Inde : 150 millions de travailleurs en grève contre Modi

 |   |  385  mots
Les syndicats demandent notamment au gouvernement d'abandonner une réforme du droit du travail considérée trop favorable au patronat.
Les syndicats demandent notamment au gouvernement d'abandonner une réforme du droit du travail considérée trop favorable au patronat. (Crédits : Reuters)
Dix syndicats ont appelé à protester contre un ensemble de réformes économiques lancées par le gouvernement.

Dans un pays qui compte 1,31 milliard d'habitants -soit 18% de la population mondiale-, cela représente quasiment une personne sur neuf. Selon les syndicats, quelque 150 millions de personnes dans les secteurs bancaire, manufacturier, de la construction et minier ont répondu présent à la grève lancée mercredi 2 septembre pour protester contre les réformes économiques du gouvernement de Narendra Modi.

24 heures de blocage

Soutenue par dix syndicats, cette grève, de 24 heures, a été décidée après l'échec de récentes négociations avec le ministre des Finances Arun Jaitley.

Les syndicats demandent notamment au gouvernement d'abandonner une réforme du droit du travail considérée trop favorable au patronat ainsi que de renoncer à ses projets de vente de participations dans des sociétés publiques pour renflouer les caisses et de fermeture d'usines hors d'âge. Ils demandent également des augmentations de salaires ainsi qu'une extension de l'assurance santé des travailleurs.

Une croissance de "seulement"  7% au premier semestre

Modi a remporté les législatives en mai 2015 sur la promesse de réformer l'économie afin d'attirer les investisseurs étrangers. Le PIB indien a connu une croissance moindre que prévu de 7% au premier trimestre et les experts estiment que des réformes sont nécessaires pour au moins maintenir ce cap et créer des emplois pour les jeunes.

L'opposition fait toutefois obstacle, notamment sur l'instauration d'une TVA nationale et sur l'acquisition de foncier par les investisseurs. De précédentes manifestations avaient conduit au blocage de villes et ont coûté à l'économie indienne des millions de dollars en production perdue.

Les rues de Calcutta désertes

Mercredi, nombre de banques ont fermé leurs portes pour la journée, et le mouvement affecte aussi les transports. Aux arrêts de bus, les files d'usagers et d'écoliers s'allongeaient tandis que les passagers étaient coincés aux aéroports où taxis et rickshaws étaient nombreux à cesser le travail.

Les journaliers, employés de maisons et petits vendeurs étaient aussi appelé à rejoindre le mouvement pour réclamer une hausse du salaire minimum. Dans le Bengale occidental, où les syndicats ont une forte assise, les rues de la capitale de l'Etat Calcutta étaient largement désertes et les magasins et entreprises fermées, selon les images de la télévision.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/09/2015 à 12:34 :
CE SONT TOUJOURS LES SYNDICATS DANS TOUS LES PAYS QUI FONT AVANCER LE PROGRES SOCIAL DONC JE LEURS SOUHAITE DE REUSSIR LEURS CONBAT? L INDE EVOLURAS QUE DANS LA RETRISBUTION DE RICHESSE? CEUX QUI FAIS LA RENNOME D UN PAYS C EST LE NIVEAUX DE VIE DE LEURS HABITANTS???
a écrit le 02/09/2015 à 17:20 :
L'Inde a définitivement perdu la partie pour ce siècle. On questionnera de l'influence qui a fait de ce pays, à force de non alignement, finalement, un tout isolement. Il est en effet possible de considérer que la partie, pour ce siècle puis probablement une large partie du suivant selon les connaissances actuelles, sera jouée avant 15 ans. La concentration des entreprises est telle que nous sommes en train de définir actuellement celles qui seront les premières mondiales, dominant très durablement toute l'économie mondiale et faisant sauter, on commence à le percevoir, la ligne politique de tout pays. Si la Chine a propulsé sa révolution idéologique avec comme vecteur sa renaissance future [On lira avec passion et stupéfaction l'ancien livre d'économie prémonitoire "La Chine en 2001" écrit en 1971], il n'en a rien été de l'Inde. Ce pays a pris conscience de ses erreurs économiques liées à son délire politique Nehru/Gandhi ... que forcément nous valorisons pour les services qu'ils ont indirectement rendus. Aujourd'hui l'Inde s'enfonce dans la barbarie en détruisant les églises chrétiennes et en basculant dans des guerres ethniques. Toute la région et particulièrement le Pakistan qui risque sa disparition va devenir le siège des nouveaux très grands conflits armés. Le flux migratoire qui en résultera sera terrible.
a écrit le 02/09/2015 à 17:00 :
Moralité : les syndicats indiens aussi conservateurs que les syndicats français ?
a écrit le 02/09/2015 à 15:21 :
"18% - quasiment une personne sur neuf" - NON; quasiment une personne sur cinq !
-> retour à l'école (à partir de la sixième)
Réponse de le 02/09/2015 à 16:08 :
Lisez le texte. Si vous ne comprenez pas votre erreur repondez svp: vous votez socialiste?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :