Catastrophe de Tianjin : Pékin désigne 23 responsables

 |   |  519  mots
Des niveaux de cyanure jusqu'à 356 fois supérieurs au seuil de tolérance ont été relevés près du site des explosions survenues il y a une semaine à Tianjin, dans le nord de la Chine, avaient annoncé jeudi 20 août les autorités.
Des niveaux de cyanure jusqu'à 356 fois supérieurs au seuil de tolérance ont été relevés près du site des explosions survenues il y a une semaine à Tianjin, dans le nord de la Chine, avaient annoncé jeudi 20 août les autorités. (Crédits : Reuters China Stringer Network)
Deux semaines après les explosions meurtrières de Tianjin qui ont fait 173 morts et disparus selon un dernier bilan, Pékin cherche à mettre l'accent sur les responsables locaux. 12 personnes ont été arrêtées, 11 autres font désormais l'objet d'une enquête officielle.

Plusieurs médias d'Etat ont annoncé le jeudi 27 août l'arrestation formelle de 12 personnes suite aux explosions meurtrières par la police chinoise dans la métropole portuaire de Tianjin.11 responsables publics ont également été placés sous enquête pour négligence.

Les dirigeants de l'entreprise Rui Hai International, propriétaire de l'entrepôt de produits chimiques d'où sont parties les déflagrations, avaient été interpellés peu après le désastre. Ils sont désormais formellement en état d'arrestation, a indiqué l'agence Chine nouvelle.

La semaine dernière, alors qu'ils se trouvaient déjà aux mains de la police, ils étaient apparus à la télévision d'Etat, "confessant" avoir utilisé leurs "connexions politiques" pour obtenir des autorisations et contourner les règles de sécurité.

11 responsables publics impliqués

De son côté, le Parquet populaire suprême chinois a annoncé sur son site internet que des enquêtes avaient été ouvertes à l'encontre de 11 responsables publics pour "abus de pouvoir" et "négligences".

Ces enquêtes visent des officiels appartenant à plusieurs départements du gouvernement local (transports, douanes, sécurité du travail) mais aussi le président du groupe étatique gérant le port de Tianjin, a précisé le Parquet.

 Bilan humain et matériel qui s'alourdit

Le bilan des explosions du 12 août, qui ont détruit une partie de la zone portuaire de Tianjin (nord-est de la Chine) et dévasté les quartiers résidentiels alentour, continue de s'alourdir. Il s'élève désormais à 139 morts, selon des chiffres officiels publiés mercredi soir, alors que 34 personnes restent portées disparues et plus de 500 sont toujours hospitalisées.

Les explosions et les incendies qui ont suivi ont suscité de vives inquiétudes quant à la dispersion de polluants hautement toxiques dans l'air et les eaux de la ville, peuplée de quelque 15 millions d'habitants et située à deux heures de route au sud-est de Pékin.

Matériaux toxiques détectés

L'entrepôt de produits chimiques d'où sont parties les explosions géantes contenait quelque 700 tonnes de cyanure de sodium hautement toxique, parmi des milliers de tonnes d'autres composants chimiques dangereux, selon les autorités.

Or, le site se trouvait à moins d'un kilomètre de zones d'habitation et d'axes routiers majeurs, ce qui est contraire aux normes en vigueur dans le pays.

Un cas rappelant le piètre bilan de la Chine en termes de sécurité industrielle, dans un pays où les réglementations sont régulièrement ignorées et contrôlées de façon laxiste, sur fond de corruption endémique.

Pékin se défausse de ses responsabilités

Depuis la catastrophe de la ville portuaire de Tianjin le 12 août, Pékin cherche à mettre l'accent sur les manquements de responsables locaux, s'efforçant de détourner la colère populaire et les dénonciations de défaillances plus générales au niveau national.

Pour sa part, le directeur de l'Administration nationale chargé de la sécurité au travail, visé par une enquête pour corruption, a finalement été limogé, ont indiqué mercredi des médias officiels.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/08/2015 à 9:23 :
La solution chinoise pour présenter à la population des " coupables ".
Mais cela n'est pas la vraie solution du problème de base.
a écrit le 28/08/2015 à 2:48 :
Et l'on découvre la Chine sous ses vraies facettes : répression, désinformation et manipulation de l'information...
Réponse de le 28/08/2015 à 11:52 :
oui vivant en Chine depuis bientot 3 ans c'est tout a fait cela, ce pays est une belle opportunite mais aussi peut etre le risque le plus important pour la planete. il est a un tournant de son histoire
a écrit le 27/08/2015 à 22:09 :
Bref, comme d'habitude, comme partout, comme toujours ; les vrais responsables, c'est à dire les "dominants"(que l'on appelle faussement dirigeants) vont s'en échapper et le "système" ne va être remis en cause!!
a écrit le 27/08/2015 à 20:24 :
"La sécurité au travail" ... ça existe en Chine ?
Déjà que chez nous c'est en voie de disparition pour cause d'alignement de la productivité avec les émergents, on peut en douter.
Au fait ? Ils en sont où les contrôles des sites dangereux en France ? silence assourdissant. On va leur laisser le temps de cacher la poussière sous le tapis, hein ? il y a des "carrières" en jeu certainement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :