Grèce : Tsipras s'engage à accélérer les reformes

 |   |  443  mots
Athènes présentera et appliquera ses réformes structurelles, a réagi le Premier ministre grec Alexis Tsipras, en précisant toutefois: Il est clair que la Grèce n'aura pas à prendre des mesures récessives.
Athènes "présentera et appliquera ses réformes structurelles", a réagi le Premier ministre grec Alexis Tsipras, en précisant toutefois: "Il est clair que la Grèce n'aura pas à prendre des mesures récessives". (Crédits : © POOL New / Reuters)
A l'issue de la réunion qui s'est tenue jeudi à Bruxelles, à laquelle participaient François Hollande et Angela Merkel, le gouvernement grec s'est engagé à présenter rapidement une liste précise des mesures qu'il compte adopter.

La Grèce présentera "une liste complète de réformes précises dans les prochains jours". Par cette déclaration, contenue dans un bref communiqué des institutions européennes publié dans la nuit de jeudi 19 mars à vendredi 20 mars, s'est conclue la réunion sur le sauvetage financier du pays qui s'est tenue hier à Bruxelles.

L'objectif "de conclure aussi vite que possible" souligné

La Grèce "aura la main sur les réformes", et les engagements pris lors de l'Eurogroupe du 20 février ont été réaffirmés, avec l'objectif "de conclure aussi vite que possible", "dans un esprit de confiance réciproque", ajoute la déclaration, publiée à l'issue d'une réunion de plus de trois heures à laquelle participaient la chancelière allemande Angela Merkel et le président français François Hollande.

Cette réunion, organisée à la demande du Premier ministre grec Alexis Tsipras par le président du Conseil, Donald Tusk, en marge d'un sommet des 28 à Bruxelles, réunissait également le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, celui de la BCE Mario Draghi et celui de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem.

Pas d'engagements précis selon Angela Merkel

"Nous n'avons pas parlé de chiffres ou d'engagements précis", a indiqué Angela Merkel au cours d'une conférence de presse. "Il a été demandé (aux dirigeants grecs) d'être plus précis sur les réformes et de demander qu'elles soient présentées plus rapidement que prévu", a expliqué de son côté François Hollande, en insistant sur le fait que "la notion d'accélération a été souhaitée et par les uns et par les autres".

"Les discussions politiques ont lieu à Bruxelles, les missions de vérification à Athènes", précise le texte des institutions, indiquant que "l'Eurogroupe est prêt à se réunir à nouveau dès que possible".

Tsipras plus optimiste

La Grèce et ses partenaires européens ont "remis la procédure sur les rails" pour assurer le sauvetage du pays, a réagi le Premier ministre grec, Alexis Tsipras.

Athènes "présentera et appliquera ses réformes structurelles", a-t-il ajouté, en précisant toutefois: "Il est clair que la Grèce n'aura pas à prendre des mesures récessives."

Et Tsipras de souligner, alors que le pays arrive à court de liquidités:

"En même temps, tous les participants ont confirmé leur disposition à travailler pour que soit rétablie le plus vite possible la capacité de financement de l'économie grecque."

Alexis Tsipras a aussi indiqué compter sur le prochain déblocage par la Commission européenne "de fortes sommes" de fonds structurels pour soutenir des programmes sociaux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/03/2015 à 18:09 :
Ce sont les politiciens et les banquiers qui ont pendant près de 30 ans ont mis la Grèce financièrement dans le trou, à l'insu du pauvre peuple pas responsable, entend-on maintenant. Si c'est le cas, ce "pauvre" peuple, de deux choses l'une, ou il était complètement stupide en reportant d'élection en élection ces mêmes politiciens au pouvoir, ou il ne voyait pas de problèmes dans cet endettement forcené, année après année, vu qu'il en profitait lui aussi. Alors, qu'il cesse de chialer et prenne exemple sur le peuple Portugais qui lui se sort lentement mais sûrement du trou, sans déchirer sa chemise sur la place publique!
a écrit le 20/03/2015 à 13:55 :
Je n'ai pas l'impression que le gouvernement grec veuille changer ses promesses électorales, jusqu'où va-t-on aller avant de regarder la réalité en face, il me semble d'ailleurs que, contrairement à ce que dis notre président, la France soit plus vertueuse en matière d'économie !
a écrit le 20/03/2015 à 12:57 :
La réalité s'impose toujours!
Quoiqu'on promette pendant la campagne pour gagner l'élection, Tsipras finit par capituler devant la réalité à la manière de F. Hollande. Seuls ceux qui sont soit bien désespérés soit naïf. ont voté pour eux. On a connu la même expérience en France voici deux ans et demi avec la promesse "Moi Président, je réenchanterai le rêve des Français". Le problème est qu'il existe toujours ces individus dans la société et qui reportent maintenant leur mécontentement ou leur espoir sur FN.
Réponse de le 20/03/2015 à 14:17 :
Vous avez mal compris (en meme temps ce n'est pas de votre faute, vu la pietre couverture du sujet grec par les médias français). Tsipras compte accélérer les reformes qu'il a promise pendant la campagne, et pour lesquelles il a été élu : chasse a la corruption, redressement économique du pays, lutte contre l'extreme pauvrete. D'ailleurs les résultats sont déjà visibles, si vous prenez le temps de vous renseigner ... et en France, quoi de neuf ?
a écrit le 20/03/2015 à 12:33 :
on croirait entendre hollande qui s'engage a accelerer les reformes qu'il n'a pas commencees !!!!
tsipras fait semblant de ne pas comprendre que les allemands ne veulent pas une liste de bonnes intentions ( dont ils ont deja dit qu'ils n'allaient pas les appliquer), ils veulent des ACTES ( Umsetzung, pour ceux qui lisent la presse outre rhin)
et comme ca va pas etre fait, la pantalonnade sera terminee dans 15 jours...
a écrit le 20/03/2015 à 10:46 :
La Grèce a besoin d'aide, ... et on ne peut obtenir d'aien menacant !
Une seule chose que l'Europe peut accepter du gouvernement grec : une modification de a répartiton des efforts au sein de la Grèce, pour une éventuelle meilleure justice !!! Mais les efforts, ils doivent être faits par les grecs !!!
Réponse de le 20/03/2015 à 13:52 :
Bien sur, par les grecs. Pas par les banquiers et les politicards qui les ont volés et ruinés. profitez bien de vos privilèges, les franchouillards sont les suivants sur la liste. j'ai hate de vous voir pleurer misère, lorsqu'on vous dira de régler vos dettes. Venez alors expliquer que ce n'est pas vous mais vos dirigeants. Lorsque vous vous lamenterez en espérant l'arrivée d'un AT ou d'un YV pour lutter contre les esclavagistes en votre nom. Vous me donnez honte d'etre français...
a écrit le 20/03/2015 à 10:43 :
Dalida était-elle grecque ?? ... "Paroles, paroles et paroles..."
Réponse de le 20/03/2015 à 16:08 :
Cher Tsipras, il me semble que Dalida était égyptienne.
Parfois les paroles font gagner du temps, qui sait ?
Kalispera
a écrit le 20/03/2015 à 10:22 :
je sais pas si vous etes comme moi mais les articles de Mme Cécile Ducourtieux du Monde est plus clair et net et surtout non tendancieux ni troskystes attardés
a écrit le 20/03/2015 à 9:53 :
il a une tete qui m'inspire pas du tout que c'esrt unpetit bandit de petits chemins. Pas vous? Donnez moi des sous et on verra. Heureusement la mère Kel est là pour lui indiquer le droit chemin: Dégage de l'Euroope!
a écrit le 20/03/2015 à 8:29 :
Et comme toujours, ASSELIENAU et son parti UPR avait raison, SYRIZA est bien un parti leurre européïste, comme le FN est en France un européïste larvé, et qui mange dans la main de Bruxelles, les grecs sont d'ores et déjà bel et bien trahis..
https://www.upr.fr/actualite/europe/les-grecs-vont-maintenant-pouvoir-constater-que-syriza-est-un-parti-leurre
Réponse de le 20/03/2015 à 11:37 :
quand comprendrez vous que vos promotions répétés à l'UPR ne font que déservir sa cause?
vos commentaires ne donnent pas envie ni de lire votre URL, ni de rejoindre votre parti, meme s'il a raison.
engagez un commercial, faites des tracts, des debats, des blogs, ou du buzz, mais arretez avec vos commentaires promotionnels qui deservent votre parti
Réponse de le 20/03/2015 à 11:37 :
quand comprendrez vous que vos promotions répétés à l'UPR ne font que déservir sa cause?
vos commentaires ne donnent pas envie ni de lire votre URL, ni de rejoindre votre parti, meme s'il a raison.
engagez un commercial, faites des tracts, des debats, des blogs, ou du buzz, mais arretez avec vos commentaires promotionnels qui deservent votre parti
Réponse de le 20/03/2015 à 12:08 :
@julie Venez débattre sera beaucoup plus constructif !! "D'abord ils vous ignorent, puis ils vous raillent et enfin, ils vous combattent" Ghandi..
Réponse de le 20/03/2015 à 13:40 :
Luciole, vous vous situez entre les phases 2 et 3 concernant Syriza.
Réponse de le 20/03/2015 à 14:24 :
D'accord, debattons. De son programme, Tsipras a déjà mis en place :

- Rétablissement de l'electricité pour les foyers touchés par l'extreme pauvreté, et allocation d'une modeste somme pour terminer l'hiver.
- Fermeture de la mine d'or de Skouries
- Chasse a la corruption, avec plusieurs affaires en cours (Siemens, Hélicoptère de combat, diverses ventes d'arme de fabricants allemands). Déjà plusieurs dizaines de personnes sous les verrous. Plusieurs ex ministres et politiques sont en cours de procès, ou déjà jugés.
- Chasse aux fraudeurs du fisc, déjà 440 millions d'euros récupère de personnes ne pouvant justifier de leurs revenus.
- Suppression des diverses taxes d'urgence instaurés par le precedent gouvernements.
- Mise en place d'un étalement des paiements pour les personnes endettes, en 100 règlements.
- Relèvement du salaire minimum, première étape.
- Mise en place d'un comité d'audit de la dette Grecque
- Mise en place d'un comité d'étude pour les réparations de guerre allemandes
- Annulation des futures nouvelles mesures d'austérités promises par le gouvernement precedent.
- Annulation de certaines privatisations en cours ou a venir
- Le tout sans sortir de l'euro ... et j'en oublie surement.

Pendant ce temps, a l'UPR, on en dit quoi ? Vous etes sur que ce n'est pas plutôt l'UPR le parti leurre qui qui va dans le sens du systeme ?
Réponse de le 20/03/2015 à 17:40 :
En estimant que c'est vrai, avec quel argent ?
Réponse de le 20/03/2015 à 19:30 :
Ce que nous disons à L'UPR c'est que SYRIZA est un parti européïste comme le FN et qui VEUT rester dans l'union européenne, point. Ce parti était financé par le milliardaire américain Soros, pour sortir de l'UE ..?? A moins que vous soyez en désaccord préalable avec notre analyse ..préalable que ce sont les US qui gouvernent l'Union Européenne. Les grecs avaient une autre option de voter l'EPAM mais le silence prégnant des médias entourant ce parti et la promotion médiatique de SYRIZA a abouti à son installation en Grèce pour ne rien régler du problème des grecs. Ce que nous disons c'est que SYRIZA est le parti connivent du système et que les mesurettes que vous évoquez sont un point de détail de l'histoire des grecs pour paraphraser l'excellent J Marie... La Grèce devait sortir et faire défaut, point, comme la France doit sortir pour retrouver son indépendance, se mettant de facto à l'abri de cette union mortifère. Commencez par lire l'analyse de F. ASSELINEAU sur UPR. fr concernant notre position sur SYRIZA, vous éviterez des questions/réponses redondantes.. Quant à votre solution pour la France, quelle est-elle.. ??

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :