Investissements Chine-UE : Pékin juge un accord possible d'ici à la fin de l'année

 |  | 634 mots
Lecture 3 min.
Nous avons la possibilité de conclure d'ici à la fin de l'année. Il faut faire un pas l'un vers l'autre, a déclaré le chef de la diplomatie chinoise Wang Yi lors d'une conférence ce dimanche à l'Institut français des relations internationales (IFRI) à Paris, dans le cadre d'une tournée en Europe.
"Nous avons la possibilité de conclure d'ici à la fin de l'année. Il faut faire un pas l'un vers l'autre", a déclaré le chef de la diplomatie chinoise Wang Yi lors d'une conférence ce dimanche à l'Institut français des relations internationales (IFRI) à Paris, dans le cadre d'une tournée en Europe. (Crédits : Reuters)
La possibilité d'un accord avant 2021 existe selon le chef de la diplomatie chinoise. Les négociations entre Chinois et Européens durent depuis sept ans pour trouver une entente sur la protection des investissements étrangers garantissant le respect de la propriété intellectuelle, la fin des transferts de technologie imposés aux entreprises étrangères et celle des subventions aux entreprises publiques chinoises.

Le chef de la diplomatie chinoise, Wang Yi, a estimé possible la conclusion d'un accord sino-européen sur les investissements d'ici à la fin de l'année, lors d'une conférence-débat dimanche à Paris. Exaltant les liens entre la Chine et l'Europe qui ont, selon lui, "la responsabilité" d'œuvrer de conserve à "un monde plus stable", le ministre chinois des Affaires étrangères a dit "penser notamment à l'accord d'investissement" en négociation depuis plusieurs années.

"Nous avons la possibilité de conclure d'ici à la fin de l'année. Il faut faire un pas l'un vers l'autre", a déclaré Wang Yi lors de cette conférence à l'Institut français des relations internationales (IFRI) à Paris, dans le cadre d'une tournée en Europe, visant à renforcer les liens avec le vieux continent alors que les tensions sino-américaines sont fortes. "Nous avons tous deux des traditions d'ouverture politique, importantes pour éviter que la bureaucratie ne s'enlise dans des détails techniques", a-t-il ajouté.

Chinois et Européens négocient depuis sept ans cet accord sur la protection des investissements étrangers entre l'Union européenne et la Chine, qui rejoint nombre de préoccupations soulevées par les États-Unis dans leur guerre commerciale contre la Chine: respect de la propriété intellectuelle, fin des transferts de technologie imposés aux firmes étrangères et des subventions aux entreprises publiques chinoises.

En mai, l'ambassadeur de l'Union européenne à Pékin avait indiqué que l'UE espérait parvenir au plus tard en septembre à un accord avec la Chine sur la protection des investissements étrangers, "clé" de la reprise mondiale attendue après l'épidémie de coronavirus. Mais en juin la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen faisait état d'une relation "difficile", affirmant : "Nous avons besoin de plus d'ambition de la part de la Chine pour conclure un tel accord pour la fin de l'année". En outre, la pandémie a bouleversé les calendriers internationaux, entraînant notamment le report d'un sommet extraordinaire avec le président Xi Jinping initialement prévu en septembre à Leipzig.

Emmanuel Macron attend des progrès sur le plan bilatéral

En recevant Wang Yi vendredi, le président français Emmanuel Macron a évoqué l'agenda commun avec l'Allemagne et les autres partenaires européens des prochains mois, soulignant l'importance de construire un partenariat euro-chinois "solide et équilibré", sur la base des principes de réciprocité et dans le respect des règles multilatérales, a-t-on indiqué au palais présidentiel de l'Élysée. Sur le plan bilatéral, le chef de l'État français a appelé à faire des progrès "concrets et rapides sur les secteurs structurants" du partenariat sino-français, dont le nucléaire civil et l'agroalimentaire, des points également abordés par le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian, lors d'un entretien avec son homologue chinois samedi. Selon un communiqué de son ministère publié dimanche, Jean-Yves Le Drian a "évoqué, en matière commerciale, les progrès dans l'accès au marché, en particulier dans le secteur agroalimentaire", abordant aussi les sujets de l'aéronautique et du nucléaire civil. Climat et environnement ont aussi figuré au menu des discussions des deux chefs de la diplomatie, ainsi que "la situation au Mali, au Liban et en Corée du Nord ainsi que la crise iranienne".

Enfin, Jean-Yves Le Drian "a rappelé les graves préoccupations de la France quant à la dégradation de la situation des droits de l'Homme en Chine, en particulier à Hong Kong et au Xinjiang", région du nord-ouest de la Chine peuplée en particulier de Ouïghours, une minorité majoritairement musulmane et de langue turcique, où Pékin est accusé de graves atteintes aux droits de l'Homme, ce que Wang Yi a réfuté dimanche.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/09/2020 à 9:32 :
Qui veut cet accord? La France ou l’Allemagne? Je n’ai pas l’impression que la délégation française saute de joie...
a écrit le 31/08/2020 à 17:23 :
De toute façon, on leur a déjà refilé tellement de "knowhow"... France lamentable (je parle de nos élites qui ne pensent qu'à se goinfrer, et n'ont que faire de la Patrie et de son futur...Ils s'en gaussent), et Europe qui ne ressemble à rien. Tant qu'il n'y aura pas les "Etats Unis d'Europe", ou quelque chose comme çà... Ca ne servira pas à grand chose
a écrit le 31/08/2020 à 17:16 :
Vu l'historique, tout accord avec la Chine sera un marché de dupe. Pour commencer, l'équilibre des échanges devrait être une obligation inscrite dans le marbre.
a écrit le 31/08/2020 à 14:30 :
Les "munichois" vont encore se mettre à plat ventre devant la Chine pour quelques intérêts particuliers à court terme.
La solution est de rapatrier les fabrications en Europe.
L'Europe d'abord, devrait être le slogan, mais il se soumette au gouvernement Chinois comme il le font également devant Erdogan. Les dirigeants européens ne défendent pas les intérêts des ressortissants européens, et ils s'étonnent de la montée des nationalismes.
Réponse de le 01/09/2020 à 8:22 :
Si rapatriement des industries en Europe était le vrai enjeu et volonté de nos édiles politiques et industriels, le con se immatériel devrait boycotter ceux qui ne joue pas le jeu ... ( politisé et entreprise).. aujourd huii la démocratie c est le vote du porte monnaie ... ainsi va le ce monde
Réponse de le 01/09/2020 à 8:23 :
Si rapatriement des industries en Europe était le vrai enjeu et volonté de nos édiles politiques et industriels, le consommateur t devrait boycotter ceux qui ne joue pas le jeu ... ( politisé et entreprise).. aujourd huii la démocratie c est le vote du porte monnaie ... ainsi va le ce monde
a écrit le 31/08/2020 à 13:38 :
Ce qui est dommage ,c'est que la Chine tient les économies occidentales en otage,à cause de certains monopoles (minéraux,médicaments,etc) et donc, personne n'a le courage de lui demander des comptes,devant la catastrophe mondiale du covid.
C'est bien chez eux ,qu'il est apparu et qu'ils ont essayé de le cacher.
a écrit le 31/08/2020 à 10:08 :
Il faut lire "Terres rares" de Jean Tuan chez C.L.C. Editions. L'auteur sous forme de fiction dévoile la réalité des coups tordus de la Chine qui en échange des minéraux rares dont elle dispose en quantité s'accapare les ressources essentielles d'un grand nombre de pays à travers la planète. Disponible en librairie et via les sites de vente sur internet. Lecture édifiante et jubilatoire !
a écrit le 31/08/2020 à 9:32 :
"Les négociations entre Chinois et Européens durent depuis sept ans"

Voilà pourquoi les américains ont inventé Trump, avec nous les pays adverses savent très bien que chaque année passée en négociation est forcément une année gagnée pour eux contre le consortium européen financier impatient par définition, entité informelle ne se reposant que sur les intérêts des riches financiers à la pensée à court terme, suffit juste d'attendre leur impatience naturelle qui fini toujours par leur faire sacrifier la population européenne pour leurs intérêts.

Suffit d'attendre, comme le font les anglais d'ailleurs, tranquillement, une entité supranationale sans légitimité populaire à terme est condamnée car bien trop faible.
a écrit le 30/08/2020 à 21:57 :
Des progrès en matière agroalimentaire... Il se trouve que la Chine fait passé son besoin impérieux d'importer de la nourriture pour un geste d'ouverture... Pendant qu'ils pillent nos technologies, qu'ils baffouent tous les droits internationaux et humains, qu'ils font payer au monde entier le coût monétaire et humain de leur épidémie sortie tout droit d'un laboratoire de bio recherche militarisée...
La Chine dont le talon d'Achille est l'approvisionnement en nourriture, réussi pourtant encore à faire passer auprès de nos dirigeants comme une faveur le fait d'acheter chez nous quelque chose à manger pour éviter la famine... et pour pouvoir continuer tranquillement la guerre sur tous les fronts qu'elle est en train de nous mener !
Quand aurons-nous des dirigeants insuffisamment intelligent pour cesser cette duperie???
Réponse de le 31/08/2020 à 4:08 :
Quelles preuves avez-vous pour prouver que la Chine est la source du COVID-19, d'ailleurs, il n'y a aucun de scientifique dit que ce virus est artificiel, pourquoi la chine doit-il le payer? Avant,la France a envahi la Chine, brûlé leur parc impérial, volé et pillé de nombreux objets anciens qui sont monrés dans votre musée maintenant! N'oubliez pas les tragédies et misère causées par la colonisation française,
Réponse de le 31/08/2020 à 6:45 :
Nos dirigeants feraient bien mieux pour commencer d'arrêter définitivement de s'abaisser devant les américains qui pour le coup sont responsables du désordre mondial. La Chine est le plus grand marché du monde et si des accords sont conclus pourquoi pas. Au lieu de critiquer sans cesse les chinois on ferait mieux de balayer devant notre porte c'est pas triste nous aussi nous soutenons des dictatures en Afrique et ça dérange qui ?. Pour les technologies penser encore que les chinois ne sont que des copieurs relève de l'utopie moi je travaille avec un groupe chinois dans l'industrie lourde et leurs brevets n'existent nul part ailleurs. Enfin il faut se rappeler que les japonais pour en arriver là où ils en sont ont été de grands copieurs de nos technologies mais à cette époque internet n'existait pas pour en parler.
Réponse de le 31/08/2020 à 9:31 :
Je suis en accord total avec cette opinion car je sais cela pour la bonne raison que j'écoute les différents avis sur internet de chinois qui ont quittés leur pays pour sauver leur peau pour ne pas être en prison.
Donc ne nous laissons pas envahir par ce pays qui devrait vivre sur lui-même couper du reste du monde car il interdit beaucoup de choses.
Regarder sur internet avant d'être crédule.
a écrit le 30/08/2020 à 21:28 :
La chine est prête à fournir beaucoup plus a l'ue si elle se veut insistante. Car les usa ne les laisseront jamais imposer leurs volonté, base militaires oblige.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :