Présidentielle 2017 : Bruno Le Maire s'attaque au logement social

Candidat à la primaire de droite et du centre, Bruno le Maire souhaite démonter le système du logement social actuel et faire de la France un pays de propriétaires.
Mathias Thépot

5 mn

Bruno Le Maire compte faire voler en éclat la loi SRU qui structure le marché du logement social en France.
Bruno Le Maire compte faire voler en éclat la loi SRU qui structure le marché du logement social en France. (Crédits : © Philippe Wojazer / Reuters)

Réduire fortement le champ d'action du logement social et faire de la France un pays de propriétaires... Les 21 pages du programme présidentiel de Bruno Le Maire dédiées au logement sont politiquement très ancrées à droite. Il faut dire que l'exercice de la primaire de la droite et du centre s'y prête très bien. Le candidat Le Maire n'hésite ainsi pas à s'attaquer à « l'invasion du social » en matière de logement et propose de détricoter le système actuel en mettant « fin à la préférence pour le logement social » qui serait selon lui responsable de la crise du logement en France. Son postulat de base est le suivant : le secteur du logement social nuit à la production de logements du secteur privé pour les classes moyennes car il est coûteux et bloque le marché.

Détricoter la loi SRU

Pour remédier aux problèmes qu'il a identifiés, Bruno Le Maire compte ainsi en premier lieu « libérer les maires des contraintes contre-productives de la loi SRU qui les obligent à construire 20 % ou 25 % de HLM, même là où c'est totalement inutile ». L'ancien ministre de l'Agriculture souhaite recentrer les aides de l'Etat vers les plus démunis, c'est-à-dire les logements très sociaux. Aujourd'hui, dans les 25 % de logement sociaux exigés à chaque commune, trois types de logements sociaux définis par les plafonds de ressources des locataires sont éligibles : ceux que l'on pourrait définir comme destinés aux classes les plus défavorisées (PLAI), ceux pour les classes modestes (PLUS), et ceux pour la partie basse des classes moyennes (PLS).

Bruno le Maire souhaite en fait restreindre les aides de l'Etat à la construction de logements sociaux pour « les 20 % des français les plus défavorisés » qu'il relie à la catégorie de logements sociaux dits PLAI. « En France, le social a tué la solidarité. La solidarité doit prendre la place du social », estime Bruno Le Maire.

Lire aussiPrésidentielle 2017: pour Bruno Le Maire, le CDD est mort, vive le COD !

Avantages fiscaux pour les bailleurs privés

Concrètement, si Bruno Le Maire est élu, ne seront plus subventionnés les logements destinés à des ménages dont les plafonds de ressources - revenus fiscaux de référence - sont supérieurs, pour prendre l'exemple d'une personne vivant seule, à 12.725 euros en Île-de-France et 11.060 euros en province. Jusqu'ici, l'État subventionne encore en partie les logements dits PLUS dont les plafonds de ressources s'établissent entre 12.725 euros et 23.132 euros en Île-de-France, et entre 11.060 euros et 20.111 euros dans le reste de la France.

Si Bruno Le Maire l'emporte, ces ménages devront donc à l'avenir se loger dans le secteur privé, qui leur mettra toutefois à disposition des logements à loyers intermédiaires, avec des avantages fiscaux à la clé pour les bailleurs particuliers et institutionnels qui louent. Bruno Le Maire a donc une vision très minimaliste de l'intervention de l'Etat dans le secteur du logement qui serait, s'il était élu, réservée uniquement aux plus démunis. Sans surprise, ces propositions de Bruno Le Maire ont eu le don d'énerver la ministre du Logement Emmanuelle Cosse qui a indiqué sur tweeter que le « renouveau » proposé par le candidat à la Primaire de droite en matière de logement sentait « la naphtaline ».

Une France de propriétaires...

Bruno Le Maire rêve donc de moins de locataires dans le parc social... mais surtout de (beaucoup) plus de propriétaires. Un thème cher à la droite. On se souvient des dernières campagnes présidentielles de Nicolas Sarkozy qui disait vouloir faire de la France un pays de propriétaires. Et comme beaucoup de candidat à cette primaire, Bruno Le Maire reprend à son compte cette vision du marché du logement. Il compte par ce biais privilégier le « logement pour chacun, en particulier pour la classe moyenne ». La propriété privée étant selon lui, « le fondement de notre société ».

Bruno Le Maire propose ainsi d'utiliser les fonds d'épargne du la Caisse des dépôts - qui centralisent les deux tiers des encours du livret A - non plus pour financer ou garantir le logement social, mais pour soutenir les nouveaux accédants à la propriété. Ainsi « chacun pourra plus aisément acquérir son propre logement ou investir pour loger ses concitoyens en vue, par exemple, de préparer sa retraite », note le candidat.

... gage de stabilité ?

Du reste, Bruno Le Maire fait globalement fi de la demande des locataires, pourtant bien présente en France, même si la culture de la propriété domine. Cette obsession du « tous propriétaires » est en fait un vieux biais idéologique. Elle prend ses racines dans la propriété privée, un socle qui garantirait les libertés individuelles, en opposition à la propriété collective, une vision socialiste, mais qui n'est, il faut l'avouer au regard des propositions du PS, plus d'actualité en France.

La droite se trompe donc peut-être de débat. D'autant que rien ne dit que forger un pays de propriétaires soit gage de stabilité et de pérennité économique, bien au contraire. Bruno Le Maire a par exemple oublié dans son programme de noter qu'en Europe, l'Allemagne, le Danemark, les Pays Bas, l'Autriche et même désormais le Royaume-Uni sont des pays qui possèdent des taux de propriétaires inférieurs ou égaux à celui de la France, selon Eurostat. Alors que l'on retrouve les taux de propriétaires les plus élevés dans les anciens pays du bloc de l'est et dans les pays du sud de la zone euro...

Mathias Thépot

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 20
à écrit le 21/09/2016 à 0:31
Signaler
La propriété n'est pas un rêve pour tout le monde. Un pays de propriétaires provoquerait encore plus de blocages inutiles surtout avec toutes les complications, impôts et taxes à chaque vente ou achat encourageant l'immobilisme.

à écrit le 20/09/2016 à 14:20
Signaler
Bruno Le Maire s'attaque au logement social ... Ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire a été bien incapable de redresser cette agriculture qui connaît les suicides quasi quotidiens ; On se demande encore ce que lui et son gouvernement Fillon...

à écrit le 20/09/2016 à 11:05
Signaler
Cette politique voulue par Bruno Lemaire suppose, au préalable, que la France aligne ses prix immobiliers à l'acquisition ou à la location sur , par exemple, ceux pratiqués en moyenne par l'Allemagne.

à écrit le 20/09/2016 à 10:56
Signaler
Donc en gros Le Maire va favorisé la rente plutot que le travail encore une fois, et tous ses amis qui sont logés en HLM comme a Neuilly et tant d'autres communes, heureusement il ne passera pas la primaire parce qu'il est capable de mettre un lourd ...

à écrit le 20/09/2016 à 9:55
Signaler
il faudrait deja controler les HLM et mieux les allouer : on ne compte plus les anciens ministres, deputes, amis du maire qui habitent dans des HLM, les personnes en HLM n'ont aucune raison de partir meme si leur niveau de vie est augmenté (=> Il fa...

à écrit le 20/09/2016 à 9:50
Signaler
Je trouve cette idée forte intéressante et originale. Le scandale des logements sociaux en France n'est un secret pour personne surtout en ille de france. Chaque semaine ,un nouveau texte nous abreuve de social ,d'assistanat et nivelle vers le bas ...

à écrit le 20/09/2016 à 9:25
Signaler
Tout le monde est d'accord pour constater que la politique de logement de l'état est inefficace. Pourquoi continuer à payer des sommes faramineuses: 43 milliards par an je crois? Est-ce logique de constater que 50% des français touchent des APL...? u...

le 20/09/2016 à 11:30
Signaler
"Est-ce logique de constater que 50% des français touchent des APL...? " Etant donné que L'allocation de logement est attribuée, sous conditions de ressources cela te donne une idée de ce que les gens touchent comme salaire .Le Maire va nous refai...

à écrit le 20/09/2016 à 9:19
Signaler
Le tout propriétaire est une anerie car il réduit la mobilité et donc fait augmenter le chomage. Le logement social ne vaut pas mieux car il fausse le marché en particulier dans les centres ville où il crée une scandaleuse inégalité entre les clients...

à écrit le 20/09/2016 à 8:56
Signaler
Au fou. Une france de propriétaire c est exactement l inverse de ce qu il faut ! En europe les pays ayant le plus de proprietaire c est l albanie, l espagne. Le moins c est la RFA et la suisse. Qui sont les pays qui vont bien ? Il ferait mieux de su...

à écrit le 20/09/2016 à 8:27
Signaler
Le programme de Mr Lemaire amplifierait simplement celui mis en place par Mr Hollande qui rabote de plus en plus les allocations logements sous prétexte que l'on est riche avec 4000 e de revenu par mois où aisé si l'on dispose d'un peu plus de 3000...

à écrit le 20/09/2016 à 1:27
Signaler
Une France de propriétaire est illusoire et nuit à la mobilité des gens pour retrouver du travail à l'autre bout de la France. Je prévois un mini-krach immobilier du côté de Belfort par exemple ... Et plus les Français dépenseront dans l'immobilier,...

le 20/09/2016 à 7:32
Signaler
et quel intérêt d'acheter des grosses voitures allemandes ou autres plus polluantes, ou plus de gadgets électroniques chinois ou de remplir ses placards de plus de fringues asiatiques ?

le 20/09/2016 à 11:23
Signaler
L'Allemagne a le plus fort taux de locataires d'Europe. Le bail ne dure pas trois ans mais il est à vie. A Berlin, 85 % des habitants versent chaque mois un loyer s'échelonnant entre 4 € et 13 € le mètre carré, selon les quartiers, la surface, l'amén...

à écrit le 19/09/2016 à 22:19
Signaler
C'est impossible, car construire une maison individuelle coute très très cher par rapport à un HLM, par tete (par personne). Et il faudrait des terrains qu'on n'a pas si tout le monde avait une maison. Ceux qui ont les moyens ont une "maison" et les ...

à écrit le 19/09/2016 à 22:09
Signaler
Le logement social permet un certain pouvoir d'achat supplémentaire à certaines catégories les plus pauvre. En sortir revient à transformer de la consommation de bien en consommation de logement. Il faut dire que si les pauvres consommaient plus F...

le 20/09/2016 à 11:09
Signaler
Vous dites : "Le logement social permet un certain pouvoir d'achat supplémentaire à certaines catégories les plus pauvre. En sortir revient à transformer de la consommation de bien en consommation de logement." C'est ce que les Allemands ont compr...

à écrit le 19/09/2016 à 20:50
Signaler
Payer un loyer ou rembourser un emprunt, grosso modo la même charge ; mais si on s'arrête de payer, dans le premier cas expulsion à 2 ou 3 ans, dans le second saisie et adjudication immédiates.

à écrit le 19/09/2016 à 20:31
Signaler
je pensais comme Bruno j'allais le dire

à écrit le 19/09/2016 à 20:14
Signaler
Discours très carricatural et d'une autre époque, à l'opposé de l'image de l'homme politique moderne et pragmatique qu'il cherche à se construire. L'état verse chaque année 15 milliards d'aides au logement, à commencer par les APL, qui sont absorbées...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.