Réforme du marché du travail : pour le gouvernement, il est urgent d'attendre

 |   |  1164  mots
Les ministres du Travail et de l'Economie, François Rebsamen et Emmanuel Macron, préfèrent prendre leur temps avant d'annoncer d'éventuelles réformes du marché du travail
Les ministres du Travail et de l'Economie, François Rebsamen et Emmanuel Macron, préfèrent prendre leur temps avant d'annoncer d'éventuelles réformes du marché du travail (Crédits : PHILIPPE WOJAZER)
Le gouvernement préfère ne pas mettre sur la table les questions de simplification du contrat de travail et de la durée du travail. Et ce pour ne pas attiser les frictions au sein du parti socialiste en pleine préparation de son congrès. Un remaniement gouvernemental interviendrait à son issue.

Les partisans de nouvelles réformes du fonctionnement du marché du travail devront encore patienter... Au moins jusqu'en juin.
De fait, la conférence sociale thématique qui réunissait ce vendredi 3 avril les organisations patronales et syndicales ainsi que les ministres de l'Économie et du Travail, Emmanuel Macron et François Rebsamen, n'a pas donné lieu à des annonces fracassantes. « Ce n'était absolument pas le lieu » précise-t-on au cabinet du ministre de l'Economie. Pourtant, après le second tour des élections départementales le 29 mars, le Premier ministre Manuel Valls avait laissé entendre qu'il fallait aller plus loin dans la réforme du marché du travail, notamment pour les PME.
Fort opportunément, le Medef était au même moment reparti à l'assaut pour demander une simplification du contrat de travail. Et un groupe d'économistes - dont Jean Tirole, le dernier prix Nobel d'Economie - avait publié dans le quotidien Les Echos une tribune en faveur d'un « Jobs act » à la française prônant une modification des règles de fonctionnement du marché du Travail. On sait Manuel Valls et Emmanuel Macron sensibles à ce débat. D'autant plus que dans sa note annuelle consacrée à la France, rendue publique le 2 avril, l'Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE) a une nouvelle fois plaidé pour des réformes structurelles du marché du travail français afin de faciliter le retour de la croissance.


 Ne pas déplaire aux "Aubrystes" avant le congrès du PS

 La réunion de ce vendredi, consacrée officiellement à tirer le bilan de l'accord national interprofessionnel (ANI)  du 11 janvier sur la sécurisation du marché de l'emploi (qui a été transformé en loi en juin 2013), aurait pu être l'occasion de prémices d'annonces en la matière...
Sauf que les syndicats ne veulent absolument pas entendre parler d'une réforme du contrat à durée indéterminée (CDI). Et, politiquement parlant, d'éventuelles annonces de ce genre, très clivantes au sein du Parti socialiste, auraient été mal venues.
En effet, les socialistes sont en pleine préparation de leur congrès de Poitiers du 5 au 7 Juin. Tout le jeu du Président de la République et du Premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, est d'éviter la multiplication des motions afin de sauver un semblant d'unité. La principale crainte vient de Martine Aubry et de ses amis. Les « Aubrystes » se sont donnés jusqu'au retour du week-end pascal, pour décider ou non du dépôt d'une motion. Si c'est le cas. Les débats risquent d'être vifs lors du congrès sur les choix économiques et sociaux du gouvernement. Le Premier secrétaire préfèrerait donc que la maire de Lille se rallie à la motion qu'il défendra et qui prendra soin de ne pas ouvertement attaquer Manuel Valls.
C'est aussi pour tenter d'amadouer Martine Aubry que le président de la République, en déplacement dans les forges de Trie-Château (Oise), a annoncé la création « d'un compte personnel d'activité » pour chaque salarié. Ce compte, destiné à assurer la portabilité de droits liés à la personne et non au poste de travail, permettrait de réunir dans un seul compte tous les droits actuellement dispersés dans le compte individuel de formation, le compte de pénibilité ou encore dans un éventuel compte épargne temps. Il s'agirait donc surtout d'une mesure de simplification.
En tout état de cause, du résultat de ces tractations avec les Aubrystes ainsi que de l'état d'avancement du réchauffement des relations entre les PS et Europe Ecologie-Les Verts (EE-LV) va dépendre l'ampleur du remaniement gouvernemental.

Initialement, celui-ci devait intervenir la semaine prochaine mais, finalement, il se produira plutôt  en juin... après le fameux du congrès du PS, quand on connaîtra mieux le nouveau rapport de force interne à la majorité.

Dans un tel contexte sensible, il n'était pas question d'aller jeter de l'huile sur le feu, en annonçant prématurément que les règles de fonctionnement du CDI seraient simplifiées.
De toute façon, à leur arrivée au ministère du Travail, les syndicats ont fait savoir d'emblée qu'il n'était pas question de parler d'une réforme du contrat de travail pour relancer l'emploi, alors que le chômage continue à battre des records.
C'est "un débat qu'il faut arrêter tout de suite. Il n'y a aucune justification en termes de créations d'emploi à assouplir le contrat de travail", a prévenu le numéro un de la CFDT, Laurent Berger.

Une nouvelle réunion en juin consacrée au contrat de travail

Officiellement, de fait, la question du contrat de travail n'était pas à l'ordre du jour. Ce sujet doit être abordé en juin lors d'une autre conférence sociale thématique qui se réunira autour du Premier ministre. Le débat central tournera alors sur la question de savoir comment faciliter l'embauche dans les PME.
L'organisation patronale CGPME ne s'y est pas trompée. Son président François Asselin estimant « la vraie réunion c'est celle de juin ».
Alors, pour ce vendredi, les organisations syndicales et patronales ainsi que les deux ministres se sont cantonnés à dresser le bilan de l'ANI du 11 janvier 2013. Sur certains aspects il est incontestablement positif. Ainsi, grâce à l' ANI, a été obtenu un meilleur encadrement des « plans de sauvegarde de l'emploi » (PSE). Les licenciements économiques collectifs, sont juridiquement mieux encadrés (et les délais sont précisés). Ainsi, la conflictualité qui entoure les plans sociaux a considérablement chuté. Avant cette mesure, environ 30% des plans sociaux étaient contestés en justice... Maintenant ils ne sont plus que 8%.

La question des accords de maintien de l'emploi également sur la table

En revanche, le patronat souhaite que l'accès aux accords de « maintien de l'emploi » - des accords qui permettent dans les seules entreprises en difficulté de diminuer ou d'augmenter le temps et (ou) de baisser ou geler les rémunérations - soit considérablement facilité et, notamment, qu'il soit également applicable dans des entreprises souhaitant améliorer leur compétitivité... Ce qui conduirait à totalement contourner la législation actuelle sur la durée du travail.
François Rebsamen et Emmanuel Macron ont préféré botter en touche, déclarant qu'il conviendra, plus tard, de voir si d'éventuels ajustements législatifs sont nécessaires pour corriger certains effets de la loi sur l'emploi de 2013. Une position d'attente d'autant plus facile à adopter par les ministres que les organisations patronales et syndicales ont elle-même décidé de tenir plusieurs réunions thématiques pour tirer le bilan de la loi sur l'emploi. Elles ont à cette intention arrêté un calendrier qui les conduira jusqu'à la fin mai... Cela tombe bien pour le gouvernement.
En cette période très politique au sein de la majorité PS, il est décidément urgent d'attendre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/04/2015 à 17:41 :
si les cadres administratifs refusent de gérer, manager, rationaliser ce labyrinthe administratif, ce mille feuille très couteux, s'ils en font que dépenser, recruter, taxer et imposer, .... c'est qu'ils sont en gréve de gestion et management, donc il est urgent d’arrêter leur paye....en attendant de les virer pour faute lourde et sans indemnités...
a écrit le 07/04/2015 à 17:39 :
les plus d'un million de pme qui constitue le poumon de l'emploi sont claires sur les causes du chomage : trop d'impôts, trop de charges, trop de lourdeurs administratives, trop de contraintes, entre autres ces seuils de 10, 50 salariés qui plombent les pme, un code du travail unique sur al planète : 11 000 articles quand celui de la suisse en fait 54 !!!!

mais les politiciens qui préférent travailleur pour leurs élections et leur électorat au chaud, se permettent d'ignorer le constat et les mesures à prendre, donc la débâcle économique continue, déficts, dépenses publiques, chômage, dette...merci qui ?

il est inexcusable de refuser d'agir surtout quand les analyses et solutions sont claires, c'est un crime contre la société
a écrit le 07/04/2015 à 17:33 :
La France est un pays de fonctionnaires, cherchez l erreur ,les reformes bidons c est pour le pseudo privée histoire de gaver les revenus des fonctionnaires jusqu' en 2017.
a écrit le 07/04/2015 à 15:34 :
Attendre que le chomage touchent encore des milliers de personnes supplémentaires sans rien faire pour des politicailleries sans importance est inacepttable. Il n'ont pas encore compris que si ils ne font aps baisser le chomage, ils perdront toutes leur futur élections.
Réformez la france bon sang!!!! Vous n'avez plus rien a perdre!!!!
a écrit le 07/04/2015 à 12:14 :
Il faut certes réformer le droit du travail, mais dans ce pays, on tape sans arret sur ceux qui bossent. Il y a des choses plus urgentes à faire et qui plus est, seraient appréciées par le peuple, à commencer par réduire les indemnités annuelles colossales des anciens Présidents de la République.
a écrit le 07/04/2015 à 11:24 :
on vote pour que les élus gérent, modernisent, optimise les services publics et le monde politique, et on les paye trés cher pour ça (ils se votent leur paye et primes), mais une fois élus, terminé, ils ne font que le minimum syndical, de la com, des réformettes, et fuient les vrais problèmes, n'ont aucun courage, pire, refusent de réformer cette chienlit administrative, nous imposent leurs services pléthoriques, leurs dépenses colossales et croissantes, des gaspillages monstrueux....ils ne gèrent que leurs élection et fonctionnent an vase clos avec le secteur administratif d'où ils viennent, une vraie dictature politico-administrative à leur profit et sur le dos du peuple et du privé qu'ils saignent pour se financer ...
on est revenu avec 1789 !!, ce n'est qu'une cynique démocratie de façade, votez, vous avez la choix ! mais lequel ?????
a écrit le 07/04/2015 à 11:15 :
l'emploi c'est le million de pme, et ils sont unanimes sur le diagnostic : trop d'impôts et de charges, trop de complications administratives,seuils d'emplois couteux, code du travail monstrueux (11 000 articles !)...

donc soit le gouvernement travaille pour le peuple et pour résoudre le chômage en modernisant ces boulets politique set administratifs, soit il se moque du peuple et ne travaille que pour les élections de la gauche !!!

lourde erreur dans le second cas !!
a écrit le 07/04/2015 à 10:30 :
ils refusent de répondre favorablement à ce qui peut faire redémarre l'emploi après l'avoir détruit par les impôts, charges, lourdeurs administratives, règles absurdes, seuils...donc ils sont en gréve de gestion du pays, il faut d'urgence arréter leurs payes indécentes pour ne rien faire, uniquement dépenser, recruter, taxer... jamais arbitrer, décider, rationaliser, moderniser....
a écrit le 07/04/2015 à 10:26 :
scandaleux que ces élus préfèrent gérer leurs élections plutôt que faire les réformes attendus par les pme pour faciliter l'emploi, enlever ces lourdes entraves.
ils préfèrent faire plaisir aux représentants du personnel qui ne représentent que 5% et sont les drone sdes partis de gauche, ils ne font que de la politique. scandaleux, on paye ces élus pour traiter l sproblèmes, et une fois en place ils ne se passe plus rien, juste la getsion de leur carrière de fonctionnaire de la politique...
a écrit le 07/04/2015 à 8:03 :
d'un autre cote, soyons honnete, la france n'en n'a pas besoin vu qu'il n'y a pas de chomeurs
a écrit le 06/04/2015 à 19:27 :
Hollande a copié Chirac : pas bouger !!!
a écrit le 06/04/2015 à 16:40 :
"D'ores et déjà et à partir d'aujourd'hui, nous prenons la ferme résolution de faire exactement comme d'habitude" semble être le leitmotiv de tous les gouvernements depuis bien longtemps et ça ne concerne pas que celui-là. Ceux d'avant du temps de NS et de Chirac étaient exactement pareil
a écrit le 06/04/2015 à 15:12 :
Trop gentils avec le gouvernement ces syndicats patronaux qui semblent prendre leur temps tout en manifestant depuis des années leur fébrilité sur le sujet...allez comprendre.
Réponse de le 07/04/2015 à 11:38 :
Les syndicats patronaux sont là pour exprimer ce que les entreprises attendent comme conditions pour créer des emplois... ils ne décident pas de la mise en place ou non de cet environnement! Ils ne sont pas là pour représenter les chômeurs... il est vrai que les syndicats salariés ne les représentent pas non plus !!!
a écrit le 06/04/2015 à 9:34 :
Cela fait trop d'années que l'on attend que la France soit réformée. Ce n'est plus possible. Ce n'est plus supportable. Quelque soit le parti, les gouvernants pensent avant tout à leurs propres intérêts, à ceux de leurs "amis", de leurs réseaux, des lobbyistes mais certainement pas des citoyens et des entreprises (hormis les firmes/grands groupes). Comment veulent-ils être encore crédibles et audibles ? La France se meurt ... et nous aussi ! Pauvre France !
Réponse de le 07/04/2015 à 10:41 :
+ 1000, ils ne gérent rien, ne réforment rien, le mille feuille est toujours là avec ces dépenses monstrueuses, ils ont supprimé les sous préfectures, la moitié sont encore physiquement en place avec personnel et sous préfets et toutes les primes... sans aucune mission....de vrais emplois fictifs... ils viennent du monde administratif donc ils sont totalement incapables dé gérer et manager, il faut mettre des objectifs clairs et virer les responsables si rien ne bouge...
a écrit le 06/04/2015 à 9:30 :
Quand le pays decroche chaque jour, chaque semaien, chaque mois mais le plus important est de ne pas deplaire aux gaucho-aubrystes regressistes.
Toujous le vrai meme proble de la gauche : le ni-nisme, le vrais celui-la : le refus de choix entre la gauche liberale et la gauche gauchisante. Mais que le PS se scinde une bonne fois pour toutes qu'on puisse avancer !
a écrit le 06/04/2015 à 9:13 :
Comme si on avait le droit de prendre son temps !... Les chômeurs apprécieront...
a écrit le 06/04/2015 à 7:53 :
Il est urgent d'attendre dans un pays au bord du gouffre. Incroyable ! On prend en otage les français pour ne pas froisser un PS complètement à côté de la plaque. Quelle honte ! Mais qu'on-t'ils appris à l'école ? Le copinage ? Les petits arrangements entre copains ? La couardise et l'indécision ? Ce gouvernement n'ayant ni la légitimité ni la majorité choisit l'immobilisme en nous parlant de réformes imaginaires et en nous faisant de beaux discours .
Réponse de le 06/04/2015 à 18:31 :
Et si on devait faire approuver une réforme par referendum, laquelle passerait à votre avis ? Tout le problème est là. Ce ne sont pas les gouvernements (de tous bords) qui posent problème, c'est le peuple français lui-même...
a écrit le 06/04/2015 à 0:55 :
Comme Le Gouvernement, qui attend Avril 2017, " Il est Urgent d'Attendre " deux ans, pour Investir et embaucher : selon Lois Sociales et Fiscales qui seront abolies ou adoptées.
Particulier ou Entreprise, " il est urgent d'attendre " : c'est la résolution et l'attitude du Gouvernement. Donc il convient de s'y tenir, pour ne pas etre le dindon de leur farce.
Ne soyons tout-de meme pa plus royaliste que le roi : ce serait irresponsabilité, inconséqience, inconscience, et folie. Expédiant comme eux nos affaires courantes, en attendant la Sauce à laquelle tel ou tel Président, va nous manger.
a écrit le 05/04/2015 à 17:15 :
Avant de faire les yeux doux à la gauche de la gauche, le gouvernement devrait se rendre à l'évidence : contrairement à ce qu'ils affirment, les frondeurs et autres Front de Gauche-EELV n'ont pas attiré de voix :
Malgré leurs critiques permanentes du "social-libéralisme" de Macron et Valls :
-l' Essonne à été perdu par J.Guedj ,
- l'Allier a été perdu par les communistes,
- le Nord a été perdu malgré le positionnement d'Aubry,
- la Saone et Loire a été perdue malgré les attaques frontales de Montebourg,
- écrasante victoire de la droite dans les Yvelines, département de Benoit Hamon,
Et tout ça, malgré le tripatouillage lors du redécoupage des cantons !!!
Alors non, la gauche de la gauche n'est pas plébiscitée !
Et faire parler les abstentionnistes ( Besancenot dirait que les 51% d'électeurs abstentionnistes sont sympathisants NPA puisqu'ils n'ont pas voter pour les autres...!), ça revient au même que vouloir faire parler les morts !
Alors courage, messieurs (dames) du gouvernement: prenez vos responsabilités, et pour savoir ce qui déciderait les entreprises à embaucher, demandez donc aux intéressés : les employeurs ! Les autres ne sont que des conseillers qui ne créent pas d'emploi !
Réponse de le 06/04/2015 à 9:32 :
+1
Réponse de le 06/04/2015 à 18:34 :
En réalité les français votent presque toujours contre le pouvoir en place, donc si vous attendez que le peuple français vous indique la direction à suivre, vous risquez de zigzaguer assez longtemps...
Réponse de le 06/04/2015 à 19:31 :
Sauf que conclure de l'échec de la gauche, que c'est + de gauche que les électeurs souhaitent, c'est un peu fort de café !!!
Réponse de le 07/04/2015 à 10:38 :
totalement d'acord avec "analyse" : les sondages sont très clairs et confirment ce que la plupart disent : ils veulent les réformes de fond qui vont permettre de relancer l'emploi, supprimer les lourdeurs administratives, traiter ces monstrueux gaspillages publics au lieu d'augmenter les ipôts,; mettre en place un seul régime de travail...ils veulent que l’état gérer et maange comme le font tous ceux qui sont dans la vraie vie...

et si l'extréme gauche proposait des choses réalistes, ils auraient 30% des voies et non des pouyèmes, scandaleux d'entendre sur les médias que les français veulent plus de gauche et personne pour répondre, mais la gauche archaique dégringole, l'extréme gauche représente 5%....

les français attendent les réformes, le traitement du mille feuille, le régime unique de travail, la suppression des régimes spéciaux...donc faire les économies faciles pour baisser les impôts et non le laxisme avec augmentation des impôts qui tuent l'emploi....
a écrit le 05/04/2015 à 17:05 :
Il est sérieusement " Urgent d'Attendre ". Un quinquennat se décompose comme suit : Installation, Législatives le mois suivant, puis Juillet-Aout (expédition des affaires courantes) Le quinquennat commence 4 mois après son début. 2 ans pour " Gouverner ". Décrets d'application de La Loi, un an après son adoption. Puis, nous y sommes: deux ans de campagne : Urgent d'Attendre.
a écrit le 05/04/2015 à 15:31 :
On voit bien à quel point les syndicats sont "dans le coup" en refusant l'idée que la courbe du chômage puisse dépendre aussi des contrats de travail: comme la protection du locataire tarit les offres de locations
a écrit le 05/04/2015 à 13:21 :
L’injustice sociale est insupportable en France, modifier le contrat de travail c’est encore un coup du Medef pour diminuer les droits des salariés. Depuis la crise, les riches et les banques gagne toujours plus. Il faut créer un impôt sur la rente pour arrêter cette injustice.
Réponse de le 05/04/2015 à 18:23 :
l' "impot su rla rente" existe, et est le plus élevé du monde. La C.S.G créée à 1.1% a été multiplié par 7 sur les revenus du travail, et multiplié par 15 !! sur "la rente.
Impot sur "la rente" : jusqu'à au total : 85%, Impot sur le Revenu+ CSG 15.5%+ Impot sur " la fortune" (le dernier du monde ) Taxe Foncières (quadruplement en25 ans) et Doublement en Oct 2017 : juste après les élections (révisions des bases) Normes et contraintes, toujours plus nombreuses l'encontre de ceux qui pourraient embaucher, ou créer du logement locatif. Quand le Système Français est à ce point anti investisseurs, cessons d'investir. Laissons, l'Etat les H.L.M, la C.G.T Communiste créer les Entreprises, les H.L.M pour tous, nationaliser-confisquer toutes les Entreprises et toutes les maisons et appartements, et en confier la bonne gestion à la C.G.T Communiste et Embaucher. Que les autres, traversent La Frontière Française, et laisse cette France d'idéologie Marxiste hostile Prospérer à coup sùr, ainsi : La Corée du Nord, Lénine, ont essayé, et CA MARCHE . Poutine y revient. C'est l'Avenir et la prospérité garantis
a écrit le 05/04/2015 à 10:51 :
Le gouvernement ferait bien de s'intéresser au contrat dans la fonction publique plutôt que de s'acharner sur le privé.
Il y a en effet une différence très importante entre les fonctionnaires et les agents contractuels. Le gouvernement critique les entreprises privé pour leur usage des CDD pourtant les contrats contractuel sont encore plus précaire (durée pouvant aller jusqu'à 6 ans, pas de prime de précarité, pas d'acces au prud'homme, ...).
Les fonctionnaire ont pour leur part un emploi garanti a vie, pas d'obligation de résultat (une minorité de fonctionnaire ne font rien de leur journée)
Les haut fonctionnaire pour leur part vivent dans un autre monde, il forme une noblesse d'état, avec des salaire pouvant aller jusqu'à 45 000 euros par mois plus des avantages exorbitant. Il forme une caste très fermé et se copte entre eux (seul les membres de l'ENA, de polytechnique et de normal sup). Ces hauts fonctionnaire trust la plus part des poste a l'assemblé national et au sénat et rejette systématiquement toute reforme de leur statue.
Réponse de le 05/04/2015 à 19:28 :
Aucune Réforme ne sera jamais mis en œuvre, Ni s'agissant des Fonctionnaires d'Etat ou Territoriaux, ou Spéciaux : ils votent à 78% Gauche ou Extrème Gauche P.C, ou Extreme Gauche F.N 5% CEST LEUR FONDS DE COMMERCE, C'EST LEUR CLIENTELE Extrème Gauche F.N (le programme économique et social F.N, il faut le lire, c'est la copie de l'Extrème Gauche ) La droite et le centre ni toucheront jamais, aux Fonctionnaires et Spéciau,de peur de paralyser le Pays.
Réponse de le 06/04/2015 à 18:42 :
Je ne sais pas où vous avez été chercher ce salaire de haut fonctionnaire...Ce que je sais simplement c'est que les trois écoles que vous citez alimentent de moins en moins les emplois publics supérieurs qui n'attirent personne. Sur ces postes l'administration recrute maintenant avec un statut normal de contractuel pour avoir des candidats...D'ailleurs c'est ce que l'éducation nationale devrait faire si elle veut combler le nombre important de postes non pourvus de profs de maths....
a écrit le 05/04/2015 à 9:49 :
Tout Ca pour ménager les Aubrystes dont tout le monde se moque...Ils ont perdu les élections non pas à cause de plus de gauche, mais parcequ'on veut moins de socialisme aux dogmes éculés. Alors pour pouvoir se représenter Francois et être present au second tour, le roi Francois souhaite leur faire plaisir et retarder les réformes dont on a tant besoin. Sa réélection est bien plus importante que la France, il est vrai qu'il est un vrai sauveur ! je dis à Martine et aux frontistes qu'ils aient le courage de créer un parti à leur image: Le parti socialiste d'antan. Et ils verront si la France aspire et adhère à leurs idées.
Réponse de le 06/04/2015 à 11:09 :
Seule leçon retenue par Hollande après la perte de 30 départements pour la gauche : les français veulent que les verts reviennent au gouvernement !!!
a écrit le 05/04/2015 à 8:18 :
Contrat unique pour le privé et pour les fonctionnaires !!!!! NON ? pourquoi ????? Ils sont des français supérieurs méritant des privilèges ou des français inférieurs ayant besoin de protections ? EGALITE OU INEGALITE ???????
a écrit le 05/04/2015 à 8:04 :
Ne rien changer qu'ils disent !!!! Consultez la note du Crédit Agricole de Mars 2012 par Nicolas Doisy chef économiste qui a transmit que ce soit droite ougauche l'Europe va nous imposer le contrat unique sinon ils coupent les vivres.
Tous des menteurs ces politiques ils avaient les infos et ce sont bien gardés de le dire avant les élections. L'Europe et l'Euro sont des carcans il faut en sortir et vite !!!!!!
a écrit le 04/04/2015 à 23:29 :
Sauf des petits boulots, des temps partiels payés au minimum, et en concurrence avec les salariés venus de l'étranger. Rares sont les contrats intéressants et bien payés, même à bac+2. Et plus le temps passe plus le salarié peu qualifié est remplacé par des robots.
Au lieu de s'étriper sur le contrat de travail (et il y en a de multiples formes, Cdd, cdi, de chantier, contrats aidés, intérim et j'en passe), réfléchissons : a t'on besoin de précariser encore davantage le futur salarié ? Quand le boulot manque cruellement, doit on dire que c'est la faute du contrat de travail ? A voir.
Réponse de le 05/04/2015 à 10:37 :
Oui je pense que le cafarnaum de type de contrat n'aide pas. Pensez à un artisan plombier qui a besoin d'une aide ponctuel, mais suffisamment conséquente pour ne pas vouloir l'aide de son "cousin": quel contrat prend-il? Quel risque financier y est-il associé? Un contrat unique quelle simplification!
Si le risque est minimal (condition sine qua none), alors s'ouvre une mine de petits boulots ( des milliers) qui pourront mettre le pied a l'étrier de tous ceux qui le voudront bien. Ce phénomène créerait de l'activité et des richesses.
Mais voilà, pour ça il faut accepter que l'emploi soit moins protégé et que, peut-être, le régime chomage soit adaptė (formation ou travaux d'intérêt publique obligatoires, allocations).
Qui dit emploi moins protėgė ne dit bien-sûr pas individu moins protégé.
Nous,la société francaise, croyont intuitivement que vivre de rente / allocation / subvention / autre assistance est préférable que de vivre de son travail: chacun pense intuitivement que gagner €800 Euro en allocation est préférable que de se lever tout les matins à 6 heure pour aller bosser. Mais c'est faut! Quelqu'un qui gagne €800 euro par son travail est plus heureux que quelqu'un au chomage avec €1200! Mais ça s'est contre intuitive, même pour moi ( je travaille, mais j'ai déjà connu le chomage...)
Nous avons collectivement choisi le chomage de masse par les mesures de protections des emplois, rendant sa creation tellement difficile que personne ne veut en créer.... Les exemples sont pléthoriques.....
C'est vraiment dommage que l'on confond protection de l'individu à protection de l'emploi....
Réponse de le 05/04/2015 à 11:57 :
@ Tout à fait! a répondu le 05/04/2015 à 10:37:
votre verbiage est d'une stupidité affligeante,
comment pouvez-vous écrire qu'il est heureux de vivre avec 800 euro ? essayez donc de vivre avec 800 euro pendant 6 mois, et vous aurez crevé de faim avant.
avant d'écrire des conneries,
faites rigoureusement les expériences de vos réflexions absconnes.
a écrit le 04/04/2015 à 22:42 :
Un contrat de travail unique pour TOUT LE MONDE, pas seulement pour les PME/PMI. Ne créons pas encore une autre caste dans la population, où les salariés des grandes entreprises auraient un contrat plus sécurisé et donc un accès au logement, au prêt bancaire facilité.

Evidemment il est plus facile pour le gouvernement de s'attaquer par les PME PMI où les syndicats ne sont pas représentés et où il n'y a pas pouvoir de nuisance ou de blocage. Un contrat unique pour tout le privé cela reviendrait à s'attaquer à de larges coporation où les syndicats ont une forte capacité de blocage comme dans les ports, la SNCF, les aérports, l'énergie, les dechets...
a écrit le 04/04/2015 à 22:08 :
" Réforme du marché du travail : pour le gouvernement, il est urgent d'attendre "
C'est bien évident, Rebsamen à rien, Macron propose un fourre tout microcosmique, et Valls orchestre les désordres, Hollande le bateleur au service de la finance accentue le déclin de la France largement initié sous ChiracRaffarinDeVillepin et SarkozyFillon.
a écrit le 04/04/2015 à 21:15 :
Mais tout ceci est très bien orchestré et est évident pour celui qui veut voir tout simplement!
a écrit le 04/04/2015 à 20:04 :
Moi aussi je préfère attendre.Je pourrais embaucher demain plusieurs centaines de personnes(je dirige une start-up d'avenir)mais j'ai peur de ne pas pouvoir les licencier si la conjoncture se retourne.Nous sommes en pourparlers avec plus de 60 pays sur un projet prometteur pourtant...
Réponse de le 05/04/2015 à 8:27 :
Bonjour, marrant votre commentaire car dans le business on attend pas, vous dirigez une start-up d'hier, vous avez déjà par votre manque de punch que n'avez pas l'âme d'un entrepreneur. Un vrai chef d'entreprise s'il ne trouve pas dans l'hexagone possibilité de créer, en l'occurrence le code du travail!!!!, un billet de train ou d'avion permet en moins d'un heure de voir une installation hors de nos frontières. Pas crédible votre commentaire.
a écrit le 04/04/2015 à 19:22 :
Pendant ce temps des gosses font les poubelles pour se mourir dans le pdc
a écrit le 04/04/2015 à 19:18 :
On ne rétablira pas l'esclavage tout de suite. Le medef doit être déçu.
a écrit le 04/04/2015 à 18:53 :
Il ont peur des syndicats dont ils sont issus et laissent les petits calculs politiciens prendre le dessus sur le courage et le pragmatisme.
Il ne subsistera rien de bon à l'issue de ce quinquennat.
a écrit le 04/04/2015 à 18:06 :
Mais que doivent penser les 5 millions de chômeurs quand ils entendent que reformer le droit du travail pourrait créer mécaniquement quelques centaines de milliers d'emplois mais que stratégiquement pour l PS ce n.est pas le moment ? Pathetique ...
Réponse de le 05/04/2015 à 11:35 :
Heu... qu'il est urgent d'attendre jusqu'en 2017 au moins ...??
a écrit le 04/04/2015 à 17:24 :
Qui se frotte aux syndicats s'y pique, et c'est pas parce que on les finance que les épines sont émoussées, c'est pas les chômeurs qui intéressent mais ceux qui ont un travail inaliénable, ceux qu'on peut reloger dans ministère ou autres organisations bien accueillantes aux syndicats. C'est pas demain la veille qu'on réformera le travail
a écrit le 04/04/2015 à 16:59 :
.HUMOUR?le patronnat veut des contrats kinex ,, ont prend on s en sert et on jete ? contrat kinex ? L OUVRIER MOINS CHER QU UN MOUCHOIR KINEX???
a écrit le 04/04/2015 à 13:26 :
Comment atteindre 2017 les pieds en éventail ?
Réponse de le 04/04/2015 à 16:46 :
Et il a fait quoi Sarkozy pour réformer à part dépenser nos maigres économies et vendre nos stocks d'or à bas prix ?
Réponse de le 04/04/2015 à 17:18 :
age depart a la retraite +2ans. avec vous on aurait fait -2ans!
Réponse de le 04/04/2015 à 22:09 :
Loulou... tu sais que c'est Hollande, le président ?? Si si !! Depuis presque trois ans ....
Ce qui est fou, c'est que malgré l'élection de 2012, vous en attendez plus de Sarkozy que de Hollande... la gauche est pathétique !!
a écrit le 04/04/2015 à 12:51 :
" Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes "
Bossuet
Une sorte de maxime pour les socialistes.
Réponse de le 04/04/2015 à 15:20 :
Oui mais un bon socialiste ne croit pas en dieu, ceci expliquant peut être cela.
Réponse de le 04/04/2015 à 16:46 :
Parlez nous de Sarkozy et de ses "grandes et invisibles" réformes?
Réponse de le 06/04/2015 à 11:29 :
Vous parlez du président qui a été battu à la fin de son mandat, ou de notre président qui est aux affaires depuis mai 2012 ? Trois ans pour agir quand "moi président" promet de changer le monde pendant son quinquennat, ça fait long !!! En février, le taux de chômage est au plus bas en Europe depuis mai 2012... et en France ???
Le pétrole est au plus bas, la parité euro-dollar n'a jamais été aussi bas, les taux d'emprunt de la France n'ont jamais été aussi faibles... et nous, on a 600,000 chômeurs en plus !!! Alors sarko, il est plus là, réveillez vous !!!
a écrit le 04/04/2015 à 9:28 :
"...a annoncé la création « d'un compte personnel d'activité » pour chaque salarie"

-nouveau droit, nouveau coût, qui va payer : le PS / Aubry?
-l'argent pousse t il sur les arbres dans ce pays?
a écrit le 04/04/2015 à 9:18 :
Pas de nouveau contrat à durée non déterminée dont l'indemnité serait déterminée, elle, à l'avance : pas de nouvelle embauche pour moi (ou plus exactement pour les chômeurs que j'aurais embauchés), et pas d'investissement dans une 2e Agence que j'envisage... on attendra 2017 pour voir si on a enfin des gouvernants qui réfléchissent !
Les TPE renoncent à embaucher car l'employeur n'a pas le droit à l'erreur : si la conjoncture évolue défavorablement, ou si tout simplement l'embauché ne donne pas satisfaction... impossible de revenir en arrière sans avoir à se justifier et à distribuer de lourdes indemnités, et avec une seule certitude : l'employeur finira aux prud'hommes !!
Et la période d'essai ne suffit pas, car de nombreux emplois ne permettent pas d'être derrière le dos du nouvel employé, et le retour d'info prend souvent plusieurs mois !!!
Les embauches se font à 80% en CDD : ce n'est pas pour le plaisir de payer 15% de surcout de fin de contrat !! Alors il serait temps d'ouvrir les yeux, de regarder la réalité de l'emploi, et de prendre les décisions qui inciteraient à embaucher... les chômeurs semblent mal barrés !!
Réponse de le 04/04/2015 à 17:43 :
Je sais le retour au XIXe c'est merveilleux. C'est ce que je dis toujours à mes filles, soyez votre propre patron, au moins si vous gagnez c'est pour vous et si vous perdez vous filez la facture à la société. Aujourd'hui, être salarié, c'est prendre tous les risques. N'importe quel idiot peut monter une boite.
Réponse de le 04/04/2015 à 22:14 :
Écrivez donc cela sur votre tract, mettez--y votre logo PSFront de Gauche-EELV... et distribuez le à la sortie de Pôle emploi !! Vous allez vous faire adorer par 5 millions de chômeurs !!!
N'importe quel idiot peut monter une boite : pas un syndicaliste ! On comprend mieux !
a écrit le 04/04/2015 à 9:04 :
Arrêtons d'en vouloir aux politiques. Ils agissent en vue d'être élus ce qui est normal et après tout, c'est un métier où existe une sélection et où la sécurité de l'emploi n'existe pas. Les électeurs c'est nous donc les responsables c'est nous. Posons-nous simplement la question de savoir pourquoi nous, français, n'acceptons-nous pas de nous transformer significativement en dehors des périodes de chaos qui nous font peur (1789-1802 ; 1870-1875 ; 1940-1946 ; 1958 - 1962)...
Réponse de le 04/04/2015 à 9:31 :
En l'occurrence vous vous tromper de périodes pour votre comparaison. Si l'on faisait les fameuses "réformes" à l'anglo-saxone, la période qui arrive ressemblerait plus à la période de la restauration (1815-1830) qui a débouché sur la révolution de 1830 ou bien au gouvernement de Vichy en raison du retour en arrière social très conséquent à un droit du travail pré-1936 dans le meilleur des cas voire pré-1GM, débouchant très probablement sur une réaction violente de la majorité de la population, à moins que la propagande, le révisionnisme historique et l'abêtissement et l'aculturation des citoyens transformés en consommateurs-clients n'aboutisse au tromphe de la sociétés idéale des tenants de l'ultra-libéralisme : une société digne du 19ème siècle !
Réponse de le 04/04/2015 à 13:48 :
Le contexte politique que vous décrivez (promesses pour être élu, précarité de la fonction) est le même partout en Europe. Chez nos voisins, les démagos et populistes ont plus de difficulté à se faire entendre que chez nous. Il est vrai qu'ailleurs, ça fait longtemps qu'on a rompu avec le marxisme et la lutte des classes. On peut remarquer qu'en Europe, sauf en France, un personnage politique qui a échoué ou a eu à faire à la justice ne peut MORALEMENT se présenter devant les électeurs, si il le faisait, il n'aurait aucune chance d'être élu. Le soucis, c'est que si vous appliquez ce critère en France, il ne vous reste bien souvent que le FN, solution par défaut qui a bien des défauts !!!
a écrit le 04/04/2015 à 8:53 :
Vous ne pouvez imaginer ce que nombres d'entreprises au même titre que moi (voir ci dessous) refusent de prendre du travail par peur de l'embauche. Continuez ainsi et nous seront à15% dans 2 ans
Nous devons cette situation à des syndicats irresponsables et archaiques qui n''existent que sur le terreau du c hômage..
Réponse de le 04/04/2015 à 17:47 :
Il ne faut pas embaucher alors, bossez seul, on ne vous demande pas de faire du social et d'embaucher pour faire baisser le nombre de chômeurs, si vous prenez quelqu'un c'est que vous en avez besoin pour gonfler votre portefeuille. Peur de l'embauche ? c'est sans doute la plus grande connerie que je n'ai jamais entendu.
Réponse de le 04/04/2015 à 19:04 :
Nanard plusieurs messages contre l'entrepreneur, sortez un peu de votre cachette et crée une entreprise on en reparlera !!! vous parlez de vos filles, bah qu'elles bossent point. peur de l'embauche uniquement compréhensible par ceux qui ont le courage de creer quelque chose. Chose que vous ne connaissez pas !
a écrit le 04/04/2015 à 8:51 :
La France, ce pays où les politiques usent à Satiété du mot "réforme" sans jamais en faire, si ce n'est des réformes sociétales, mariage pour tous, Dons de RTT et autres carabistouilles: j'ai honte..,
a écrit le 04/04/2015 à 7:04 :
C'est plus que fatiguant de toujours et toujours entendre : travail, emploi, entreprises!!
Les "saints entreprises" - surtout les grosses - ont toujours eu plein d'argent, directement ou indirectement, des divers gouvernements (tous pro-patronat)!
Et, le travail (pas un emploi ou encore moins un poste) est devenu un privilège.
J'ai des problèmes, pour me faire soigner (les dents) et , je ne suis pas la seule!
Ah, contrairement au idées reçues (par ceux qui contrôlent certains média), beaucoup de gens qui sont dans la pauvreté ou dans la précarité, ont un travail!! La moitié des sans domicile a un travail.
Réponse de le 04/04/2015 à 13:59 :
Vous avez raison concernant les grandes entreprises qui n'ont souvent plus de française que le nom car elles réalisent heureusement pour elles la plus grosse partie de leur chiffre d'affaire à l'étranger, c'est ce qui les sauve. Les chiffres ne mentent pas, les marges de s entreprises françaises sont entre 5 et 10% inférieures à celles de leurs concurrentes européennes. L'impôt sur les sociétés c'est 45 milliards d'euros, les aides diverses c'est 120 milliards, ce système est malsain !!! Concernant votre pouvoir d'achat et votre capacité à vous soigner, si vous travaillez depuis quelques années je vous invite à considérer la différence entre votre salaire brut et votre salaire net et de comparer cette différence aujourd'hui à ce qu'elle était lorsque vous avez rentrée sur le marché du travail. Vous trouverez dans cette différence un élément de réponse à vos soucis...Ce système est aussi malsain que celui que j'ai décris plus haut au sujet des entreprises.
a écrit le 04/04/2015 à 0:39 :
Les humeurs de quelques politicards fonctionnaires comptent plus que la vie de millions de chômeurs. Les socialistes seraient-ils démasqués? Les Français voient-ils enfin la malfaisance du PS depuis au moins 30 ans qu'il détruit tous repères en France? Tout cela est profondément méprisable.
a écrit le 03/04/2015 à 22:24 :
Entreprise de 80 personnes j'ai refusé du travail pour l'Arabie Saoudite car ile me fallait embaucher 12 personnes sans savoir si je pouvais debaucher en cas de perte de contrat.
J'ai donne ce travail à des Allemands qui me verse une commision et pas de soucis. Continuez ainsi et le chomage va explosé. Moi j'ai le temps je fait le dos rond et laisse mes projets dans les cartons.
Réponse de le 03/04/2015 à 22:52 :
Je refuse des chantiers c'est trop risquer d'embaucher
20000 euros pour licencier c'est trop
Réponse de le 04/04/2015 à 8:54 :
@ Giorgio bonjour, plus de deux décennies à l'export votre message me lance pantois vous n' avez pas du chercher à embaucher et DEBAUCHER sans pb, mais plus à vous faciliter la vie avec une com mais peut-être comme d'autres entreprises, signature d’un contrat avec champagne à la maison, pas dans le Golfe quoique tout est possible, mais sans savoir comment faire face à la signature. La faute au contrat de travail pour une affaire à l'export de l'humour non????
Réponse de le 04/04/2015 à 10:20 :
Et oui nous avons des projets que nous gardons dans les cartons. N'avons pas envie de passer notre temps en pruid'hommes, avocats, depenses etc.......En effetr meme avec dossier bien ficelé aux prud'hommes on vous condamne. Nous en avons fait maites fols l'experience et çà nous a couté tres tres cher. Alors basta point barre. Nous avons le temps
.
a écrit le 03/04/2015 à 21:29 :
Monsieur le Président de la République, vous semblez plus préoccupé par une réélection très improbable que par l'intérêt de 5,5 millions de chômeurs et des entrepreneurs qui attendent des actes forts en matière de confiance. Je vous invite à méditer sur cette phrase de W.Churchill après les Accords de Münich en 1938 : "Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre."
Réponse de le 03/04/2015 à 22:11 :
C'est l'effet du Quinquennat, immobilisme ABSOLU pour cause d'élections TOUJOURS trop proches : Charles De Gaulle et Michel Debré, les deux Pères fondateurs de la Constitution de la Vème République, estimaient que le Septennat correspondait au Peuple Français et à sa Spécificité. Bérou "Mr sait-tout, donneur de leçon : avec Juppé, ministre de l'immobilisme et l'incompétence" d'il y a 25-30ans par calcul personnel et de part son orgueil face à sa faiblesse qui le Vexe, veut lui carrément en plus, pour tout déstabiliser, et achever le Pays, nous ramener à la quatrième République : à ce régime, des partis (proportionnelle intégrale) partis qui marchandent leur alliances après les élections. Giscard durant son Septennat n'a cessé de refuser, et d'argumenter tout le danger destructeur du Quinquennat. Son ennemi Chirac élu, il a profité de le suggérer à Jospin 1er Ministre de Cohabitation : et tous deux l'on piègé et tous deux le lui l'ont imposé. Pour REFORMER dans la situation actuelle, avec entres autres 6153768 CHOMEURS : que l'on cesse avec cette seule irréelle "catégorie A " de chomeurs qui fait chuter le thermomètre de moitié. Il faut un Mandat Présidentiel non renouvelable de 8 ans, et un Mandat de Député de 8ans renouvelable. il faut en finir avec ces quatre mois inopérant juste après les élections, et ces deux ans et demi de campagne : reste deux ans de vrai mandat, pour "gouverner" et faire semblant de "réformer", et La France décroche, s'appauvrit en tout, et voit son endettement exploser
Réponse de le 03/04/2015 à 22:33 :
Pole Emploi, est ABSOLUMENT incompétent vis à vis des Employeurs, et Chomeurs, qui le savent, et le zappent dans leurs recherches et ne cause que des problèmes : Pole Emploi à supprimer et à remplacer par une agence Publique et Gratuite de Conseil et d'appui formateur aux chomeurs, agence publique rémunérant des cabinets privés connaisseurs et rémunérés : Beaucoup Moins Cher et Plus Efficace. Rétablir l'Assedic, et une petite structure d'inspecteurs vérifiant la véracité de la recherche effective d'emploi.
Réponse de le 03/04/2015 à 22:57 :
Je partage votre analyse sur les ravages du bricolage partisan des institutions. Si on se compare à nos voisins européens (GB, Allemagne, Pays du Nord, même Italie) qui ont à la fois la stabilité politique et une santé économique meilleure que la nôtre (nuance sur Italie) on observe que la durée des mandats de l'exécutif dans ces pays est de 4 à 5 ans. Le vrai problème à mon sens est dans la maturité de la classe politique, son manque de courage, et une forte tendance à la socialisation des esprits. Ajoutez à cela une représentativité de plus en plus faible et des échecs patents, vous comprenez mieux Songez que le nombre cumulé d'adhérents au PS et à l'UMP est de 260 000 alors que la CDU parti d'Angela Merkel à lui seul comptabilise 600 000 adhérents. Enfin, dans les pays précédemment cités sauf Italie, fortement marqués par une culture protestante, aucun personnage politique qui aurait échoué ou aurait eu à faire à la justice n'aurait de chance de se faire réélire. NOTRE DEMOCRATIE EST MALADE ET CA N'EST PAS UN CHANGEMENT D'INSTITUTIONS MAIS UNE RUPTURE AVEC LA SOCIALISATION DES ESPRITS ET POUR TOUT DIRE UNE VIEILLE CULTURE MARXISTE QUI NOUS PERMETTRA D'AVANCER !!!
Réponse de le 05/04/2015 à 17:39 :
Le nombre de Chomeurs s'élève à près de 6300000. Que l'on cesse avec cette seule catégorie " A " 3550000 chomeurs. Lorsque la " A " approchera les 4 millions, le pouvoir s'empressera, c'est une certitude, de créer une autre catégorie pour minorer la " A ". Hollande sera facilement réélu. Sarkozy remportera la primaire, et Juppé-Bérou, ne la reconnaitront évidement pas. Donc Sarkozy et Jupé seront candidats, assurant le deuxième tour à Hollande face à Le Pen.
a écrit le 03/04/2015 à 21:17 :
Quand donc vont-ils enfin prendre en compte les intérêts de la FRANCE et non ceux du PS et de son futur congrès ?
Réponse de le 03/04/2015 à 22:56 :
A vous suivre le PS devrait appliquer le programme pour lequel il a été élu, c'est à dire respecter la volonté populaire.

Dans ce cas cette réforme n'a aucune raison d'être votée.
Réponse de le 04/04/2015 à 8:33 :
@ gringo: les intérets de la France comme je l'entends, c'est donner un travail aux chômeurs ou créer des emplois (non aidés, l'assistance ne mène à rien), baisser la dette abyssale, réformer réellement pour faciliter la vie économique, et non s'occuper de pseudo réformettes sociétales, améliorer la sécurité et limiter l'immigration délirante, .. Le PS autocentré sur lui-même est nul et sclérosant . Et voir les invectives de Valls pendant la campagne: pendant un mois, il ne s'est préoccupé que de son parti et non de la France, pour un premier ministre c'est scandaleux.
a écrit le 03/04/2015 à 21:08 :
Toujours ces syndicats qui ne representent même plus 10% des actifs... Une minorité qui essaye d'imposer sa loi par contre un majorité ça s'appelle du terrorisme.
Réponse de le 03/04/2015 à 21:45 :
D'après des données disponibles et le Rapport PERRUCHOT interdit de publication pendant 30 ans, le taux de syndicalisation est de 7% public/privé en France. Les adhésions représentent 3% des recettes, le reste correspond aux mandats de gestion des organismes de gestion paritaires (formation, sécurité sociale, Pôle Emploi, caisses de retraite régime général et complémentaire) , les délégations aux CE,DP,CHSCT. On observe les mêmes aberrations dans les organisations patronales. On comprend mieux dès lors les vraies raisons des blocages en France: ce système est quasiment mafieux !!! A QUAND LA PARUTION DE CE RAPPORT QUI DATE DE 2011, CE QUI PROUVE QUE L'OMERTA EST AUTANT A GAUCHE QU'A DROITE !!!
Réponse de le 04/04/2015 à 9:11 :
Il n'y a pas que les syndiqués qui votent pour les syndicats. ex. suite à la fusion entre l'université des sciences de Montpellier et celle de droit-sces écos et médecine, la liste syndicale a fait dans les 50 % des votes exprimés pour l"université des sciences lors des élections du personnel de l'université alors que le taux de syndicalisation est beaucoup plus faible. C'est le cas dans beaucoup d'autres élections aussi.
La raison de ce vote était enre-autre la défense des droits des étudiants en sciences (c-à-d éviter une future flambé des droits d'inscription lorsqu'un gouvernement autorisera les universités à fixer librement le niveau des droits d'inscription) qui malheureusement se déplacent peu aux élections universitaires.
Comme quoi on peut voter pour des sndicats sans être syndiqué et pour défendre les droits de la majorité face à l'avidité de quelques uns.
a écrit le 03/04/2015 à 20:59 :
A Messieurs les journalistes, je vous suggère dans les semaines de demander à nos dirigeants de venir expliquer qu'ils ont préféré parier sur une réélection forte improbable que de prendre des mesures courageuses et faire sortir grâce à la reprise une partie des 5,5 millions de chômeurs de leur situation injuste. En plus sur le plan politique, ils vont prendre une veste thermonucléaire aux régionales, les chômage va continuer à augmenter, et ils ne passeront pas le 1° tour en 2017. FH ferait bien de méditer la phrase de W.Churchill après les accords de Mûnich en 1938 : "Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre."
a écrit le 03/04/2015 à 20:30 :
Pour moi aussi, il est urgent d'attendre : investissements en stand-by (ouverture d'une nouvelle Agence) et embauches bloqués (correspondant à cette Agence potentielle)... j'espère pour eux que les chômeurs AUSSI seront patients !! S'ils s'impatientent, ils peuvent toujours s'adresser au gouvernement, à leur député, voire à leur syndicat !!!
Réponse de le 05/04/2015 à 14:25 :
Une entreprise crée des clients?

S'il y a une clientèle elle sera prise par une autre entreprise, les entreprises captent une demande, elle ne la créent pas.
Réponse de le 06/04/2015 à 11:22 :
Une entreprise renonce parfois à des clients pour ne pas se développer trop vite en fonction de son environnement :
Quand vous avez un président qui dit que la finance est son ennemi et que son 1er ministre explique qu'il aime l'entreprise, quand vous avez le 1er secrétaire du parti gouvernemental qui vous raconte que les votes aux départementales ont exprimés le souhait que les verts reviennent au gouvernement et qu'il faut gauchiser la politique du gouvernement, quand vous avez une gauche qui vous surtaxe les entreprises en 2012, puis vous explique qu'en compensation, il vous crée un CICE pour 2 ans plus tard, et que la même gauche revient vous dire que non seulement les hausses d'impôts vont être prennent, mais qu'en plus le CICE va exiger de nouvelles conditions, alors oui : pour les employeurs, il est urgent d'attendre que le gouvernement sache ce qu'il veut, il est urgent d'attendre avant d'investir .... mieux vaut louper une bonne affaire, que tout perdre en en faisant une mauvaise !!
Réponse de le 06/04/2015 à 19:39 :
Selon vous, une entreprise ne créent pas une demande... comme quoi vous n'avez rien compris à l'entreprise !
Exemple : l'iphone : y avait -il une demande avant que le produit ne soit créé ???
Je me limiterais à cet exemple, mais il y en a plein d'autres ...
a écrit le 03/04/2015 à 20:08 :
Les décisions imbéciles ne sont pas prises pour de mauvaises raisons!

Les presque millions de chômeurs en plus depuis 2007 ne sont pas du au droit du travail. Ils sont dus à une crise économique.

La réduction des droits des salariés ne résoudra en rien le chômage qui est du à une croissance trop faible.

Le mauvais remède à un mal non identifié, ne peut avoir des effets positifs que par coïncidence.

Et la droite en veut encore plus!

Nos apprentis sorciers manipulés par des lobbys (développant une propagande permanente dans les medias) nous envoient dans le mur.

Mais qu'ils le fassent sous étiquette socialiste est abominable.

Il n'y a plus de PS, mais il reste un peuple et des idées de gauche qui ne vote plus.

La droite triomphera en 2017 et la France explosera dans la violence, triste destin.
Réponse de le 06/04/2015 à 18:26 :
Placez-vous une minute du côté du marché : on achète une heure de travail pour réaliser un service qu'une machine ne réalisera pas à coût moins élevé et qui pourra se vendre plus cher que ce coût. Sachant que la vente est incertaine, pensez-vous toujours que la flexibilité du travail et son coût n'ont pas d'incidence sur la décision d'embaucher ? Après la croissance financière est une conséquence de l'emploi et non une condition. Rien ne permet de démontrer qu'une société mondialisée, digitalisée et automatisée n'assurerait pas une importante croissance physique sans croissance financière et sans emploi...Le seul bug est qu'il faut des clients même si les prix sont bas..donc à défaut de salaires il faudrait de la redistribution pour que ces clients existent.
a écrit le 03/04/2015 à 19:42 :
Il faudrait commencer au delà des dogmes et sectarismes de Parti, par rendre La France Attractive : Alignement de l'impot sue les Sociétés sur celui du Luxembourg 1.5%. Suppression totale de l'impot sur le revenu remplacé par hausse équivalente ( 55 milliards) du taux de T.V.A de 20 à 27% lequel ne touche pas, l'alimentation, le batiment, et les services à la personne. Les importations contribueront enfin. L'impot sur le revenu coute trop cher à déclarer, traiter, calculer, controler. Avec celà l'implantation de Sièges Sociaux et d'Entreprises affluera en nombres, et l'investissement bondira. Suppression du dernier I.S.F du monde pour faire revenir les capitaux, Plus d'impot sur le revenu : les plus dynamiques ne seront plus dissuadés mais boostés. Ces deux mesures créent un choc de confiance, d'investissement, de croissance, d'emplois pour tous, et donc recettes fiscales et sociales massives. Dès lors avec un taux de chomage, relevant du plein-emploi. La suppression des seuils sociaux, des 35h, des Prudhomes qui dissuadent toutes les P.M.E et T.P.E (et remplacé par les Tribunaux de Magistrats : qui s'en occupent déjà en appel) la refonte de la notion de contrat de travail, ne posent pas de problème, dans une économie, jusqu'au plus petit, a sa place reconnue.
Réponse de le 03/04/2015 à 21:01 :
Si on supprime l'impôt sur revenu pour passer la TVA à 27% au lieu de 20%, je ne vois mon pouvoir d'achat n'augmenter que de 200 ou 300 euros par an.
C'est loin d'être suffisant pour que je puisse commander des volets roulants à 2000€ ou une cuisine.
Quand on dit qu'on manque de pouvoir d'achat, ce n'est pas 200€ par an, mais par mois.
Et temps que l'on ne les aura pas, il ne faudra pas espérer revoir de la croissance dans le pays!
Réponse de le 05/04/2015 à 1:33 :
J'APPROUVE " Alexis "; j'ajouterai simplement que les 110 milliards d'euros de gaspill évalués par La Commission Européenne, et faisant l'objet d'un plan détaillé de François Fillon et Valérie Pécresse, pour nous faire descendre du Record Mondial de Dépenses Publiques : 57.5% du travail produit par les Français confisqué ainsi (42% en 1981 ) doivent etre par les Réformes que tous les pays ont réalisé, et que La France refuse, restitués pour moitié 55 milliards aux Entreprises en charges sociales réduisant le cout du travail, et les 55 autres milliards restitués à tous par baisse du pire des impots la C.S.G. Ces mesures et celles proposées par "Alexis", permettront à La France, de se redresser spectaculairement, d'etre de très loin la PREMIERE PUISSANCE ECONOMIQUE D'EUROPE.
Réponse de le 06/04/2015 à 18:13 :
Je propose en vous lisant de reconstruire les budgets publics à base zéro. Tout commence par des services qui doivent être fournis à tarif régulé : la protection de la personne (montant fixe par personne), la protection des biens (pourcentage de la valeur des biens), l'enseignement (montant de l'année-élève par niveau), etc....ayant fait cela on a par construction des budgets publics équilibrés avec des opérateurs qui fonctionnent comme des entreprises (chiffre d'affaires en contre partie d'un service fourni). Que manquerait-il alors une fois établi cela ? Il manquerait probablement un mécanisme de redistribution d'argent de personnes physiques plus aisées que la moyenne vers des personnes physiques moins aisées que la moyenne....simplement déjà pour qu'un clochard puisse s'acheter la protection de sa personne. A vous d'écrire l'équation de montant nul qui assure cette redistribution faisant de la France un pays civilisé, où chacun est protégé, mange à sa faim, est protégé par un toit, est soigné, est éduqué quand il est mineur.....en minimisant son coût de gestion et en réduisant l'arbitraire administratif (j'ai mon idée sur la question)...Vous aurez alors la solution.
a écrit le 03/04/2015 à 19:23 :
Vive le PS! Prospérité et longue vie aux Aubrystes! La France au chômage attendra.
a écrit le 03/04/2015 à 19:17 :
"Il n'y a aucune justification en termes de créations d'emploi à assouplir le contrat de travail". Clairement des tâcherons auto-entrepreneurs remplacent avantageusement les salariés. Ouvriers ou ingénieurs. Seuls les dirigeants des société du cac40 ont intérêt à être salariés : indemnités de licenciement parachutes, stock options, et retraites chapeau mirobolantes.
a écrit le 03/04/2015 à 19:10 :
Il n'a eu aucune Réforme depuis le début du quinquennat : La cour des Compte le dit, l'Europe ne cesse de le reprocher à la France (seule des 28 dans ce cas) "pseudo-fausses-mini-réformettes") Contrairement à ce que croit le Pouvoir P.S augmenter tous les impots et taxes, ce n'est pas réformer : çà c'est tellement facile : l'impot s'impose et est imposé, qu'on le veuille ou non : c'est imposé. Avril 2017 approchant, il n'y aura pas de réformes.
cinq ans pour rien : pas de Réformes de structures, en matière économique et social.
Des structures administratives qui ne cessent de s'empiler.....
Réponse de le 03/04/2015 à 22:40 :
Quelles réformes ont été faites de 2002 à 2012?

De toute façon ces réformes tant voulues n'apporteront rien, si ce n'est de la misère.
Réponse de le 03/04/2015 à 22:40 :
Quelles réformes ont été faites de 2002 à 2012?

De toute façon ces réformes tant voulues n'apporteront rien, si ce n'est de la misère.
a écrit le 03/04/2015 à 18:44 :
nous avons reussis de faire adopter par décret la suppression de l'abattement de 10 % sur les retraites concernant l'impot sur revenu,un reussite pour le monde du travail qui subit, effet a partir du 01 01 12 retro actif ,donc redressement en masse
a écrit le 03/04/2015 à 18:07 :
c’était donc bien un poisson d'avril !!!!!!!!!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :