Moscou dément être en situation de défaut de paiement sur sa dette

La Russie est en situation de défaut depuis dimanche soir, date limite pour les règlements de ses créances. Mais le Kremlin a récusé cette hypothèse le lendemain, tout en admettant qu'à cause des sanctions internationales la visant, deux versements ne sont pas parvenus à des créanciers avant la date limite de dimanche.
Ces affirmations sur un défaut de paiement russe sont tout à fait illégitimes, a insisté Dmitri Peskov, le porte-parole du président Vladimir Poutine.
"Ces affirmations sur un défaut de paiement russe sont tout à fait illégitimes", a insisté Dmitri Peskov, le porte-parole du président Vladimir Poutine. (Crédits : Sputnik Photo Agency)

La Russie est-elle en défaut de paiement sur sa dette extérieure pour la première fois depuis 1918 et la décision de Lénine de ne pas s'acquitter des dettes du régime tsariste ? Sans surprise, pour les Américains, la Russie l'est bel et bien après que deux versements de la Russie ne sont pas parvenus aux créanciers avant la date limite de dimanche. Plus précisément, il s'agit de paiements portant sur 100 millions de dollars d'intérêts sur deux obligations, l'une libellé en dollars américains, l'autre en euros que la Russie devait régler le 27 mai. Les paiements bénéficient d'un délai de grâce de 30 jours, qui a expiré dimanche.

Si elles confirment que bien que les créanciers n'ont pas touché leur argent, les autorités russes récusent l'idée d'un défaut de paiement. Selon le ministère des finances russe, ces retards ne sont pas liés à une absence de moyens financiers mais sont la conséquence des sanctions internationales qui frappent la Russie.

 « La non-obtention de l'argent par les investisseurs n'est pas le résultat d'une absence de paiement, mais est causée par l'action de tierces parties, ce qui n'est pas directement considéré (...) comme un cas de défaut », a encore expliqué ce lundi le ministère.

"Ces affirmations sur un défaut de paiement russe sont tout à fait illégitimes", a insisté Dmitri Peskov, le porte-parole du président Vladimir Poutine, en référence à des agences de presse financières qui ont déclaré la Russie en défaut.

Intermédiaires

Anticipant la décision de Washington le 25 mai d'interdire à la Russie de payer sa dette extérieure en devises occidentales, le ministère des Finances russe dit avoir versé en avance, dès le 20 mai, quelque 100 millions de dollars d'intérêts avant l'entrée en vigueur définitive de restrictions cinq jours plus tard. Mais ces sommes n'ont jamais été transférées aux créanciers, les intermédiaires bancaires les ayant bloquées du fait des sanctions, souligne le ministère russe.

 « Les systèmes internationaux de paiements et de compensations ont obtenu les fonds dans les temps et en totalité et avaient les moyens légaux et financiers de transférer les fonds en question aux destinataires finaux », a dénoncé le ministère russe des Finances.

Quoi qu'il en soit, Moscou va aussi probablement rater toutes les échéances liées à sa dette extérieure prévue d'ici la fin de l'année et portant sur des centaines de millions de dollars. Et ce alors que les réserves russes gelées à l'étranger s'élèvent à quelque 300 milliards de dollars.

Lire aussi 4 mnRussie : défaut de paiement "sélectif" avant un défaut général ?

Moscou dénonce les sanctions

Depuis l'invasion de l'Ukraine le 24 février dernier, la Russie peine à honorer ses obligations sur les quelque 40 milliards de dollars (37,8 milliards d'euros) de dettes en devises étrangères actuellement en circulation. Le Kremlin a déclaré à plusieurs reprises qu'il n'y avait aucune raison pour que la Russie fasse défaut mais qu'elle était incapable de verser des fonds aux détenteurs d'obligations en raison des sanctions.

Alors y a-t-il défaut ? Pour de nombreux détenteurs d'obligations, la non-réception du paiement d'un coupon dans les délais constitue un défaut de paiement. Aucune date limite exacte n'étant spécifiée dans le prospectus, les avocats affirment que la Russie pourrait toutefois disposer d'un jour ouvrable supplémentaire pour payer les détenteurs d'obligations. Traditionnellement, ce sont les grandes agences de notation (Fitch, Moody's, S&P Global Ratings) qui officialisent le défaut de paiement d'un Etat. Avec les sanctions, celles-ci ne notent plus la Russie et il revient désormais à un comité de créanciers, le Credit Derivatives Determinations Committee (CDDC), d'évaluer si oui ou non la Russie fait défaut sur ses paiements. Ce comité avait ainsi acté début juin le non-paiement par Moscou de 1,9 million de dollars d'intérêts de retard sur une échéance précédente. C'est aussi lui qui décidera d'activer le cas échéant les CDS (Credit Default Swap), des produits financiers qui servent d'assurance contre les défauts de paiement sur une dette.

Moscou propose de payer en roubles

Un défaut de paiement serait surtout symbolique, car la Russie ne peut de toute façon pas emprunter à l'étranger pour le moment et qu'elle n'en a pas besoin, mais il risquerait d'augmenter ses coûts d'emprunt à l'avenir. Pour autant, en cas de nouveau défaut, « la Russie ne pourra plus emprunter en devises internationales », a indiqué à l'AFP Slim Souissi, enseignant-chercheur à l'IAE de l'université de Caen et ancien analyste financier chez Fitch. « A court terme, elle aura du mal à lever des fonds sur les marchés internationaux » et cela pourrait durer « des années ».

Pour contourner l'interdiction de payer sa dette en dollars, Moscou assure mettre à disposition, en roubles, les sommes qu'elle doit à ses créanciers auprès du National Settlement Depository (NSD), une entité financière russe.

Si « le remboursement en rouble n'est pas prévu dans le contrat de ces obligations, c'est considéré comme un défaut de paiement »; prévient cependant Slim Souissi.

(Avec AFP et Reuters)

Lire aussi 6 mnRussie : le spectre du défaut de paiement se rapproche, à trois semaines d'une nouvelle échéance

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 27/06/2022 à 22:40
Signaler
Les prêteurs donneront un autre délai de grâce. Ils ont bien trop peur de perdre leur argent. D'ailleurs qui sont-ils?

à écrit le 27/06/2022 à 22:23
Signaler
Vous prenez vos désirs pour la réalité à la CIA-MOSSAD/UE/DOLLAR/EURO/OTAN/MAFIA!! C'est l'UE et les USA qui vont être en défaut de paiement.

à écrit le 27/06/2022 à 19:34
Signaler
Qui a envie d'etre payé en Roubles? Les sanctions vont commencer à piquer. C'est moinsxrzfical que les bombes, mais dans le temps c'est dévastateur. Pauvre peuple Russe, obligé de supporter les frasques des son gouvernement de voyous.

le 28/06/2022 à 9:10
Signaler
Le pauvre naïf c'est nous que nous croyons a tout l'Europe c'est la ruine de notre souveranite nationale et des peuples vous ne voyez pas que le mondialiste veulent nous esclavisé il nous donne une guerre pour nous faire oublié le covit19 et les mill...

le 28/06/2022 à 9:49
Signaler
"Qui a envie d'etre payé en Roubles?" La moitié des clients de Gazprom a ouvert un compte en roubles pour payer le gaz russe .La tribune 19 mai 2022

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.