Rebsamen : "le ministre du Travail ne peut, seul, endiguer la hausse du chômage"

 |   |  438  mots
Redevenu maire de Dijon le 10 août dernier après le décès de son successeur Alain Millot, François Rebsamen a officiellement remis sa démission ce mercredi 18 août.
Redevenu maire de Dijon le 10 août dernier après le décès de son successeur Alain Millot, François Rebsamen a officiellement remis sa démission ce mercredi 18 août. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
François Rebsamen, ministre du travail démissionnaire, revient sur son action au gouvernement. S'il reconnait sa responsabilité dans l'échec collectif face au chômage, il estime qu'il laissera une trace de son passage rue de Grenelle. Son successeur, dont on ignore encore l'identité, devrait quant à lui être nommé début septembre.

En remettant officiellement au président de la République sa lettre de démission du gouvernement ce mercredi matin, François Rebsamen tourne définitivement la page après 16 mois à la tête du ministère du Travail. Mais la passation de pouvoirs rue de Grenelle devra attendre quelques jours.

Résultat, l'ex-ministre du travail démissionnaire sera bien présent le 26 août pour commenter les nouveaux chiffres du chômage. Il y a quelques jours, il avait fait part de son souhait de retrouver son poste de maire à Dijon. Une fonction désormais non cumulable avec celle de ministre, conformément à l'article 4 de la charte de déontologie des membres du gouvernement sur le non-cumul des mandats.

Quant à sa succession, quelques noms circulent, mais rien de concret. L'annonce devrait être faite début septembre. De son côté, Rebsamen refuse ne lâcher le moindre nom, mais glisse, dans son interview à l'AFP, quelques conseils à son successeur : "qu'il faut être en lien étroit avec le Président et le Premier ministre. Il faut avoir la ligne directe avec eux".

Personne n'a réussi à inverser la courbe du chômage

Questionné sur son action au gouvernement, l'ex-ministre du travail dit  assumer sa responsabilité individuelle face au chômage, mais n'épargne pas ses prédécesseurs :

"depuis M. Borloo, parmi tous les ministres du Travail qui se sont succédé, que ce soit MM. Woerth, Bertrand, Darcos, Hortefeux, Sapin, personne n'est arrivé à endiguer la montée du chômage".

Tout en avouant ses faiblesses : "Le Ministre du Travail est en bout de chaîne, il ne peut pas, à lui seul, endiguer la hausse du chômage. Par contre, il peut lancer un certain nombre de dispositifs pour préparer sa résorption quand l'économie repart. C'est ce que nous avons fait".

Une reprise conditionnée toutefois par la croissance "S'il n'y a pas de croissance, ce ne sera pas le cas. On est tributaire, en partie de la croissance", a précisé François Rebsamen.

La loi sur le dialogue social, la marque de Rebsamen

L'ancien ministre, redevenu maire de Dijon le 10 août dernier après le décès de son successeur Alain Millot, s'est félicité de l'aboutissement de la loi sur le dialogue social.

"Elle modernise le dialogue social au sein de l'entreprise, en renforçant la participation des salariés à la vie de l'entreprise", a assuré l'ancien ministre du travail, soulignant deux avancées majeures : "la simplification du compte de prévention de la pénibilité et le début de la reconnaissance du syndrome d'épuisement professionnel, le burn out".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/08/2015 à 18:40 :
"Pas tout seul"? Ça tombe bien le Ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique fait le même bouleau que lui...
a écrit le 20/08/2015 à 14:09 :
Quand on lit l'article sur le financement des startup, quand est-ce que ce gouvernement abaissera avec euronext les critères de taille de cotation pour la pme du coin? 3900 milliards d'epargne en dérivés et forex...
a écrit le 20/08/2015 à 11:40 :
C'est marrant tous ces incompétents qui attendent passivement la croissance! La croissance, ça se provoque (en baissant les charges notamment, et ça c'est pas compliqué il suffit d'avoir le même nombre de fonctionnaires que nos voisins et pas 20% de plus)
Réponse de le 20/08/2015 à 16:10 :
= 60MM € merci au revoir
a écrit le 20/08/2015 à 11:12 :
Mr Rebsamen prend le problème à l'envers : le vrai levier de croissance pour la France, c'est le retour au travail des chômeurs. Dire que c'est la faute à pas de croissance s'il y a autant de chômeurs, c'est plus facile, mais c'est grave : c'est une erreur de méthode.
Mr Rebsamen a fait sa loi, une loi qui, comme beaucoup d'autres lois, ne change pas grand chose. Il peut donc, comme beaucoup d'autres politiciens, reprendre sa vie tranquille d’apparatchik provincial.
Il a bien travaillé pour la République : il y a toujours autant de chômeurs, et les intermittents du spectacle ont préservés leurs privilèges.
La France : la prochaine Grèce, faute de vraies réformes?
a écrit le 20/08/2015 à 11:07 :
Ou plutôt en reformulant, comment pour un ministre du chômage, créer du travail, cornélien n'est-il pas..??!!
a écrit le 20/08/2015 à 8:12 :
Voici un bel exemple d'apparatchik à la soviétique.Incompétent, nul, en situation d'échec permanente, ce petit monsieur continue tranquilloo sa carrière politique. Au lieu de faire profil bas, il continue à la ramener, bref un vrai homme de gauche.
Réponse de le 20/08/2015 à 11:14 :
En effet.Le ministre du chômage.Le premier rat quitte le navire.
a écrit le 20/08/2015 à 7:57 :
Les rats quittent le navire...
a écrit le 20/08/2015 à 1:51 :
L'équipe socialiste est vraiment impressionnante de désespérance...
a écrit le 20/08/2015 à 0:48 :
Mais oui, Francois, mais il fallait le dire plus tot. Pas de resultat.. que des excuses. Comme dirait De Gaulle, du balais les incompetents.
a écrit le 19/08/2015 à 22:58 :
Ministre du chomage

Aucune action depuis qu'il est la c'est le symbole de l'impuissance socialiste

On pourrait dire aussi la froideur l arrogance et la suffisance

a écrit le 19/08/2015 à 22:29 :
moi, ce qui m'etonne, c'est qu'avec autant de chomeurs, il ne s'en trouve meme pas un capable pour prendre le poste de maire de dijon.
il aurait pu aller faire une formation avec Cahuzac, ou un peu plus vieux, JM Boucheron...
Il faut que ce soit ce pauvre Rebsamen qui se devoue.
Dingue!!!
Et pour faire ministre alors, on va prendre un chomeur? ce serait un bon debut d'inversion de la courbe du chomage. En plus, pas besoin de qualification speciale, puisqu'on peut etre nomme dans n'importe quel ministere du jour au lendemain: travail, famille, agriculture,...
a écrit le 19/08/2015 à 21:45 :
Oui c est tres dur d inverser la courbe quand on coule les boites qu on met dehors les investisseurs qu on decourage tt le monde et qu on fait du nivellement par le bas partout y cmpris a l ecole
Maintenant il recolte ce qu il a seme et n a pas l air content je me demande bien pourquoi.......
a écrit le 19/08/2015 à 20:41 :
Qu'est ce que le travail ? une activité visant à créer de la valeur dans un processus de production (service, bien, etc.)... pas des conneries du type "au bas de la chaîne économique". Le travail ne peut croitre si l'environnement économique est contraint (société, droit, fiscalité, etc.). C'est sur qu'en levant plus de taxes et impôts, plus grand chose n'alimente la consommation et donc etc etc moins d'investissement, méfiance du secteur bancaire, moins de travail, etc etc. Pas besoin de sortir d'HEC et avoir fait l'ENA pour savoir cela...
a écrit le 19/08/2015 à 17:42 :
Un ministre du travail ne sert à rien. Ce poste gouvernemental ne devrait pas exister.
Les emplois sont créés par les entreprises (industrielles, de service, etc), et non par un ministre de l'emploi.
Qu'il y ait un ministre de l'industrie pour faire en sorte que le gouvernement accroisse la compétitivité et mette en place des mesures incitatives pour favoriser l'investissement et le R&D, soit.
Mais un ministre de l'emploi, c'est une blague!
Réponse de le 19/08/2015 à 22:46 :
Mais oui! Plus de competitivite! 1€/h comme en Allemagne, ca ira? Pour plus de croissance evidement! Combien? 2-3%? Infiniment?! C est la que le bas blesse...
a écrit le 19/08/2015 à 16:36 :
C'est une évidence validée ...le travail n'étant qu'une résultante au bas de la chaîne économique ..d'ailleurs c'est ridicule de créer un ministre du travail...comme d'ailleurs , l'invention du "ministère du redressement productif" qui n'a jamais rien produit ....
a écrit le 19/08/2015 à 16:35 :
Les socialistes suppriment le ministre du travail:prochaine étape,les socialistes suppriment le travail(qui reste)
Réponse de le 19/08/2015 à 17:00 :
@élu REP (ex PS): bon, c'est sûr que la bande à Hollande, c'est les plus nuls qu'on ait jamais eu, mais les autres ont fait guère mieux :-)
a écrit le 19/08/2015 à 16:30 :
Cet homme hautain et prétentieux symbolise comme Montebourg une autre strate de l'échec de ce gouvernement socialiste. L'échec. Collectif. Il ne sera jamais admis. La promesse de lutter contre le chômage était pourtant presque la seule qui fit l'élection. Un mensonge. Les français sont-ils encore capable d'accorder quelque crédibilité à ces gouvernements successifs qui se moquent d'eux ? On espère que non.
Réponse de le 19/08/2015 à 17:25 :
La vous êtes dur
Dans le bestiaire socialistes il y a plus gratiné
Il est pas antipatique
a écrit le 19/08/2015 à 16:30 :
Mais ils ne servent à rien ces ministres ? Le Ras le bol des Français est incroyable maintenant...
a écrit le 19/08/2015 à 16:08 :
François Rebsamen, ministre du travail démissionnaire, revient sur son action au gouvernement.

Les Français l'on vu en sommeil, à la fête mais pas au travail, François Rebsamen a été aussi inutile à la France que Valls.

Le seul souvenir qu'il laisse, son absolu incompétences, es propos arrogants, ses balivernes et ses provocations de nature à trouble l'ordre publique et la paix sociale, qui débouchent sur ses échecs, et l'effondrement de la France.

Que les Dijonnais le gardent.
Réponse de le 19/08/2015 à 16:42 :
Les dijonnais ont tué personnes. Il ne mérite pas un tel châtiment.
Réponse de le 19/08/2015 à 19:54 :
Il a vidé leur cave, ils ont une dent..
a écrit le 19/08/2015 à 15:52 :
"pas responsable pas coupable"
Les chomeurs sont les responsables du chomage: ils doivent se débrouiller par eux même, qu'ils ne comptent pas sur les services publics.
Réponse de le 19/08/2015 à 18:15 :
Nos ministres ne sont pas responsable ni coupable, mais légitime et indispensable quand il s'agit encaisser leur chèque à la fin du mois ...
a écrit le 19/08/2015 à 15:49 :
Rebsamen : "le ministre du Travail ne peut, seul, endiguer la hausse du chômage". Ni un gouvernement, ni les syndicats, ni l'Europe. La France est en échec sur le chômage depuis 2 générations.
Qu'attendons nous pour changer la façon de gérer nos vies sans les politiques, les syndicats et certaines associations??????????????????
a écrit le 19/08/2015 à 15:38 :
C'est pour cela qu'il a un ministère et un budget!
Et qu'il est soutenu par d'autre organisme qui font produisent des résultats qui lui sont utiles :
* l'INSEE et EUROSTATS (qui font les statistiques),
* les associations de citoyens qui aident à la réinsertion ( sur leur temps et leur budget),
* ...

Par contre, selon toute vraisemblance, M. Rebsamen n'a besoin de personne pour formuler une tautologie.
a écrit le 19/08/2015 à 15:30 :
"il laissera une trace de son passage rue de Grenelle".
Oui, c'est comme ça qu'on pourrait le surnommer, "La Trace".
Ceci dit il n'a pas tort lorsqu'il dit qu'il est en bout de chaîne. Le chômage est la résultante d'un tout, notamment:
- trop de facilité et d'aide pour ceux qui ne travaillent pas
- pas assez d'incitations pour ceux qui travaillent
- trop de charges sociales dans les entreprises
- droit du travail certainement améliorable
- etc.

Finalement, ce ministère ne sert à rien si ce n'est caresser les syndicats dans le sens du poil et mettre en avant des boucs émissaires. Le chômage est devenu est le point essentiel des campagnes électorales, et de fait la gestion de cet agrégat est entre les mains du ministre de l'Economie, du Premier Ministre, voir du ministre des Finances. Ce ministère du travail ne sert qu'à faire sauter des têtes suite aux incessantes annonces de montée du chômage. Les types qui ont vraiment le dossier entre les mains, eux, ne bougent pas...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :