Vers un rebond de la croissance au troisième trimestre

 |   |  378  mots
La Banque de France prévoit un rebond de la croissance française de 0,3 % au troisième trimestre.
La Banque de France prévoit un rebond de la croissance française de 0,3 % au troisième trimestre. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Alors que l'Insee a annoncé fin juillet une stagnation surprise de la croissance française au deuxième trimestre, la Banque de France annonce d'ores et déjà un rebond pour le troisième trimestre, de 0,3 %.

La Banque de France (BdF) a annoncé lundi prévoir un rebond de 0,3 % de la croissance de la France au troisième trimestre, après le coup d'arrêt brutal du deuxième annoncé par l'Insee la semaine passée. "Le Produit intérieur brut (PIB) progresserait de 0,3 % au troisième trimestre 2016", a indiqué la BdF dans une première estimation diffusée dans une note de conjoncture. Elle a établi cette prévision à partir de son enquête mensuelle auprès des chefs d'entreprise qui anticipaient en juillet un redressement de la production industrielle. "Ce rebond concerne la plupart des secteurs", à l'exception de l'industrie automobile dont la production ralentit, a-t-elle expliqué.

Baisse de l'activité dans le bâtiment

En revanche, l'activité a légèrement baissé dans le bâtiment, selon les chefs d'entreprise interrogés par la BDF, qui s'attendent à une légère diminution de l'activité en août. Les carnets de commande sont stables à un niveau assez élevé. Dans le secteur des services, la progression se poursuit "mais à des rythmes plus lents", du fait notamment d'un ralentissement des activités de conseil et d'informatique et malgré un rebond dans les transports, a indiqué la BdF. La croissance française a stagné au deuxième trimestre, alors qu'elle était attendue en hausse de 0,3 %, plombée notamment par la consommation et un recul des investissements, selon les premières estimations de l'Insee (Institut de la statistique et des études économiques) publiées le 29 juillet.

1,5 % de croissance pour 2016 ?

Pour sa part, la Banque de France avait prévu en juin une croissance de 0,2 % au deuxième trimestre. La croissance française au deuxième trimestre est donc une performance "décevante", a reconnu le gouvernement. Mais il a toutefois indiqué ne pas remettre en cause sa prévision de 1,5 % pour l'ensemble de l'année. La BdF table, quant à elle, sur une croissance de 1,4 % au moins. Pour l'heure, l'acquis de croissance - autrement dit la progression annuelle du PIB en cas de croissance nulle sur les deux derniers trimestres - s'établit à 1,1 %, selon l'Insee. Si les prévisions de croissance de la Banque de France pour le troisième trimestre s'avéraient juste, le gouvernement serait donc très proche de remplir l'objectif qu'il s'est fixé.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/08/2016 à 17:46 :
Je suis perplexe. La consommation stagne, les exportations fléchissent. Le bilan du tourisme au troisième trimestre sera moins bon. Les exportations de céréales seront mauvaises. L'investissement patine. Mais la croissance sera bonne. Y a t'il des hausses de taxes sur les consommations contraintes que je ne connais pas? Des taxes dites vertes?
a écrit le 08/08/2016 à 15:56 :
je suis toujours étonné d'entendre des politiques et du sérail qui l'entoure parler du PIB, de se régaler d'un plus, même le plus mini etc etc. Mais quel impact sur le citoyen, combien de nos compatriotes connaissent les mots qui composent le PIB, combien connaissent le montant du PIB, combien savent à quoi correspond le PIB etc etc et enfin combien connaissent l'impact positif ou négatif l'économie donc sur leur vie????? Un sigle qui concerne certains salons dans lequel on blatte blatte alors que certains de nos concitoyens ne voient aucun changement de leur situation avec un PIB en croissance et pour cause la croissance est si faible que son impact sur la vie de tous les jours, y compris le chômage hors artifices politiques, n'est pas perceptible.
Réponse de le 08/08/2016 à 20:52 :
+100
a écrit le 08/08/2016 à 14:17 :
Cette augmentation est spectaculaire. Le gouvernement va annoncer une augmentation de la croissance de 300 %, et oui, de 0 à 0.3 % peut-être même 3000 % d'augmentation, cela passerait très bien après les vacances.
BRAVO
Réponse de le 08/08/2016 à 16:35 :
Toto,retourne à l'école pour réapprendre à comprendre les gens qui écrivent, la croissance si elle est dur à prévoir parce que soumises à des aléas climatiques,psychologiques, et non seulement des acheteurs local mais aussi des patrons qui investissent,combien de gens travaillent pour des projets à 10,20,30 ans voir 40 ou 50 tant,la prospective est assez complexe,mais là où on peut exploiter des matières premières sont des endroits où l'investissement est souvent maximum,et ce sont de milliards d'euros,donc,il s'avère que la croissance accompli est plus facile à calculer,on peut estimer qu'en trois mois,les parametres évoluent, et que les données sont presque exactes,on a du recul,surtout que on connaît l'environnement mondial,certains industriel d'ailleurs investissent d'un point de vue contra-cycicle,en supposant que la croissance reprenne dans tel filière ou dans tel pays,ils se tiennent près, à effectuer des contractions de personnels et investir dans un secteur d'activité qui semble prometteur.
Tout ceci pour dire que le gouvernement ne raconte pas n'importe, quoi ni la banque de France. L'erreur est minime. Et le Pib ne fait pas un bond de 5% en un an,ni de 300 %,en une année, ça vous est-il arrivé? Mes amitiés. NORBERT
a écrit le 08/08/2016 à 13:41 :
ils avaient deja anticipe la meme croissance pour le T2
sinon, s'ils pouvaient signaler a leurs stagiaires qu'un an avant une presidentielle les investissements ralentissent.......... et que vu ce qu'il s'est passe la derniere fois, la prudence implique ' 0 action', des fois qu'un ministre de la reproduction suggere de nationaliser les investissements fraichement realises.......
a écrit le 08/08/2016 à 12:21 :
Et au quatrième trimestre 2016 et premier trimestre 2017, la croissance va sans doute battre tous les records...juste avant les élections. Le pire, c'est qu'il y a tellement de gogos que ça marche à tous les coups :-)
Réponse de le 08/08/2016 à 14:33 :
Si comme vous le soutenez les chiffres sont faux, ils sont un peu bêtes de ne pas en avoir profité depuis quatre ans, avec certain comme vous quand les chiffres sont mauvais ce sont des incapables et quand ils sont bons, ils sont truqués. Quel que soit le résultat vous êtes toujours contre et après vous accusez les autres, alors que par votre attitude vous contribuez au déclin de votre pays par rancœur politique, ce n'est pas joli.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :