Le yuan "bientôt" inclus dans le panier des DTS du FMI ?

 |   |  589  mots
Le yuan deviendra-t-il une référence internationale ?
Le yuan deviendra-t-il une référence internationale ? (Crédits : © Stringer China / Reuters)
La devise chinoise pourrait, selon Bloomberg, être incluse dans le calcul de la monnaie du FMI dans les prochains mois. Ce serait un premier pas vers l'ambition chinoise d'un yuan "monnaie de réserve."

La devise chinoise, le yuan ou officiellement renminbi (« monnaie du peuple ») pourrait entrer en 2016 dans la composition des « Droits de Tirage spéciaux » (DTS), l'unité de compte du Fonds Monétaire International (FMI). C'est du moins ce que croit savoir l'agence Bloomberg qui cite des sources « officielles chinoises. »

Communiqué prêt

Selon Bloomberg, les représentants du FMI ont « assuré » au gouvernement chinois que le yuan entrera « probablement bientôt » dans le panier de devises qui compose les DTS et qui, aujourd'hui, n'inclut que quatre devises : le dollar, l'euro, le yen et la livre sterling.  « Les officiels chinois sont si sûr de disposer du feu vert de Washington qu'ils ont déjà rédigé les communiqués de presse pour saluer cette décision », affirme Bloomberg.

Dès la fin de l'année ?

Le FMI passe actuellement sous revue la composition des DTS et a prévu une réforme de ces derniers en septembre 2016. En théorie, le conseil d'administration du FMI avait décidé que les DTS resteraient inchangés jusqu'à cette date, mais il est possible que, dans le cadre de sa révision quinquennale des DTS, qui doit s'achever à la fin de l'année, l'institution de Washington décide d'ajouter le renminbi dans le calcul du taux des DTS. Une réunion du Conseil d'administration est prévue en novembre à ce sujet.

Rivaliser avec le dollar

L'entrée du yuan dans les DTS est une mesure importante, même si elle est surtout symbolique. En septembre, le montant des DTS était de 280 milliards de dollars, ce qui est assez faible au regard des réserves de devises qui s'élèvent à 11.000 milliards de dollars. Mais si le yuan entrait dans les DTS, tout pays membre du FMI pourrait obtenir des yuans contre des DTS. La monnaie chinoise deviendrait donc une monnaie de référence et de couverture.

Pékin en a donc fait une véritable obsession, y voyant un élément de prestige essentiel à ses yeux et la confirmation du poids mondial acquis par l'économie chinoise depuis dix ans. Surtout, ceci favoriserait la transformation du statut du yuan, monnaie utilisée jusqu'ici principalement pour commercer avec la Chine. Car si la devise chinoise est la troisième monnaie d'exportation du monde, elle n'est pas encore une monnaie de réserve.

En entrant dans le calcul des DTS, Pékin veut faire à long terme du yuan un rival du dollar. En dernier lieu, il s'agit bien de pouvoir utiliser cette devise comme une puissance économique pour les intérêts chinois, à l'image de ce que font les Etats-Unis depuis soixante ans. Ce développement du yuan s'inscrit donc dans la rivalité économique sino-étatsunienne.

Efforts chinois

Aussi le gouvernement chinois a-t-il tout fait pour développer l'usage international du yuan. Des accords d'échanges de devises ont été passés avec trente banques centrales et les investissements directs en yuans ont été encouragés. En août dernier, le mode de fixation du cours du yuan a été modifié, ce qui a été l'occasion de le dévaluer, afin de rendre sa valeur plus proche de celle de la réalité du marché des devises. Le FMI s'était alors félicité de la décision chinoise, tout en insistant encore sur le chemin à parcourir pour que le renminbi satisfasse à la condition de « libre convertibilité » nécessaire pour entrer dans le calcul des DTS. Pékin entend pouvoir faire du yuan une monnaie librement convertible et flottante d'ici deux ou trois ans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/10/2015 à 9:57 :
Le DTS comme monnaie mondiale ? POURQUOI PAS !
a écrit le 24/10/2015 à 19:03 :
c'est une monnaie pegged float manipulee on ne peu plus... faut etre motive pour avoir ca en portefeuille
sinon on peut aussi mettre la monnaie du zimbabwe, je crois qu'ils ne depassent plus les 100 000% d'inflation par an..
quitte a avoir des monnaies dont on ne sait pas ce qu'elles vaudront demain sur coup de de politique...
Réponse de le 25/10/2015 à 19:36 :
Encore un qui n'a rien compris aux monnaies et ignore en plus que le Zimbabwe est passé à l'usd depuis longtemps...
a écrit le 24/10/2015 à 16:59 :
On en reparle dans 2-3 ans.
a écrit le 24/10/2015 à 14:06 :
LA CHINE PAR SA STABILITE POLITIQUE ET SON GRAND REVEIL ECONOMIQUE A LE DROIT D ENTRER DANS LE FMI ? LA PEUR DE LA CONCURENCE N EST PAS UNE RAISON ?CELA FAFORISSERAS LES ECHANGES ECONOMIQUES MONDIOS???
a écrit le 24/10/2015 à 11:16 :
Il est peu probable que la devise chinoise entre dans les DTS. La première raison est que le pays est une dictature socialiste et donc par principe instable, le second est que ce ne serait pas dans l'intérêt chinois. En effet on verrait s'établir un arbitrage fortement défavorable au dollar, difficile pour l'euro et donc des conditions commerciales plus tendues avec la Chine, c'est peut être ce que recherche Bloomberg. La devise chinoise doit déjà trouver sa dynamique par la qualité de ses produits et commerce, ce qui est on le sait un immense challenge de moyen terme. Le pays doit encore se démocratiser pour devenir acceptable. Demander et se voir refuser est une posture de gouvernement qui peut utilement servir les deux camps asiatique et occidental, il étalonne également les refus qui pourraient être faits chez ceux qui ne posent, pour ces raisons, même pas la question. Il est indéniable par contre que des mesures préliminaires de régulations se soient engagées afin de fixer un plafond de variation devise/endettement. J'ai pointé qu'il serait tout aussi nécessaire de fixer un plancher mondial relativement haut afin de relancer les différentes économies. Ceci reviendrait à la mise en place d'un serpent monétaire assurément de très longue vie.
Réponse de le 24/10/2015 à 15:30 :
@Corso: vu de l'Occident et notamment des US, il faut que les autres fassent comme nous. On se prétend démocrate, mais les autres n'ont droit au chapître que quand ils se soumettent. Le problème c'est que la Chine 1) n'est pas un mouchoir de poche géographiquement, économiquement ou démographiquement. Je constate quand même qu'au cours, disons, des deux dernières décennies, la Chine a sorti quelque 700-800 millions de personnes de l'absolue pauvreté. 2) chacun défend ou devrait défendre ses propres intérêts. On aimerait d'ailleurs que notre Normal 1er fasse de même, mais bon c'est une autre affaire :-)
Réponse de le 24/10/2015 à 19:08 :
je pense comme patrick que la chine est moins socialiste que la france....... apres, ils ont des structures d'etat rigides, liees a la taille du pays
deng xiao ping a dit ' enrichissez vous',
on voit mal quelqu'un dire ca en france ( ' appauvrissez vous', ca colle plus), surtout pas un communiste
maintenant, les chinois, comme les irakiens ou les russes, n'ont pas forcement la meme vision de la vie en societe que les occidentaux qui veulent imposer leur vision a tt le monde, avec le bonheur quon sait la ou ils sont intervenus recemment!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :