TPP : le Japon et les Etats-Unis confirment la signature d'un large accord

 |   |  394  mots
Cet accord commercial, fruit de cinq ans de négociations, doit encore être ratifié par certains parlements nationaux des pays concernés, dont le Congrès américain.
Cet accord commercial, fruit de cinq ans de négociations, doit encore être ratifié par certains parlements nationaux des pays concernés, dont le Congrès américain. (Crédits : © Kevin Lamarque / Reuters)
Les ministres du Commerce de 12 pays du pourtour du Pacifique sont parvenus à un accord sur la création d'un Partenariat transpacifique (TPP) visant à libéraliser les échanges et créer des normes communes au sein de ce nouvel ensemble représentant 40% de l'économie mondiale.

Marché conclu. On savait la conclusion de l'accord imminente, mais elle était repoussée de jour en jour depuis la semaine dernière car les négociations bloquaient sur quelques points. Jusqu'à aujourd'hui. Les ministres du Commerce de 12 pays du pourtour du Pacifique sont enfin parvenus à un accord sur la création d'un Partenariat transpacifique (TPP) visant à libéraliser les échanges et créer des normes communes au sein de ce nouvel ensemble représentant 40% de l'économie mondiale.

Parlements nationaux

"C'est un aboutissement majeur non seulement pour le Japon mais aussi pour l'avenir de la zone Asie-Pacifique", a réagi le Premier ministre japonais Shinzo Abe devant la presse.

Le dernier cycle de négociations s'est tenu à Atlanta et les pourparlers ont dû être prolongés au-delà de la date-butoir initialement retenue. Les discussions ont finalement été débloquées avec le compromis trouvé au cours du week-end entre les Etats-Unis et l'Australie sur l'épineuse question de la protection des brevets dans le domaine des médicaments biotechnologiques, ce qui a ouvert la voie à un accord global.

Des réticences

Ce TPP suscite la méfiance d'un large éventail de catégories professionnelles dans les pays concernés, des ouvriers mexicains de l'automobile aux producteurs laitiers canadiens, d'autant que les négociateurs étaient tenus au secret quant au contenu des discussions.

Vu de Washington, cet accord commercial doit être l'incarnation économique de la stratégie du "pivot", ou rééquilibrage géopolitique vers l'Asie-Pacifique, et une occasion de contrebalancer l'influence qu'exerce la Chine sur cette région du globe.

L'accord commercial dans la zone Asie-Pacifique définit un certain nombre de normes minimales en matière notamment de droits des travailleurs et de protection de l'environnement. Il fixe aussi les principes de règlement des contentieux entre Etats et investisseurs en dehors des juridictions nationales.

Cinq ans de négociations

Reste que cet accord commercial, fruit de cinq ans de négociations, doit encore être ratifié par certains parlements nationaux des pays concernés, dont le Congrès américain. Mais du coup, les Etats-Unis risquent fort de s'inspirer de ce qui a été négocié dans le TPP, afin de poursuivre les négociations avec Bruxelles concernant le Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (TTIP ou Tafta en français), qui a également mauvaise presse auprès de l'opinion publique d'ailleurs...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/10/2015 à 17:14 :
Dans un prochain article, La Tribune voudra sans doute informer ses lecteurs sur quelques "détails" de l'accord TPP susceptibles de les éclairer sur certains points communs avec le projet de TTIP - comme la question du règlement des différents (cf. instances"arbitrales") JGG
a écrit le 06/10/2015 à 11:41 :
Bien obligé! Le japon troque le maintient de sa dette énorme (230% du PIB) contre un accord qui de toute manière se serait imposé à lui. La captive des USA a-t-elle négocié un nombre d'année conséquent ? Nous serons le résultat secret de cet accord le jour ou il sera question de la refondation monétaire du japon qui est la Grèce du Pacifique. Bien entendu ce fou dans la partie d'échec donne l'avantage aux noirs dans toute négociation avec l'Europe. En ce qui nous concerne en effet, après avoir vécu les dérives laissées à la "création" de la zone, hystérie nécessaire dit-on, nous nous attachons au rétablissement financier et pour tout dire au lissage. Par petites étapes vives. C'est à ce prix que nous pourrons fusionner les devises (dans 4 ou 5 ans) sans que l'on assiste au phénomène "argentin". Les USA ne sont donc pas enclins à modifier leurs normes puisqu'elles s'imposent progressivement à nous et qu'à terme avec cet élargissement nous devrons en accepter de beaucoup plus contraignantes. Il nous semblera alors préférable d'en éviter la charge en nous montrant plus souples envers celles qui sembleront bien secondaires. On retrouve ici le schéma allemand : un pays central avec des pays périphériques qui l'alimentent à bon compte faisant sa puissance. Cette fois-ci c'est au niveau du monde. Le Japon a donc été utilisé comme détonateur pour faire réagir la Chine afin de récupérer plus rapidement les pays du Pacifique. La Chine disposera de pièces pour contrer ce coup, les européens sont plus démunis.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :