La Chine et les USA main dans la main contre la corruption

 |   |  352  mots
Xi Jinping et Barack Obama se sont rencontrés à Washington.
Xi Jinping et Barack Obama se sont rencontrés à Washington. (Crédits : GARY CAMERON)
Les deux pays se sont engagés à intensifier la lutte contre la corruption, le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme.

Les tensions entre la Chine et les Etats-Unis sur les libertés individuelles et son expansion territoriale n'empêchent pas la collaboration sur d'autres sujets. Les deux premières puissances mondiales se sont engagées à intensifier la lutte contre la corruption, le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme, a déclaré samedi le ministère chinois des Affaires étrangères après une rencontre des chefs d'Etat des deux pays à Washington.

Xi Jinping a entrepris une campagne de lutte contre la corruption en Chine depuis son arrivée au pouvoir il y a plus de deux ans, et les autorités ont entamé des poursuites contre les Chinois qui ont fui à l'étranger, dans le cadre d'une opération visant à rapatrier les responsables soupçonnés de corruption.

Rapatriements de Chinois en fuite

Dans une communiqué de presse, le ministère des Affaires étrangères a publié que "les deux parties se sont engagées a intensifier leur coopération effective dans la prévention de la corruption, dans la détection de détournement de fonds publics, l'échanges de preuves, la lutte contre la corruption transnationale, le rapatriement de personnes en fuite et des immigrants clandestins, le contrôle des narcotiques, et la lutte antiterroriste".

Le ministère chinois de la Sécurité publique et le département américain de la Sécurité intérieure se rencontreront à un "moment opportun" aux Etats-Unis. "Les deux parties ont salué les récents progrès réalisés dans les rapatriements de Chinois en fuite et d'immigrants clandestins par des vols charter et espère poursuivre cette coopération", ajoute le communiqué.

La campagne de rapatriement a suscité des inquiétudes en Australie, où la Chine a dépêché des membres des services de sécurité pour faire pression sur des suspects sans prévenir Canberra.

La plupart des pays occidentaux, dont les Etats-Unis, n'ont pas signé de traité d'extradition avec la Chine, où les tribunaux sont contrôlés par le Parti communiste et où l'usage de la force pour extorquer des aveux est considéré comme monnaie courante.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/09/2015 à 15:07 :
TOUS VAS DANS LE BON SENS QAND LES GRANDS DE CE MONDE ONT DES NEGOSIATIONS. ET DES PROGEES COMMUN ? ON AVANCE DANS LA PAIX MONDIAL ? C EST CELA QU ON APPEL CELA UNE GOUVERNANCE MONDIALE CELA FAIS PEUR A CERTAIN MAIS C EST COMME CELA QUE L ON PEUT RESOUDRES LES PROBLEMES MONDIAUX ? PREMIEREMENT ARRETE LES GUERRES DESATREUSSES //..DEUXIEMEMENT IRADIQUE DAECH// TROISIEMEMENT LUTTEZ CONTRE LE RECHAUFEMENT CLIMATIQUE QUATRIEMEMENT AIDE LES PAYS PAUVRES A CE DEVELOPPE SANS GUERRE ECONOMIQUEMENT? ET LE MARCHE MONDIAL S AGRANDIRAS? TOUS LE MONDE SERAS GAGNENT???
a écrit le 27/09/2015 à 11:34 :
Au moins, avec la Chine c'est clair, c'est une dictature communiste, les libertés individuelles: connaissent pas. La terre des autres non plus. Question, comment un pays corrompu peut lutter efficacement contre... la corruption? Un "rapprochement" sur ce sujet ente la Chine et les US! Ils nous amusent...jusqu'à la confrontation finale, et là on ne rigolera plus. Il risque même de ne rester plus grand monde pour rigoler.
a écrit le 26/09/2015 à 16:49 :
Pourquoi La Tribune, traditionnellement pro US et anti-Chine, passe tout à coup à vouloir faire le Kissinger entre Sadate et Bégin, ou alors le Clinton entre Rabin et Arafat avec la Chine et les USA ? pour un fidèle lecteur comme moi cet article sème le grand doute à propos des vraies intentions de la ligne éditorialiste du journal.

Un article apocryphe (sans la moindre citation de la source) et hautement suspect quand on sait que la Chine a déjà entamé un processus de vente des ses fonds en US dollars, que Pékin ne se montre absolument contraire envers la politique de la Maison-Blanche en mer de Chine, et que la Chine se prépare pour devenir en 2016 une économie de marché, ce qui certainement portera des gros dégâts aux économies occidentales. Non sans dire que la Chine envoie actuellement des soldats en Syrie pour combattre l'EI à côtés de la Russie, ce que ne plaît pas (du tout) Washington.

Tout d'un coup, on lit un article sur La Tribune (justement) en parlant d'un "main dans la main" entre ces deux pays plutôt opposés l'un à l'autre, et moi, fidèle lecteur, je reste dans le doute le plus atroce sur les vraies intentions éditorialistes de mon journal préféré.
Réponse de le 27/09/2015 à 8:41 :
ça va ? tu arrives à passer le WE quand même ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :