Le nouveau plan du Brésil pour combattre la crise

 |   |  366  mots
Le plan du gouvernement consiste notamment à geler les hausses de salaires et les embauches dans le secteur public et à supprimer 10 des 39 ministères, ce qui supprimerait 1.000 postes. Ce sont des réductions importantes qui touchent les fonctionnaires de façon importante, le fonctionnement de l'appareil de l'État, a reconnu lundi 14 septembre le ministre de l'Économie, Joaquim Levy, en conférence de presse.
Le plan du gouvernement consiste notamment à geler les hausses de salaires et les embauches dans le secteur public et à supprimer 10 des 39 ministères, ce qui supprimerait 1.000 postes. "Ce sont des réductions importantes qui touchent les fonctionnaires de façon importante, le fonctionnement de l'appareil" de l'État, a reconnu lundi 14 septembre le ministre de l'Économie, Joaquim Levy, en conférence de presse. (Crédits : Reuters Ueslei Marcelino)
La septième économie mondiale, désormais en récession, tente de rééquilibrer les comptes en "coupant dans la chair" des dépenses publiques.

Le Brésil a annoncé lundi 14 septembre des coupes dans les dépenses publiques et des hausses d'impôts pour éviter de boucler le budget 2016 avec un déficit primaire (déficit hors charge de la dette).

La semaine dernière, l'agence de notation Standard and Poor's (SP) avait relégué le Brésil - septième économie mondiale, entrée en récession au deuxième trimestre - dans la catégorie des emprunteurs "spéculatifs".

Cure d'austérité dans la fonction publique

Le plan consiste à geler les hausses de salaires et les embauches dans le secteur public et à supprimer 10 des 39 ministères, ce qui supprimerait 1.000 postes. Il va tailler aussi dans les dépenses sociales comme le logement et la santé. Le gouvernement restaure également un vieil impôt sur les transactions financières.

"Ce sont des réductions importantes qui touchent les fonctionnaires de façon importante, le fonctionnement de l'appareil" de l'État, a souligné de son côté le ministre de l'Économie Joaquim Levy.

Le géant sud-américain cherche désormais des alternatives pour équilibrer les comptes en "coupant dans la chair" des dépenses publiques, avait-il prévenu récemment.

Plus de 17 milliards de dollars d'économies

L'objectif est de passer de l'actuel déficit primaire de 0,5% du PIB pour 2016 qui a fait perdre au Brésil son sceau de "bon payeur" à un excédent de 0,7% du PIB, ce qui implique une économie supplémentaire de 17 milliards de dollars.

"Nous devons sortir d'un déficit (primaire) de 30,5 milliards de réais (8 milliards de dollars) pour un excédent de 34,4 milliards (9,03 milliards de dollars), a déclaré lundi le ministre de la Planification, Nelson Barbosa, lors d'une conférence de presse à Brasilia. Il a précisé que le plan d'austérité se chiffre à 64,9 milliards de réais (17,03 milliards de dollars).

Empêtrée dans une crise politique et économique et dans le vaste scandale de corruption au sein de la compagnie pétrolière Petrobras qui éclabousse la coalition de centre-gauche au pouvoir, la présidente Dilma Rousseff devra ainsi couper dans les programmes sociaux, vitrine de son Parti des travailleurs (PT, gauche) au pouvoir depuis 12 ans.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/09/2015 à 11:55 :
Dommage que ce ne soit pas Godin qui s'occupe du Brésil... Ah mais oui, au Brésil, pas de méchante Allemagne ni de méchante BCE, donc il est probablement à court d'"arguments".
a écrit le 15/09/2015 à 10:44 :
En somme le Brésil suit le programme austéritaire qui a si bien fonctionné depuis 5 ans en Europe. Ce qui est assez drôle dans cette folie, c'est qu'on pratique l'austérité sans couper le robinet à finance. Comme dans le même temps les banques inondent les marchés d'une monnaie qui ne leur coûte rien, il n'est pas étonnant que les bulles spéculatives se forment et ensuite explosent.
Réponse de le 15/09/2015 à 14:37 :
@Belette: Comme dans le même temps les banques inondent les marchés d'une monnaie qui ne leur coûte rien, il n'est pas étonnant que les bulles spéculatives se forment et ensuite explosent.

Interet carte de credit 350,79% / an, em aout.
Interet prête personnel 128,78% / an, em aout.
Interet moyenne prête personne juridicial 61,77% / an , em aout.

(O Liberal 15-09-2015)
Réponse de le 15/09/2015 à 18:10 :
@Belette 15/9 10:44
Programme d'austérité en Europe ? C'est un scoop !
Déficit budgétaire EU (28) 2014 = 2.9 % PIB
Déficit budgétaire ZE (18) 2014 = 2.4% PIB
Dépenses sociales EU (28) 2012 = 29.5% PIB
Dépenses sociales ZE (18) 2012 = 30.4% PIB
Sources Eurostat
Cordialement

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :