Brexit : l'accord de Theresa May a-t-il encore une chance ?

 |   |  1065  mots
Theresa May, la Première ministre britannique, devrait organiser un troisième vote sur son accord de sortie de l'UE mardi prochain.
Theresa May, la Première ministre britannique, devrait organiser un troisième vote sur son accord de sortie de l'UE mardi prochain. (Crédits : POOL)
Lors d'un vote à la Chambre des Communes hier soir, les députés britanniques ont massivement voté en faveur d'un report de la date du Brexit. Celui-ci pourrait être remis au 30 juin, voire à une date largement ultérieure pour permettre de nouvelles négociations avec l'UE. Theresa May, la Première ministre, a annoncé qu'elle demanderait un nouveau vote sur son accord de sortie mardi prochain, en espérant convaincre d'ici là les députés eurosceptiques qui s'y étaient opposés de changer d'avis. Explication des arguments en présence, avant les négociations de ce weekend.

La troisième fois sera-t-elle la bonne ? Après deux échecs cuisants, Theresa May a annoncé qu'elle présenterait encore une fois son accord de sortie de l'UE devant les députés, lors d'un vote mardi prochain à la Chambre des Communes. Et cette fois-ci, le sort pourrait lui sourire.

La menace d'un "no-Brexit" pourrait faire plier les eurosceptiques

C'est par un changement de tactique que la Première ministre semble avoir renforcé ses chances. Jusqu'au début de cette semaine, sa stratégie paraissait plutôt consister à effrayer les députés modérés avec la menace d'un "no deal", pour les pousser à soutenir son accord malgré leurs réticences. Mais ses tentatives avaient systématiquement été mises en échec par l'aile dure du parti conservateur, qui considéraient que l'accord négocié par le gouvernement allait à l'encontre de l'esprit du Brexit.

Theresa May a donc changé son fusil d'épaule, en dirigeant ses menaces contre ce même camp eurosceptique. Celui-ci est désormais face à l'alternative suivante : soutenir l'accord du gouvernement, ou prendre le risque de voir se rouvrir de longues négociations avec l'UE, reportant d'autant la date du Brexit. Avec, à la clef, la perspective d'un accord beaucoup plus modéré que celui de Theresa May, où l'Angleterre pourrait rester dans l'union douanière, voire le marché commun. Comble d'horreur pour les tories eurosceptiques et les unionistes nord-irlandais du DUP, cette nouvelle période pourrait d'ailleurs porter au pouvoir Jeremy Corbyn, le leader honni des travaillistes anglais.

Lire aussi : Brexit : une sortie "plus douce" pourrait être à l'étude

Le backstop reste au centre de la discorde

La capacité de Theresa May à dépasser les réticences des eurosceptiques reste incertaine. Selon des informations du Guardian, des discussions étaient en cours dans la journée de jeudi entre les deux parties. Le DUP, le parti unioniste nord-irlandais, a confirmé avoir repris les négociations, et aurait été rejoint par les députés conservateurs de l'European Research Group (ERG, eurosceptique) dont Jacob Rees-Mogg.

Le point au centre de la discussion est toujours le même. Les tenants d'un Brexit dur réclament à Theresa May l'assurance juridique que son accord ne bloquerait pas le Royaume-Uni dans une relation perpétuelle avec l'Union Européenne, notamment sur la question du "backstop" en Irlande du Nord. Après l'échec du premier vote sur l'accord le 15 janvier, Theresa May avait accepté de repartir négocier avec l'UE, alors que les Européens avaient fermement réaffirmé qu'ils refuseraient de donner un tel "ticket de sortie" au Royaume-Uni.

Lire aussi : Brexit : Westminster demande à Theresa May de renégocier le backstop, l'UE s'y oppose

Un mois plus tard, les discussions aboutissaient finalement sur des aménagements principalement formels, avec l'ajout d'un protocole à l'accord où les deux parties gageaient de leur bonne foi à sortir le plus rapidement possible de la période de transition.

Annoncées lundi soir par Theresa May et Jean-Claude Juncker, ces concessions n'ont pour l'instant pas convaincu les députés. Dans un avis juridique transmis mardi matin, l'attorney general Geoffrey Cox avait dû concéder que le nouveau protocole n'avait qu'une portée juridique "incertaine". En conséquence, une nouvelle défaite semblait inévitable pour l'accord, qui fut rejeté par une majorité de 149 députés mardi soir.

Bataille pour le contrôle du Brexit

Mais même cette deuxième débâcle ne semble pas suffire à enterrer définitivement le plan de May, dont l'improbable ténacité résiste encore aux forces centrifuges du Brexit. Les votes parlementaires de mercredi et jeudi ont placé les députés eurosceptiques dans une position de plus en plus inconfortable. Mercredi soir, le "no deal", que beaucoup d'entre eux appelaient de leur vœux, a été formellement rejeté par le parlement. Hier soir, May a pu remporter une petite bataille, en faisant adopter le report du Brexit sous sa motion. Elle solidifie l'alternative proposée aux députés : soit un report de courte durée, "technique", si son accord est finalement accepté ; soit un report beaucoup plus long, pour redéfinir entièrement le contenu du Brexit.

A ce jeu, les députés eurosceptiques ont parfaitement conscience du risque que le Brexit leur échappe. Une partie d'entre eux semble désormais désireuse de changer son vote, tout en cherchant un argument lui permettant de sauver la face. D'intenses débats ont donc repris sur l'interprétation de l'accord, et notamment du backstop irlandais, dans l'espoir de trouver une voie étroite permettant aux Brexiters de soutenir l'accord.

Une première solution a été avancée par les Brexiters, liée à l'article 62 de la Convention de Vienne (qui régit les traités internationaux). Celui-ci indique qu'un "changement majeur de circonstances" pourrait justifier la rupture d'un traité, mais de nombreux experts ont rapidement souligné qu'il serait totalement inapplicable au Brexit. L'ERG, qui rassemble les députés eurosceptiques, a finalement admis hier que la solution ne semblait pas praticable.

Les négociations se poursuivent ce weekend, avant le vote de mardi

Par ailleurs, le Guardian a rapporté que des pressions importantes sont exercées sur Geoffrey Cox, l'attorney general, pour qu'il réévalue son avis juridique sur l'accord. Les discussions entre le cabinet de May et le DUP ont repris vendredi après-midi, et devraient se poursuivre ce week-end en présence de Cox. Certains juristes tentent également d'avancer l'argument selon lequel le protocole ajouté à l'accord ce lundi apporterait des garanties juridiques nouvelles, et empêcherait que les Européens n'utilisent la perspective du backstop comme moyen de pression pour obtenir des concessions du Royaume-Uni.

Dernier élément pouvant entrer dans la balance, Theresa May pourrait proposer de démissionner d'ici la fin de l'année, en échange du soutien des députés conservateurs. Cette demande a déjà été formulée à plusieurs reprises par les députés, qui ont montré des signes de fronde de plus en plus réguliers.

En tout état de cause, les négociations de ce weekend pourraient s'avérer cruciales pour le futur même du Brexit. Theresa May pourrait en sortir renforcée, si elle remporte finalement l'approbation des députés sur son accord. Dans le cas contraire, elle a déclaré qu'elle rechercherait une extension plus longue des discussions avec les Européens. Mais aura-t-elle la légitimité pour les mener ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/03/2019 à 9:00 :
Si je peux pas répondre au multipseudos qui me troll ou répondre à son trollage vous ne validez pas mon commentaire vous ne ne laissez pas salir par un peine à penser !

J'y perds le plus dans cette histoire bon sang grandissez et assumez !
a écrit le 16/03/2019 à 19:50 :
Le RU est devant ses responsabilités, il n'y a plus rien à négocier avec l'UE. Térésa May veut un report, renégocier... renégocier quoi?
Ce sont eux qui ont voulu sortir, ils doivent faire avec ce que l'UE peut raisonnablement leur donner.
S'ils pensent pouvoir comme par le passé avoir 2 pieds chez eux et un dehors, ils se trompent. C'est ce qu'ils font depuis 40 ans. Le RU n'est plus la puissance qu'il était au siècle dernier et il risque de racornir encore si l'Écosse décide de rester dans l'UE...et si d'aventure l'Irlande du Nord avait l'extravagance de devenir républicaine !
a écrit le 16/03/2019 à 18:01 :
Comme les élites ne veulent pas du brexit. leur problème :
Comment contourner la volonté populaire .
Je trouve qu ils se débrouillent très bien , quand l intelligence est là , plus un peu de com ..plot .ca devient jouable .
a écrit le 16/03/2019 à 16:00 :
Le Bexit n’a jamais arrangé la finance… Donc les politiques asservirent par les lobbyings se débrouilleront par pourrissement de la situation ou/et intimidation vont se débrouiller pour réintégrer les Grand Bretons dans notre Europe des affaires. Les moins que rien de la Grande Bretagne ….ne feront pas le poids ! La messe est dite…
a écrit le 16/03/2019 à 12:30 :
GB est passé à 4/620 voix du brexit dur contre toute attente. Ouf! Les 6 contés irlandais sous l'Union Jack vont pouvoir prospérer en devenant la frontière ouverte entre UK et Europe mais réglementée grâce aux technologies numériques dont les Irlandais ont le savoir faire.
a écrit le 16/03/2019 à 12:06 :
Les Bourgeois de Calais n'ont pas fait ces caprices !
a écrit le 16/03/2019 à 11:08 :
Les députés britanniques ont émis cette semaine une série de votes, dont le dernier, jeudi 14, a conforté la stratégie de Theresa May.

Le parlement votera une nouvelle fois d’ici le 20 mars. Il pourrait bien, cette fois, approuver l’accord de divorce assorti de garanties juridiques. Cela confirme, s’il en était besoin, que le Brexit est plus que jamais sur les rails, n’en déplaise aux pro-UE.
a écrit le 16/03/2019 à 10:18 :
Même les européistes sont en train de comprendre dans quel pière le RU les a plongé et le pire c'est que c'est le fonctionnement structurel de cette UE qui a armé les anglais pour la rosser.

Espérons qu'au final cela se termine par un éclatement de l'UE étant donén que celle-ci semble incapable d'être en mesure de négocier quoi que ce soit.

Par ailleurs on peut compter sur les pays européens pro-américains pour avoir déjà passé en oucedé de nombreux traités.

Quel responsable politique européen n'a pas de casseroles svp ? Ça ira plus vite...
Réponse de le 16/03/2019 à 12:48 :
si vous l'écrivez ça doit être vrai! Just kidding.....
a écrit le 16/03/2019 à 9:39 :
Brexit, frexit, etc..Ce sont des préoccupations de pays riches et mieux vaut gérer la richesse que la misère. Ceci dit, les britanniques s'en sortiront toujours comme le prouve leur illustre Histoire.
a écrit le 16/03/2019 à 8:26 :
Les Anglais feraient mieux de revoter, ils ont une jeunesse qui aspire à rester dans l'UE.
Avec la mondialisation, l'UE est déjà bien fluette , que dire de l'Angleterre amputée de l'Irlande et de l'Écosse ?
a écrit le 16/03/2019 à 8:10 :
Never trust a brit.....
a écrit le 16/03/2019 à 7:03 :
La seule solution raisonnable serait que la Grand Bretagne retire sa demande de sortie de L'UE provisoirement. Rien ne l'empêcherait de réitérer la demande dans deux ans, le temps d'organiser une sortie en douceur.
La Grande Bretagne pourrait ainsi renégocier sa sortie de l'intérieur de l'UE.
En fait « Partie remise »
et coyez mois, c'est ce qui va se passer!
a écrit le 15/03/2019 à 23:24 :
L'UE est toujours aussi nulle de se faire balader par la GB, au lieu de couper les branches pourries pour revenir a la réalité!
a écrit le 15/03/2019 à 18:05 :
Voilà ce qui se passe quand on fait confiance à des camelots, bateleurs de foire et autres diseurs de bonne aventure qui ont depuis disparu de la vie politique anglaise. En France, nous en avons quelques uns, sachant que la France est dans la zone euro, et là on n'imagine même pas les difficultés quasi insurmontables en cas de sortie de l'UE, comme si nous avions les moyens d'en rajouter.
a écrit le 15/03/2019 à 17:22 :
laissons passer les elections,votez pour une belle Europe unie ( Macron et merkel comptent sur vous)et ca ira beaucoup mieux apres avec le vilain petit canard qui ne veux pas rester dans les rangs
Réponse de le 16/03/2019 à 7:09 :
Il y a encore des lecteurs qui n'ont pas compris que les problèmes de l'UE sont dus à l'Axe Franco-Allemand.
Tous les accords ont été négociés en amont par l'Axe et imposés aux autres membres de l'UE pour signature, évidemment, accords qui avantagent surtout l'Axe.
Alors quoi d'étonnant que les autres pays refusent le cannibalisme qui résulte de ces accords.
a écrit le 15/03/2019 à 17:13 :
Que celui qui comprenne quelques choses lève la main.
a écrit le 15/03/2019 à 17:07 :
des gens qui ont vote deux fois contre ne vont pas voter pour quand on leur posera la question une troisieme fois
Réponse de le 15/03/2019 à 17:51 :
Dans un monde rationnel oui, mais aujourd'hui nos amis britanniques sont devenus irrationnels. Tout est donc possible.
Réponse de le 15/03/2019 à 21:32 :
Pourquoi pas? Tout est possible quand on fait de la politique....
Réponse de le 15/03/2019 à 21:50 :
En politique tout est possible, se renier, vendre père et mère dire tout et son contraire, s'essuyer les pieds sur l'honneur. La politique est ce qui peut y avoir de pire dans ce bas monde et cela vaut pour toute la planète politique. Le synonyme de politique: paillasson

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :