Unanime, la classe politique salue la mémoire de Michel Rocard

 |   |  982  mots
La classe politique, toutes tendances confondues, rend hommage à Michel Rocard, ancien premier ministre de François Mitterrand.
La classe politique, toutes tendances confondues, rend hommage à Michel Rocard, ancien premier ministre de François Mitterrand. (Crédits : Reuters)
François Hollande, Manuel Valls mais aussi Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, etc, tous ont tenu à rendre hommage à Michel Rocard, l'ancien premier ministre, décédé à Paris samedi 2 juillet.

Michel Rocard, théoricien de la deuxième gauche, ancien responsable du PSU, ancien premier secrétaire du PS est décédé samedi 2 juillet à l'âge de 85 ans. Immédiatement les hommages ont afflué de tous les côtés de la classe politique.

Le président François Hollande a aussitôt salué une "grande figure de la République et de la gauche", qui incarnait "un socialisme conciliant utopie et modernité".

De son côté, le Premier ministre Manuel Valls, issu lui-même du rocardisme et qui avait travaillé à Matignon auprès de Michel Rocard, a jugé qu'il incarnait "la modernisation de la gauche et l'exigence de dire la vérité". "C'est avec une immense tristesse que j'apprends aujourd'hui la disparition de Michel Rocard. Je me suis engagé en politique par et pour Michel Rocard. Parce qu'il avait dit en 1978 qu'il n'y avait pas de fatalité à l'échec de la gauche. Parce qu'il disait avant les autres que le changement passe par la réforme et non par la rupture", a souligné l'actuel Premier ministre dans un communiqué.

La gauche en deuil

Le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a salué un "homme de conviction, un grand homme d'État, socialiste sincère et engagé".

L'écologiste et ancienne ministre Cécile Duflot a de son côté rappelé l'accord de paix en Nouvelle-Calédonie signé sous son mandat de Premier ministre en 1988. Pour elle ce fût "une grande leçon de belle politique".

Sur France Info, la maire de Lille socialiste Martine Aubry a affirmé qu'il l'avait "beaucoup influencé, comme mon père et comme Edmond Maire". "Ce sont des hommes qui ont toujours voulu changer la société, modifier la réalité telle qu'elle était sans jamais abandonner la vision qu'ils avaient, les valeurs qu'ils avaient." C'était un "homme moderne. Il a été ouvert très tôt sur la société par la décentralisation, par le RMI. C'est un homme qui a beaucoup compté pour moi, pour la gauche européenne, pour la gauche française."

Dans un communiqué, le ministre de l'Économie Emmanuel Macron a regretté la disparition d'un homme "passionné, engagé, lucide et optimiste jusqu'au bout". "Précurseur et militant il aura changé le visage de la gauche, réconcilié l'État avec la société civile, et repensé l'économie sociale de marché. Européen passionné, il aura pour elle mené nombre de batailles. Il va manquer au pays. Il va manquer aux engagés. Ses idées doivent lui survivre et être servies" a-t-il également écrit.

Pour Jean-Christophe Cambadélis, Premier secrétaire du PS, "c'est une partie de nous-mêmes qui s'en va avec Michel. La douleur est immense, l'héritage aussi. Nous continuerons tes combats"

Michel Sapin, ministre des Finances: une "personnalité de référence de la gauche française, avec lequel j'ai longuement milité et partagé de nombreux combats politiques". "Michel Rocard a su réconcilier la gauche et l'économie, il a su établir un dialogue fécond entre la gauche et l'entreprise. Son réalisme économique était une ambition pour notre pays et pour nos valeurs. Michel Rocard ne séparait jamais l'exigence de vérité et de réforme de l'impérieuse nécessité de la justice et du dialogue social. "Sa disparition est une perte immense. Mais son engagement politique laisse une œuvre décisive pour l'avenir de la gauche et de la France".

Jean-Luc Mélenchon (Front de Gauche et ancien du PS) a tweeté: "Des milliers de personnes engagées sont en deuil. Un éclaireur nous a quittés. Sa vie est une leçon. À chacun de la méditer. En ce temps-là, tous les socialistes étaient de gauche même très différemment".

A droite aussi

Le président du parti "Les Républicains" Nicolas Sarkozy a diffusé via Twitter un communiqué, rappelant qu'en tant que président de la République il lui avait confié la "responsabilité de la réflexion et du suivi du programme des investissements d'avenir ainsi qu'une mission internationales sur le changement climatique dans les pôles".

Alain Juppé a tweeté aussi: "Mort de Michel Rocard, grande tristesse. Avec des choix politiques différents,nous avions fait ensemble un beau livre, et le grand emprunt".

Au micro de France Info, le candidat à la primaire de droite pour la présidentielle de 2017 a précisé qu'ils s'étaient vus "il y a 15 jours à peine". "C'était un homme avec qui j'avais noué d'abord des relations de travail et qui étaient devenues des relations d'amitié. Il était fidèle au Parti socialiste, je suis fidèle à mon parti, mais au-delà de ces clivages partisans nous avions le goût du débat" a-t-il détaillé. Selon Alain Juppé, "Michel était un esprit toujours en éveil, extrêmement agile jusque dans le grand âge. J'aimais son absence de sectarisme. Son respect de l'autre dans le débat. C'était toujours un plaisir d'échanger des idées avec lui."

Pour le président du MoDem François Bayrou, sa mort "affecte profondément tous ceux qui ont reconnu en lui un innovateur politique et un homme de rassemblement. Il a incarné ce qu'on appelait la deuxième gauche, il a choisi de rompre avec les idéologies fermées et l'esprit de sectarisme. Il a constamment voulu que la vie politique prenne en compte les réalités économiques et sociales et très souvent choisi de faire des pas en direction de ceux qui partageaient les mêmes valeurs sans avoir les mêmes étiquettes. Cet homme généreux et ouvert va beaucoup nous manquer".

Pour Jean-Louis Borloo, "Michel Rocard était un scout moderne et socialiste. Père du RMI, de la CSG et des accords de Nouméa, il était un homme de vérité, de vision et de coeur".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/07/2016 à 12:30 :
M R ROCARD ETAIS PARTISANT DE LA CROISANCE PARCEQUE ECONOMISTE? MAIS L ECONOMIE NE DOIT PAS TOUS JUSTIFIER? MOIS JE NE SUIS PAS ECONOMISTE MAIS HUMANISTE? ET LES TROIS GRAND PROBLEMES MONDIAUX QUE LES HOMMES VONT DEVOIR TRAITE ET METRE EN PRATIQUE TRE VITE POUR ALLEZ DE L AVANT DANS LA PAIX?PREMIEREMENT LA DECROISANCE DEUXIEMEMENT LA DEMOGRAPHIE GALOPENTE? TROISIEMEMENT L ATHEISME MONDIALE???
a écrit le 05/07/2016 à 8:17 :
bel hommage , à un homme qui le merite . Domage que ce soit un peu terni quand meme par 2 " recuperateurs " ! ( je ne les cites pas tt le monde les reconnais ).
a écrit le 04/07/2016 à 20:12 :
Toute la classe politique est unanime pour saluer l'inventeur du plus grand racket sur les citoyens: l'impôt sur l'impôt !!!

Tout cela pour financer le train de vie de TRES grands privilégiés de cette même classe politique.

Cet homme a été le 1er grand fossoyeur de la France.
a écrit le 04/07/2016 à 10:19 :
Que de louanges unanimes et avant si peu de franchise pour collaborer à son et notre avenir en lui faisant comprendre et admettre que son élocution était la mitraillade d'une intelligence que lui-seul devait comprendre ; indéniable que ceux qui étaient attirés se décourageaient à ne rien comprendre.
a écrit le 04/07/2016 à 6:08 :
Hommage aux Invalides! je croyais que c'était réservé aux soldats morts pour la France. Et la vague de compliments post mortem des socialistes bien rangés derrière l'avis de Mitterand qui y vont tous de leur larme de crocodile. Ridicule. Prochaine étape, le Panthéon.
M.Rocard n'était qu'un socialiste qui a inventé un impôt ravageur ( la CSG, beaucoup de pays s'en passent très bien) et créé des chômeurs à long terme avec le RMI. Il a plombé la France pour longtemps. Et décédant à 85 ans, il aura touché longtemps retraites diverses, prébendes etc sur le dos du contribuable.Alors paix à ses cendres.
a écrit le 04/07/2016 à 4:15 :
tous les socialos qui parlent Sarkozy compris !!!!
a écrit le 04/07/2016 à 0:35 :
Un grand Politicien Professionnel. Respect pour tant de bons discours dignes des meilleures pubs TV et de Jony.
a écrit le 03/07/2016 à 20:09 :
Il ne faut pas oublier aussi qu'il a aussi été maire de Conflans ste Honorine, et quel très mauvais maire!
20 ans après son départ, la ville s'en souvient encore (rues défoncées, infrastructures non entretenues durant des années, impôts démesurés....)
Bref, certains lui attribuent des qualités, perso cet homme est pour moi synonyme d'incompétence et de création d'impôts divers et variés, il est tellement facile de dépenser l'argent durement gagné par les autres, c'est-à-dire ceux qui travaillent.
Ceci dit, reposez en paix, comme tout un chacun, ni plus, ni moins.
Réponse de le 04/07/2016 à 4:17 :
eh eh il ne reposera pas en paix quand il verra la réalité de l'au delà et l'existence de Dieu !!!!!!!! ah ah
a écrit le 03/07/2016 à 19:08 :
L'hommage de Mélenchon n'est pas rassurant.

"Pour Michel Rocard, la solution en Grèce passe par un pouvoir militaire" http://lelab.europe1.fr/pour-michel-rocard-la-solution-en-grece-passe-par-un-pouvoir-militaire-1013

Je ne sais pas vraiment ce qu'il a été, il ne m'a absolument pas marqué mais par contre je sais ce qu'il est devenu, comme toute la classe politique, du front national, qui l'a toujours été, au front de gauche et c'est vraiment moche.
Réponse de le 04/07/2016 à 13:09 :
Il faut peut être comprendre l'article avant de donner son avis à l'emporte pièce. Le remboursement des dettes de la grèce entraîne une forte récession du fait de l'effondrement des dépenses publiques nécessaires à l'obtention d'un excédent primaire. Cette forte récession étant de plus renforcée par ses propres effets, la hausse du chômage pesant à la baisse sur les salaires et entretenant une spirale infernale de la baisse de la demande privée et au final de l'investissement privé. La seule chose qu'il en conclu, c'est que face à un peuple qui s'enfonce dans la misère, seul un pouvoir militaire peut imposer ces mesures. Seul un pouvoir militaire permet d'obéir à la doxa de l'UE. --- C'est ça l'UE.
Réponse de le 04/07/2016 à 15:41 :
"Je fais une hypothèse, la seule du livre, c’est que l’obligation de la décroissance conduit à la guerre civile.Ce n’est pas tenable et ça pose d’ailleurs une question majeure pour la Grèce qui subit une décroissance forcée : comment fait-on dans ce contexte pour maintenir des élections ?Il n’est pas possible de gouverner ce peuple en lui disant qu’il va perdre 25 % de son revenu dans les dix ans si on tient à payer toutes les dettes.Personne ne le dit, mais il ne peut y avoir d’issue en Grèce qu’avec un pouvoir militaire."

Pour ma part je ne distingue aucune ironie dans ces propos si jamais vous en voyez merci de me l'expliquer au lieu de vous perdre en interprétation qui n'est que la traduction de votre admiration pour un individu bien fade et au final bien compromis. Vous savez il n'y a pas de sauveur et les gens changent durant leur vie, faire d'un individu une idole est peu raisonnable en ce qui concerne par la suite la compréhension des phénomènes.

"Personne ne le dit, mais il ne peut y avoir d’issue en Grèce qu’avec un pouvoir militaire"

C'est clair net et précis, l'interpréter de façon ironique me parait bien plus bancal, alors vu qu'il était très vieux, pourquoi pas hein mais qu'on me le prouve de façon crédible et non teinté d'admiration pour quelqu'un qui ne le méritait pas. Personne ne mérite d'être admiré d'ailleurs.

"L'acclamation a fait tous les maux de tous les peuples. L'individu se trouve porté au delà de son propre jugement, le pouvoir acclamé se croit aimé et infaillible. Toute liberté est perdue "Alain"
a écrit le 03/07/2016 à 19:05 :
Ils l'ont tous copieusement méprisé de son vivant. Ils en sont en réalité désormais débarrassés. Car de toute façon, ils s'en fichent : il n'y a qu'eux-mêmes qui comptent à leurs yeux. Alors s'il faut encenser un mort pour cela...
a écrit le 03/07/2016 à 18:03 :
Un grand classique, une fois décédé on vous trouve toutes les qualités.
a écrit le 03/07/2016 à 18:03 :
Avec la "CSG non déductible" (de l'impôt sur le revenu), il fut l'inventeur mondial (mais tellement français) de l'impôt sur l'impôt. Grave et impardonnable malhonnêteté, intellectuelle, volontaire, et pure et simple.
Réponse de le 04/07/2016 à 0:41 :
Votre haine de l'impôt deviendrait inutile si vous vous ne payez plus d'impôt...
Devenir pauvre, vous aimeriez..????
Tiens, la socialisation des pertes pour une meilleure privatisation des profits, je pense que vous devez aimer ce truc, non..???
a écrit le 03/07/2016 à 14:49 :
La CSG,1,1% à sa création en 1991 depuis 15,5% sur les revenus,7,6% sur les salaires,6,6% sur les retraites tout cela pour nourrir l'état, ces gaspillages et les assistés toujours plus nombreux...belle réussite !!
Réponse de le 03/07/2016 à 17:42 :
+1.Création d'impots et de taxes,pas besoin de faire des études,solution de facilité.Les gens voulaient des emplois,avec lui ils ont eu le rmi
Réponse de le 03/07/2016 à 18:16 :
Arrêtez de raconter n'importe quoi. La CSG est redistribuée et il faut d'ailleurs le faire apparaître. Les français touchent les allocations familiales et ont une couverture santé correcte en partie grâce à la CSG. L'idée prémonitoire qu'on ne pourrait plus s'appuyer seulement sur les salaires pour financer la protection sociale est plus que d'actualité. Maintenant si ça ne vous plaît pas, allez vivre aux US si ça vous chante.
Réponse de le 03/07/2016 à 19:26 :
Théophile n'y connait rien.La CSG a été crée pour boucher les déficits d'une sécu mal gérée,donc pas de redistribution et au contraire un encouragement a augmenter la gabegie et la mauvaise gestion.Mais cela n'empechait pas Rocard de toucher plus de 11000 euros de retraite brut,ET de se faire rémunérer en plus lorsqu'il se voyait confier une mission d'ambassadeur par Sarko par exemple,un cumul refusé par certains autres hommes politiques.....
Réponse de le 04/07/2016 à 10:04 :
@Réponse de @Théophile
La CSG est nécessaire car la solidarité (santé, famille...) ne peut être financée par les seuls salaires à la différence du contributif (retraite, chômage). Les cotisations non contributives doivent être basculées sur l'impôt et plutôt selon moi vers la CSG que vers la TVA. Ce pan de la SS n'a rien à voir ni avec les salaires ni avec les entreprises. Voilà pourquoi l'introduction de la CSG a été une idée prémonitoire. Après si demain ce qu'était le RMI de Rocard, maintenant le RSA socle devient le revenu de base, alors la CSG a vocation finalement à remplacer tous les impôts directs (y compris l'impôt sur le revenu) puisque les pauvres seraient remboursés de la CSG par le revenu de base.
a écrit le 03/07/2016 à 14:05 :
Au moins lui il avait des idees des convictions une morale soit exactement L inverse de toute la clique politique actuelle

Le summum étant malheureusement à droite avec Sarkosy balkany Copé et les bigmagouilles et biensur les guerini et tous les mafieux de gauche
Vive la révolution qui arrivera quand les francais ne voteront plus pour les tricheurs et menteurs
a écrit le 03/07/2016 à 13:43 :
Comme quoi, il faut pas grand chose pour faire la une d'un journal économique.
a écrit le 03/07/2016 à 13:10 :
Un homme politique avec des idées, des convictions, du courage et une volonté d’œuvrer pour le bien du plus grand nombre.
Bref, un VRAI SOCIALISTE...

Encore un mot : MERCI
Réponse de le 04/07/2016 à 4:29 :
des idées : des impôts, toujours des impôts pour bien , très bien vivre sur le dos des gens qui travaillent !!!
des convictions pour créer encore plus d'impôts : des convictions avec l'argent des autres, je sais très bien faire !!!!
du courage pour bien vivre avec l'argent des autres : sans problèmes !!!
et la volonté d'oeuvrer pour le bien du plus grand nombre : mais il n'a oeuvrer que pour LUI !!!!
a écrit le 03/07/2016 à 12:27 :
Monm modeste commentaire pour une bien triste nouvelle.
C'est la disparition d'un authentique homme politique qui pensait gouvernance par lui-même, avait des convictions et des analyses justes et percutantes dont bon nombres de politiques pourraient en ces temps judicieusement s'inspirer.
Un des derniers grands analystes politiques aujourd'hui.
A quand un successeur de son gabarit?
a écrit le 03/07/2016 à 11:53 :
la classe politico médiatique salue la disparition de M. Rocard en mettant l'acent sur son virage vers un libéralisme orthodoxe; il n'est pas sûr que l'histoire, qui ne se déroule pas forcément de manière linéaire, ne retienne cette orientation libérale comme un choix judicieux; il est curieux qu'un homme intellligent comme lui ne retienne pas les leçons de l'histoire alors que le premier venu sait ces choses. Cela montre le fossé grandissant entre ce monde et le nôtre.
a écrit le 03/07/2016 à 11:03 :
Unanime, la classe politique salue la mémoire de Michel Rocard

Unanimement, la Peuple de France déplore l'hypocrisie de la médiocre et traitre classe politique française ; TOUS dans le même sac nauséabond.
Réponse de le 03/07/2016 à 18:22 :
Non tout le monde n'est pas équivalent. D'un côté il y a ceux que vous dites, et de l'autre il y a de Gaulle, Mendes, Rocard et quelques autres, peu nombreux, mais ils existent.
a écrit le 03/07/2016 à 10:55 :
Rocard ,le multiretraité qui touchait un cumul de retraites hors normes,et qui pour en remercier les français a crée le RSA,la CSG etc.Grace a lui le cout du travail a explosé en france,CSG+ crds.Voila,voila....Pas que des louanges ....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :