qui a été mis en place en concertation entre l'Etat et les médecins : l'un en pensant que limiter le nombre de médecins permettait de limiter les dépenses de santé, ce qui est un échec, les autres sachant que la limitation de concurrence leur permet d'avoir un pouvoir sur les prix de la consultation (ce qui est quoi qu'ils en disent un succès : bien que limitée, la hausse de celle-ci est largement supérieure à l'absence de hausse du revenu médian en France et est continue malgré les déficits de leur principal payeur : la sécu). Suppression du numérus clausus = + de médecins = concurrence sur les prix = baisse des dépenses de santé (personnellement je ne suis pas du genre à insulter les français en pensant qu'ils s'amusent à multiplier les visites médicales pour le plaisir... "argument" totalement irrationnel)
Réponse de le 20/03/2015 à 14:16 :
Le numerus clausus vise à ne pas porter à la charge de l'état des formations qui n'auraient pas de débouchés et dans ce cas mettraient entre les mains des médecins sans ressources l'arme de dérives multiples. Il ne faut donc pas le supprimer. Le prix de la consultation est fixé globalement par l'état. Son coût est largement corrélé au prix de masse des médicaments. Est estimé -de manière non explicite- que les médecins prescripteurs de X milliards de soins, on la légitimité pour en réclamer un pourcentage. Comme les footballeurs avec l'audience qu'ils provoquent. La question est donc de savoir pourquoi les médicaments et autres services sont à ce point onéreux. C'est aussi un choix fait par l'état pour des raisons économiques souvent géostratégiques ainsi que pour la gestion massive de faux emplois qui réduisent le chômage. La "falaise" des médicaments et celle pharma-tech tout comme la réforme des hôpitaux va voir ce prix baisser fortement. Il est donc nécessaire de lisser les revenus des médecins et de mieux les organiser tout en évitant, certes pour une minorité de patients-clients, de très nombreux abus sur le mode "Je paie en partie, donc j'ai droit". Les consultations de confort seront à la charge unique des clients.
a écrit le 20/03/2015 à 13:08 :
Beaucoup de patients vont découvrir qu'ils n'ont pas droit au tiers payant. Pas de mutuelle par exemple. Pourront-ils être remboursés partiellement? Et avec quels délais? Ils renonceront aux soins et cela ne se verra pas car en façade, il y a "tiers état payant".
a écrit le 20/03/2015 à 11:39 :
sinon on peut copier le Royaume Uni, en secteur 1 tiers payant donc pas d'avance de frais, en secteur 2 pas de prise en charge sécu, éventuellement la mutuelle qui prend en charge ou bien le patient à 100%
Pourquoi se compliquer la vie ?
Réponse de le 20/03/2015 à 11:59 :
Vous avez parfaitement compris ou veux nous conduire Mme Touraine avec sa loi. Vers le système Beveridge à l'Anglaise. Où les médecins gagnent très bien leur vie. Où les patients doivent attendre des semaines pour avoir une consultation de spécialiste et où la durée de consultation d'un généraliste est la plus courte d'Europe (5 mn) tellement ils sont débordés. Evidemment c'est gratuit! Malheureusement ce système a mis l'Angleterre au dernier rang de l'Europe de l'Ouest pour les critères de santé. Et les patients Anglais traversent le Channel. Mis en place vers 1970 le système Beverdge n'a été copié par aucun pays. Maintenant si vous êtes riche ,il n'y a pas de problème, votre mutuelle Anglaise vous rembourse le spécialiste de ville qui n'est pas pris en charge par le NHS: Harley street vous attend. En Europe la médecine à 2 vitesses n'existe qu'en Angleterre. Pourquoi refuser un tel système?
a écrit le 20/03/2015 à 11:20 :
Aie Aie ! Pourquoi se cacher ? Les médecins sont déjà des fonctionnaires payés indirectement par la sécu ! C'est vrai qu'ils sont hors catégories avec des revenus supérieurs à 8000 euros par mois pour les simples généralistes bien sûr ......
Réponse de le 20/03/2015 à 11:49 :
Le revenu moyen d'un généraliste est de 6500 € net /mois avec de grandes variations. 30% gagnent moins de 3000€. Rapporté aux horaires (57h / semaine) et moins de 4 semaines de congés annuels. Est-ce excessif ? les cadres supérieurs ou même le directeur de votre CPAM gagnent bien plus. Vous oubliez que la sécurité sociale ne rembourse pas la totalité de votre consultation. L'autre partie est votre mutuelle. Avec votre raisonnement toutes les professions de santé dont les soins sont remboursés par la Sécurité Sociale sont des salariés de la Sécu ( ils attendent avec impatience de toucher leur 13ème, 14ème mois, leurs primes d'intéressement etc.) Enfin je vous rappelle que la Sécurité Sociale est un organisme privé dont les salariés ne sont pas des fonctionnaires. Vous devriez vous cacher Michel votre participation au forum n'est guère informée.
Réponse de le 10/04/2015 à 21:54 :
@Michel : j'ajoute que je serai salariée de la sécu quand j'aurai les 35h, RTT, congés payés, indemnités maladie sans carence ou presque (actuellement...90 jours !), et quand la sécu financera mon outil de travail !
a écrit le 20/03/2015 à 11:15 :
Pour rappel , le tiers payant intégral existe depuis 1948 en Grande Bretagne, et les médecins y sont correctement payés alors où est le problème, je souscrit totalement à cette loi, et suis entièrement d'accord avec les commentaires de nico et dilemblue
Réponse de le 10/04/2015 à 21:56 :
Oui les médecins anglais sont bien mieux payés que les français et ce n'est pas près de changer ! Là-bas ce sont surtout les malades qui souffrent du système... Apparemment vous ne comprenez pas que nous pensions à l'avenir de nos malades ??????????
a écrit le 20/03/2015 à 10:54 :
Les médecins sont formés gratuitement par la société, ce métier doit être avant tout un sacerdoce, bien payé certes et il nécessite d'aimer les autres . Tout le monde peut s'installer en "libéral" selon sa notoriété et sa spécialité et son attrait au gain , elle est là la liberté. Alors ne critiquez pas la suppression du tiers payant qui est de toute façon assumé financièrement par les mutuelles et in fine par les français. C'est encore une fois un combat d'arrière garde.
Réponse de le 20/03/2015 à 11:39 :
Tous les étudiants formés en faculté sont formés gratuitement, les médecins comme les autres. Par contre dès la 3ème année ils travaillent à l'hôpital tous les matins ( en étant payés une misère à partir de la 4ème année). Et ils font tourner le système ( il suffit de voir les problèmes que posent les internes en grève). Donc, les médecins ne doivent rien de plus à la société que les notaires, les avocats, les paléontologues ou les musicologues formés aussi en faculté. Ce métier est un sacerdoce mais pas aussi bien payé que vous l'imaginez. 30% des médecins gagnent moins de 3000 € nets par mois pour des horaires de 57 h car leurs tarifs sont bloqués depuis 5 ans pour les généralistes et 10 ans pour les spécialistes. Est-ce le cas d'un seul salarié du public comme du privé? Vous avez raison le tiers payant sera de plus en plus payé par les mutuelles car le but de cette réforme est de transférer une part des dépenses de la Sécurité Sociale vers elles. Quel est leur intérêt à elles de se mettre ce coût financier supplémentaire à dos? Il vous suffit de lire la loi. Elles auront accès au dossier médical des patients ( fin du secret médical) et pourront adapter leurs cotisations en fonction des pathologies de leurs mutualistes. Pour trouver l'équilibre ( et même gagner de l'argent) les malades paieront plus que les autres. Eth oui c'est prévu et bien organisé. Ces données médicales pourront aussi être transmises à d'autres ( les laboratoires phamaceutiques sont évidemment intéressés). Refuser le tiers payant et implicitement la fin du secret médical est-il un combat d'arrière garde?
Réponse de le 20/03/2015 à 12:48 :
C'est faux, ils ne sont pas formés gratuitement par la société mais par les impots des travailleurs.
Réponse de le 20/03/2015 à 15:56 :
Je ne vous comprends pas. La société française forme tout le monde à partir des impots que paient la moitié des foyers français. Ce qui est gratuit c'est la formation pour celui qui la suit. A la différence de certaines professions qui paient leurs études comme les Kinés ou les étudiants d'Ecoles de commerce, les facultés sont gratuites pour tous les étudiants qui s'y inscrivent. Sans distinction. Les professions de santé n'ont pas plus à rendre à la France que les autres étudiants de faculté. Les seuls médecins qui devaient des années à l'état étaient les militaires étudiants en médecine qui étaient payés par l'état durant toutes leurs études. Avez-vous remboursé à l'état vos études?
Réponse de le 19/05/2015 à 12:17 :
Je suis d'accord la fin du secret médical est une aberration et nuisance supplémentaire à la liberté
a écrit le 20/03/2015 à 10:53 :
Médecins libéraux, allaient donc au bout de votre logique libérale. Mettez vous hors convention sécu, rejoignez le secteur 3, honoraires à votre seule convenance et élevés, aucun remboursement sécu pour votre patient. Vous aurez ainsi des salles d'attente clairsemés mais des prises de rendez vous rapide. Très certainement aussi une chute drastique de vos revenus. Mais l'argent n'est pas votre motivation. Soyez libre,alors, courage, osez le secteur 3. Pour notre part, nous choisirons un médecin, un radiologue, une infirmière qui pratique le tiers payant, nous n'avons pas les mêmes revenus que vous.
Réponse de le 20/03/2015 à 13:09 :
le tiers payant existe déjà dans les faits : vous êtes remboursé à J+4 sur votre compte bancaire avant que votre chèque ne soit débité, ou bien vous demandez à votre médecin de différer l'encaissement, sinon allez dans un centre mutualiste qui pratique le TP.
Probablement que dans l'avenir, dans les spécialités sans acte, pour 23 euros et la gestion de 600 mutuelles, nombre de médecins se déconventionneront et c'est pour vous que ce sera difficile, vous vous rappellerez bien de votre post . Essayez déjà de trouver un endocrino ou un dermato en secteur 1 dans une grande ville, bon courage!
Réponse de le 10/04/2015 à 21:58 :
@numa : dans les pays sans système équivalent à la sécu (donc où tous les médecins sont en "secteur 3"), ce sont les malades qui sont malheureux, pas les médecins !
a écrit le 20/03/2015 à 10:53 :
La poule aux œufs d'or (Sécu), c'étaient dans les années 70-80
a écrit le 20/03/2015 à 10:28 :
Grande cohérence intellectuelle dans le projet de M.S.T. : le socialisme est incompatible avec la notion de responsabilité, d'ou le tiers payant. cela ce tient tour ca!
a écrit le 20/03/2015 à 10:26 :
tous les patients sont mécontents de la position des médecins !! a quoi sert donc cette carte vitale ??? pour un meilleur controle de cette profession
Réponse de le 10/04/2015 à 22:01 :
@jo : 1° C'est faux, la plupart de mes patients sont mécontents au contraire, et je ne travaille pas chez les riches, loin de là ! D'ailleurs comment sauriez-vous que "tous les patients sont mécontents", hein ??? Quant au "meilleur contrôle de la profession", elle l'est déjà, très contrôlée !!! Renseignez-vous avant d'avancer n'importe quoi...
a écrit le 20/03/2015 à 9:48 :
Si les medecins ne veulent pas étre controler, ils devraient étre responsable de leur role de service public!!!! C'est intolerable d'avoir des désert médicaux en france et des régions ou il y a trop de medecins au m2.
On devrait augmenter les honoraires des médecins dans les déserts médicaux et les baisser lorsque qu'il y a trop de medecins dans un endroit
Cela se régulera tout seul après
Réponse de le 20/03/2015 à 10:47 :
C'est quoi un désert médical. Car il est amusant lorsque l'on regarde les cartes de la sécu qui servent à définir les aides, que le nombre des déserts médicaux en France selon l'administration est ridiculement bas.

Avant de parler de déserts médicaux, il faudrait déjà avoir une définition identique de ce terme.

Enfin, rien n'interdit un maire de créer un centre médical sur ces fonds et de salarier un medecin si il estime qu'il y a un désert médical. Pourquoi alors veut il qu'un medecin s'endette à hauteur de 100 000 euros, soit libéral obligatoirement et puisse avoir un temps de travail dépassant chaque semaine 60 heures de travail.

Non, les médecins payent des loyers dans les maisons de santé, il payent leur matériel, leur charges sociales, leur retraite. Un prof ne paye pas pour louer sa salle de classe, ses charges sociale et sa retraite sont payés par l’État, son matériel est fournit par l’État.

Pour ce qui est des pharmacies, l'exemple est tellement bon qu'il faudrait fermer 20% des pharmacies en France selon les fonctionnaires et que cela à eut un seul effet qui est d'augmenter le prix de cession des pharmacies pour les nouveaux arrivants.
Réponse de le 20/03/2015 à 10:47 :
Les déserts médicaux existent principalement car l'Etat fixe un quota annuel de médecin. Ce genre de politique interventionniste mène toujours à des pénuries quelque soit le domaine. A l'inverse, le nombre d'avocats n'est pas limité par l'Etat et il ne semble pas qu'il en manque.
Réponse de le 20/03/2015 à 12:51 :
C'est un mensonge, aucun rapport avec les quotas ! Les déserts médicaux existent car il y a des coins en France où personne ne veut habiter car il n'y a rien pour élever ses enfants et pour vivre normalement : pas de transports, pas de loisirs, pas de vie de société, l'ennui total. Les médecins ne sont pas vos esclaves ni des robots pour s'intaller dans des trous perdus. Allez y vivre vous memes et votre famille.
Réponse de le 20/03/2015 à 14:24 :
Encore faudrait t'il que les maires reussisent a trouver des medecins qui veulent venir en campagne.... Et Heuresement que les medecins payent leur maison de sante et leur matériels, ca leur donne la liberté de fixer leur propre salaire en fonction de leur activité.
Demander si les medecins veulent étre au meme titre que les profs payés par l'état à salaire fixe et je pense que vous ferez une grève 10 fois pire que l'actuelle
Réponse de le 20/03/2015 à 14:30 :
Donc pour vous "trouperdu" il faudrait laisser une partie de la population sans medecins, dentiste, pharmacien, avocat car il vivent loin de tout
Belle mentalité si vous étes medecins
Les personnels de santé sont un service public, payé par les cotisations de TOUS les francais!!!
Si vous n'arrivez pas à vous faire a cette idée, changez de métiers....
Et je n'ai jamais parler de faire toute une carriere dans un trou perdu mais ca serai une solidarité nécessaire.
Réponse de le 20/03/2015 à 16:25 :
petite erreur @trouperdu. Les médecins libéraux sont… libéraux. Ils ne sont pas un service public et ne sont pas payés par les cotisations des français mais par leurs malades qui sont eux mêmes remboursés par leur mutuelle et leur caisse d'assurance. Maintenant vous avez raison les "trousperdus" n'attirent pas plus les médecins que les autres professions. D'autres pays d'Europe ont trouvés des solutions qui passent par des aides financières et/ou des regroupements de moyens. Malheureusement, cela ne se fait pas en France. Pourquoi? Parce que les médecins sont des libéraux. Et qu'ils n'ont qu'à se débrouiller tout seuls. La boucle est bouclée. l'Etat qui a fermé les postes, les gares, les écoles qui sont pourtant des services publics et de ce fait a aggravé la désertification rurale voudrait obliger les médecins à compenser cette désertification. Drôle de raisonnement. Par solidarité il faudrait aussi obliger les chefs d'entreprises à y créer du travail, y imposer les bouchers, les boulangers, les cafetiers, les garagistes, les plombiers etc.
Vous semblez oublier que Mme Touraine prend le chemin inverse en supprimant par exemple la permanence de soins pour SOS médecin de 8 h du soir à 8 h du matin pour contraindre les patients à venir se soigner aux urgences hospitalières plutôt qu'à domicile ( cela n'est appliqué par les ARS que dans le Nord-Pas de Calias et la Lorraine mais toutes les régions y passeront).
Réponse de le 20/03/2015 à 16:28 :
Les cotisations de tous les français payent un assureur qui va payer pour un service public (l'hopital) et qui rembourse les patient mais ne paye pas les médecins.

Les professionnels de santé ne sont en rien un service public. La gendarmerie, la police, l’éducation nationale, les trésoreries des impôts qui ont depuis longtemps disparue des "déserts médicaux" et sont pourtant des services public régaliens.

Après rien n'interdit à un maire de monter un dispensaire qui lui est un service public. Par contre il devra respecter alors le code du travail.
Réponse de le 20/03/2015 à 18:13 :
@@trouperdu 20/03/2015 à 14:30:
par solidarité on va vous envoyer en afrique creuser dans des mines pour nous ! la solidarité elle a bon dos, uniquement quand ça vous arrange !
Réponse de le 20/03/2015 à 20:18 :
un jour j'ai du faire 80 bornes au Canada un vendredi après-midi pour mon fils (la pharmacienne de la petite ville ou j'étais refusait de délivrer un traitement que je voulais lui prescrire) pour une consultation dans un centre de santé : inscription :450 $, consultation : 250 $.
Toujours les mêmes complaintes perpétuelles des assistés français aux 35 h avec leurs déserts médicaux et leurs médecins" qui se gavent sur le dos de la sécu", "à qui on a payé les études et qui ont une dette vis à vis de la société " et à qui on va bientôt jeter la carte vitale en leur disant : "allez paye- toi 23 euros, c'est avec mes impôts (qu'ils ne paient souvent même pas), et prie pour que je ne t'assigne en commission de conciliation , c'est la loterie gratos pour moi",
Réponse de le 10/04/2015 à 22:04 :
@nico : d'abord, par définition, un libéral n'a pas de salaire !!! Ensuite, justement nous ne sommes pas libres de fixer nos honoraires !!! Vous racontez n'importe quoi.
a écrit le 20/03/2015 à 9:46 :
Dans un premier temps, la raréfaction des candidats aux professions médicales et para-médicales, sera compensée par une moins grande sélection des candidats, et un recrutement hors des filières classiques. Cela devrait servir de tampon, et favoriser l'étatisation complète de l'économie médicale par les socialistes. Cela atténuera la déliquescence de cette économie (sur l'offre, pas sur la qualité) sous la tutelle de la SS et du pouvoir politique démagogique et incompétent, depuis 40 ans. Comment caractériser des gouvernants qui dépenses des ressources qu'ils ne possèdent pas, pour simplement racoler des voix d'électeurs; ce qui est le mode de financement de la SS ?
Mais après, que va-t-il se passer après ce "coup de tampon"car c'est le système de la SS dans sa structure, dans son fonctionnement, dans son hégémonie, qui est à l'origine du délitement de cette économie et de sa répercussion sur les autres; ne l'oublions pas ?
Madame Touraine fait l'inverse de ce qu'il faudrait; parfois on se demande si ce n'est pas une caractéristique cognitive des socialistes... C'est une libéralisation qui serait nécessaire ainsi que permettre un choix volontaire d'assurance (SS française ou d'autres pays européens, assurances privées).
Il suffit de regarder l'histoire des médecines étatisées, pour savoir ce qui va arriver dans ce siècle et qui est déjà là, sur de nombreux détails.
Il ne va pas être bon d'avoir 20 ou 30 ans dans la période car quand cette jeunesse aura vieilli, elle goutera et appréhendera le résultat d'un conventionnement délétère, d'une assistance sans limite, et probablement d'un détournement de l'idée primitive de la SS. Un beau résultat dans lequel tout le monde est coupable, y compris les médecins qui râlent beaucoup mais n'ont pas le courage de se libéraliser, de prendre ce risque comme tout chef d'entreprise. Et que l'on ne dise pas que cela n'est point possible car cela existe dans un vieux pays de l'EU: l'Angleterre.
a écrit le 20/03/2015 à 9:25 :
cette loi ne peut que faciliter le système de rembousement et si le médecin ne peut gérer les démarches, créer des emplois de secrétaires médicales, qui seront payés avec l'argent versé par les laboratoires pharmaceutiques.
Réponse de le 20/03/2015 à 10:57 :
Avec les tarifs de consultation les plus bas d'Europe, qui n'ont évolué que de 4,5% en 30 ans contre 36% pour les salaires, les médecins français ne peuvent pas, à l'inverse de leurs homologues étrangers, se payer de secrétaires pour faire le travail de relance d'impayé. Ils le feront eux mêmes et réduiront d'autant leur temps de consultation. Quant aux laboratoires pharmaceutiques la loi leur interdit d'aider financièrement les médecins. Quand on veux comprendre on peut.
a écrit le 20/03/2015 à 9:16 :
Je doute que les medecins refusent vraiment que les patients soient deresponsabilises et consultent plus. C ets pour eux du chiffre d affaire en plus !

par contre ils sont surement pas envie de se taper de la paperasse supplementaire et craignent des impayes (si par ex la personne se presente avec une fausse carte vitale ou une volee).

De toute facon, si on veut vraimenet regler le probleme de l envolee des depenses de la secu, c est la mesure inverse qu il faut faire : arreter le paiement a l acte (mais faire que le medecin soit paye pour chaque patient inscrit chez lui, que celui ci consulte sans arret ou jamais)

PS: en allemagne, on paie 10 € pour la premiere consultation du trimestre et apres c est gratuit. et ca n a pas genere des patients qui vont sans arret chez le docteur
Réponse de le 20/03/2015 à 9:50 :
Les allemands sont beaucoup plus carrer et responsable que nous Francais
Cela ne marcherai pas en France
OU alors avec des mesures drastiques de controle
a écrit le 20/03/2015 à 9:12 :
Je ne comprends pourquoi cela ne sera pas bien pour les médecins alors que cela marche bien pour les pharmacies? En attendant ce sont les malades qui en pain les pots cassés car la SS à un retard de 8 semaines pour les remboursements. Pour ma part j'ai 790€ en attente de remboursements!
Réponse de le 21/03/2015 à 9:26 :
Réponse à flipflap :
Lire l'article du Parisien : les couacs du tiers payant en pharmacie.
En moyenne, il y a 150 REJETS de paiement par pharmacie et par mois.
Vous accepteriez de faire des heures de travail supplémentaire que l'on ne vous payerait pas?
Réponse de le 21/03/2015 à 13:31 :
SUITE :
150 rejets de paiement par mois, cela représente pour un généraliste plus d'une semaine de travail de 50 heures non payée, tous les mois. Accepteriez-vous d'être traité de la sorte par votre employeur?
a écrit le 20/03/2015 à 9:01 :
Je persiste et signe à dire que les médecins n’ont de libéral que le nom et ce qu’ils veulent bien croire. Ce sont ni plus ni moins que des hauts fonctionnaires assimilés. Leur employeur principal est la sécu. Alors je ne crois pas qu’ils aient compris : Y a plus de sous ! plus rien, nada !(déficit de plus de 10 milliards par an). Alors oui on peut s’accrocher à ces privilèges parce que oui on a fait beaucoup d’études et qu’on sauve des vies, certes. Mais le problème reste, la sécu meurt. Qui vous paiera quand les marchés diront stop à la dette pourrie française ?!
Réfléchissez bien messieurs les fossoyeurs du système. Soigner les gens c’est bien, le faire dans la durée, C’est mieux. Vous voulez une médecine publique mais sans aucun contrôle, bah non, ça ne marche pas comme ça. On a des comptes à rendre comme dans toute société (à part la fonction publique...).
Réponse de le 20/03/2015 à 9:48 :
Nous réfléchissons bien. Si la SS est notre seul employeur à l'avenir et nous règle nos consultations (en retard évidemment, pour pouvoir donner à l'état une avance de trésorerie..), et que cette même SS n'a plus d'argent.. je pense que vous pouvez déduire que non, nous n'avons pas envie d'être payés par un employeur en faillite. Nous rendons déjà des comptes tous les jours à nos patients, qui reviennent nous voir lorsqu'un lien de confiance est instauré entre les 2 parties (patients/médecins).. nous rendons déjà des comptes à la SS qui vérifie nos prescriptions (imagerie, laboratoire, médicaments, génériques etc.). Ce système est déjà en place.
Réponse de le 20/03/2015 à 10:19 :
@warf45: faudrait voir à un peu mieux connaitre votre systeme de santé: la secu a été créée afin de permettre le remboursement des soins à tous et donc de permettre l'accés aux soins au plus grand nombre. Le metier de medecin ne découle pas de la création de la sécu !!
Un medecin reste libéral (pour l'instant) MAIS a signé une convention avec la sécu. cette convention l'oblige à respecter des tarif imposés que la sécu rembourse aux patients (en echange d'allègement de cotisation URSSAF, et uniquement ça). MAIS un medecin reste libre de quitter ce systeme conventionné (donc le systeme Sécu) et donc d'appliquer les taris qu'il souhaite comme toutes professions liberale (non remboursé pour le client ).

faut apprendre a voir un peu plus loin que ce fameux tiers payant , qui ne fait que masquer la futur étatisation de la santé. Et je peux vous assurer que des medecins fonctionnaires sur tout le territoire n'est pas une bonne chose: il suffit de voir le systeme secu anglais et son mode de paiement à la capitation (pas de choix de son medecin traitant, délais d'attente énorme -2 ans pour une prothese de hanche, 1à2 semaines pour une consult chez le generaliste...)

bref continuez à croire que le tiers payant et le reste de la réforme santé sont de bonnes choses, continuez à moutonner gentiment et on en reparle dans 4-5 ans !
a écrit le 20/03/2015 à 8:48 :
bravo aux médecins on ne veut pas de la médecine soviétique. Tous les moutons regardent leur bout de nez et leur crapaud qui fait office de porte monnaie.
a écrit le 20/03/2015 à 8:39 :
Il y a certes matière à discuter autours de cette loi.....mais il ya aussi une certaine hypocrisie du corps médical qui se dit "libéral" : que serait-il sans la sécu ? un véritable corps libéral comme un certain nombre de professions dont les honoraires ne sont pas du tout remboursés par la sécu ! qu'ils le veuillent ou non, les médecins se disant libéraux sont fonctionnaires de la sécu, ce qui n'a rien de désobligeant.....sauf de leur poit de vue !
Réponse de le 10/04/2015 à 22:09 :
Sornettes. 1° La sécu n'est pas l'Etat, donc ses employés ne sont pas fonctionnaires . 2° je serait employée de la sécu quand elle financera mon outil de travail, et quand j'aurai les 35h, RTT, congés payés, indemnités maladie sans carence ou presque (actuellement 90 jours), etc. 3° Que seraient les MALADES sans la sécu ? Dans les pays sans sécu, ce sont eux qui sont malheureux, pas les médecins !!!
Réponse de le 19/05/2015 à 10:12 :
Je me posais une question par rapport à cette idée de généralisation du tiers payant...Je suis une simple patiente mais c'est vrai que ça ne me gênait pas plus que cela de remplir une feuille de soins et de la déposer à la cpam...Sachant que pour les contrôles de la securité sociale, il y ait du coup une entrave, peut être.Bref...Il est précisé dans la constitutions francaise, préambule de la constitution de 1846 "Fidèle à sa mission traditionnelle, la France entend conduire les peuples dont elle a pris la charge à la liberté de s'administrer eux-mêmes et de gérer démocratiquement leurs propres affaires ; écartant tout système de colonisation fondé sur l'arbitraire, elle garantit à tous l'égal accès aux fonctions publiques et l'exercice individuel ou collectif des droits et libertés proclamés ou confirmés ci-dessus. "Est ce que la cour de justice européenne pourrait éventuellement déciderque ce principe de généralisation du tiers payant est en total contradiction avec ce qui est écrit dans la constitution...?Je ne sais pas mais je me pose la question comme ça...
a écrit le 20/03/2015 à 8:26 :
Je vis en Allemagne depuis 8 ans. Íci, le patient ne débourse pas un centime pour se rendre chez le médecin mais paye une franchise de 5€ (maxi) par boite de médicaments prescrits... (il y a quelques année, le patient payait une "franchise médicale " de 5€ par trimestre... qu'il visite son médecin une ou 10 fois dans le trimestre, il payait une fois 5€. La sécu Allemande étant depuis devenue largement BÉNÉFICIAIRE, la franchise a été abandonnée).
Le "truc" c'est que les allemands sont responsables. Ils ne vont pas chez le médecin pour un nez qui coule.... dans ce cas, il boivent du thé, achètent un "pschitt" pour le nez et attendent que ca passe...
On craint que les francais se rendent chez leur médecin au moindre bobo...?! Sont-ils à ce point irresponsables?!
Réponse de le 20/03/2015 à 9:19 :
En Belgique, on a la carte d'aide médicale urgente pour les illégaux (en réalité, sur le terrain, elle est donnée à plus de personnes que cela encore), ils ne paient donc pas un centime (et ils n'ont jamais cotisé à la sécurité sociale non plus bien entendu). Vous n'imaginez pas les abus que cela engendre. Entre le médecin qui reçoit les 7 membres d'une même famille le même jour et cela tous les mois (bien sûr il facture 7 visites), les patients à qui on prescrit des médicaments dont les doses équivalent à 23 fois la dose mortelle (vous avez dit trafic de médicaments?),... J'en ai vu de toutes les couleurs lorsque je contrôlais. Et il suffit de dire qu'on a un durillon au pied pour obtenir cette carte. Si la sécu est bénéficiaire en Allemagne, c'est peut-être parce que les Allemands sont plus disciplinés mais sûrement aussi parce qu'ils sont plus organisés dans l'application des règles et des contrôles. En Belgique, c'est du clientélisme de la gauche pour grappiller quelques voix aux prochaines élections (qui ne sont jamais loin, vu le nombre de niveaux de pouvoir que nous avons). Quant à la France, les Français sont mieux placés que moi pour savoir dans quelle situation elle se trouvera, je les laisse juges.
Réponse de le 20/03/2015 à 9:43 :
Super ta reponse "@allemande", tu nous éclaire le débat avec des propos aussi intellectuels....
Allemande a raison, regardons dans d'autre pays avec des systemes similaires qui fonctionnent mieux et copions les !!!!
il faut que les medecins soit controler...
Réponse de le 20/03/2015 à 9:54 :
la comparaison avec la sécu allemande n'a pas lieu d'être ; elle n'est pas, et de loin, aussi généreuse que la sécu française. Le problème n'est pas la surmédicamentation (qui est un soucis mondial), mais bien que notre sécu donne bcp trop de sous à des citoyens qui ne cotisant pas ou peu, ne peuvent renflouer ses caisses.
Réponse de le 20/03/2015 à 10:48 :
En effet, les Allemands sont très diciplinés et surtout, beaucoup plus réticents aux médicaments... Il m'est arrivé plus d'une fois de sortir de chez le médecin avec un arrêt de travail de qq jours mais aucune ordonnance. Si c'est un virus, de toute facon, seuls le temps et le repos sont nécessaires... Du coup, le médecin conseille de se reposer, rester au chaud et boire de la tisane.... Au début, quand on est habituée aux docs francais (et oui, @ allemande, je suis francaise... et végétarienne, en plus...). Mais finalement,on se rend compte que tous ces médocs sont loin d'être nécessaires... Sans compter que, vu que les antibios ne sont pas prescrits à tout va, les problèmes de résistance sont moins importants mais c'est un autre débat...

Enfin, je précise que la sécu ici fonctionne uniquement via des caisses d'assurance maladie privées. Tout est informatisé au niveau du médecin, il n'a besoin que de votre carte vitale. ensuite, à vous d'envoyer une attestation signée du médecin à votre caisse maladie.... Bref, niveau "paperasserie", c'est loin d'être compliqué...
Réponse de le 19/05/2015 à 10:52 :
Vous m'usez avec vos "les allemands sont plus disciplinés...etc..."Je ne comprends pas...Avec tous les déremboursements de médocs et mesures drastiques prises en consideration de "rebouchage" de "trou de la secu"...Comment se fait il que cette dette ne soit pas comblée????...Et si la vérité était ailleurs.En tant que citoyen, pouvons nous avoir accès aux compte de la sécurité sociale de façon détaillée?Bien entendu sur 40 ans au moins...
a écrit le 20/03/2015 à 8:07 :
Qui accepterait d'être jeté dans les bras d'une administration ? La relative indépendance financière du médecin était sa dernière liberté , il est maintenant sous la coupe de la SS , il va en ch.. mais les malades aussi . Quand on jette de la m.. en l'air, cela retombe sur tout le monde.
a écrit le 20/03/2015 à 7:58 :
pourquoi ne pas vouloir en France ce qui marche en Europe

les médecins sont là pour faire de l'argent et non plus par vocation
d'ailleurs aller trouver un médecin pour l'urgence .ils ne sont plus disponibles sauf queque rareté.
Réponse de le 20/03/2015 à 8:50 :
votre médecin a raison de ne pas vous considérer comme un patient mais plutôt comme un cochon de payeur avec ce que vous pensez de lui.
Réponse de le 20/03/2015 à 9:54 :
Les urgentistes sont aux urgences. Les médecins généralistes qui enchaînent consultations sur consultations pour faire face à la demande croissante de soins d'une population vieillissante ne peuvent pas en plus passer 30min pour faire une visite au milieu de leur planning de consultation. Sinon les patients qui ont pris rdv se plaignent aussi d'attendre.. et ce n'est pas de notre faute si certains consultent pour un nez qui coule "depuis 1h"
Réponse de le 20/03/2015 à 10:08 :
Le tiers payant généralisé n'existe qu'en Allemagne, Autriche et Hollande et pas dans les autres pays d'Europe contrairement à ce que répète les médias. Lisez le rapport de l'IGAS.
Le revenu moyen d'un médecins est X2,1 le revenu moyen des Français. Pour gagner de l'argent il vaut mieux être cadre supérieur ou haut fonctionnaire. Les études sont plus courtes, moins difficiles, les heures de travail inférieures, les congés supérieurs, la retraite plus précoce et on ne comparera pas le niveau de responsabilité. S'il n'y avait pas la vocation il n'y aurait plus de médecins en France. Quand aux urgences elles sont assurées dans toute la France. Ziste 44, vous avez le droit de détester les médecins qui vous soignent, le droit d'écrire n'importe quoi sur un sujet que vous ne connaissez pas et qui manifestement vous dépasse. C'est la liberté d'expression. Mais, pourquoi être insultant envers toute une profession?
Réponse de le 22/03/2015 à 9:39 :
ZISTE 44, je vous conseille de ne JAMAIS consulter un médecin. Avec ce que vous pensez d'eux, ne venez pas pleurer pour que l'un d'eux accepte de vous soigner lorsque vous serez réellement malade.
a écrit le 20/03/2015 à 7:46 :
Arrêtez de dire médecine libérale !!!
Les médecins n'ont qu'un client la sécu

Pour la vaccination c'est du corporatisme cela est pratiqué dans plein de pays
On devrait déjà obliger les médecins à s'installer comme les pharmacies un médecin pour tant habitants Ca règlerait le problème des déserts médicaux alors qu'on est les champions de la dépense

Réponse de le 20/03/2015 à 9:51 :
Pourquoi pas.. mais dans ce cas il faut clairement fonctionnariser les médecins avec les inconvénients (fin de la liberté d'installation) et les avantages (revenus fixes, 5 semaines de congés payés, carence de 3j (et non 3 mois comme actuellement), 35h) etc.. les même règles pour tous. Après ne vous plaignez pas de ne pas avoir de rdv avant 3 mois chez votre généraliste car c'est ce qui vous attendra.
Réponse de le 20/03/2015 à 10:28 :
Les médecins n'ont qu'un client : le Patient. La sécurité sociale est l'assurance de ce client au même titre que l'éventuelle mutuelle que vous oubliez. Diriez vous que le garagiste n'a qu'un client : l'Assurance. Parce que c'est elle qui vous rembourse en cas d'accident? La médecine est, il est vrai, la moins libérale de toutes les professions libérales, car ses tarifs sont encadrés,qu'elle est constamment contrôlée etc. Pour l'instant les soins données ne dépendent que du médecin. Demain ils seront eux aussi définis par l'Etat. Peu probable que les patients soient gagnants. Dans quel pays les pharmaciens sans formation ont-ils le droit de pratiquer des vaccinations? En France cela est réservé aux médecins et infirmières. Et il n'y a pas de désert médical infirmier. En quoi cette loi augmentera-t-elle la vaccination? Dites le moi. On ne devrait pas obliger les médecins à s'installer là ou ils ne veulent pas tout simplement parce qu'ils quitteront la France, pays ou leur revenu est le plus bas d'Europe pour un temps de travail le plus long (57 h pour un généraliste, 63h pour un spécialiste par semaine). On devrait favoriser leur installation dans les zones défavorisées comme cela se fait dans le reste de l'Europe qui a peu de désert médicaux. Pourquoi la France ne le fait pas? Parce que ce sont des libéraux, pardi… Vous voyez là le problème. Ou pas?
Réponse de le 20/03/2015 à 10:34 :
Il suffit juste d'imposer que les jeunes généraliste soit obliger d'étre dans un desert médical pendant 4 ou 5 ans...
et de faire une tarification modulable en fonction de la densité des medecins dans chaque département ou cantons!!!
Réponse de le 10/04/2015 à 22:14 :
@nico : "ils suffit juste d'imposer que les jeunes généralistes soient obligés d'être dans un désert pendant 4 ou 5 ans"... Bonjour la dictature ! Et pourquoi on ne vous y obligerait pas, vous, à 26 ou 28 ans (âge auquel nous finissons nos études), à passer 4 ou 5 ans dans un désert, hein ???
a écrit le 20/03/2015 à 7:36 :
Ils ont un seul problème les médecins avec cette loi: le patient saura exactement ce qui lui reste à payer de sa poche. Ce n'est pas par hasard que les médecins libéraux sont en première ligne: ils pratiquent les dépassement à tout va et il va falloir le dire au patient......
Réponse de le 20/03/2015 à 10:38 :
6% des généralistes sont en secteur 2 et donc pratiquent des dépassements. Donc 94% ne demande, et ne demanderont, rien à leur patients. Pourtant ils sont à 98% contre le tiers payant. Voilà qui devrait vous questionner sur leur refus. Avez vous écouté leurs arguments contre le tiers payant avant d'écrire des bétises? Savez-vous vers quel système de Santé à l'Anglaise va nous mener cette loi? Pensez-vous que l'ensemble des professions de santé ( 44 syndicats) s'opposent à cette loi pour les beaux yeux des médecins libéraux et les quelques médecins secteur 2? Votre analyse est bien à coté de la plaque. Mais vous êtes libre de faire une confiance aveugle à notre ministre de la Santé et notre gouvernement.
a écrit le 20/03/2015 à 7:06 :
Il va y avoir au moins un avantage: cela va désengorger les urgences qui étaient prises d'assaut par toute une "population" qui ne voulait surtout pas avancer d'argent chez le médecin et bloquait tout le service pour un enfant enrhumé...
Réponse de le 20/03/2015 à 9:13 :
Donc selon vous les français sont responsables mais vont aux urgence où le passage coute 250 euro la consultation au lieu du medecin de garde car il y a le tiers payant.

Désolé, mais si les patients vont aux urgences, c'est pas parce que les patients ne peuvent avancer une consultation (remboursé pour eux sous 5 jours contre les 7 jours pour les médecins) mais parce que les services des urgences ne font pas leur travail de trie pour des raisons d’équilibre budgétaires de ces même services.

Retirez leur la bobologie, et il faudra fermer pas mal de services d'urgences en France.
Réponse de le 20/03/2015 à 10:10 :
@ Amarante: et donc le flux de patients va venir engorger les cabinets medicaux (déjà surchargés) qui n'en demandaient pas tant.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :