Chine : chute record des réserves de change après la dévaluation du yuan

 |   |  324  mots
Si le rythme actuel d'intervention sur les changes continue, nous estimons que la BPC pourrait perdre environ 14% de ses réserves de change entre juin et décembre, expliquent les analystes de Barclays Capital.
"Si le rythme actuel d'intervention sur les changes continue, nous estimons que la BPC pourrait perdre environ 14% de ses réserves de change entre juin et décembre", expliquent les analystes de Barclays Capital. (Crédits : © Petar Kujundzic / Reuters)
Pékin a dû vendre massivement des dollars pour soutenir sa monnaie. En août, les réserves de change chinoises ont chuté de 93,9 milliards de dollars, pour tomber à 3.557 milliards de dollars, bien loin de leur record de 2014. Et selon certains analystes, le chapitre est loin d'être clos.

Le pays disposant des plus importantes réserves de change (avoirs en devises étrangères) au monde a subi un sacré coup de bambou. Selon Bloomberg, lundi 7 septembre, les réserves de change de la Chine ont connu une chute record de 93,9 milliards de dollars (84,2 milliards d'euros).

Elles s'établissaient à 3.557 milliards de dollars à fin août contre 3.650 milliards un mois plus tôt. Bien loin de leur niveau record de 3.990 milliards mesuré en juin 2014. Elles connaissent ainsi leur 4e mois de chute consécutive. Une information confirmée par l'agence officielle Chine nouvelle, qui rapporte des déclarations et des données de la Banque populaire de Chine.

chute réserves chinoises

La dévaluation du yuan est à l'origine de cette "fonte" des réserves. Pour rappel, en une semaine, à partir du 11 août, Pékin a dévalué de 5% la valeur de sa monnaie, une décision soudaine qui a aggravé la dégringolade des Bourses chinoises et internationales, inquiètes du ralentissement de l'économie chinoise. La Banque populaire de Chine (BPC) a dû intervenir franchement pour stabiliser le yuan après cette dévaluation surprise et contrer les effets des sorties de capitaux.

     Lire aussi >> La Chine entre dans la guerre des monnaies

"Plus forte sera l'intervention, plus profonde sera la chute"

"Si la banque centrale [chinoise, Ndlr] continue son intervention, les réserves de change chinoises vont continuer à diminuer. Plus forte sera l'intervention, plus profonde sera la chute", explique à Bloomberg Li Miaoxian, une analyste de Bocom International Holdings.

Des analystes de Barclays Capital , dont les propos sont relayés par Reuters ont renchéri:

"Si le rythme actuel d'intervention sur les changes continue, nous estimons que la BPC pourrait perdre environ 14% de ses réserves de change entre juin et décembre. [...] Nous estimons que la BPC devra réduire le taux des réserves obligatoires imposées aux banques pour compenser l'impact des opérations de change sur la liquidité domestique."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/09/2015 à 9:10 :
Il est vrai que le marché a assez peu l'habitude d'un état aussi actif! puisque habituellement c'est lui qui dicte sa loi!!! c'est forcement très déroutant!! mais la chine protège ses petits épargnants qui, n'ayant pas de retraite, trouvent là le moyen de s'en procurer une !!! Après la liberté des uns s'arrête là ou commence celle des autres!
Réponse de le 08/09/2015 à 10:34 :
"mais la chine protège ses petits épargnants" Je m'excuse mais vous n'avez pas compris le principe. Ce ne sont pas les épargnants qu'elle "protège". Ce sont les dirigeants. En effet, ces derniers ont promis qu'avec le comunisme (et surtout eux en oligarques), TOUS les Chinois allaient vivre comme des ricains. Sauf que ... crise aidant, la Chine commence à moins vendre. Les dirigeants sauvent donc des entreprises qui ne vendent pas POUR éviter une révolution des ouvriers. Soit, ces dirigeants pensent SURTOUT à eux. Les "épargnants"...
a écrit le 07/09/2015 à 19:23 :
Et pendant ce temps, les traders liquident les actions japonaises à un rythme jamais vu dans l’histoire. Cependant, il semble que la fête soit finie.
Selon Bloomberg, les étrangers ont liquidé 1,43 milliards de yens d’actions japonaises dans les trois semaines précédant le 28 août, comme le montrent les données de la Bourse de Tokyo actualisées jeudi le 3 septembre. Impressionnant. Inquiétant.
C’est le record sur une durée de trois semaines, il dépasse la période pendant laquelle la banque Bear Stearns s’est effondrée en 2008.
À quand un papier de LT (sans être biaisé !) à ce sujet?
a écrit le 07/09/2015 à 18:24 :
" la BPC pourrait perdre environ 14% de ses réserves de change entre juin et décembre."
Et il restera toujours plus de 3000 milliards de $, soit plus que le PIB de la France...de quoi voir venir les choses!
Les experts s'inquiètent pourquoi au fait?
a écrit le 07/09/2015 à 18:21 :
La Chine passe peu à peu vers les échanges avec les monnaies respectives de chaque pays, ce qui représente quelque part une "dédollarisation". La Russie et d'autres pays du BRICS entament eux aussi cette même démarche après le sommet de tous ces pays le mois de juillet, en Russie.

Pourquoi LT fait semblent d'oublier qu'un accord entre le Président Xi et Angela Merkel cette année prévoit désormais les échanges commerciales entre la Chine et l'Allemagne dans leur respectives monnaies ?
a écrit le 07/09/2015 à 15:09 :
Dans la moyenne!
Nous 150 Md pour 66 millions
Chine 3550 Md pour une population d'1,5 Md, donne une somme par habitant très proche.
Correct, c'est mon dernier mot Jean-Pierre!
Réponse de le 07/09/2015 à 16:04 :
Je comprends bien la remarque mais il serait au moins aussi intéressant de rapporter ce chiffre au PIB et non à la population. Le résultat mettrait en évidence la faiblesse des réserves francaises comparées à la richesse produite. Le constant serait quelque peu différent... Mais les comparaisons, quelles qu'elles soient, entre les économies chinoises et francaises n'ont pas tellemenent de sens pour un ensemble de raisons, mais c'est un autre débat.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :