Les Norvégiens trop grassement payés, selon le FMI

 |   |  405  mots
Longtemps dépendante du pétrole, l'économie norvégienne est en passe de réussir sa transition.
Longtemps dépendante du pétrole, l'économie norvégienne est en passe de réussir sa transition. (Crédits : Reuters staff)
Un problème de riche ? La Norvège a connu pendant plusieurs années une croissance trop importante de son niveau de salaire, qui mettrait à mal sa compétitivité par rapport à ses voisins scandinaves, estime le FMI.

En France, il serait malvenu de se demander en 2017 si les salaires sont trop élevés... En Norvège, c'est une autre histoire. En effet, le Fonds monétaire international (FMI) a estimé, ce mercredi 24 mai, que les Norvégiens étaient trop bien payés pour garantir la compétitivité du pays, dont l'économie a été récemment affectée par la baisse du prix du pétrole. Depuis la découverte de gisement d'or noir à la fin des années 1960, l'économie du pays scandinave est en effet fortement dépendante de ce marché.

A l'issue de leur visite en Norvège, les économistes du FMI ont tout de même décerné un satisfecit à l'économie du pays scandinave, plus gros producteur de brut d'Europe de l'Ouest, qui "s'est montrée résiliente et bien équipée pour faire face au ralentissement économique ayant suivi la baisse du prix du pétrole".

Pour l'année en cours, l'institution dit s'attendre à une croissance (hors production d'hydrocarbures et transport maritime) de 1,75%, puis de 2,25% en 2018. "Mais il y a des risques à la baisse et la croissance à moyen terme dépend d'une transition réussie d'une croissance axée sur le pétrole et le gaz naturel vers une autre plus équilibrée", précise-t-elle.

> Lire aussi: Norvège : la "neutralité carbone" d'ici 15 ans ?

Des salaires tirés à la hausse par le boom pétrolier

C'est là que le bât blesse: malgré l'affaiblissement de la monnaie (la couronne norvégienne) et une modération salariale ces dernières années, la compétitivité norvégienne reste plombée par des coûts du travail trop élevés par rapport aux pays concurrents, estime le FMI. Le boom pétrolier, observé jusqu'à l'été 2014, a provoqué une envolée des salaires dans le secteur des hydrocarbures, obligeant les autres secteurs à s'aligner pour attirer les travailleurs.

"La poursuite de la modération salariale et des réformes pour soutenir la hausse de la productivité au travail sont essentielles pour améliorer la compétitivité des secteurs non pétroliers et faciliter la transition économique", souligne le FMI.

Une enquête publiée le même jour par la banque centrale norvégienne montre que les partenaires sociaux, syndicats et le patronat, tablent sur une augmentation moyenne des salaires de 2,5% cette année. On est décidément bien loin des problématiques françaises...

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/06/2017 à 17:18 :
Il faudrait indiquer ici combien touchent les dirigeants du FMI !! Messieurs les journalistes, faites votre travail.
a écrit le 02/06/2017 à 16:30 :
quand le fmi ferait du menage dans ses rangs, il aura peut etre droit a la parole !!
serait il possible de connaitre le salaire de ses dirigeants ?
a lire !!! http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/emplois-stages-concours/travailler-dans-les-organisations-internationales/etre-ou-devenir-fonctionnaire-international/statut-de-fonctionnaire-international/article/statut-fiscal-des-fonctionnaires-internationaux
il semble d'ailleurs que sa directrice ne paie pas d'impot !!!
http://www.lemonde.fr/europe/article/2012/05/28/christine-lagarde-non-plus-ne-paie-pas-d-impots_1708654_3214.html
une honte et ces gens viennent donner des leçons !!!
a écrit le 27/05/2017 à 19:58 :
De quoi se mêle le FMI ? La Norvège leur a demandé une aide ?
a écrit le 27/05/2017 à 16:45 :
Il n'y a qu'une seule catégorie de travailleurs qui est vraiment sous-payée au regard de ses compétences et de son zèle pour promouvoir le bien-être de l'humanité: ces héroiques technocrates du FMI qui luttent contre l'obstination mondiale de vivre au dessus de ses moyens....
a écrit le 26/05/2017 à 13:26 :
Compte tenu de la performance du FMI dans son aide ou ces prévisions, ce sont leurs dirigeants qui sont trop grassement payés. Il est vrai qu'à eux, personne ne leur demande des comptes. Ils distribuent l'argent des autres sans aucun controle sur les résultats.
a écrit le 26/05/2017 à 7:48 :
FMI à la poubelle !!!!!!
a écrit le 26/05/2017 à 6:39 :
C'est inacceptable il existe une contrée où les travailleurs gagnent décemment leur vie. Il faut supprimer ça car elle pourrait servir de preuves aux autres pays de l'austérité bienveillante que la moindisance n'est pas le seul moyen pour les peuples de vivre heureux. Vite M. Gattaz une intervention pour dire que ça ne peut pas marcher en France.
a écrit le 25/05/2017 à 18:33 :
Le FMI, c'est la courroie de transmission des capitalistes et des idées néolibérales.
Les riches doivent continuer à être riches... et de plus en plus riches. Pour cela, il faut évidemment que les pauvres ne s'enrichissent pas et si possible s'appauvrissent. Faut bien prendre le pognon où il est. Le FMI, c'est comme la Commission Européenne: à JETER.
a écrit le 25/05/2017 à 16:33 :
Ce serait seulement une question de productivité ?

La critique est facile, néanmoins le FMI ne semble pas très doué pour proposer des solutions viables. Il ne faut pas confondre gestion comptable et développement économique et industriel.
Si l’on prend les stats (data.oecd.org/) de PIB par heure travaillée pour 2016 :
La France : 105.6
La Norvège : 103.1
L’Allemagne : 105.7
La Grèce : 93.6 (en 2007 ils étaient à 104.1) A croire que ce sont aussi les mesures d’austérité qui les ont plongés dans la récession (en plus de la dette).

La France aurait d’ailleurs dépassé l’Allemagne en termes de productivité par heure travaillée.
Une plus fine analyse économique devraient aussi inciter les partisans de la prolongation du temps de travail à réfléchir sur l’intérêt de faire travailler plus longtemps des gens déjà très productifs et d’avoir à côté de cela des chômeurs ou des exclus en quantité croissante.
La productivité étant aussi une question d’âge, quelle est l'utilité de faire travailler plus longtemps des personnes âgées, si l'on dispose déjà de main d’œuvre plus dynamique ou plus qualifiée ?

Cette notion PIB et de productivité est viable si l’on résonne par rapport à la valeur travail dans des pays "équilibrés" en termes de tissu économique et de couverture sociale.
Si l’on compare par rapport à l’Irlande qui est à 137.2, je me demande si, par hasard, le facteur d’attractivité fiscale ne fausse pas la comparaison ?
Ils auraient eu une croissance du PIB de plus de 26% en 2016, si l’on tient compte de la valorisation financière des grandes multinationales qui ont leurs sièges domiciliées en Irlande.
Devant ce bond de productivité, le FMI devrait inciter l’Irlande à augmenter massivement les salaires !
a écrit le 25/05/2017 à 10:14 :
Les norvégiens vont apprécier et suivent les recommandations de ces messieurs car je suppose que ces donneurs de leçon qui siègent au FMI ce sont posés la question de savoir si eux mêmes n'étaient pas trop payés? On peut toujours rêver!!!
Réponse de le 26/05/2017 à 11:52 :
Pourquoi attaquer le salaire des donneur de leçon du FMI et prétendre qu'ils sont trop bien payés ? On sait bien qu'au FMI on ne roule pas sur l'Or, on roule pour lui...
a écrit le 25/05/2017 à 7:43 :
Etre trop bien payes avec un taux de croissance de 2%, cela ferait rever tout president francais.
C'est justement l'exemple a suivre pour le bonheur des peuples et non des multinationales US veritable patron du FMI.

Faisons taire ce repartiteur de pauvrete mondiale.
a écrit le 25/05/2017 à 1:33 :
Les Citoyens, ne sont-ils pas eux-même responsables de le production des poubelles ou des nuisances sonores au quotidien, en quoi le talent des salariés français serait-il bridé par un Etat, en quoi des valeurs humaines seraient elles bridées par des gouvernements de loosers?
a écrit le 24/05/2017 à 23:25 :
Comment peut-on publier qu'une population serait trop payée sans faire l'objet d'une mise en examen pour oppression du genre humain?
Les phrases ne condamnent-elles pas les personnes au titre de la déconnection des paroles et des actes?
Peut-on faire des meilleurs économistes avec les pires résultats?
a écrit le 24/05/2017 à 21:33 :
Que le FMI donne son avis sur les pays qu'il "aide", c'est normal. Qu'il donne son avis sur un pays qui n'a jamais eu besoin de son aide et affiche une santé économique insolente, il n'en a aucun droit. Seuls les citoyens norvégiens ont ce droit. Et après, on nous parle des ingérences de pays externes, mais quelle différence franchement ?
Réponse de le 25/05/2017 à 18:39 :
@M PATATE
"le FMI donne son avis sur les pays qu'il "aide", Je note les guillements pour le mot "aide". Le FMI "aide" surtout les multinationales à faire du business dans les pays qu'il "aide", sous prétexte de créer des emplois, donner du travail au populations autochtones... qui n'en voient JAMAIS la couleur ou sont exploitées de manière éhonté. Le FMI sous sa forme actuelle de gouvernance est à JETER.
a écrit le 24/05/2017 à 21:28 :
A ce rythme, de vulgaires employés norvégiens vont avoir un niveau de vie satisfaisant et ils vont prendre la grosse tête. Normal que les elites du FMI rappelle la Norvège a l'ordre. L'argent du pétrole, c'est pour que les riches puissent s'acheter des ferraris et employer du personnel de maison pour financer l'économie reelle, si on donne cet argent au peuple, il va le dilapider en alcool et autres futilités...
a écrit le 24/05/2017 à 21:05 :
C'est sûr que les gens du FMI ne sont pas trop payés ! (?)
Mais ça devient indécents de tels propos ! Si l'économie norvégienne le permet de quel droit ces "pontes" peuvent s'arroger ce droit de critique ? Tant mieux si des "petits" profitent de la manne pétrolière… mais ça doit, sans doute, diminuer les dividendes des actionnaires ! ?
Réponse de le 25/05/2017 à 7:09 :
Tout simplement parce que c'est un contre exemple de la doctrine ultra-libérale qui veut réduire les coûts de main d'oeuvre à tous prix : les gains de productivité vont alors dans la poche de la finance. Il serait destructeur pour le modèle financier occidental que des nations s'alignent sur des pays comme la Norvège qui prouve qu'un autre modèle économique plus sociaal peut exister. Le FMI est le gardien du temple...
Réponse de le 26/05/2017 à 15:42 :
Bien vu. La difference entre la Norvege (j'y es vecu 7 ans) et les autres pays est que le ratio salaire ouvrier/patron est bien moindre.
Un manager en entreprise gagnera moins qu'en France (à PPA) et un ouvrier beaucoup plus.
Ça ne plait pas à tout le monde...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :