Argentine : S&P place la note de la dette sous surveillance négative

Par latribune.fr  |   |  262  mots
"Les pressions récentes sur la devise argentine pourraient mettre en péril la mise en oeuvre des mesures économiques" s'inquiète Standard & Poor's. (Crédits : Reuters)
L'agence Standard & Poor's prévient que la dépréciation du peso argentin menace de maintenir l'inflation à un niveau élevé et la mise en oeuvre de la politique de stabilisation du président Mauricio Macri. Elle a cependant maintenu la note de la dette souveraine à B+ (en catégorie "très spéculatif").

L'agence Standard & Poor's a annoncé vendredi placer "sous surveillance" avec implication négative la note souveraine à long terme de la dette de l'Argentine, tout en maintenant celle-ci à B+ (en catégorie "très spéculatif"). Le pays est confronté à un plongeon de sa devise, le peso, la faisant rechuter dans la crise économique.

L'agence de notation justifie la confirmation de la note en estimant que l'engagement du président argentin Mauricio Macri de stabiliser l'économie par des mesures d'austérité devrait aider à "restaurer la confiance des investisseurs".

"Toutefois, les pressions récentes sur la devise argentine pourraient mettre en péril la mise en oeuvre des mesures économiques", relève-t-elle dans un communiqué.

S&P prévient que la dépréciation du peso argentin, tombé à un plus bas historique face au dollar cette semaine, menace de maintenir l'inflation à un niveau élevé (actuellement plus de 30%). La Banque centrale argentine a relevé jeudi de 45% à 60% son taux directeur, un des plus élevés au monde, pour tenter de freiner la chute du peso due à une perte de confiance des marchés. Le peso s'est toutefois un peu redressé vendredi.

L'agence souligne la dépendance de l'Argentine aux financements internationaux pour combler des déficits publics "élevés et persistants". Mauricio Macri a demandé mercredi au Fonds monétaire international (FMI) le déblocage anticipé d'un programme de financement de 50 milliards de dollars (43 milliards d'euros). Cette annonce a soulevé des craintes parmi les investisseurs que l'Argentine ne soit en difficulté pour honorer les engagements sur sa dette en dollars en 2019.

(avec agences)