Conflit israélo-palestinien : la paix rapporterait des milliards de dollars aux deux parties

 |   |  506  mots
Le 22 mai 2015, un rapport de la Banque mondiale estimait le taux de chômage à 43% dans la Bande de Gaza.
Le 22 mai 2015, un rapport de la Banque mondiale estimait le taux de chômage à 43% dans la Bande de Gaza. (Crédits : Reuters)
Si la paix s'installait au Proche-Orient, les Israéliens pourraient gagner 120 milliards de dollars en une décennie, et le revenu moyen par habitant des Palestiniens pourrait augmenter de 36%, selon une étude de Rand Corporation. Grâce à un "calculateur du coût du conflit", les chercheurs ont retenu qu'une solution à deux Etats "produirait de loin les meilleurs résultats économiques (et humains) pour les deux parties".

Les belligérants du conflit Israélo-Palestinien auraient tout à gagner à faire la paix. Alors que les deux parties feraient face à des pertes économiques de taille en cas de de retour à la violence, le cessez-le-feu, lui, pourrait leur générer des milliards de dollars, selon une étude publiée lundi.

250 milliards de dollars d'opportunités économiques

Pendant deux ans, la Rand Corporation, organisme américain de recherche à but non lucratif, a interrogé quelque 200 fonctionnaires de la région sur les coûts du conflit israélo-palestinien. La principale conclusion de leurs recherches est que, suite à un accord de paix durable, les Israéliens gagneraient 120 milliards de dollars au cours d'une décennie, et les Palestiniens 50 milliards, affichant une hausse de 36% du revenu moyen par habitant.

En revanche, si les affrontements reprenaient, Israël perdrait énormément d'opportunités économiques, à hauteur de 250 milliards de dollars environ, et la Palestine verrait son PIB par habitant baisser de 46 %, affirme l'étude.

"Nous espérons que notre analyse et nos outils peuvent aider les Israéliens, les Palestiniens et la communauté internationale à comprendre plus clairement comment les tendances actuelles évoluent, et à reconnaître les coûts et les avantages des solutions alternatives à l'actuel cycle destructeur d'action, de réaction et d'inaction", a déclaré Anthony Ross, co-leader de l'étude et directeur de l'Initiative israélo-palestinienne de RAND.

Cinq scénarios et une solution

Les chercheurs ont mis au point un "calculateur de coût du conflit" prenant en compte le budget de la défense d'Israël, ses relations commerciales et ce que coûterait le déménagement des colons de Cisjordanie par exemple. Pour les Palestiniens, qui voudraient que la Cisjordanie et la Bande de Gaza fassent parties de leur futur Etat, le calculateur inclut la destruction potentielle de leur propriété, la liberté de se déplacer et la réglementation bancaire.

L'étude a examiné cinq scénarios différents : une accord de paix avec deux Etats, un retrait unilatéral coordonné, un retrait unilatéral non-coordonné, la résistance non-violente, et un soulèvement violent.

"Une solution à deux Etats produirait de loin les meilleurs résultats économiques pour les Israéliens et les Palestiniens. En une décennie, l'Israélien moyen verrait son revenu augmenter d'environ 2.200 dollars, comparé à un gain de 1.000 dollars pour les Palestiniens, par rapport à notre projection pour les tendances actuelles . Mais cela ne fonctionne qu'à 5% pour chaque Israélien contre 36 % pour chaque Palestinien, ce qui signifie que les Israéliens ont beaucoup moins d'avantages que les Palestiniens à rechercher la paix ", a déclaré Charles Ries, co-chef de l'étude.

Les équipes de Rand Corporation sont actuellement dans la région afin de présenter leurs conclusions aux responsables israéliens et palestiniens. L'étude a quant à elle été financée par un donateur indépendant, qui désirait « donner des outils aux dirigeants pour qu'ils prennent de bonnes décisions ».

Les responsables israéliens ont refusé de commenter, tandis que les responsables palestiniens ne pouvaient pas être joints pour un commentaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/06/2015 à 14:41 :
Il parait que les sionistes ont volé l’Etat Palestinien?

-Avant Israël, il y avait le Mandat Britannique en Palestine, pas un Etat Palestinien.
-Avant le Mandat Britannique en Palestine, il y avait l’Empire Ottoman turc et musulman, pas un Etat Palestinien.
-Avant l’Empire Ottoman, il y avait l’état islamique des Mamelouks d’Egypte, pas un Etat Palestinien.
-Avant l’état islamique des Mamelouks d’Egypte, il y avait l’Empire Ayyoubide arabo-kurde, pas un Etat Palestinien.
-Avant l’Empire Ayyoubide, il y avait le Royaume deJérusalem franc et chrétien, pas un Etat Palestinien.
-Avant le Royaume de Jérusalem, il y avait l’Empire Ommeyyade puis Fatimide, pas un Etat Palestinien.
-Avant l’Empire Ommeyyade puis Fatimide, il y avait l’Empire Byzantin, pas un Etat Palestinien.
-Avant l’Empire Byzantin, il y avait l’Empire Sassanide, pas un Etat Palestinien. -Avant l’Empire Sassanide, il y avait l’Empire Byzantin, pas un Etat Palestinien.
-Avant l’Empire Byzantin, il y avait l’Empire Romain, pas un Etat Palestinien.
-Avant l’Empire Romain, il y avait l’état Hasmonéen, pas un Etat Palestinien.
-Avant l’Etat Hasmonéen, il y avait l’Empire Séleucide, pas un Etat Palestinien.
-Avant l’Empire Séleucide, il y avait l’Empire Macédonien d’Alexandre le Grand, pas un Etat
Palestinien.
-Avant l’Empire Macédonien, il y avait l’Empire Perse, pas un Etat Palestinien. MM Avantl’Empire Perse, il y avait l’Empire Babylonien, pas un Etat Palestinien.
-Avant l’Empire Babylonien, il y avait les Royaumes d’Israël et de Juda, pas un Etat Palestinien.
-Avant les Royaumes d’Israël et de Juda, il y avait le Royaume d’Israël, pas un Etat Palestinien.
-Avant le Royaume d’Israël, il y avait la théocratie des douze tribus d’Israël, pas un Etat Palestinien.
-Avant la théocratie des douze tribus d’Israël, il y avait un conglomérat de cités-royaumes cananéens indépendants, pas un Etat Palestinien.

En fait, sur ce bout de terre, il y a à peu près tout eu, sauf un Etat Palestinien.
Donc, rappelez-moi comment les sionistes ont pu « voler » quelque chose qui n’a jamais existé?
Réponse de le 09/06/2015 à 16:02 :
@Marc
Et tout çà pour faire plouf?
Ce type de déroulé des évènements historiques, c'est valable pour le moindre morceau de terre de la planète, en Europe aussi.
Tout çà pour tenter de valider une occupation illégale des "territoire occupés"?
Pour ce qui concerne l'état d'Israël, il est reconnu par une forte majorité de terriens.
Monsieur le pro-sioniste, vous devriez dépenser votre énergie pour apaiser les tensions entre ces 2 nations et pousser dans le sens d'une reconnaissance réciproque.
Là, vous ne faites qu'attiser la haine en détournant le sujet de cet article, qui serait plutôt optimiste et réconciliateur.
Réponse de le 10/06/2015 à 11:40 :
@Marc
Certes l'histoire, bien sûr, mais si le but est d'installer la paix, alors la démarche doit être différente et bien plus profonde. Il faut analyser, comprendre et faire l'expérience de cette source de l'humanité en chacun, ce domaine de paix et d'amour qui est au plus profond de notre conscience. La méditation transcendantale amène à faire cette expérience facilement et sans contrainte. Ce n'est que sur la base de notre conscience commune et développée en commun et par un minimum de 1 voire 2% de la population que l'on arrivera à vivre ensemble en paix.
http://www.bienfaits-meditation.com/fr/maharishi/vol_yogique_paix_mondiale/creer-paix-mondiale
a écrit le 09/06/2015 à 10:00 :
La paix du financier prépare toujours la prochaine guerre pour mieux préparer une paix rémunératrice! Une obsolescence programmé en quelque sorte!
a écrit le 08/06/2015 à 20:13 :
"Si la paix s'installait au Proche-Orient, les Israéliens pourraient gagner 120 milliards de dollars en une décennie". Déjà, détruire le mur de la honte, recréer des infrastructures entre les deux nations, construire celles de la Palestine en partant de quasiment rien et boucher tous les tunnels, un méga job pour le BTP et des milliers d'emplois à la clef.
L'économie israélienne, palestinienne, mais aussi celles des pays du golfe pourraient être boostées. Et l'économie palestinienne ne pourrait que fortement progresser puisqu'elle est au plus bas suites aux décennies d'embargos et de bombardements. 120 milliards, un peu abusé pour un seul état, mais sur la région, pourquoi pas.
Est-ce-que le plus puissant lobby israélien, le complexe militaro-industriel qui perdrait aussi chaque année des dizaines de milliards d'achats et de financements de développements, accepterait la chose?
a écrit le 08/06/2015 à 19:56 :
Comment envisager une paix quand on est dans une situation qui ne bénéficiera qu'a un seul parti? Parti soutenue par la majorité des "démocraties" qui à obtenue la terre des autres aux seuls moyens de la force, en claire tant que les Palestiniens n'auront pas récupéré ce qu'on leur a enlevé je ne vois pas qu'il accepteront quoi que ce soit, et ce ne sont pas les "milliards" qui semble les motiver à s'incliner. Que le Seigneur Tout Puissant leur vienne en aide afin de les libérer de cet oppression qui dure depuis bien trop longtemps. Amen
Réponse de le 09/06/2015 à 14:43 :


Le mythe palestinien
La situation au Proche-Orient paraît simple pour tout le monde: les Palestiniens veulent une patrie et les Musulmans veulent le contrôle de sites qu'ils considèrent comme étant sacrés.

Et bien, en tant que journaliste arabe Américain qui s'est forgé une connaissance approfondie de la situation au Moyen-Orient, à force de commenter jets de pierres et tirs de mortiers, je peux aujourd'hui vous assurer que la justification de la violence et des émeutes ne trouve pas son origine dans la simple revendication palestinienne à une patrie, ni dans la volonté des Musulmans de contrôler des sites qu'ils considèrent sacrés.

Comment expliquer qu'avant la guerre des Six-Jours en 1967, il n'y eut aucun mouvement sérieux de revendication d'indépendance palestinienne? "Avant 1967?" me direz-vous, "les Israéliens n'occupaient pas la Cisjordanie et la vieille ville de Jérusalem. " C'est vrai. Mais durant la guerre des Six-Jours, ce n'est pas des mains des Palestiniens, ni de Yasser Arafat qu'Israël conquît la Judée , la Samarie et Jérusalem Est. Ces territoires étaient de fait occupés par le Roi Hussein de Jordanie depuis 1948. A-t-on une seule fois demandé au souverain Hachémite de restituer ces territoires aux Palestiniens? Est-ce qu'une seule résolution de l'ONU à vue le jour à ce sujet? Non et non. Ne vous demandez-vous pas alors pourquoi tous ces Palestiniens ont soudainement découvert leur identité nationale après qu'Israël ait gagné cette guerre?

La vérité est que la Palestine est un mythe.
Le nom Palestine est utilisé pour la première fois en l'an 135 de l'ère actuelle par l'empereur romain Hadrien, qui, non content d'avoir éradiqué la présence juive en Judée (une présence qui durait depuis plus de 1000 ans), non content d'avoir détruit leur Temple à Jérusalem, non content d'avoir interdit l'accès du pays aux derniers Juifs, se persuada qu'il fallait annihiler toute trace de civilisation juive dans le pays en le débaptisant au profit d'un nom dérivé des Philistins. Les Philistins étant ce peuple auquel appartenait Goliath et que les Hébreux parvinrent à vaincre des siècles plus tôt. Ce baptême était pour les Romains une façon d'ajouter l'insulte à la blessure. Ils essayèrent également de changer le nom de Jérusalem en "Alea Capitolina", mais cela ne rencontra pas le même succès.

La Palestine en tant qu'entité autonome n'a jamais existé au cours de l'Histoire. Le pays fut dominé successivement par les Romains, par les croisés Chrétiens, par les Musulmans (qui n'ont d'ailleurs jamais fait de Jérusalem une capitale pendant qu'ils occupaient le pays), par les Ottomans et, brièvement, par les Britanniques au lendemain de la première Guerre Mondiale. Dès 1917, avec la déclaration Balfour, les Britanniques s'étaient montrés favorables à céder au moins une partie du territoire au peuple Juif afin qu'ils y établissent un Etat souverain. Il n'existe pas de langue proprement Palestinienne. Ni même de culture spécifiquement Palestinienne. Il n'y a jamais eu de Palestine dirigée par des Palestiniens. Ces derniers sont des Arabes, et sont indissociables des Jordaniens ( la Jordanie étant elle aussi une invention récente, créée de toutes pièces en 1922 par les Britanniques). Le monde Arabe contrôle 99. 9% des terres du Moyen-Orient. Israël ne représente que 0,1% de la superficie régionale.

Mais cela est déjà trop pour les Arabes. Ils veulent tout. Et c'est précisément là que se situe le nœud du conflit qui les oppose à Israël.
Avidité. Fierté. Jalousie. Convoitise. Toutes les concessions que pourrait faire Israël n'y suffiront pas. Qu'en est-il des lieux saints de l'Islam? Il n'y en a tout simplement aucun à Jérusalem.

Cela vous choque? Vous pouvez l'être. Je suis persuadé que vous n'entendrez jamais cette vérité brutale de la part d'aucun média international. C'est politiquement incorrect. Je sais que vous me direz: " la Mosquée Al Aqsa et le Dôme du Rocher à Jérusalem représentent le troisième lieu saint de l'Islam."
Faux: en réalité, le Coran ne fait aucune mention de Jérusalem. La Mecque est citée des centaines de fois. Médine est mentionnée un nombre incalculable de fois. Mais Jérusalem, jamais (inversement, Jérusalem est citée 669 fois dans la Torah ). Il n'existe aucune preuve historique que le prophète Mohammed se soit rendu à Jérusalem.

Alors comment Jérusalem est-il devenu le troisième lieu saint de l'Islam? Les Musulmans, aujourd'hui, se réfèrent à un vague passage du Coran, la 17ème Sourate, intitulée "le Voyage Nocturne ". Il y ait fait état d'un rêve de Mohammed qui fût transporté de nuit "du temple sacré au temple le plus éloigné dont nous avons béni l'enceinte". Au septième siècle, des Musulmans ont identifié les deux temples mentionnés dans ce verset comme étant la Mecque et Jérusalem. Voilà à quoi tient la connexion si étroite entre l'Islam et Jérusalem - connexion faite de rêve, d'imagination, d'interprétations et de mythe. Parallèlement, le peuple Juif voit son enracinement à Jérusalem remonter jusqu'à l'époque du patriarche Abraham.

La dernière vague de violence qui sévit en Israël a eu comme origine, dit-on, la visite du chef du Parti Likoud Ariel Sharon sur le Mont du Temple, là où se trouvent les fondations du Temple construit par Salomon. C'est le site le plus saint du judaïsme. Sharon et son entourage y furent accueillis à coups de jets de pierres et d'insultes. Je sais à quoi cela ressemble. J'y étais.
Pouvez-vous imaginer ce que ressentent les Juifs lorsqu'ils sont menacés, lapidés et tenus éloignés du lieu le plus saint du judaïsme? Alors, me direz-vous, quelle est la solution pour apporter la paix dans ce Moyen-Orient?
Franchement, je ne pense pas qu'un homme aujourd'hui puisse se prévaloir de détenir une solution durable. Mais s'il y en a une, elle se doit de commencer par rétablir la Vérité. La poursuite des mensonges n'apportera que plus de chaos. Continuer à mépriser un droit légitime vieux de 5,000 ans pour les Juifs, de surcroît renforcé par des preuves historiques et archéologiques éclatantes, en les opposant à de fausses revendications, ne pourra que donner une mauvaise réputation à cette diplomatie de menteurs.

© Joseph Farah, 2001


a écrit le 08/06/2015 à 18:35 :
Ah je n'en peux plus avec ce genre d'étude commandée à distance…

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :