Quand les riches vivent dix ans de plus que les pauvres d'une même ville

 |   |  388  mots
A Brownsville, l'espérance de vie atteint 74,1 ans. Les problèmes de santé ont tendance à se concentrer dans les secteurs où habitent les gens de couleur, et où de nombreux habitants vivent dans la pauvreté, selon la commissaire à la Santé de New York Mary Bassett
A Brownsville, l'espérance de vie atteint 74,1 ans. "Les problèmes de santé ont tendance à se concentrer dans les secteurs où habitent les gens de couleur, et où de nombreux habitants vivent dans la pauvreté", selon la commissaire à la Santé de New York Mary Bassett (Crédits : Reuters)
Une étude de la ville de New York rapporte que les habitants de Brownsville vivent onze ans de moins qu'à Wall Street. Des écarts d'espérance de vie entre riches et pauvres qui peuvent atteindre et même dépasser les vingts ans dans d'autres villes.

Des statistiques qui font froid dans le dos. Les habitants d'un quartier très pauvre de Brooklyn vivent 11 ans de moins en moyenne que ceux qui habitent près de Wall Street à 15 kilomètres de là, selon des statistiques publiées par la ville, dévoilées mercredi 14 octobre. Ainsi, une personne vivant dans le quartier de Brownsville à Brooklyn a une espérance de vie de 74,1 ans contre 85,4 ans dans le coin financier de Manhattan.

"Les problèmes de santé ont tendance à se concentrer dans les secteurs où habitent les gens de couleur, et où de nombreux habitants vivent dans la pauvreté. [...] C'est injuste et évitable", a déclaré la commissaire à la Santé de New York Mary Bassett.

La population du quartier de Brownsville enregistre des taux plus élevés d'obésité (32%) et de maladies respiratoires.

28 ans de différence à Glasgow

On reste toutefois loin du cas extrême de la ville écossaise de Glasgow. L'Organisation mondiale de la santé rapportait que l'espérance de vie des hommes du quartier de Calton à la naissance grimpe à 54 ans, quand celle du quartier huppé de Lenzie atteint les 82 ans. Deux zones séparées de treize kilomètres. A noter toutefois que l'étude la plus récente sur ce cas est datée de 2008. Elle expliquait que cela est dû avant tout aux inégalités sanitaires qui sont "le fruit des circonstances dans lesquelles les gens grandissent, vivent, travaillent et vieillissent ainsi que les systèmes mis en place pour faire face à la maladie".

Toujours dans le monde anglo-saxon, James Cheshire et Oliver O'Brien, deux chercheurs de l'University College London, avaient établi au point une carte du métro londonien. Entre Vauxhall et Oxford Circus séparés par quatre stations, l'écart d'espérance de vie atteignait quasiment vingt ans.

Un cadre vit 6,3 ans de plus qu'un ouvrier en France

Plus largement, des études ont également été publiées plus largement dans certains pays. En Angleterre, un rapport du bureau national des statistiques publié en mars, estimait que les hommes les plus pauvres (décile inférieur) vivaient neuf ans de moins que les plus riches (décile supérieur).

En France, la dernière étude sur la question date de 2011. Elle pointait l'écart d'espérance de vie, entre les hommes cadres (82,2 ans) et les ouvriers (75,9 ans).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/05/2016 à 13:11 :
C'est une honte de ne pas être soigné correctement faute
d'argent mais on ne meurt pas que de maladies, il y a les
accidents et les catastrophes naturelles et là les riches
n'y échappent pas, alors l'argent ne fait pas tout !
Le destin réservé à l'homme est parfois surprenant.
a écrit le 28/10/2015 à 20:54 :
M'enfin, mais c'est bien LA MOINDRE DES CHOSES ? Avec tout le mal
qu'on se donne pour gagner des sous, l'extraordinaire difficulté pour les conserver
malgré les attaques en tout genre des profiteurs de toutes sortes ((SSSSSSS)
et les pièges divers tendus tout partout pour nous les piquer , VOUS VOUDRIEZ
EN PLUS Q'ON EN TIRE AUCUN AVANTAGE ? Mais MÊME Normal 1er
(qui en bénéficie GRANDEMENT) peut vous prouver le contraire ?
a écrit le 27/10/2015 à 17:33 :
On peut établir la corrélation entre pauvreté et mortalité, qui est réelle, mais corrélation ne signifie pas relation de cause à effet, du moins pour les Etats-Unis. On peut aussi rechercher la corrélation avec le mode alimentaire, et notamment l'obésité.
Dans le classement mondial de l'obésité, les Etats Unis sont champions incontestés avec 34 % de la population en surpoids, ce qui entraîne toutes sortes de maladies: cardio vasculaires, digestives, diabète, cancers etc... Or ce sont les "pauvres" américains qui sont obèses, alors que les riches sont sveltes.
Pour en savoir plus:.http://www.planetoscope.com/mortalite/1549-deces-dus-a-l-obesite-et-au-surpoids-dans-le-monde.html
a écrit le 24/10/2015 à 21:43 :
Au delà des "aneries" partisanes qui voudraient que les pauvres feraient plus d'excès (raisonnement d'imbéciles), et que les pauvres seraient + bêtes (raisonnement de crétins)..Le "type de société" est crucial en matière de longévité. Une société ultra individualiste, obsédée par la "performance" individuelle (qui ne signifie pas intelligence), meprisera, compte tenu de son inculture sociale ou de sa difficulté à appréhender la notion de "monde civilisée", sécurité sociale, protection sociale globale (dont ils usent pourtant en cas de besoin).
Et pourtant c'est bien cela qui explique les écarts énormes de longévité dans les pays anglo-saxons.
En France les inégalités s'accroissent car hélas des "pas civilisés avides de fric" sont prêts à sacrifier ce qui fait l'honneur de la France, la sécurité sociale, construite par les "pauvres" (intelligence du savoir être).

Cela dit, ma pensée va aux 50 millions d'américains pauvres et aux millions d'anglais dans la même situation, ainsi qu'aux millions d'allemands atteints par cette "pathologie" dont pourtant la "bactérie" est parfaitement situable...
a écrit le 16/10/2015 à 9:04 :
Une enquête biaisée pour nous faire croire que c'est parce qu'on ne paye pas assez pour la santé des pauvres qu'ils meurent plus tôt.
En fait, la grande différence en santé vient des comportements préventifs...
Et pour se renseigner et les appliquer correctement, il faut avoir un peu de jugeotte (ce qui va souvent avec des revenus plus élevés)...
Réponse de le 27/10/2015 à 10:12 :
Il faut aussi manquer de jugeote pour ne pas comprendre qu'il faut de l'argent pour financer un comportement préventif, pour avoir un habitat sain et correctement chauffé et pour pouvoir avoir une alimentation de qualité.
a écrit le 15/10/2015 à 18:49 :
ah, les stats!! encore une etude a deux balles pour accuser l'argent, et les sales riches qui gagnent plus de 4000 euros ( bruts, hein) pour un couple avec deux enfants, comme disait l'autre en campagne
apres c'est evident qu'aux etats unis, celui qui peut se payer un hopital sera mieux soigne qu'au healthcare system
en france c'est l'inverse, si vous travaillez et ne gagnez pas trop vous etes coince entre ceux qui peuvent se le payer et sont rares, et ceux qui beneficient des remboursements a 100% vu qu'ils n'ont jamais cotise ( aka ' causalite a la francaise')
l'ouvrier boit de la biere degueulasse et fume des gitanes maïs, le cadre boit du bourgogne avec un cigare de bonne qualite, ok on est tous d'accord, certains courent plus avec un boulet que d'autres...
apres, quand on a une vie saine...
( merci de ne pas m'expliquer que l'ouvrier est oblige de nourrir ses gosses avec des chips et du coca car il n'a pas les moyens de les nourrir correctement...)
Réponse de le 15/10/2015 à 20:03 :
Tu n'as qu'à vivre en Angleterre et arrêtez de nous ... . Si tu y vis déjà, ne nous casse pas les ... . On ne veut pas voir notre espérance de vie baisser pour rejoindre le niveaux des USA, notre suzerain adoré.
Réponse de le 16/10/2015 à 8:18 :
@ryvv: Il y a plus de Français et de russes qui vivent en Angleterre que de Britanniques qui vivent en France ou en russie. Mieux, il y a plus de Français qui vivent en Angleterre qu'en russie et il y a plus de russes qui vivent en Angleterre qu'en France.
Réponse de le 27/10/2015 à 13:55 :
http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/services-aux-citoyens/preparer-son-expatriation/dossiers-pays-de-l-expatriation/royaume-uni-22761/

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/anglais-de-france-loin-d-albion-mais-au-coeur-de-l-europe_1674102.html

pardon mais il me semble évident qu'il y a plus d'anglais installés en France que l'inverse...
a écrit le 15/10/2015 à 15:39 :
Une information qui on verrait très difficilement sur notre Tribune bien-aimée, mais pourtant devrait faire objet de toute publication économique sérieuse. Selon le Global Wealth Report (Rapport sur la richesse mondiale) réalisé par le Crédit Suisse, il y a plus de personnes pauvres en Amérique du Nord qu'en Chine. N'en déplaise nos passionnés de l'Amérique, les choses changent dans le monde…… malgré eux.
Réponse de le 15/10/2015 à 18:24 :
C'est-à-dire qu'il y a plus de riches en Chine qu'aux US et Canada ? si l'on compare les populations des US et de la Chine on pourrait même dire qu'une très large majorité de Chinois sont plus riches que les Américains.

Intéressant. Mais je n'ose pas comparer la Chine avec la France, j'en serais déprimé.
Réponse de le 16/10/2015 à 8:26 :
@toto: Je ne crois pas à votre accusation contre le Crédit Suisse. Donne nous les liens. Justement, sur CCTV China, aujourd'hui même, on parle de 600M de Chinois qui sont sorti de la pauvreté depuis 1978. Cela ne représente que 50% de la population chinoise. La Chine reste un pays largement rurale et en voie de développement mais plus riche et plus développée que la russie encore vraiment très misérable, très rurale et très arriérée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :