Selon Moody's, le risque d'un "Frexit" augmente

 |   |  263  mots
L'hypothèse d'une victoire de Marine Le Pen, candidate du Front national, à la présidentielle d'avril-juin - longtemps en tête des sondages mais désormais rattrapée par le candidat du mouvement En Marche ! - ouvrirait la perspective d'une sortie de la France de la zone euro.
L'hypothèse d'une victoire de Marine Le Pen, candidate du Front national, à la présidentielle d'avril-juin - longtemps en tête des sondages mais désormais rattrapée par le candidat du mouvement "En Marche !" - ouvrirait la perspective d'une sortie de la France de la zone euro. (Crédits : Rémi Benoit)
La probabilité que la France quitte l'Union européenne et abandonne l'euro est peu élevée mais progresse, estime l'agence de notation Moody's dans une note publiée samedi.

Le risque n'est pas nul. La probabilité que la France quitte l'Union européenne et abandonne l'euro est peu élevée mais progresse, estime l'agence de notation Moody's dans une note publiée samedi. "Si le risque que le résultat électoral (...) remett(e) en cause le maintien en France de la monnaie unique et son adhésion à l'Union européenne est faible, il n'en est pas moins croissant", peut-on lire dans ce document.

Soulignant que l'hypothèse d'un éventuel "Frexit" est "peu envisageable", l'agence de notation rappelle cependant que "l'actualité a récemment démontré que les événements politiques, notamment les référendums, peuvent avoir des issues inattendues". L'agence, qui procèdera à une nouvelle analyse de la notation de la France et de la perspective qui y est associée après la présidentielle et les législatives, précise qu'"à moins d'un changement de cap radical" - qu'elle juge donc peu probable - "le jeu s'opérant entre croissance et dynamique budgétaire" sera au coeur de sa décision.

L'hypothèse d'une victoire de Marine Le Pen, candidate du Front national, à la présidentielle d'avril-juin - longtemps en tête des sondages mais désormais rattrapée par le candidat du mouvement "En Marche !" - ouvrirait la perspective d'une sortie de la France de la zone euro. Cette éventualité a suscité ces dernières semaines l'inquiétude des investisseurs, même si plusieurs gérants ont évoqué des craintes exagérées. La France est actuellement notée Aa2 avec une perspective stable par Moody's.

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/03/2017 à 14:51 :
En 2014 l'euro est à 1.45 environ, en ce moment il varie autour de 1.05.
Demandait à ceux qui ont une assurance vie en euro si tout va bien.
Heureusement, le baril de brent reste aux environs de 51$. Imaginons un instant que ce fichu baril soit à1.50 $...
Une meilleur gestion de notre monnaie serait la bienvenue, et si on commençait par libeller tous nos achats en euro à la place du dollar.
a écrit le 13/03/2017 à 13:54 :
Ce qui est étrange c'est que personne ne ce soit aperçu qu'un "referendum" se dessinait sous nos présidentielles!! C'est le candidat du "Frexit" qui en sera le moteur et qui risque bien de nous surprendre!
a écrit le 12/03/2017 à 21:08 :
Aucun risque n'est jamais nul. Mais la probabilité que le FN gagne la présidentielle PUIS les législatives PUIS décrète un frexit sans passer par un référendum est extrêmement faible. Même si on peut la critiquer par ailleurs, la 5ème république a des soupapes de sécurité que n'ont pas les USA par exemple qui misent les 4 années suivantes sur un seul vote, fait en semaine.
a écrit le 12/03/2017 à 16:23 :
Les solutions populistes comme revenir au franc et de remettre en place des douanes sont un miroir aux alouettes.

La solution économique la plus sérieuse et pérenne est composée de plusieurs points à gérer d'urgence entre les 27 pays de l'UE :
- Harmoniser la fiscalité des 27 afin qu'il n'y ait plus de dumping fiscal.
- Mettre en place une fiscalité environnementale et sociale aux frontières de l'Europe.
- Interdire les travailleurs détachés s'ils ne relèvent pas du droit et des conditions de travail et de salaire du pays qui les accueille.
- Mettre en place un système d'immigration choisie à l'instar de ce que fait le Canada.
- Mettre en place une flotte maritime d'interception en méditerranée afin de reconduire les migrants à leur points de départ de manière sécurisée et digne.
- Augmenter notre coopération avec les pays du Sud de la méditerranée afin de gérer au mieux la crise migratoire.
- Régler rapidement et définitivement les conflits Syriens et surtout Lybien afin de régler la porosité des pays du sud de la méditerranée en terme d'immigration illégale.
- Améliorer notre diplomatie afin de mettre en place un véritable codéveloppement Europe-Afrique permettant aux africains de trouver des débouchés d'emplois, de formation et une vide digne dans leur propre pays.
- Relancer l'économie européenne en lançant de grand travaux pour améliorer les infrastructures hospitalières, énergétique et de transport afin d’harmoniser l'offre partout en Europe.
- Lancer un grand plan de recherche européen sur l'énergie, le spatial, la robotique, l'Intelligence artificielle et la santé (nouveaux antibiotiques, traitements contre les perturbateurs endocriniens, anti-cancéreux efficaces et abordables, meilleure connaissance du second cerveaux que constitue le colon, meilleurs connaissance des capacités de résilience du corps humain et des moyens de les provoquer)
- Enfin lancer un plan d'envergure afin de dépolluer massivement les eaux et les terres européennes, interdire à terme l'usage des pesticides pour des solutions naturelles et non invasives et supprimer tous les perturbateurs endocriniens de notre industrie, de notre agriculture et de notre chimie en général.
- Mettre en place une défense européenne crédible, forte, moderne et indépendante qui soit dégagée de toute dépendance des USA.

Bien entendu il est bien plus simple pour certains de vouloir sortir de l'Europe, de proposer des vieilles solutions has-been et de proposer une idéologie souverainiste qui va à l'encontre du monde du 21ème siècle.

Pour améliorer notre économie il faut innover, investir, créer des licornes et améliorer notre environnement social, sociétal, écologique et environnemental.
Réponse de le 12/03/2017 à 17:07 :
Prioritairement, notre pays doit retrouver son indépendance complète ! Indépendance grâce à laquelle le gouvernement pourra à nouveau disposer et activer stratégiquement tous les leviers nécessaires pour mener une VERITABLE politique économique de reconstruction et de transformation, notamment de l’industrie.

Programme : www.marine2017.fr/programme/, III-une France prospère :
34. Mettre en place un plan de ré-industrialisation dans le cadre d’une coopération associant l’industrie et l’État-stratège pour privilégier l’économie réelle face à la finance spéculative.
35. Soutenir les entreprises françaises face à la concurrence internationale déloyale par la mise en place d’un protectionnisme intelligent et le rétablissement d’une monnaie nationale adaptée à notre économie, levier de notre compétitivité.
Réponse de le 12/03/2017 à 19:09 :
Très bon programme de Marousan. Par contre celui de Marine le Pen, de l'Upr d'Asselineau ou de Dupont Aignan sont nuls car la sortie d'une monnaie ne règle évidemment pas les problèmes structurels. L'Europe n'a pas cessé de se faire en avançant puis en reculant au cours de l'histoire, cette fois il est plus que temps d'avancer. Donc les programmes séparatistes de le Pen, Dupont Aignan, Asselineau et Mélenchon sont à jeter et à proscrire évidemment. Macron est plus adéquat notamment.
Réponse de le 14/03/2017 à 22:35 :
Posez-vous simplement la question de savoir pourquoi aucune de la longue liste de vos propositions n'a jamais été (et ne sera jamais) adoptée par l'UE : tout simplement parce que l'europe politique n'existe pas et qu'il aurait fallu que celle-ci existe avant de vouloir à tout prix (et quel prix !) créer une monnaie unique croyant que cela serait le préalable suffisant à l'union politique : ce raisonnement était vicié dès les départ ; il le reste et nous en avons la démonstration tous les jours. Croyez-vous sincèrement que les peuples rejettent l'union européenne par masochisme ? Non, bien évidemment : s'ils y trouvaient leur compte, ils l'approuveraient. Tous les gouverneurs de la Bundesbank ont tiré la sonnette d'alarme avant la monnaie unique en disant en substance que, pour qu'une union monétaire fonctionne, il fallait une union budgétaire, fiscale, sociale, politique ... bref une union totale. Nous en sommes loin et nul besoin d'appeler le "populisme" au secours ; il suffit d'ouvrir les yeux et d'abandonner le déni de réalité pour voir que cette Europe non seulement ne fonctionne pas mais qu'en refusant de se réformer (le principe de l'unanimité ne lui permettant pas de le faire) elle se condamne elle-même à disparaître.
Réponse de le 08/04/2017 à 5:19 :
Tout ce que tu dis est parfaitement justifié concernant les modifications qu'il faudrait apporter à l'UE mais elles sont impossibles, car dans le cadre du T.U.E ou du T.F.U.E toute modification des traités doit avoir l'UNANIMITE des membres, et donc pour chaque point que tu soulèves, il y aura toujours un pays pour qui les interets seront divergeants. (Pour tes 2 premiers points, le luxembourg, chypre ou la lettonie seront contre, pour le 3ème point, la pologne, la roumanie seront contre , etc, etc ....)
Renégocier les traités pour satisfaire tout le monde ne prendrait pas des années, ça n'arrivera jamais.
Réponse de le 08/04/2017 à 5:21 :
Tout ce que tu dis est parfaitement justifié concernant les modifications qu'il faudrait apporter à l'UE mais elles sont impossibles, car dans le cadre du T.U.E ou du T.F.U.E toute modification des traités doit avoir l'UNANIMITE des membres, et donc pour chaque point que tu soulèves, il y aura toujours un pays pour qui les interets seront divergeants. (Pour tes 2 premiers points, le luxembourg, chypre ou la lettonie seront contre, pour le 3ème point, la pologne, la roumanie seront contre , etc, etc ....)
Renégocier les traités pour satisfaire tout le monde ne prendrait pas des années, ça n'arrivera jamais.
Et pourquoi penses tu que la France à nécessairement besoin des autres pays européens pour faire ce que tu proposes. Nous pouvons très bien avoir une politique ouverte sur le monde, contrairement à l'UE qui nous oblige à suivre un camp.
a écrit le 12/03/2017 à 15:27 :
On restera dans l'incertitude tant que nous n'aurons pas franchit le pas! Tôt ou tard nous devrons y passer, car il n'y aura aucune amélioration!
Réponse de le 13/03/2017 à 9:24 :
Cher Monsieur,
Le pire n'est jamais certain. Et je n'ai aucune envie de tenter cette expérience. Non seulement les idées nauséabondes de Mlp et de ses gens me donnent envie de vomir, mais son "programme économique" sort du cerveau de Simplet.
Pour ne prendre que l'exemple de la fermeture des frontières. Que croyez vous qu'il se passerait? Vieillissement de la population et diminution de la natalité. Pas bon pour la croissance et l'économie. Droits de douane sur les importations. Donc augmentation du prix des produits importés : télés, pc, vêtements et nombreux autres biens de conso. Inflation galopante. Et barrières douanières des pays où nous pourrions exporter en retour. Donc effondrement des exportations déjà pas brillantes.
Relocalisation de la prod. Sans présumer du fait que nous ne savons plus produire de nombreux biens courants, nous pouvons faire une croix sur les ventes dans les pays où nous fermerons des usines.
En résumé vivre en autarcie, c'est générer une sévère inflation et un appauvrissement général. Sans présumer du retard technologique provoqué par le manque de concurrence donc d'innovation (comme en RDA).
Mlp c'est la ruine.
Non merci.
Réponse de le 13/03/2017 à 15:41 :
Certain imagine le pire s'ils sortent des clous que d'autre leur ont imposé! Tel la grenouille dans une casserole sur le feu, ils se sont assoupie d'aise!
a écrit le 12/03/2017 à 14:27 :
Selon le processus de sortie de l’euro soutenu par le Front National de Marine Le Pen, la dette souveraine de la France contractée en droit français sera libellée en Franc Français ! Revenir au Franc Français, c’est avoir la main totalement libre sur la valeur de NOTRE monnaie, la calibrer pour la bonne santé de NOTRE économie ; c’est aussi permettre à l’État français de se financer directement auprès de NOTRE banque centrale ; c’est mener librement NOTRE politique économique en s’affranchissant des injonctions et des sanctions proférées par les étrangers de Bruxelles et des créanciers, qui, NON, ne sont pas les maîtres de la France !

Lors de la bascule, 1 nouveau Franc Français sera égal à 1 ancien euro. Pour les commerçants comme pour les clients, pas de conversion à calculer, pas de règle d’arrondi à suivre. Sur les étiquettes et dans les tableaux de comptabilité, Les « F », « FF » et « FRF » remplaceront les « € » et « EUR ».

Disposer à nouveau de notre monnaie ne résoudra pas magiquement le problème de l’emploi en France. Le Front National de Marine couple notamment cela aux mécanismes du patriotisme économique et du protectionnisme intelligent et stratégique !

Je vous suggère de passer outre l'opinion des journalistes et des pseudo-économistes médiatiques "dits indépendants", et de consulter les informations à la source :
- Document "Tout ce qui faut savoir sur la fin de l'euro", www.frontnational.com/pdf/fin-euro.pdf
- Programme : www.marine2017.fr/programme/
1. Retrouver notre liberté et la maîtrise de notre destin en restituant au peuple français sa souveraineté (monétaire, législative, territoriale, économique).
43. (…) Sortir de la dépendance aux marchés financiers en autorisant à nouveau le financement direct du Trésor par la Banque de France.
46. Abaisser les charges sociales des TPE-PME de façon lisible et significative
Réponse de le 12/03/2017 à 19:12 :
Le programme le Pen est pipeau car la plupart des thèmes sont populistes et impossibles à tenir surtout en cas de sortie de l'euro qui touchera notamment très fortement les agriculteurs qui n'ont pas du tout besoin de cela. Mieux vaut opter pour Macron.
Réponse de le 13/03/2017 à 8:49 :
Vous croyez vraiment ce que vous écrivez?
Donc Mlp va convertir la dette nationale en Francs. Si on se réfère à ce qui se passe en Grande Bretagne, la Livre ayant chuté de 15%, cela signifie que par cette seule décision notre dette augmente au bas mot de 15%. Brillante politique économique!
Merci, très peu pour moi.
Vous prenez vraiment l'électeur pour un demeuré.
Réponse de le 13/03/2017 à 11:03 :
@Cgp Vos diatribes sont contre productrices et croire les autres demeurés ne fait pas réussir au concours de l ENA .
Par contre prendre les autres pour des demeurés et l enseignement prioritaire de l ENA je suppose donc que vous en sortez et il n y à pas de quoi en être fier vu la mer de dans laquelle vous nous avez mis .
Mes salutations républicaine et peut être démocratique .
a écrit le 12/03/2017 à 14:03 :
Qui sème le vent contre les Français, récolte le FN
a écrit le 12/03/2017 à 11:49 :
.....en tout cas, le risque que la Tribune parle des costumes de Fillon, lui, diminue... !
a écrit le 12/03/2017 à 11:34 :
Si c’est Moody’s qui l’annonce, alors on peut vivre tranquille. Ces agences de notation ne font réagir que la sphère financière, qui est par essence,complètement paranoïaque et irrationnelle. Rien n’est sur quant aux résultats des élections. Malgré les évènements récents, les instituts de sondage continuent à nous abreuver de données plus ou moins réalistes, les médias continuent à s’abreuver à ce genre d’informations. Bref attendons la suite, nous risquons bien d’avoir quelques surprises !!
a écrit le 12/03/2017 à 11:14 :
Il ne peut pas avoir de marche arrière avec l´Euro. la seule solution et la seule sortie du marasme, c´est une harmonisation des systèmes fiscaux et sociaux dans tous les pays de la zone, certes une perte de souverainité mais il n y a pas de choix.
Seule une harmonisation permettra a long terme les transferts de richesse entre les régions les plus riches et les regions les plus pauvres.
Même les Grecs ont vite compris qu ils n avaient aucun interêt à quitter la zone Euro et l UE.
Réponse de le 08/04/2017 à 5:36 :
Donc il faut faire baisser le niveau de vie des français au niveau de celui des polonais, superbe programme ...

Ah et les grecs on voté démocratiquement à 2 reprises pour sortir de l'UE et de l'euro, ce sont les dirigeants qui ont trahi la volonté du peuple.
a écrit le 12/03/2017 à 11:07 :
La bonne humeur en ce dimanche ensoleillé: A quand Moody's va-t-elle s'émouvoir d'un "Fricxit" ?
a écrit le 12/03/2017 à 10:35 :
dans l etat de friche de la FRANCE.. a cause des politiciens! le peuple n a plus rien a perdre.. d ailleurs la catastrophe annoncée outre Manche n a ps eu lieu.! seul .les représentants bureaucrates de Bruxelles ont tout a perde
Réponse de le 13/03/2017 à 9:38 :
Vous devriez lire autre chose que ce que publient vos gourous.
Non seulement il y a déjà des conséquences. La Livre a perdu 15% de sa valeur. Quelques banques londoniennes commencent à transférer leurs bureaux dans un autre pays ou envisagent de le faire. Et, ne vous en déplaise, la finance représente des emplois.
Mais vous oubliez simplement que le brexit n'est pas encore engagé.
a écrit le 12/03/2017 à 10:34 :
dans l etat de friche de la FRANCE.. a cause des politiciens! le peuple n a plus rien a perdre.. d ailleurs la catastrophe annoncée outre Manche n a ps eu lieu.! seul .les représentants bureaucrates de Bruxelles ont tout a perde
a écrit le 12/03/2017 à 10:34 :
dans l etat de friche de la FRANCE.. a cause des politiciens! le peuple n a plus rien a perdre.. d ailleurs la catastrophe annoncée outre Manche n a ps eu lieu.! seul .les représentants bureaucrates de Bruxelles ont tout a perde
a écrit le 12/03/2017 à 10:34 :
dans l etat de friche de la FRANCE.. a cause des politiciens! le peuple n a plus rien a perdre.. d ailleurs la catastrophe annoncée outre Manche n a ps eu lieu.! seul .les représentants bureaucrates de Bruxelles ont tout a perde
a écrit le 12/03/2017 à 10:33 :
dans l etat de friche de la FRANCE.. a cause des politiciens! le peuple n a plus rien a perdre.. d ailleurs la catastrophe annoncée outre Manche n a ps eu lieu..les représentants bureaucrates de Bruxelles ont tout a perde
a écrit le 12/03/2017 à 10:30 :
Blabla blabla blabla...
Les trouillards doivent trembler comme jamais.

Quelqu'un leur a t'il aussi expliqué qu'après le RU, la sortie de la France ferait exploser le fédéralisme de l'UE et provoquerait des états généraux à la recherche d'un nouveau modèle d'Europe plus respectueux de la vision des pères fondateurs, c'est à dire l'abandon du fédéralisme pour revenir à une Europe des peuples, soit une construction en confédération. Exit les pouvoirs exorbitants de la commission toute puissante ! Exit l'esclavage aux diktats de la finance internationale, du libre échange débridé et de la mondialisation.
Enfin maître de nos choix et de notre destinée !

Le Frexit est ce qui pourrait arriver de mieux non seulement au pays mais aussi et surtout à toute l'UE.

La RFA qui est partisane d'un fédéralisme forcené serait inexorablement obligée de renégocier.

Ce fédéralisme que veut la RFA ne fait que lui profiter et la met au sommet et à la direction autoritaire de tous les autres Etats. C'est son quatrième Reich.

Le Frexit exigerait sans aucun doute un peu de temps pour retrouver un équilibre et une « allure de croisière ». Ce serait bien normal avec toute la souveraineté et toutes les industries perdues grâce à 'lUE.

N'oublions tout de même pas que nous vivions parfaitement bien dans une vraie économie de marché avec nos francs avant Maastricht.
a écrit le 12/03/2017 à 10:28 :
Pourquoi vouloir lutter contre l'histoire des peuples Européens , ne sont pas fait pour s'unir tellement ils pensent différemment , ils ont tous leurs particularités et cette Europe ne convient pas , car elle cherche à niveler ces différentes structures acquises du passé .Toutes tentatives ont déjà échouées même par la force des armes . Et ce n'est certainement pas avec de l'immigration massive que les problèmes seront résolus.
a écrit le 12/03/2017 à 10:23 :
Du grand n'importe quoi.. ces news sont fabriquées pour déstabiliser un électorat français encore fragile et qui ne sait pour qui voter.

Cette fake news se veut seulement une tentative pour limiter la poussée du FN.

On est en une démocratie bien mal lotie!
a écrit le 12/03/2017 à 9:04 :
RECORD DU NOMBRE D'ADHÉSIONS QUOTIDIENNES À L'UPR ENCORE BATTU !

Et pendant ce temps, l'UPR continue son ascension inexorable et exponentielle, puisque le nombre d'adhérents est passé de 17 077 à 17 410 adhérents en l'espace de 24h ! Cela représente une hausse de 333 adhérents, un troisième record consécutif.

Nous souhaitons la bienvenue aux nouveaux membres de notre mouvement de libération nationale.
a écrit le 11/03/2017 à 23:01 :
Encore un article pour effrayer le peuple ! Tout le monde sait que même si Le Pen est qualifiée pour le 2e tour, elle ne sera jamais élue. Il serait intéressant de savoir dans le détail pourquoi les institutions et les régimes en place ont si peur d'une alternance éventuelle à laquelle ils n'avaient jamais songé :-)
Réponse de le 12/03/2017 à 9:55 :
Tout dépend de qui sera en face d'elle au deuxième tour. Si c'est Macron, ou plutôt si Fillon n'est pas au second tour,......
Réponse de le 12/03/2017 à 17:56 :
@Osalteccino: quel que soit son adversaire au 2e tour, elle n'a aucune chance, car elle n'a pas d'alliés, alors que la majorité des gens des partis traditionnels de droite et de gauche voteront contre elle au 2e tour :-)
Réponse de le 12/03/2017 à 23:54 :
@Osal..: elle n'a pas d'alliés, ses 26% sont donc en gros le maximum qu'elle puisse obtenir si elle est qualifiée au 2e tour :-)
a écrit le 11/03/2017 à 21:34 :
Faut arrêter de jouer à ce faire peur comme des petits autour d'un masque d'halloween ! c'est épuisant et ça ne fait rien avancer. Allez jouons à être positif si l'on veut un peu plus d'oxygène pour nous tous... de l'air, de l'air bon sang !! .
a écrit le 11/03/2017 à 21:07 :
se lon Moodys le risque d'un "Frexit" augmente

Selon les citoyens Français, l'impérieuse nécessité du Frexit augmente
a écrit le 11/03/2017 à 20:55 :
On dit pas frexit, on dit frogxit !
Il était tard !
il est étang !
a écrit le 11/03/2017 à 19:47 :
En réalité la probabilité d’uns sortie de la France de la zone euro en relation avec les prochaines élections est pratiquement de 0 %. D’abord Marine Lepen devrait devrait gagner la présidentielle au second tour, peu probable. Et ça ne suffirait pas, il lui faudrait gagner les élections législatives pour avoir une majorité absolue, encore moins probable, et ça ne suffirait pas. 6 mois après la présidentielle, il lui faudrait gagner un référendum de sortie en pleine crise économique et financière, en raison notamment d'une attitude qu'on peut prévoir hostile de la BCE, avec bank run, contrôle des capitaux pour y faire face, et des gens qui ne pourraient plus retirer de l’argent liquide des banques sauf de manière très rationnée, d’autant que 6 mois c’est beaucoup dans ce cas de figure, donc ce n’est même pas la peine d’y penser. Et du reste le programme peu sérieux de Marine Lepen n’est absolument pas un programme pour sortir de l’euro, mais seulement pour attirer des voix, de ce point de vue ce ne devrait pas être un échec complet.
Réponse de le 11/03/2017 à 21:27 :
D'ailleurs, on l'a bien vu en Angleterre, la crise financière terrorise... Et quand on pense que la grande Bretagne n'était même pas membre de l'euro... Franchement, ce qui fait le plus peur, c'est surtout de chercher à nous faire croire que le ciel va nous tomber sur la tête et que "la Sainte Eglise de l'Union Européenne" est notre seule chance de salut, alors qu'elle ne mérite ni excès d'honneur, ni indignité, contrairement à ceux qui prétendent l'incarner. Mais dire cela, c'est déjà être hérétique, apostat et blasphémateur...
Réponse de le 12/03/2017 à 0:07 :
"Britannicus" au moment où les britanniques votent le Brexit, le Royaume-Uni a déjà la souveraineté monétaire. Ce n’est pas un petit détail. Après le vote du Brexit la banque d’Angleterre a abaissé son taux directeur de 0,5% à 0,25%, soit son plus bas niveau depuis sa création, il y a trois cent vingt-deux ans. L’institut d’émission ne s’est pas arrêté là : il a décidé d’utiliser presque toute la palette des instruments de politique monétaire pour injecter des liquidités dans l’économie. Le gouverneur de la BoE, Mark Carney, a annoncé une augmentation à 70 milliards de livres sterling (82 milliards d’euros) du programme d’assouplissement quantitatif (quantitative easing, QE) pour le porter à 445 milliards de livres. Outre une hausse des rachats d’obligations d’Etat, la Banque d’Angleterre s’est lancée dans un programme de rachat d’obligations d’entreprise (10 milliards de livres) et a mis en place un système de soutien aux banques à hauteur 100 milliards de livres pour qu’elles continuent à prêter. Tout cela pour simplement faire face au vote du Brexit. Et si elle n’avait rien fait ?

Dites-vous bien que la BCE fera mais l’inverse pour un pays dont le gouvernement a affirmé son intention de sortir de l’Euro, en lui fermant le robinet. Reportez-vous à la situation de la Grèce en 2015 ou à la situation de Chypre en 2013. En réalité un gouvernement qui arriverait, en, France, avec la volonté de sortir de l’Euro devrait le faire très vite, pas le temps de négocier quoi que soit ou de faire un référendum 6 mois après son arrivée au pouvoir, c’est trop tard. L’article 50 et le temps qu’il demande pour aboutir à une sortie est valable pour le Royaume-Uni qui a déjà la souveraineté monétaire, pas pour un pays comme la France qui voudrait sortir de l’Euro. Pour un président de la république nouvellement élu qui voudrait sortir de l’Euro, il faudrait le mode d'emploi, dans tous les domaines, qui tienne la route et ce n’est pas évident s’il s’agit de la France à sortir de l'Euro, même si j’ai quelques idées, à ce sujet, que je garderais pour moi.
Réponse de le 12/03/2017 à 21:58 :
@P52 : Maman, j'ai peur ! Finalement, pas tant que ça...Mais je sais que j'ai tort ! Et pour autant, je ne me soigne pas.
a écrit le 11/03/2017 à 19:39 :
Je ne crois pas à un FREXIT .... Les conséquences seraient dramatiques, même la Grèce reste dans le système pour preuve ! Que l'on aime ou pas l'euro, nous n'avons pas le choix ... un tas de gens semblent oublier que les Anglais n'y étaient pas, c'est toute la différence, nos dettes sont en euro et notre balance commerciale est déficitaire depuis des lustres. Une sortie serait ni plus , ni moins que l’échafaud économique !
Réponse de le 11/03/2017 à 21:21 :
N'avez vous jamais entendu parlé de la LEX MONETAE : Quand une dette, publique ou privée, a été émise en droit français, sa monnaie de règlement est la monnaie ayant cours légal en France, quelle que soit cette monnaie (Euro ou Franc).
Manifestement votre culture économique se limite à ce que les médias serinent ou alors votre position personnelle vous fait participer à ce les britanniques avaient appelé le « projet Peur » (ou Project Fear) lors du débat sur le BREXIT, c’est à dire des articles visant à effrayer l’électeur en lui décrivant des scénarios apocalyptiques.
Il est vrai que faire peur, quels qu’en soient les moyens, a toujours été et reste un bon moyen de contrôler l’opinion d’une population qui est fondamentalement en situation d’information incomplète.
a écrit le 11/03/2017 à 19:39 :
"Le risque de Frexit augmente" ? Et alors ? Que fait-on pour le prévenir à part chercher sottement à faire peur ? Où est le comportement rationnel de prise en compte du risque ? On ne se demande jamais quelles raisons poussent les électeurs à rejoindre progressivement les rangs des anti-euros. Et encore moins à répondre à leurs attentes : l'important est de continuer à leur faire croire que le soleil tourne autour de la terre... On ne va tout de même pas répondre aux critiques de la populace !
a écrit le 11/03/2017 à 18:51 :
"l'actualité a récemment démontré que les événements politiques, notamment les référendums, peuvent avoir des issues inattendues"

Des issus inattendues ? Jamais on ne voit des sondages sérieux ou non influencés sur la volonté des français de sortir de cette UE, il serait inattendu que le peuple français veuille rester ça ça serait inattendu.

Non pardon, ce qui serait inattendu c'est qu'un référendum sur la sortie de l'ue soit organisée par un parti politique, n'importe lequel, là ce serait franchement inattendu et c'est bien pour cela qu'ils estiment le risque minime parce que les citoyens français sont bien tenus.

Tout ces gens déconnectés non aucune légitimité.
a écrit le 11/03/2017 à 18:43 :
C'est la meilleure chose qui est a souhaité à cette France qui résiste contre la trahison .
a écrit le 11/03/2017 à 18:37 :
Inquiétude des investisseurs? Elle sera bien plus grande en restant dans l'état actuel des choses que si l'on changer de paradigme! On ne fera que retarder l'irrémédiable!
a écrit le 11/03/2017 à 18:03 :
Je ne crois pas à un FREXIT .... Les conséquences seraient dramatiques, même la Grèce reste dans le système pour preuve ! Que l'on aime ou pas l'euro, nous n'avons pas le choix ... un tas de gens semblent oublier que les Anglais n'y étaient pas, c'est toute la différence, nos dettes sont en euro et notre balance commerciale est déficitaire depuis des lustres. Une sortie serait ni plus , ni moins que l’échafaud économique !
Réponse de le 11/03/2017 à 21:34 :
Sur quoi faites vous reposer cette affirmation : de nombreux économistes français et étrangers (dont le prix « Nobel » STIGLITZ) préconisent pour retrouver les chemins de la croissance et de l'emploi non une sortie de l'UE, mais une sortie de la monnaie UNIQUE qu’est l’EURO (rejoignant ainsi des pays comme la Suède, le Danemark,... et le Royaume-Uni).
Outre le fait que cette thèse alarmiste officielle est contestée et contestable sur divers points personne ne la met en parallèle avec les conséquences catastrophiques d’une NON SORTIE de l’EURO pour une large partie de la population et plus généralement pour l’avenir de la France, si rien ne change dans la philosophie et les modes de fonctionnement de cette Union Européenne dont la Constitution a été rejetée par référendum le 29 mai 2005 par 55% des Français.
Jacques SAPIR, entre autres, avait déjà démonté le peu de fondement du discours alarmiste qui « ne repose sur rien de solide et traduit soit une méconnaissance de ceux qui le tiennent soit une volonté de créer un effet de panique monté de toute pièce ». (Article du 26 janvier 2014 « EURO : Questions fréquemment posées » http://russeurope.hypotheses.org/1933.
Réponse de le 13/03/2017 à 0:00 :
@pmxr: la Grèce reste dans l'UE parce qu'elle vit aux crochets du contribuable européen d'une part, et que d'autre part, sa sortie de l'Europe fermerait aussi le marché du travail aux Grecs. Ne pas confondre donc les torchons et les serviettes :-)
a écrit le 11/03/2017 à 17:21 :
Le premier exercice fut la loi du 3 janvier 1973 du gouverneur de la Banque de France (Olivier Wormser), et du ministre de l’Économie et des Finances, Valéry Giscard d’Estaing, contraignant l’Etat à emprunter auprès des marchés financiers. L’expansion de l’Europe tel un ogre a dévoré notre économie et notre souveraineté qui étaient ancrés dans ces monopoles parce que Bruxelles ne supporte pas le système français de concessions et les lobbies européens non plus.


Les ..politologues feignent de découvrir ASSELINEAU de l' UPR, candidat du Frexit et ses 524 parrainages à ce jour, on nous l' avait bien caché celui-là .. Ca ma donné des intentions de sortir de la morbidité ambiante de cette Union des richous et des politicards corrompus, sain et vivifiant.
a écrit le 11/03/2017 à 16:59 :
On sera obligé de quitter l'Europe si on n'harmonise pas la fiscalité des entreprises en particulier avec l'Allemagne, en basculant la fiscalité du travail sur la fiscalité énergétique. C'était un objectif de Nicolas Hulot.
Réponse de le 11/03/2017 à 20:54 :
Vous aussi vous confondez l'UE de Bruxelles, zone administrative, avec l'Europe??
Réponse de le 12/03/2017 à 7:25 :
@Bah. Merci pour la précision; le point essentiel que je voudrais exprimer concerne la fiscalité des entreprises; qu'en pensez vous?
Réponse de le 12/03/2017 à 15:37 :
@Bah. Je complète mon commentaire. Il y a l'union européenne et l'union monétaire. La GB a quitté l'union européenne. Pour nous, il suffirait de quitter l'union monétaire pour nous séparer de l'Allemagne; mais cela ne serait pas suffisant. Dans mon esprit, il pouvait s'agir des deux, pour être dans la situation de la GB.
Réponse de le 12/03/2017 à 15:38 :
@Bah. Je complète mon commentaire. Il y a l'union européenne et l'union monétaire. La GB a quitté l'union européenne. Pour nous, il suffirait de quitter l'union monétaire pour nous séparer de l'Allemagne; mais cela ne serait pas suffisant. Dans mon esprit, il pouvait s'agir des deux, pour être dans la situation de la GB.
a écrit le 11/03/2017 à 16:42 :
Les agences de notation sont de plus en plus nul et peux fiable.
Elles n'avaient pas su prévoir le Brexit alors aujourd'hui elle croit en Frexit, c'est du n’importe quoi... et elles ont totalement faux, nous ne somme pas les britanniques qui n'ont jamais eu l'esprit européen, n'ont jamais joué collectif.
"Moody's" une agence "anglo-saxonne", pro british... j'ai pas confiance !
Réponse de le 11/03/2017 à 18:23 :
Un peu comme le FMI, d'ailleurs.
Réponse de le 11/03/2017 à 21:15 :
Marine Le Pen donnée à 25%, Mélenchon à 12%, NDA à 2-3%, Asselineau qui arrivera bien à grappiller quelques voix... Sans compter les dégâts causés par les initiatives référendaires malheureuses de Mitterrand et Chirac sur Maastricht en 1992 et sur le TCE en 2005, sur des textes compliqués qu'il eût bien mieux valu faire adopter par voie parlementaires et qui n'ont réussi qu'à cristalliser des oppositions incohérentes contre l'UE. D'une certaine manière le moment serait "idéal" pour un référendum de Frexit : du fait que la course de lenteur du Royaume-Uni pour lancer sa sortie, sa déconfiture économique, pourtant inévitable, n'est pas encore trop visible. Dans 2 ans ce sera une autre histoire.
a écrit le 11/03/2017 à 15:45 :
IL FAUT EN FINIR AVEC LE LIBERALISME SOCIALITE ET L'UNION EUROPEENNE
a écrit le 11/03/2017 à 15:12 :
"les référendums"...??? Et vous reprenez cette vue us complètement débile..?? Qui a vu un référendum quelque part..??

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :