Réforme de l'aide à la complémentaire santé : "un vrai gain de pouvoir d'achat" (Touraine)

 |   |  376  mots
L'aide financière à la complémentaire santé s'élève jusqu'à 550 euros.
L'aide financière à la complémentaire santé s'élève jusqu'à 550 euros. (Crédits : © Regis Duvignau / Reuters)
Le gouvernement prévoit au 1er juillet de réformer les contrats ACS et de permettre aux bénéficiaires de profiter du tiers payant lors de consultations médicales, deux ans avant l'ensemble des patients.

Au 1er juillet, les Français modestes pourront "se soigner de manière plus simple et moins chère" grâce à la réforme de l'aide à la complémentaire santé (ACS), affirme la ministre des Affaires sociales Marisol Touraine, lundi 29 juin dans Le Parisien/Aujourd'hui en France.

Elle estime que cela "va se traduire par un vrai gain de pouvoir d'achat".

Des revenus mensuels entre 720 et 970 euros

Le gouvernement prévoit au 1er juillet de réformer les contrats ACS et de permettre aux bénéficiaires de profiter du tiers payant lors de consultations médicales, deux ans avant l'ensemble des patients.

L'ACS s'adresse aux personnes disposant de revenus modestes -"entre 720 euros et 970 euros" par mois pour une personne seule-, mais trop élevés pour obtenir la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C).

Des contrats sélectionnés en fonction du rapport qualité/prix

Pour aider les bénéficiaires à s'y retrouver, le gouvernement a notamment sélectionné "une dizaine" de contrats parmi les quelque 400 disponibles, en se fondant à la fois sur des critères de prix et de qualité de service, explique-t-elle.

Avec des baisses de prix "pouvant aller jusqu'à 45%", cela peut représenter "une économie de 300 euros pour une personne seule", souligne Marisol Touraine.

"On s'aperçoit aussi que de nombreux Français qui y ont droit ne la connaissent même pas", ajoute la ministre, qui estime que "seulement un tiers" des potentiels bénéficiaires de l'ACS demandent cette aide. Elle rappelle par ailleurs que l'"aide financière, qui s'élève jusqu'à 550 euros pour les personnes de plus 60 ans, peut représenter la moitié du coût d'une complémentaire".

Une réforme "qui ne coûte pas un centime à l'État"

Le gouvernement entend ainsi lancer une campagne de communication sur internet et via un numéro de téléphone (0811 365 364), l'assurance maladie étant aussi chargée d'informer par courrier les potentiels bénéficiaires, afin "de 1,3 à 1,4 million de personnes", contre 1,2 million aujourd'hui.

"Cette réforme ne coûte pas un centime à l'État", assure par ailleurs la membre du gouvernement expliquant que c'est "la mise en concurrence" qui a conduit les mutuelles et assureurs à améliorer leurs offres.

>> Opinion Hollande a-t-il tué les mutuelles ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/06/2015 à 15:30 :
L'aide à la complémentaire santé existe déjà depuis plusieurs années mais les droits d'accès se sont réduits du fait du nombre grandissant des bénéficiaires .
Je suis assureur et plusieurs de mes assurés en bénéficient , souvent ce sont des gens qui sortent de la CMU parce qu'ils retrouvé un travail !!! et oui ! ou parce que leurs ressources dépassent de 50€ /an le plafond !!! vous avez également des retraités avec des pensions à 7 ou 800€/mois ....où la mère aide ménagère à temps partiel qui élève seule un enfant ......enfin bref pas que des parasites n'est ce pas ?
a écrit le 29/06/2015 à 17:26 :
Cher ami lecteur, comprendre "gain de pouvoir d'achat", comme ouverture en rand de l'open bar médical.
Les médecins ne comptent plus les rendez-vous manqués ou redondants ou contradictoires des patients bénéficiaires de ce genre de dispositif (CMU ...).
L’irresponsabilité généralisée se paiera un jour Madame, la Ministre !
Réponse de le 29/06/2015 à 17:52 :
Il faut peut-être lire les articles avant de raconter n'importe quoi. Il n'est pas question de CMU, mais de l'ACS.
Quand à l'open bar, il est ouvert avec les dépassement des honoraires médicaux.
Réponse de le 29/06/2015 à 18:33 :
Oui je confirme, la majorité des rdv non honorés est le fait des bénéficiaires du tiers payant obligatoire (Cmu ame etc ). Ils peuvent prendre 10 rdv chez 10 médecins différents, peu importe c'est gratuit.
C'est cela l'open bar en effet, rien à voir avec les dépassements
a écrit le 29/06/2015 à 14:17 :
Hey les rigolos du gouvernement c'est beau de "baisser" les coûts de santé (et encore uniquement pour les plus modestes).
Mais le premier problème de la Santé en France c'est votre main mise sur les effectifs de médecins extrêmement réduits qui sortent des universités en comparaison d'une demande toujours plus forte.
Politcards, vous n'organiseriez pas une pénurie pour conforter la clientèle de vos copains députés ? :)
a écrit le 29/06/2015 à 14:14 :
Bravo une opération populiste, à la Grec , pour assurer une réélection, à l'exemple Grec toujours, un Politique est vraiment possible de tout pour être réélu, même de mettre son pays en risque de faillite.
a écrit le 29/06/2015 à 12:48 :
Ce gain de pouvoir d'achat, il est au détriment de qui ???? des employeurs, à qui on rajoute des charges !! et le gouvernement se gargarisera d'aider les employeurs et de baisser les charges !!! tout du pipeau !
et après, ils feindront de ne pas comprendre pourquoi le chomage ne baisse pas !
a écrit le 29/06/2015 à 11:51 :
Je me demande bien qui sont les promoteurs de ces mesures de complémentaires obligatoires ? Les mutuelles ?
De plus, au final, si tout le monde bénéficie d'une complémentaire : autant n'avoir qu'un régime d'assurance social unique.
La simplification, c'est maintenant.
Par ailleurs, la protection désormais coûte vraiment trop cher en perte de liberté.
S'il vous plait, ne votez mon bonheur malgré moi...
a écrit le 29/06/2015 à 9:40 :
en tant que médecin, j'ai reçu le courrier de la CPAM : autant vous dire qu'il s'agit d'une vraie usine à gaz, totalement incompréhensible et inapplicable au quotidien, j'ai autre chose à faire que de vérifier si le patient a un contrat "responsable" ou non. Au total je mettrai son chèque en attente (comme on le fait déjà tous les jours), et je serai hors la loi !
1/ ça ne coûte rien : bien sûr, sauf le temps des autres (à gérer tout ce pataquès)
2/ ça ne coûte rien :normal, tout sera répercuté sur les autres contrats
Ces gens qui nous gouvernent sont des fous
a écrit le 29/06/2015 à 8:59 :
Cela ne coûte rien, ce sont les autres qui payent .
a écrit le 29/06/2015 à 8:54 :
Avant c'était jusqu'à 35% au-dessus des ressources nécessaires pour le CMUC. Comment est ce que cela compare. Est-ce que c'est une lilite plus forte??

A savoir si l'information des possible bénéficiaires fonctionnera. A noter qu'auparavant ces personnes n'étaient pas contactées.
Il faudra nous expliquer comment cette " reformette " ne coûtera rien à l’État. A nouveau une baguette magique??
a écrit le 29/06/2015 à 8:40 :
La loi de santé qui inclut cette disposition d'obligation de 1/3 payant pour les titulaires de l'ACS n'étant pas encore votée, cette-ci est donc pour l'instant illégale

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :