Accord historique sur le nucléaire iranien

 |   |  940  mots
Après 17 jours de négociations, un accord sur le nucléaire iranien entre l'Iran et les grandes puissances aurait été trouvé. Photo de la table des négociations au Palais Coburg, à Vienne, le 13 juillet.
Après 17 jours de négociations, un accord sur le nucléaire iranien entre l'Iran et les grandes puissances aurait été trouvé. Photo de la table des négociations au Palais Coburg, à Vienne, le 13 juillet. (Crédits : Reuters Carlos Barria)
Après plus de 12 ans de négociations, et 17 jours de discussions sans relâche, l'Iran et les grandes puissances ont trouvé un accord sur le programme nucléaire de Téhéran qui permettra une levée de sanctions qui pèsent sur la République islamique, rapportait ce mardi matin l'agence de presse Reuters, et plusieurs sources diplomatiques. Une information officiellement confirmée en fin de matinée.

Article publié le mardi 14 juillet à 08h47, réactualisé à 17h40

Après 17 jours de discussions, et une intense nuit de négociations acharnées au palais Coburg, à Vienne (Autriche), un diplomate iranien a assuré à l'agence de presse Reuters qu'un accord sur le nucléaire avait été trouvé.

"Tout ce dur travail a payé. Dieu bénisse notre peuple", a déclaré à Reuters ce diplomate qui s'exprimait anonymement. Si cette information a d'abord été confirmée par d'autres sources diplomatiques dont un autre responsable iranien, l'officialisation de l'accord a été faite en fin de matinée.

Dans la nuit, le ministre des Affaires étrangères français, Laurent Fabius, rapportait d'ores et déjà une réunion "importante" sur Twitter, laissant présager de l'imminence d'un accord :

Hier soir, c'est Hassan Rouhani, le président de la République islamique d'Iran depuis septembre 2013, qui laissait entendre que les discussions entre les différentes parties, si elles aboutissaient, seraient une victoire de la diplomatie.

Mardi matin, au micro de RTL, le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, avait estimé que l'accord sur le nucléaire iranien était proche. "Il semble que la négociation se soit accélérée (...) Il faut cet accord à condition qu'il soit robuste et réversible, je crois qu'on va y arriver", précisant toutefois que l'Iran doit faire des concessions :

"Il faut que cet accord soit robuste et réversible et que l'Iran se prête aux inspections nécessaires pour éviter tout retour en arrière sur la non-prolifération", a-t-il ajouté.

Depuis plus de deux semaines, le groupe P5 +1 c'est à dire l'Iran et les six puissances mondiales (Etats-Unis, Allemagne, Russie, Chine, France, Royaume-Uni), négociaient pour mettre un coup d'arrêt au programme nucléaire iranien controversé en échange d'une levée des sanctions qui coupent l'Iran du reste du monde.

Accord salué...

Dans la foulée, les réactions internationales n'ont pas tardé à se faire entendre à l'annonce de cet accord. Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a salué mardi l'accord nucléaire en affirmant qu'il "peut faciliter une normalisation des rapports internationaux de l'Iran". Et souhaite que cet accord "permette une normalisation des relations internationales de l'Iran et qu'un certain nombre de crises dans lesquelles il est impliqué directement ou indirectement puissent être résolues plus facilement". Londres a salué "cet accord historique". Pour le président russe, Vladimir Poutine, la communauté internationale peut désormais pousser "un grand soupir de soulagement".

A Washington, Barack Obama, a salué l'accord, "après des décennies d'animosité", tout en rappelant que s'il n'est pas respecté les sanctions seront immédiates. "Cet accord n'est pas fondé sur la confiance. Il est fondé sur les vérifications. Les inspecteurs auront un accès 24 heures sur 24 aux installations nucléaires iraniennes clés", a ajouté le président américain.

L'intervention de Barack Obama après l'annonce de l'accord sur le nucléaire iranien :

...Ou presque

A l'annonce de l'accord nucléaire en Autriche, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu a affirmé que'il s'agissait d'une "erreur historique", aux "conséquences imprévisibles". Netanyahu  a promis, dans la foulée, que son pays ferait tout en son pouvoir pour empêcher qu'il ne soit ratifié :

"Israël n'est pas lié par cet accord avec l'Iran, parce que l'Iran continue de rechercher notre anéantissement. Nous nous défendrons toujours par nous-mêmes", a-t-il précisé.

Vers une détente des relations avec Téhéran

Après plus de 12 ans de négociations, avortées à maintes reprises, cet accord -un document d'une centaine de pages- marque un tournant dans les relations de Téhéran avec les pays occidentaux. Ces derniers soupçonnent la République islamique d'avoir utilisé son programme nucléaire civil comme couverture pour chercher à développer un savoir-faire en matière d'armement nucléaire.

Le texte, dont les grandes lignes ont été fixées dans un premier texte le 2 avril, limitera le programme nucléaire de Téhéran pendant au moins dix ans en échange de la suspension progressive des sanctions économiques qui pèsent sur l'économie du pays et notamment sur ses exportations pétrolières.

Dès la mise en oeuvre de ces engagements (limitation du programme nucléaire, enquête sur son programme nucléaire passé, renforcement des inspections extérieures), les sanctions adoptées par l'Union Européenne et les Etats-Unis, touchant plusieurs secteurs, devraient être levées début 2016.

Sanctions sur les armes maintenues

En début de matinée, plusieurs sources diplomatiques ont rapporté que l'embargo des Nations unies sur les importations d'armes par Téhéran sera maintenu pendant cinq ans et celui qui vise les missiles ne pourra être levé pendant huit ans.

Si Téhéran ne se conforme pas aux termes de l'accord, le texte prévoit une restauration des sanctions économiques dans un délai de 65 jours.

Quelques minutes après la déclaration de Barack Obama, le président iranien Hassan Rohani, a estimé lors d'une allocution télévisée, que cet accord était "un point de départ" pour rétablir la confiance avec l'Occident :

"Si cet accord est appliqué correctement (...) nous pouvons peu à peu éliminer la méfiance".

(Avec Reuters)

Aller plus loin : l'intégralité de l'accord, signé mardi à Vienne (en anglais) :

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/07/2015 à 12:03 :
Il n'était plus possible de tenir l'Iran à l'écart du monde. Cet abus sous de faux prétexte marquera les esprits et il faudra s'attendre à un retour de bâton. C'est l'ensemble du processus des armes nucléaires qui sera remis en question ainsi que la gouvernance qu'elle induit, on ne sait d'ailleurs même pas pourquoi. Le pays va récupérer les 150 milliards de dollars gelés.Indéniablement il s'agit donc d'une excellente nouvelle.
a écrit le 14/07/2015 à 15:01 :
Chouette !! Mon plein sera moins cher !!! Sauf si notre état décidé une hausse en catimini 😜😜😜
a écrit le 14/07/2015 à 13:48 :
Encore une grande victoire pour notre Président qui démontre ainsi sa capacité à gérer les grands problèmes mondiaux. Personne ne s'y est trompé : par la voix de L.Fabius, il a fait se ranger Obama à sa volonté, à convaincu les ministres iraniens et a permis cet accord historique qui fera date dans l'histoire du monde. Après la Grèce, notre Président démontre sa stature internationale unanimement respectée.
Réponse de le 15/07/2015 à 8:09 :
c'est beau d'être naïf...
a écrit le 14/07/2015 à 10:48 :
Les centrifugeuses iraniennes, ça doit être pour faire sécher le le linge ! Sic !!!!
a écrit le 14/07/2015 à 10:01 :
Dans la grisaille actuelle, c'est un excellente nouvelle.
Cordialement

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :