Douze ministres de Hollande sortis dès le premier tour

Par Hugo Baudino  |   |  989  mots
Le premier tour des législatives 2017 aura été fatal à de nombreux ministres et secrétaires d'Etat des gouvernements Ayrault, Valls et Cazeneuve. (Crédits : Reuters)
Sur les 24 ministres et secrétaires d'Etat s'étant relayés au cours du quinquennat de François Hollande, 12 ont été sèchement battus dès le premier tour des législatives 2017.

Benoît Hamon

C'est probablement la défaite la plus symbolique pour le Parti Socialiste, avec celle du secrétaire général Jean-Christophe Cambadélis dans la 16e circonscription de Paris (partie du 19e arr. de Paris). Le candidat socialiste à la présidentielle Benoît Hamon, éliminé au premier tour avec 6,35% des voix, ne fera donc pas mieux dans sa 11e circonscription des Yvelines. L'ancien ministre délégué à la Consommation du gouvernement Ayrault, puis brièvement ministre de l'Education du gouvernement Valls, a pourtant récolté 22,59% des suffrages exprimés, mais il échoue pour seulement 165 voix de moins face à son rival Jean-Michel Fourgous (LR). Ce dernier affrontera au second tour la candidate de La République en Marche (LREM) Nadia Hai, arrivée en tête avec 32,98% des voix.

Lire aussi : Programme économique de Benoît Hamon: le pari de la relance par la consommation

__

Cécile Duflot

Ministre du Logement entre 2012 et 2014, Cécile Duflot aura été à l'origine d'une des lois majeures du quinquennat Hollande : la loi Alur, qui a notamment instauré l'encadrement des loyers. Cela n'aura pas été suffisant pour permettre à la candidate Europe Ecologie-Les Verts (EELV) de passer le premier tour des législatives dans la 6e circonscription de Paris. Troisième avec 14,69% des suffrages exprimées, Cécile Duflot a été distancée par la candidate de la France Insoumise Danielle Simonnet (18,83%) et par le candidat LREM Pierre Person (39,42%).

Lire aussi : Immobilier : Emmanuelle Cosse salue la « grande loi Alur » de Cécile Duflot

__

Emmanuelle Cosse

Emmanuelle Cosse a, elle aussi, été ministre du Logement lors du quinquennat précédent, mais c'était lorsque Manuel Valls était Premier ministre, ce qui lui aura d'ailleurs valu d'être exclue du parti EELV. Son parachutage dans la 3e circonscription de Seine-Saint-Denis, sous l'étiquette des Radicaux de gauche, s'est avéré un échec cuisant, l'ex-ministre se classant cinquième du premier tour, avec seulement 9,47% des suffrages exprimés.

Lire aussi : Immobilier: Cosse lance un dispositif fiscal « gagnant gagnant »

__

Matthias Fekl

Autre défaite symbolique pour le PS, celle de l'ancien ministre délégué au Commerce extérieur puis éphémère ministre de l'Intérieur Matthias Fekl, pourtant considéré à 39 ans comme une valeur montante du parti. En récoltant 17% des suffrages exprimés, Matthias Fekl a été dépassé par la candidate FN Hélène Laporte (20,32%) et le candidat LREM Alexandre Freschi (28,39%, dans la 2e circonscription du Lot-et-Garonne.

__

Christian Eckert

Secrétaire d'Etat au Budget dans le gouvernement Valls de 2014 à 2017, Christian Eckert était candidat à sa succession dans la 3e circonscritpion de Meurthe-et-Moselle. L'échec est cuisant : il finit quatrième avec 9,52% des voix, dépassé par les candidats FN, France Insoumise (FI) et LREM...

__

Aurélie Filippetti

L'ancienne ministre de la Culture du gouvernement Ayrault était également candidate à sa propre succession dans l'Est de la France. En lice dans la 1re circonscription de la Moselle, Aurélie Filippetti n'a récolté que 11,80% des voix, se classant troisième, derrière la candidate FN et le candidat LREM.

__

Juliette Méadel

Porte-parole du PS de 2014 à 2016, Juliette Méadel a ensuite occupé le poste de secrétaire d'Etat chargée de l'Aide aux victimes pendant un peu plus d'un an, dans les gouvernements Valls et Cazeneuve. Son soutien à Emmanuel Macron dès le résultat du second tour de la primaire de la gauche (elle y soutenait Manuel Valls) n'aura pas suffi à la sauver pour la bataille des législatives. Candidate dans la 10e circonscription de Seine-et-Marne, elle ne se classe que 5e du premier tour, avec 8,31% des voix.

__

Kader Arif

Ministre délégué puis secrétaire d'Etat aux Anciens combattants entre 2012 et 2014, Kader Arif se présentait comme candidat PS dans la 10e circonscription de la Haute-Garonne. Pourtant député sortant, il n'a recueilli que 7,82% des voix au premier tour, finissant même cinquième derrière les candidats FN, LR, FI et LREM.

__

Christophe Sirugue

Huit mois et 9 jours comme secrétaire d'Etat chargé de l'Industrie, puis 2 mois et 13 jours en tant que secrétaire d'Etat chargé du Numérique et de l'Innovation. Le passage de Christophe Sirugue au gouvernement aura été bref et ne lui aura surtout pas permis de conserver son poste de député de la 5e circonscription de Saône-et-Loire, qu'il détenait depuis 2007. Avec 15,63% des suffrages exprimés, mais seulement 7,18% des incrits, le candidat socialiste ne passe pas le premier tour, devancé par les candidats LR et LREM.

__

François Lamy

Ministre délégué à la Ville du gouvernement Ayrault, François Lamy a quitté le gouvernement en même temps que sa ministre de tutelle Cécile Duflot, soit après la nomination de Manuel Valls comme Premier ministre. Député de la 6e circonscription de l'Essonne depuis 1997, François Lamy avait été investi par le PS dans la première circonscription du Nord. Le parachutage n'a pas fonctionné car le candidat s'est classé cinquième au premier tour, avec seulement 9,14% des suffrages exprimés.

__

Pascale Boistard

Deux fois secrétaire d'Etat, d'abord aux Droits des femmes puis aux Personnes âgées et à l'Autonomie, Pascale Boistard est restée presque trois ans au gouvernement. Candidate à sa réélection dans la 1re circonscription de la Somme, la socialiste n'est arrivée que cinquième avec 7,06% des voix. Elle a d'ores et déjà appelé à voter pour le candidat de la France Insoumise François Ruffin, qui sera opposé au candidat La République en Marche (LREM) Nicolas Dumont au second tour.

__

Ségolène Neuville

Battue au premier tour des législatives dans la 3e circonscription des Pyrénées-Orientales, Ségolène Neuville a récolté 15,68% des suffrages exprimés, largement distancée par les candidates FN (19,28%) et LREM (22,70%). Secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l'exclusion de 2014 à mai 2017, elle-aussi aura été victime de sa double appartenance PS-gouvernement sortant et perd ainsi son siège de député.