Quand Jupiter Macron affronte la malédiction de l'impopularité présidentielle

 |   |  876  mots
En trois mois, Emmanuel Macron perd huit points de popularité. Avant lui, sur cette même période, seul Jacques Chirac avait fait pire en 1995. *
En trois mois, Emmanuel Macron perd huit points de popularité. Avant lui, sur cette même période, seul Jacques Chirac avait fait pire en 1995. * (Crédits : Statista)
Selon le baromètre Ifop-JDD de dimanche, Emmanuel Macron subit une chute de popularité de dix points par rapport à juin. En trois mois, il perd huit points de popularité. Avant lui, sur cette même période, seul Jacques Chirac avait fait pire en 1995.

Même Jupiter n'échappe pas à la malédiction de l'Elysée. Bien sûr, ce n'est pas encore un effondrement. Avec 54% de popularité en juillet, Emmanuel Macron conserve un socle de confiance important. Mais l'état de grâce, si tant est qu'il y en ait eu un, c'est fini. Selon le baromètre Ifop pour le JDD, l'indice de satisfaction du président de la République tombe à 54%, en recul de dix points par rapport au mois de juin. L'alerte est donc sérieuse : c'est la plus forte baisse enregistrée en trois mois après l'élection depuis Jacques Chirac en 1995, note le JDD. Quand il a été élu Président en mai, 62% des Français étaient satisfaits d'Emmanuel Macron ; en juin, ils étaient 64%. Désormais, le chef de l'Etat s'approche dangereusement du seuil des 50% de satisfaits.

« Le baromètre réalisé par l'Ifop pour le JDD sonde depuis 1958 la cote de popularité de chaque Président. Trois mois après le début de leur mandat, tous ne se sont pas trouvés dans la même situation qu'Emmanuel Macron », relève le JDD. Ainsi, Nicolas Sarkozy a bénéficié d'un état de grâce prolongé en 2007, avant que la crise financière ne se manifeste. A son élection, en mai 2007, 65% des personnes interrogées étaient satisfaites de Nicolas Sarkozy.  En août 2007, sa popularité augmentait même d'un point, pour s'établir à 66%.

La malédiction des trois premiers mois

Dans l'histoire de ce baromètre, une forte chute de popularité en début de mandat n'est cependant pas inédite. Tous les autres présidents de la Ve République ont  connu un trou d'air dans les trois mois, contrecoup de la victoire. En 1966, la popularité de Charles de Gaulle a reculé de cinq points (de 61% à 56%) en trois mois, deux ans avant 1968. François Mitterrand aussi a affronté le désenchantement, après sa première élection en mai 1981, passant de 54% à 47% en juillet (-7 points). Sept ans plus tard, en 1988, après sa réelection, « tonton » passera brutalement de 54% à 49% (-5 points) en trois mois. Le prédécesseur d'Emmanuel Macron, François Hollande, lui, a vu sa cote de popularité baisser de cinq points en trois mois, de 61% à 56%.

Le cas Chirac est plus spectaculaire. Populaire lors de sa première élection, celui qui a survécu à la guerre des droites contre Edouard Balladur par une campagne très à gauche a connu la plus forte baisse de l'histoire du baromètre Ifop après trois mois de mandat : 59% des Français l'appréciaient le mois de son élection, ils n'étaient plus que 39% trois mois plus tard (-20 points), signe d'un désenchantement qui culminera avec la victoire de la gauche aux élections législatives anticipées. Ce qui ne l'a pas empêché, sept ans plus tard, après une longue cohabitation avec Lionel Jospin et une victoire à la Pyrrhus contre Jean-Marie Le Pen, de voir sa cote de popularité remonter, à 51% en mai 2002 et même de connaître une hausse à 53% en juillet de la même année.

Est-ce grave docteur ?

Faut-il donc apporter tant d'importance que cela à la chute de popularité d'Emmanuel Macron ? Les conditions de son élection ont montré que son socle électoral est étroit, à peine le cinquième des électeurs inscrits au premier tour, et une victoire au second tour pour partie liée à son duel face à Marine Le Pen, malgré l'abstention record de plus de 25%. Sur les causes de dix points de la popularité du président Macron en juillet, il est encore trop tôt pour l'analyser : les valses-hésitations entre l'Elysée et Matignon sur l'application du programme fiscal du candidat ont sans doute troublé l'opinion. La contradiction entre le discours rigoureux sur les dépenses publiques et les fortes attentes des Français pour des résultats rapides ont sans doute aussi brouillé l'image de l'action du chef de l'Etat. Sa communication «verticale », jupitérienne, avec le discours au Congrès de Versailles, et surtout l'épisode de la démission du chef d'état major des armées, le général de Villiers, créent une confusion entre autorité et autoritarisme. Quand un président de la République en vient à devoir affirmer publiquement « Je suis votre chef » pour imposer la rigueur budgétaire aux militaires, ce n'est pas un très bon signal à adresser en termes de management.

Enfin, la perspective d'une rentrée sociale agitée avec une manifestation contre les ordonnances sur le droit du travail à l'appel de la CGT le 12 septembre, et l'opposition radicale affichée par la France Insoumise sous la conduite de Jean-Luc Mélenchon,  sont des facteurs de risque pour la popularité de l'exécutif à la rentrée. La chance d'Emmanuel Macron, c'est que l'économie semble se porter un peu mieux, avec une vraie reprise dans le bâtiment et le tourisme notamment. Reste à savoir si cela sera suffisant pour enfin inverser la courbe du chômage. A Arles, vendredi, l'ancien président de la République, François Hollande, l'a assuré : le moment de « la récolte » (de l'impact positif des réformes)  « arrive ». Et ce pourrait bien être cet automne la chance d'Emmanuel Macron.

__________

* Un graphique de notre partenaire Statista

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/07/2017 à 23:33 :
Déjà le fait de nommer quelqu'un d'aussi incompétent que Marlene Schiappa (qui s'est fait connaître en affirmant que l'antisémitisme n'existe pas dans les banlieues ! ) en dit long sur la nature du macronisme : déni de réalité et cynisme.
a écrit le 25/07/2017 à 13:04 :
C'est incompréhensible ce que les décideurs veulent faire. Macron est utile à leur plan, il a était construit de toute pièce, un vrai show man, bref personne n'est dupe, leur plan c'est de continu les réformes en faisant tout porter au EM, la chute sera dure mais le magot loin et la France très mal.
Les décideurs font tout pour pousser à une guerre économique interne, c'est un climat explosif avec des réformes qui spolies les droits des uns et des autres, pas rassurant f
Tout cela, les décideurs ont. Sûrement leur résidence hors de la France.
a écrit le 24/07/2017 à 20:26 :
Mais pourquoi tout ce ramdam médiatique ? A 54% de popularité il est encore loin des 17% de Hollande ! et c'est normal de perdre des points quand on prend des décisions impopulaires mais nécessaires. Par exemple la fin d'un scandale et la décision de Macron d'imposer un jour de carence en cas de maladie non justifiée chez les fonctionnaires : çà fait 10 millions de mécontents qui râlent ! mais si on ne prend aucune mesure impopulaire alors à quoi sert de gouverner ?

J'espère que ce gouvernement prendra encore beaucoup de décisions impopulaires, la France a un grand besoin de réformes ...
a écrit le 24/07/2017 à 18:38 :
le réveil est dur. la suite ne sera que plus douloureuse. on va continuer à prendre l'argent là où il n'est pas, chez les plus faibles qui n'ont aucun lobby pour les défendre.
a écrit le 24/07/2017 à 17:05 :
N'ai-je pas dit que le soufflé allait retomber :-)
a écrit le 24/07/2017 à 16:46 :
De toute façon ça change rien 10 points de plus où 10 points de moins c'est pareil, encore ici pour 5 ans !
a écrit le 24/07/2017 à 16:31 :
"Jupiter Macron" c'était amusant la première fois. Maintenant ça devient lassant de le voir dans chacun de vos titres. Vous êtes un journal économique ou le blog d'une adolescente un peu rebelle?
Réponse de le 24/07/2017 à 17:10 :
Dans ce cas, faut éviter que ces ministres fassent de même :

En visite à New York pour rassurer les investisseurs américains sur le droit et la fiscalité française, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a voulu frapper fort… peut-être un peu trop fort !
« Je suis Hermès »
Très inspiré par son président « jupitérien », Bruno Le Maire n’a pas hésité à endosser à New York le rôle de messager, et pas n’importe lequel puisque le ministre de l’Économie s’est subitement transformé en une autre divinité, en se comparant à Hermès ! Lors de son discours, prononcé jeudi en anglais devant un parterre d’investisseurs de Wall Street, l’homme politique a ainsi déclaré : « Je sais qu’il y a des gens qui doutent de la France. Certains continuent de douter des changements. Nous attendons, nous verrons. Ils verront ! ». Et de poursuivre très humblement : « Emmanuel Macron est Jupiter. Je suis Hermès, le messager ».
a écrit le 24/07/2017 à 15:08 :
Macron a été élu pour faire ce que les autres n'ont pas eu le courage de faire....Alors il est l' homme à abattre , mais je pense qu'il en a une bonne paire et fait fi de ce qui peut ce dire dans les médias . La méthode à marche forcée n' est pas pour me déplaire et c' est vrai qu'il y a du pain sur la planche....On fera les comptes fin 2017 dans 5 petits mois .
Réponse de le 24/07/2017 à 18:56 :
Pourquoi fin 2017 ? c'est l'époque du père Noël ?
a écrit le 24/07/2017 à 15:03 :
Opération Carnaval, Macron se déguise en pilote de l’air lorsqu’il visite une base aérienne pour entourlouper les militaires, pourquoi ne se déguiserait-il pas en chirurgien, avec blouse blanche à son nom et stéthoscope en sautoir, lorsqu’il ira visiter un hôpital de l’Assistance publique pour justifier que l’on taille à la hache dans les budgets de la Santé ?

https://www.upr.fr/actualite/france/operation-carnaval-deguise-militaire-a-istres-macron-enfreint-code-penal-revele-nouvelle-aspects-inquietants-de-personnalite
a écrit le 24/07/2017 à 12:16 :
Macron c'est 8 millions de votant sur 47 millions...... au deuxième tour ce n'était qu'une peur du FN.

On peut faire dire n'importe quoi a un sondage.
a écrit le 24/07/2017 à 11:18 :
Macron n'a été élu que par le rejet de la gauche mais, surtout, grâce à la campagne anti Fillon de toute la presse gauchiste qui a réussi à dissuader de voter pour lui une partie suffisante des électeurs. C'est sur l'ensemble du monde journalistique et médiatique que doit se porter le mécontentement. Fillon avait le seul programme valable. Ces histoires de transparence ne sont que du sable jeté pour aveugler les niais. Un chef doit être un chef et cela ne me gène pas qu'il ai une bonne cuillère. Des dizaines de milliards d'euros sont dépensés en gaspillage et on a été lui chercher des noises pour quelques dizaines en remontant jusqu'à trente ans dans le passé. On s'aperçoit aujourd'hui que la quasi totalité des députés et sénateurs font de même. Pourquoi ? Parce que "l'indemnité parlementaire" est ridiculement basse. Qui de compétent accepterait de travailler 300 ou 400 heures par mois dont pas mal de nuit pour 6000 euros. C'est le salaire que percevrai un ouvrier
Réponse de le 24/07/2017 à 13:13 :
donnez moi le nom d'une seul député qui serait actif durant 400 h par mois soit 16 h par jour !!!! de plus l'indemnité de 6000 € est totalement folle car rien ne le justifie !!!!!! avec 1000 € par mois pour payer ses frais de déplacement (sur vérification) serait amplement suffisant !!!
Réponse de le 25/07/2017 à 14:38 :
@ Bertrand

Alain Tourret, député ex-Radical de Gauche et désormais repeint aux couleurs de la France soumise, élu dans le Calvados, se plaignait lors de son précédent mandat de terminer à 2h30 et de commencer à 9h30. Maintenant il fait probablement comme tous ses petits camarades de la majorité présidentielle, autrement dire se taire pour que le chef ne soit pas dérangé pendant ses séances d'auto-glorification. Mais les écrits restent.

Avec 7h de libres par jour on dépasse les 16h de travail quotidien, qui pourtant vous semblent si effroyables. Rien n'indique que ce soit tous les jours, mais d'après ce que j'ai compris de la déclaration ce n'est pas rare non plus.
a écrit le 24/07/2017 à 10:11 :
Pourquoi voulez vous qu'il s'inquiète? Il n'est que l'homme de paille d'une organisation qui lui a mâché son programme! Bruxelles en est ravie, rien d'autre n'est plus essentiel!
a écrit le 24/07/2017 à 8:46 :
Jupiter était un Dieu !
Comparer le Rastignac nouvellement élu avec lui est insultant !
a écrit le 24/07/2017 à 8:38 :
Bientôt Mr Macron et les ministres éviteront au maximum les sorties publiques sauf très haute protection des compagnies de CRS,afin d'éviter d'entendre les insultes et de recevoir des œufs où autres projectiles.....
a écrit le 24/07/2017 à 7:17 :
Après la liesse de la victoire surprise, vient le temps de la triste réalité quand on a voté pour MACRON on devrait être enthousiaste de le voir appliquer son programme de réforme. OUi pour la réforme à condition que je ne sois pas impactė voilà l'état d'esprit du français d'abord moi
Réponse de le 24/07/2017 à 9:44 :
Pas certain que electorat aisé d'REM soit concerné par les réformes en cours comme la loi travail, la baisse des APL etc..
Réponse de le 24/07/2017 à 10:25 :
Un peu negligée par l'Elysee,la presse est.elle en train d'essayer de reprendre un peu de son pouvoir en soufflant sur les braises d'une cotestation inhérente à toute réforme ? Vengeance ?
Réponse de le 24/07/2017 à 11:19 :
Jamais un ministre intègre comme ECKER n'aurait baissé les allocs logement,il aurait rapidement introduit un loyer fictif pour les propriétaires(par définition aisés) et augmenté de 1% la TVA.Rappelons que le taux maximum de TVA légal est de 25%,il reste donc une bonne marge en cas de besoin
Réponse de le 24/07/2017 à 12:16 :
La réforme n'existe pas.
Il n'existe que des réformes.
Dès lors il est assez normal que chacun approuve telle mesure mais critique telle autre. Le candidat Macron à habillement maintenu un certain flou sur son projet ce qui est sans doute nécessaire à qui veut être élu mais conduit inévitablement à un certain désenchantement les précisions venues.
Le mot Impopularité ne paraît sévère à ce stade.
Disons que c'est sans doute prématuré
Réponse de le 24/07/2017 à 13:15 :
le vrai problème de Macron est qu'il ne fait rien : ce n'est pas de 5 € qu'il faut baisser les apl, mais les supprimer et cela il n'en a pas le courage !!!! il va bien falloir agir violemment si on veut éviter d'être comme la Grèce !!!!
a écrit le 24/07/2017 à 4:15 :
"L'alerte est donc serieuse" .
Mais il s'en fout de l'opinion des fromages. Son statut lui autorise presque toutes les derives.
Les francais ne peuvent que la fermer.
Réponse de le 24/07/2017 à 13:17 :
il faut relancer la production et supprimer tous les fonctionnaires : il en faudra du courage pour le faire !!!!!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 23/07/2017 à 22:43 :
Quoi d'étonnant ? Ne jamais oublier que Macron n'a réuni que 18,2 % des inscrits le 23 avril et que ses candidats (en grande partie des socialistes habilement recyclés) ont fait 16 % des inscrits au 1er tour des législatives. Cela fait une base électorale et sociologique bien étroite.
La baisse n'est donc pas terminée..
Réponse de le 24/07/2017 à 10:04 :
Comme Mélenchon et consorts. Que les abstentionnistes ravalent leur bile
a écrit le 23/07/2017 à 22:29 :
Merci , Monsieur De La Fontaine ! d'avoir validé en votre époque ....que la grenouille ne peut être plus grosse que le boeuf...! ...et en la notre au 21ème...., nous confirmons que ... le bluff non plu...ne peut être plus gros que la grenouille ..... ;-)
a écrit le 23/07/2017 à 22:18 :
La démobilisation est bel et bien en ..marche ..Couacs et grincements de dents. Au niveau national, le nouveau parti d’Emmanuel Macron traverse ses premières turbulences. En Haute-Garonne, pas de tangage ouvert. Et pour cause. Les adhérents « sèchent » les réunions et désertent les comités locaux.

http://france3-regions.blog.francetvinfo.fr/midi-pyrenees-politiques-france3/2017/07/21/la-demobilisation-des-adherents-den-marche-en-haute-garonne.html
Réponse de le 23/07/2017 à 22:43 :
Jupiter s'écroule par secousses sismiques, à l'automne le tsunami emportera "En marche" sous les décombres et leurs éboulis ;

Les adhérents et les Députés Macronistes ont envie de dormir tranquilles, ils redoutent que leurs permanences politicardes soient visités par les citoyens,

et leurs propres familles et cercles amicaux qui vont se charger de leur "causer du pays" ;

ce sera Jupitaterre
Réponse de le 24/07/2017 à 10:18 :
Déjà la nostalgie des années Hollande ? Sacrés Français ?
a écrit le 23/07/2017 à 22:07 :
Que voulez-vous qu' il fasse ...?

Il n' a pas les manettes et nous devrons passer tous les jours sous les fourches caudines de Bruxelles qui nous pastille ses GOPE -que nos présidents successifs rebaptisent les ..réformes-, ça prend inévitablement la tournure du quinquennat Hollande mais beaucoup plus tôt.

C' est juste dommage de ne pas avoir prévenu ses clients à temps, c' eut pu éviter une erreur de votation...
https://www.upr.fr/actualite/gope-nos-gouvernements-subordonnes-a-commission-europeenne
a écrit le 23/07/2017 à 20:33 :
Messieurs les journalistes de la Tribune et d'ailleurs, avec ce "Jupiter" vous êtes ridicules et votre crédibilité s'effrite.
Réponse de le 24/07/2017 à 7:52 :
@titou87: il est vrai que super macront macrond serait plus approprié : à quand son futur déguisement?
a écrit le 23/07/2017 à 19:58 :
Chacun savait ce que macron représentait, pourtant il a était élue, maintenant tous le monde pleure .....Amen, heureux les pauvres d'esprit……..
a écrit le 23/07/2017 à 18:39 :
Bon ... on ignore combien parmi les sondés avaient voté Macron ou pas ... par adhésion ou par défaut et combien s'étaient abstenus/ voté blanc ou nul.
Top gun semble avoir achevé Macron ... et le bling bling ne va rien arranger.
Réponse de le 23/07/2017 à 20:27 :
@Marie: quand on a l'esprit clair et un minimum d'intelligence, on ne vote pas "par défaut". Quand on est d'accord ni avec l'un, ni avec l'autre on vote blanc. Je ne plaindrai donc pas les béotiens qui vont bientôt porter la pancarte " je suis un con, j'ai voté tonton" :-)
a écrit le 23/07/2017 à 17:32 :
Vous appelez le Président toujours Jupiter Macron. Je trouve navrant qu'un journal économique parle avec tant de dédain du President de la République. C'est systématique. Dans un édito à charge, je veux bien mais la cela sent le parti pris plutôt malsain.
Laissez cela aux forums.
Réponse de le 24/07/2017 à 15:00 :
C'est vrai. Emmanuel Néron est préférable. Il n'y a rien de commun entre Jupiter et le Madoff / Messmer qui hante l'Élysée depuis quelques mois, alors qu'avec Néron les points commun sont frappants.

Brigitte devrait prendre des gardes du corps, si on regarde ce que Néron a fait à sa môman.
a écrit le 23/07/2017 à 17:19 :
A qui la faute ? Ce n'est pas une soi-disant "malédiction", c'est une suite de bourdes couronnée par la plus grosse, virer de façon très basse un grand serviteur de l’État, après avoir fait un caprice enfantin : "je suis votre chef" crie l'ado d'une voix fluette en tapant des pieds.
Micron est le pire ennemi de Macron.
a écrit le 23/07/2017 à 16:37 :
" Avec 54% de popularité en juillet, Emmanuel Macron conserve un socle de confiance important"

Sachant que Macron a été élu par à peine 15% de l'électorat pour son programme, par que miracle peut il se retrouver avec 54% de popularité , Question qui vaut également pour tous les anciens présidents bien entendu.

Pourrait on enfin définir ce que veut dire exactement pour vous "popularité" svp ? Merci.
a écrit le 23/07/2017 à 16:35 :
Ce sont les journalistes qui doivent être contents! Il ne s'est pas passé une seule journée sans qu'ils ne décrivent Macron comme un tyran! Il a osé les remettre à leur place... Quant à de Villiers, ce qui était une première dans cette affaire, c'était l'attitude unique du CEMA (ce n'est pas pour rien que L'armée s'appelle "La Grande Muette")
Réponse de le 23/07/2017 à 18:06 :
@Levanah: 1) la presse a été trop complaisante avec Macron qui jouait sur les deux tableaux (en même temps) sans vraiment rien faire. Certains journalistes viennent de s'en rendre compte et sont moins indulgents. 2) La conférence avec le général était à huis clos, et de toute évidence, il y a eu des fuites...qui ne sont pas du fait de De Villiers. En outre, Macron n'a pas su éteindre l'incendie et Castaner a cru bon d'en rajouter une couche :-)
a écrit le 23/07/2017 à 16:19 :
J'ai l'impression qu'on va bientôt recycler les pancartes "je suis un con, j'ai voté tonton" :-)
a écrit le 23/07/2017 à 16:19 :
Rien de surprenant, quelque soit le parti, une fois ėlus la seule chose qu'ils font correctement, c'est de nous emm...er.
a écrit le 23/07/2017 à 15:54 :
Tiens un Pote de François, vous avez cru quoi en Votant pour ces Gens là, ils ne sont pas comme Nous Ces Gens.

Je n'en rajouterais pas, c'est pas la Peine. Perso Ca fait Longtemps que je ne vote Plus.
Réponse de le 23/07/2017 à 16:16 :
C'est donc à cause de vous que cet individu est président !!! Plutôt que de ne pas voter (vote non considéré dans notre démocratie) vous auriez mieux fait de mettre un vote au hazar parmis les candidats les moins pires et les plus petits... Ou voter blanc. Merci à vous pour cette élection nul et pour nous refaire perdre 5 ans de plus pour un changement radical des politiciens...
a écrit le 23/07/2017 à 15:27 :
ya plus de sous ! Les riches sont partis . Les anglais filent à Francfort . Nous allons perdre la guerre de la mondialisation comme toutes les autres mais cette fois l'oncle Trump ne débarquera pas ...
Réponse de le 23/07/2017 à 16:18 :
Que les riches quitte le pays n'est pas très grave... En revanche que nous les travailleurs emboitons le pas pour assurer nos retraites est bien pus grave. Bon nombre de travailleurs finissent à l'étranger pour travailler et/ou prendre leur retraite car ils sont mieux traités... C'est dommage pour un pays qui se dit social qui le soit pas pour les petits et moyens classes de travailleurs...
a écrit le 23/07/2017 à 14:45 :
Pourquoi vouloir à tout prix lyncher notre nouveau président ? Les français n'ont pas encore compris que la révolution française est finie ?
Le français met en place son président. Il le glorifie. Ensuite et très vite, il veut le guillotiner !!!
Français, Française, arrêtez ce jeu ridicule et laisser votre président faire son travail.
Réponse de le 23/07/2017 à 15:33 :
Macron ne vaut rien de plus que Hollande et encore moins que Sarkozy ;

Macron ne travaille pas, avec ses collaborateurs ils gesticulent.
Réponse de le 23/07/2017 à 15:51 :
C'est peut-être votre président mais pas le mien , je ne reconnais aucune légitimité à l'Usurpateur ( antonomase de macron) .
Réponse de le 23/07/2017 à 18:51 :
le plaidoyer fait plaisir
fillon n' a pas eu la chance d'avoir autant de mansuetude quant a la guillotine......... le pb des francais c'est qu'ils ont une regle pour les autres et une regle pour eux........
moi je trouve ca tres bien qu'en toute independance la tribune defende son impartialite face a macron ( c'est le discours entendu pendant la campagne, alors on va rester sur le meme ton, ca met de l'ambiance)
a écrit le 23/07/2017 à 14:30 :
seulement 15 % des électeurs ont voté Macron mais 54% de satisfaits...
Réponse de le 23/07/2017 à 15:37 :
Ben 54% de 15 français sur cent ça fait un peu plus de 7...sur cent
a écrit le 23/07/2017 à 13:57 :
Arrêtez un peu avec ces titres pompeux et caricaturaux, jupiter, non mais des vrais moutons de panurges, le jeu lexical ne sert à rien.

Qui a pu croire un instant que sa cote de popularité allait grimper en annoncant du sang et des larmes, arrêtez un peu avec votre esprit polémique, ça en est ridicule
a écrit le 23/07/2017 à 13:36 :
Macron subit une chute vertigineuse de sa popularité, il le vaut bien

Les Français font un constat :

primo : en 3 mois, Macron et son gouvernement Edouard Philippe avec l’inénarrable Bruno Lemaire ont été incapable de résoudre un problème industriel minuscule, le dossier GM&S

secondo : depuis 3 mois les groupes industriels multinationaux annoncent toutes les semaines des plans de suppressions MASSIVES d'emplois

tertio : les affaires de magouilles politico-financières ne cessent de concerner des membres directs du groupuscule politico-financier "En marche" et des amis des entourages de Macron et des Ministres du gouvernement Edouard Philippe

seulement 15 % des électeurs ont voté Macron

Macron n'a jamais été aussi illégitime, une partie des électeurs de Macron ont commencé à comprendre ...!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :