Nucléaire : l'Iran suspend des engagements et lance un ultimatum

 |   |  574  mots
Hassan Rohani, président de la République islamique d'Iran.
Hassan Rohani, président de la République islamique d'Iran. (Crédits : Reuters)
De plus en plus isolé, l'Iran a annoncé vouloir ne plus honorer une partie de ses engagements de l'accord sur le nucléaire, dénoncé il y a un an par les Etats-Unis qui ont depuis accentué les sanctions. Téhéran donne 60 jours aux pays encore signataires pour protéger les secteurs bancaire et pétrolier du pays visés par Washington.

Un an jour pour jour après l'annonce du retrait américain de l'accord de Vienne sur le nucléaire iranien, l'Iran a suspendu mercredi une partie de ses engagements en donnant 60 jours aux autres signataires pour mettre en oeuvre leurs promesses de protéger les secteurs bancaire et pétrolier contre les sanctions de Washington. Téhéran a adressé une lettre aux cinq signataires restants (Chine, Russie, France, Royaume-Uni, Allemagne) pour les informer de sa décision.

"Si les cinq pays s'assoient à la table des négociations et que nous concluons un accord, s'ils peuvent protéger nos intérêts dans les secteurs bancaire et pétrolier, nous reviendrons à la case départ (et reprendrons nos engagements)", a déclaré Hassan Rohani dans un discours télévisé.

Le président iranien a annoncé que la République islamique cesserait désormais de vendre son uranium enrichi et son eau lourde à d'autres pays, mesure prévue par l'accord de 2015.

Il a ajouté qu'en l'absence de résultats après 60 jours, Téhéran reviendrait sur d'autres engagements et augmenterait son niveau d'uranium enrichi, plafonné à 3,67% par l'accord de Vienne. "Après un an de patience, l'Iran cesse d'appliquer des mesures que les Etats-Unis rendent impossibles à mettre en oeuvre", a déclaré dans un tweet le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif. "EU/E3+2 (les trois signataires européens + Russie et Chine) ont une fenêtre étroite pour inverser la donne."

Téhéran prêt à négocier

Le chef de l'Etat iranien a mis en garde contre la "réponse ferme" de la République islamique si le Conseil de sécurité des Nations unies était saisi à nouveau sur le dossier nucléaire iranien mais a souligné que Téhéran était prêt à négocier. "Le peuple iranien et le monde doivent savoir que ce jour ne marque pas la fin du PAGC (Plan d'action global commun, intitulé de l'accord de Vienne)", a dit Hassan Rohani. "Ce sont des actions conformes au PAGC."

Donald Trump a dénoncé l'accord de Vienne il y a un an, ouvrant la voie au rétablissement des sanctions économiques levées après son entrée en vigueur. Les signataires européens s'efforcent depuis de le sauver en contournant ces sanctions, qui s'étendent aux partenaires commerciaux de Téhéran. La pression de Washington sur l'Iran s'est accentuée depuis l'expiration, le 1er mai, des dérogations qui avaient permis à huit pays (Chine, Inde, Corée du Sud, Turquie, Grèce, Italie, Japon et Taiwan) de continuer à importer du brut iranien pendant six mois.

"Rien ne serait pire", selon Florence Parly

La ministre française des Armées, Florence Parly, a déclaré mercredi que la question d'un ré-enclenchement du mécanisme de sanctions à l'encontre de l'Iran se poserait si les autorités de Téhéran venaient à ne plus respecter les dispositions de l'accord nucléaire de 2015. Pour Florence Parly, qui s'exprimait sur BFM TV et RMC Info, "rien ne serait pire" aujourd'hui qu'un retrait de l'Iran de ce même compromis. "Rien ne serait pire que de mettre à bas l'économie iranienne", a souligné la ministre.

A Pékin, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Geng Shuang a déclaré lors d'un point presse quotidien que l'accord de Vienne devait être pleinement respecté et que toutes les parties avaient la responsabilité de s'en assurer.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/07/2019 à 16:57 :
Après l’avertissement d’ ALLAH ce fort séisme en Iran président Rouhani de mettre fin en chiisme code satanique en Iran le 8.7.2019 pour éviter un séisme plus 7 en Iran qui met fin aux iraniens et leurs nucléaire.
a écrit le 09/05/2019 à 15:38 :
Cette photo est géniale et fait penser à celles que l'on voit au sein de nos institutions européennes.

La rigidité ya que ça de vrai !
a écrit le 09/05/2019 à 12:17 :
ps je ne corige pas le système est bloque,? la minitre francaise a raison:en en jouen aux coboys avec l iran il:empeche les autre pays a faire du commerce entre eux,? il la fais avec cuba:il la fais avec les russes avec la core et il finiras a le faire avec la chine: CELA FAIS BEAUCOUP? CELUI QUI NE BOUGE PAS NE SENS PAS SES CHAINES/// ROSA LUXENBOURG///???
a écrit le 08/05/2019 à 22:15 :
D'apres le rav ron chaya c'est normal, tout est dans la tora, tora, tora qui n'est pas un cri samouraï. Tout est prévu restez tranquille, normalement ya messaya qui vient juste après la guerre pour compter les morts.
a écrit le 08/05/2019 à 18:45 :
L'Islam est divisé. C'est toute la question du jihad, le combat spirituel. L'Islam est instable. Le califat sunnite a dominé de vaste territoires plusieurs fois dans les temps historiques. La Perse aussi.La Turquie ottomane aussi. Les US ne veulent pas qu'un pays islamique possède l'arme atomique. Mais ce serait une erreur d’écraser l'Iran : une population 80 millions d'humiliée aura toujours des moyens de représailles.
Réponse de le 09/05/2019 à 1:12 :
le Pakistan qui est un état islamiste et plutôt fanatique, possède la bombe depuis longtemps (1998, "officiellement").

Les USA sont en train de reproduire avec l'Iran, le scénario irakien, avec les mêmes méthodes (embargo, mensonge sur la présence d'ADM, oukazes inacceptables...) et c'est plus qu'inquiétant pour tout le monde, sauf peut être Daesh, à qui l'effondrement de l'Iran offrirait des possibilités de rebond inespérées dans la région.

Pour ce qui est de la division de l'Islam, ce n'est pas une spécificité. L'histoire de la chrétienté est une suite de schismes et de guerres idéologiques entre factions.
a écrit le 08/05/2019 à 17:03 :
Et ne sommes nous pas en droit de nous demander si les États Unis ne sont pas un état terroriste ? Un état perpétuellement en guerre, un état qui dicte sa loi aux autres, un état qui a déstabilisé tout le moyen orient à partir de mensonges, un état qui a financé les talibans contre l’URSS avec les conséquences que l’on connaît, un état allié à l’Arabie saoudite, responsable du développement du salafisme et donc de l’intégrisme, un état qui a mis en place des dictatures en Amérique du Sud, un état qui met sous embargo cuba car on lui a enlevé son influence sur ce pays qui était dirigé par un dictateur sous sa coupe.
Il va falloir un jour ouvrir les yeux sur la vrai face de ce pays qui grâce à Hollywood fait croire au monde entier qu’il est le meilleur et le plus démocratique qui soit.
Je m’arrête là.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :