Près d'un employeur sur trois peine à... recruter

 |   |  301  mots
Comme raison, les employeurs avancent principalement un manque de compétences techniques.
Comme raison, les employeurs avancent principalement un "manque de compétences techniques." (Crédits : © Brian Snyder / Reuters)
En France, malgré un taux de chômage au plus haut, 29% des chefs d'entreprise interrogés par Manpower éprouvent des difficultés à trouver les compétences qu'ils recherchent.

Près d'un employeur sur trois en France affirme en 2015 rencontrer des difficultés à recruter, notamment des artisans et ouvriers qualifiés, des chauffeurs et du personnel administratif, d'après une enquête du groupe de travail temporaire Manpower publiée dimanche.

En France, malgré un taux de chômage au plus haut, "29% des chefs d'entreprise interrogés ont des difficultés à trouver les compétences qu'ils recherchent", contre 21% l'année précédente.

Au niveau mondial, la proportion est encore plus importante, puisque 38% des employeurs sondés dans une quarantaine de pays font le même constat, selon le communiqué. C'est au Japon que les "pénuries de talents" déclarées sont les plus fortes. Elles sont les plus faibles au Royaume-Uni et en Irlande.

Comme raisons, les employeurs avancent principalement un "manque de compétences techniques", loin devant un problème de candidats "disponibles", un manque de savoir-être, d'expérience ou des "prétentions salariales trop élevées".

La difficulté va croissant avec la taille de l'entreprise, constate par ailleurs l'enquête.

Face au problème, "seules 59% des entreprises déclarent adopter des stratégies RH pour y remédier", comme chercher à recruter "des profils atypiques" ou former en interne du personnel aux compétences recherchées.

"Aujourd'hui beaucoup de postes non pourvus ne nécessitent pas des compétences si qualifiées que cela... A nous de relever le défi en développant des formations courtes et individualisées mais surtout qui reposent sur les besoins réels et exprimés par les entreprises", estime Alain Roumilhac, président de ManpowerGroup, dans le communiqué.

Pour cette enquête, Manpower dit avoir interrogé 41.748 employeurs dans 42 pays au cours du premier trimestre 2015. Pour le volet francais, un échantillon de 1.002 entreprises de toutes tailles a été interrogé (AFP).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/05/2015 à 12:14 :
Le chômage ne baissera pas a cause de la concurrence du "travailleur détaché" et des délocalisations, seul la "tva sociale" pourrai nous sortir de ce problème et non la précarisation du marché du travail!
a écrit le 26/05/2015 à 8:34 :
Peut-être que si les entreprises ne cherchaient pas le "mouton à cinq pattes" sur-diplômé, hyper-expérimenté mais peu payé, elles trouveraient aussi plus facilement ce qu'elles ne savent sans doute pas très bien chercher ? Tous les seniors qui cherchent un emploi ne sont tout de même pas des "profiteurs"...
a écrit le 26/05/2015 à 8:32 :
Cette étude de Manpower vient confirmer ce que nous constatons depuis 5 ans, Manpower n'est plus dans le coup pour le recrutement, avec des méthodes ringardes pour des clients aux entreprises qui n'ont pas évolué et cherchent des sous-employés avec des salaires miséreux.
a écrit le 26/05/2015 à 6:25 :
Que les chefs d'entreprise rencontrant ces difficultés se rassurent, des centaines de milliers de candidats potentiels supplémentaires parfaitement qualifiés débarquent en ce moment même à Lampedusa et s'ajouteront bientôt aux 400.000 entrées annuelles sur le territoire.
a écrit le 25/05/2015 à 18:00 :
J'ai 59 ans, je suis inscris à Pôle emploi, je prends n'importe quel poste payé 1600 € nets , balayage, administratif, encadrement, vente, commerce etc,
Réponse de le 25/05/2015 à 20:07 :
Je suis exactement dans la même situation et je prends n'importe quel emploi même au minima. Le seul problème, je suis bloqué en région Languedoc Roussillon. j'ai la chance d’être propriétaire et donc de ne pas avoir de loyer à payer. Certes il suffit de vendre et de risquer de se retrouver précaire pour le premier CDD venu, mais je ne suis pas convaincu par cette solution.
Réponse de le 26/05/2015 à 19:13 :
"J'ai 59 ans, je suis inscris à Pôle emploi, je prends n'importe quel poste payé 1600 € nets" : Dommage, mais les jeunes qui sont passés par des CDD a répétition travailleront pour moins... Idem pour les étrangers régularisés par le patronat.
1600 euros, c'est justement le salaire de mon ouvrière qualifiée qui se débrouille en technique, en prospection de clientèle, en facturation et ce à l'international.
Vive : Une augmentation des pensions de retraites qui dépassent son salaire! Il ne faudrait pas surtout que la France entière découvre la crise : L'immobilier baisserait et les croisières ne feraient plus le plein!
a écrit le 25/05/2015 à 16:47 :
Le journaliste ne fait que reprendre les données de Manpower sans aucune analyse ni recherche complémentaire; il pourrait au moins essayer de comparer avec l'étude de Pôle emploi qui vient de paraître. Cette information est proche de la désinformation!Beaucoup de commentaires sont très pertinents!
a écrit le 25/05/2015 à 16:19 :
Le personnel administratif est sous-payé en France. Normal, la filière lettres a été dévaluée au profit du tout "mathématiques", alors même que les Français sont nuls en maths; depuis belle lurette.
Actuellement, la vogue est aux "commerciaux", de même, que dans les clubs de foot, les joueurs sont payés comme des Dieux et le reste du personnel, qui est tout aussi indispensable pour que se joue un match, est payé des clopinettes. Dans les entreprises, les commerciaux sont bien voire très bien payés et les autres mal, pourtant sans eux aussi pas de vente.
Mais c'est trop compliqué à comprendre pour un petit patron qui s'est souvent mis à son compte faute de trouver un job salarié et qui a eu la chance de survivre parce qu'il est arrivé au bon moment. Il se prend ensuite pour un vrai professionnel, en agrandissant son entreprise et en cherchant à manager une équipe... Mais les grands patrons du CAC 40... sont certes des privilégiés qui oublient un peu la Plèbe, mais ils ont des compétences que ces patrons en herbe n'imaginent même pas... C'est si facile de dire que les employés sont nuls, fainéants... sans regarder si la cause de nos difficultés ne vient pas de nous.
a écrit le 25/05/2015 à 14:47 :
Si certaines entreprises ont du mal à recruter, c'est aussi parce qu'elles veulent une personne répondant aux exigences propres à leur structure, avec des diplômes de plus en plus élevés, du savoir-faire, du savoir-être, etc ... et ce, à des salaires frôlant le smig. Bref, certaines entreprises veulent le mouton à 5 pattes. Au lieu de cela, elles accepteraient des personnes compétentes avec un contrat évolutif et des formations en interne seraient bien plus constructifs. Mais en France, il faut systématiquement rentrer dans les petites cases. Et, il y a si peu d'adaptation. Dommage pour ceux et celles qui voudraient réellement s'investir dans une entreprise. Dommage pour ceux et celles qui aimeraient entendre " je vous donne votre chance, montrez-moi ce dont vous êtes capables". Ce serait un échange constructif. De plus, s'entendre dire qu'arrivé à la cinquantaine, on est moins intéressant est difficile. Il reste tant d'années à travailler. Dommage que les mentalités et les pratiques françaises, n'évoluent pas. C'est vraiment dommage !
Réponse de le 25/05/2015 à 16:05 :
Il faut dire aussi que les employeurs sont radins. Très peu recourent à des professionnels pour recruter. Résultats, ils se fient à leur flair pour au cours d'entretiens bidons, deviner si la personne face à eux, fera l'affaire... Comme ils n'y connaissent rien, ils se rassurent en prenant des CV classiques puis des personnes qui "présentent bien". Mais aucun test, aucune vérification de la véracité des CV... Ensuite ils se plaignent de ne pas avoir de personnels compétents...
a écrit le 25/05/2015 à 14:35 :
Je me suis souvent demandé comment un employeur pouvait évaluer des compétences sur de simples entretiens alors que le recruté n'a souvent qu'une vague idée de ce qu'on attend de lui. Si on s'en tient au libellé des annonces, la première chose mise en avant est le diplôme comme si un diplôme était un gage de compétence. A part, peut-être, ceux issus de l'apprentissage le diplôme n'est que le gage d'un savoir acquis. Il ne présume en rien de la capacité du diplômé à s'adapter à la structure de l'employeur, à sa capacité à être créatif dans la résolution d'un problème (en fait, ne pas être qu'un simple applicateur de recettes ; tout n'est pas appris à l'école). Cette mise en avant du diplôme écarte toutes les personnes ayant une expérience professionnelle sans avoir pour autant le diplôme ou la possibilité de faire une VAE.
La seule compétence demandée dans certaines annonces est l'utilisation d'un logiciel ou d'un langage de programmation.
a écrit le 25/05/2015 à 12:57 :
Il serait scandaleux que du fait que les cadres n'acceptent pas une baisse de leur retraite que tout le monde doivent travailler plus longtemps. Avec les salaires dont ils ont bénéficier durant leur carrière, ils ont forcément dû en mettre de côté. Ce qui n'est pas le cas d'un SMICARD. Alors, je le dis ; je suis contre toute nouvelle réforme visant à reporter l'age de départ à la retraite à 67 ans.
Réponse de le 25/05/2015 à 15:36 :
Il serait scandaleux qu'un cadre qui a travaillé toute sa vie ne bénéficie pas de sa retraite au prorata de ce qu'il a gagné ! Tout comme il est scandaleux actuellement qu'un smicard qui lui aussi a trimé plus que travaillé touche moins de 1000 euros par mois de retraite ! Et je ne sais pas si vous avez lu les dernières "trouvailles" du medef et d'un syndicat qui souhaiteraient des baisses massives pour tout le monde !
Réponse de le 25/05/2015 à 15:50 :
Ca ne sert à rien d'être contre, si demain ils votent la loi qui dit que vous aurez votre retraite a 100 ans vous ferez quoi?
C'est pas vous ou moi qui devont faire quelque chose mais tous les citoyens et comme personne n'est dans la rue actuellement, c'est mort...
Réponse de le 25/05/2015 à 23:20 :
@Nooooonnn!!!
Votre intervention n'a rien à voir avec le sujet traité dans l'article. On parle des supposés problèmes des entreprises à recruter et non du montant des pensions de retraites.
Mais puisque vous en parler, permettez moi de vous dire que vous ne connaissez rien à la situation des cadres. La catégorie des cadres est très vaste. Cela commence avec des salaires d'environ 2000€ et va jusqu'aux cadres dirigeants des grandes entreprises. Si vos propos ne concernent que les cadres dirigeants, alors oui, je suis d'accord avec vous. Mais la grande majorité des cadres n'ont pas une situation aussi confortable que ces dirigeants de grandes entreprises. Aujourd'hui, beaucoup de salariés sont cadres mais leur fonction n'a rien à voir avec celles des cadres des générations précédentes. ET surtout, leur salaire est trés en dessous de ce que vous croyez.
Les gens sont de plus en plus diplomès et on réclame des diplomes élevés meme pour des taches qui ne le nécessite pas. En contre parte, on satisfait leur ego en leur accordant le statut de cadre. C'est flatteur mais le salaire ne va pas avec. Baisser leur retraite ne serait pas juste. Il faut s'attaquer aux vrais problèmes. C'est un vaste sujet que je ne vais pas développer ici.
a écrit le 25/05/2015 à 12:40 :
Pour être réellement informatif, il faudrait connaître, pour ces employeurs peinant à recruter, les conditions proposées : 
— poste;
— contrat de travail;
— compétences demandées;
— rémunération proposée;
— lieu.

Je suis prêt à parier ma chemise que sur ce tiers de recrutements échoués, la plupart révèleront bien des choses « amusantes ».
a écrit le 25/05/2015 à 12:37 :
""prétentions salariales trop élevées"."

Imaginez un article qui titrerait : Près d'un automobiliste sur trois peine à s'approvisionner en carburant.

Motifs : ils ne trouvent pas les caissièr(e)s assez souriant(e)s, le prix est trop élevé...
a écrit le 25/05/2015 à 12:09 :
" des artisans et ouvriers qualifiés, des chauffeurs et du personnel administratif"
Depuis quand recrute t on des artisans comme salariés?
Après avoir licencié des chauffeurs pour embaucher des polonais, des slovaques ou autre il manque en effet des chauffeurs français acceptant des contrat de ces pays à 150 € par mois.
Des ouvriers, mais depuis Jospin on ne forme plus d'ouvrier mais 80% de bachelier. Remontant dans le passé on a supprimé les lycées d'entreprises. Nombre d'entreprise formait leurs futurs salariés dans des écoles professionnelles. Les sous traitants en bénéficiaient aussi.

Quand l'argent de la formation professionnelle servira à la formation (voir rapport de l'assemblée nationale interdit de diffusion) les entreprises trouveront leurs salariés.
a écrit le 25/05/2015 à 11:34 :
Après un titre générique dans les termes suivants : "Près d'un employeur sur trois peine à... recruter"
Les lecteurs de La Tribune lisent ce qui suit in extenso : "En France, malgré un taux de chômage au plus haut, 29% des chefs d'entreprise interrogés par Manpower éprouvent des difficultés à trouver les compétences qu'ils recherchent.

Les lecteurs en déduisent 2 constats :

- cet article est une pure publicité

- Manpower est peut-être victime de ses propres carences dans les rédactions de ses annonces et aussi dans les sélections de ses clients ...

Après cela, La tribune va recevoir un ordre de censurer ce post, comme elle en a déjà censuré de pertinents sur ce sujet.

Ca fait un peu minable ces censures.
a écrit le 25/05/2015 à 9:34 :
C'est normal les employeurs recherchent des moutons à 5 pattes payés à coup de lance pierre.
Réponse de le 25/05/2015 à 12:05 :
Moutons qui doivent justifier de bac+2 pour des emplois nécessitant des CAP, BEP payé à la qualife du CAP, BEP; ou des BAC+5 pour des BTS payé au BTS... Mais bon la réforme de l'école est en route; on parlera bientôt presque tous trois langues, on n'aura toujours pas plus d'emploi qui nous concernent et pour ceux qui auront des BEP/CAP, le chômage les concerneront toujours plus alors que c'est eux qui ont le plus de postes qui les concernent...
Mais bon on avance...
a écrit le 25/05/2015 à 9:01 :
Ma soeur a refusé un CDD hier de 15h au smic horaire... Pauvre employeur, maudit chomeur qui cherche un travail pour au moins survivre...
Réponse de le 25/05/2015 à 16:10 :
Pourquoi se présenter pour un poste au SMIC si ce salaire ne convient pas ? C'est vrai, que beaucoup de patrons sont radins mais, en général, ils annoncent la couleur dans leur annonce.
Ce n'est que si le poste est payé au-dessus du SMIC que la mention "salaire à négocier" apparaît.
Réponse de le 26/05/2015 à 22:30 :
Surement parce que 15H au SMIC vaut moins qu'un RSA chez soit... Et contrairement au RSA le SMIC même de 15H empêchera d'accepter beaucoup d'autre emplois...
a écrit le 25/05/2015 à 8:47 :
C´est bien le genre de choses que j´ai énormément de mal à croire! J´ai pris la décision de partir travailler en Irlande après avoir galéré comme un malheureux pendant des années. J´ai commencé comme tout le monde au bas de l´échelle dans une très grosse multinationale. Tout s´est très bien passé pendant cinq ans. Je suis ensuite parti travailler en Pologne où pour des raisons personnelles, les choses sont allé très mal. Je suis rentré en France pendant quatre mois et j´ai fini par prendre le premier job venu pour sortir de ce pays de dingues. Il n´est pas possible de demander à un postulant d´avoir un doctorat en physique quantique pour occuper un poste de technicien en électronique. Et de le recaler au motif qu´il n´a pas suffisamment de compétences en génie des matériaux. J´exagère a peine quant aux exigences des recruteurs.
a écrit le 25/05/2015 à 8:47 :
Trop vieux, trop jeune, trop diplômée , pas assez d'étude, des diplômes trops ancien, pas assez d'expérience..... Voila quelque argument pour maintenir notre pays dans la situation où il ce trouve...... Ils y a 30 ans dans les entreprises on former de bon personnel, il y a bien longtemps que cela ne fonctionne plus, mais tous vas bien madame la marquise......
a écrit le 25/05/2015 à 8:45 :
Evidemment puisque l'éducation nationale continue à donner un savoir alors que nos voisins donne un métier. Tant que l'on continuera à former des jeunes en sciences sociales par milliers alors que la fonction publique qui les absorbait, ne peu plus suivre, on ira dans le mur des désillusions. Il faut absolument un numerus clausus dans toutes les filières de sciences sociales !
Réponse de le 25/05/2015 à 10:07 :
Même pas....toutes les études PISA ont montré que le système éducatif français était de moins en moins capable de donner des savoirs. Et ce n'est pas la dernière réforme en date, qui généralise le papillonnage interdisciplinaire au détriment des fondamentaux, qui va améliorer les choses. Et c'est bien ça le problème, sans les connaissances de base, la rigueur et l'acceptation de l'effort que doit transmettre l'école, acquérir un métier relève de la gageure.
Réponse de le 25/05/2015 à 15:56 :
En quoi faire un BTS est nécessaire pour voir si notre RSA ou Chômage correspond bien à nos droits? On demande de plus en plus à nos jeune de faire des études longues pour ensuite tenir des postes correspondant à des études plus courtes. Mas comme il y a plein de chômeurs, les patrons n'ont pas de mal à embaucher un titulaire de BTS à la place d'un BEP ou CAP en le payant au prix d'un BEP/CAP. Ou un ingénieur pour tenir le poste d'un BTS payé au prix du BTS...
a écrit le 25/05/2015 à 8:07 :
C'est à se demander en lisant les commentaires précédents, si les patrons les plus capables ne sont pas déjà partis... Reste à savoir pourquoi...
a écrit le 25/05/2015 à 1:31 :
Si on limitait les indemnités chômage à 3 mois, on réduirait les dépenses publiques et surtout, le taux de chômage s'effondrerait par la force des choses mais ceci est tabou. Ceci devrait se faire en éliminant au passage le statut des fonctionnaires et au boulot la France !!!!! Même pas en rêve !!!!!! Ce peuple souffre de ses vices et c'est bien mérité.
Réponse de le 25/05/2015 à 9:46 :
Qu'attendez-vous pour vous présenter aux prochaines présidentielles ?
Réponse de le 25/05/2015 à 11:53 :
Même pas vrai, aujourd'hui près de la moitié des demandeurs d'emploi ne sont pas indemnisés. Renseignez vous avant d'affirmer des lieux communs
a écrit le 24/05/2015 à 22:47 :
Ils peinent les pauvres ! de qui se moque-t-on ? Depuis quarante ans au moins, l'on réclame des motivés pour vendre et pas pour faire. Les compétences et qualités sont ostracisées à force d'accuser un perfectionnisme inutile puisqu'il faut se limiter à du vendable ; et la réclame est là pour exciter les appétits du chaland. Probablement c'est le sérieux et la conscience professionnelle des allemands qui leur procurent réussite et confiance.
Les cadres en France doivent animer leurs subordonnés sans être compétents, tant ça s'apprendrait banalement et vite.
a écrit le 24/05/2015 à 20:29 :
Passer un test QI de ces mauvais employeurs après on en parlera de leurs capacités de diriger une vrai entreprise!
a écrit le 24/05/2015 à 18:37 :
restent deux employeurs sur trois qui sont sérieux et heureusement pour ce pays , les commentaires sont éloquents sur les employeurs bidons qui cherchent le mouton à cinq pattes payé une poignée de figues .
a écrit le 24/05/2015 à 18:22 :
"des artisans et ouvriers qualifiés, des chauffeurs et du personnel administratif". Des emplois peu qualifiés et des prétendants à salaire trop élevé. Ce qui justifie de prendre des stagiaires, des intérimaires, des cdd précaires, des contrats aidés. Quand à dispenser les formations appropriés, il n'y a qu'une offre organisée par pôle-emploi, sous-traité à des formateurs bidons. Pourquoi donc cette formation d'adultes n'est-elle pas dispensée sèrieusement par les universités?
a écrit le 24/05/2015 à 15:06 :
Je ne suis pas étonnée. Qui, les employeurs veulent recruter ?
Toujours le même refrain :

Profil :

- Motivée
- Diplômée
- Expérimentée
- Connaissances d’une ou plusieurs langues
- Moins de 25 ans

Rémunération :

Un salaire ? « mais vous vous prenez pour qui ? », « bla, bla, montée en compétence », « si vous ne voulez pas travailler, bla, bla », « charges sociales, cout du travail en France bla, bla », « quand j’ai commencé », « beaucoup de très bonnes candidatures reçues, le choix va être vite fait… »

Type de contrat ? Contrat aidé, apprentissage, contrat de professionnalisation, intérim, CDD pendant 8 mois avec peut-être…
Grille des rémunérations de la convention collective ? connais pas
Réponse de le 25/05/2015 à 12:18 :
Le moins de 25 ans est un peu exagéré, la réalité est plus avoir moins de trente ans.

Pour le reste, le coup des trois ans d'expérience payés au SMIC à des bac+3 minimum ça devient fréquent.

Le "A votre âge quand j'ai commencé blabla", je dirais que certains se fichent du monde.

Il y a 10, les salaires d'embauche étaient égaux ou plus élevés. Et pour ceux qui ont commencé avant 2000, le marché de l'immobilier n'avait pas encore pris 100% en même pas dix ans.

Cherchez l'erreur : même type de poste, mêmes compétences, il y a dix ans, salaire d'embauche 25k, maintenant, 20k. Et entre deux boîtes, toutes deux à Paris, actuellement, l'une propose 28k, l'autre 20k.

L'employeur : "Ah bah pourquoi je ne trouve pas de candidat à 20k?"

Cela dit, c'est un détail; mais comme par hasard, le poste à 28k va revenir à une promotion interne et un stagiaire va remplacer le promu (si ce dernier ne se retrouve pas tout simplement avec la charge de travail des deux postes).

Salaires en informatique aux Etats-Unis, un développeur de plus de 45 ans, ça existe et ça peut gagner plus de 120k/an; En France, chômage direct "Ah mais ça va pas être développeur à 45 ans? Vous devriez au minimum être chef de projet et même plutôt directeur SI".
a écrit le 24/05/2015 à 13:29 :
Employeur de ma femme:
Entreprise en sous effectif criant depuis 3 ans alors que l'activité croit. Au moins une fois par mois les tech font des semaines de 50h (contrats 35h..)
Annonce actuelle : cherche technicien expérimenté, au moins 3 ans sur poste identique.
Diplomé BAC+3. Contrat CDI, Salaire SMIC, Lieu géographique: 6ème aire urbaine de France

Il a besoin d'aide pour comprendre pourquoi il ne trouve personne depuis 3 ans !!!
a écrit le 24/05/2015 à 12:44 :
C'est normal, les profiteurs préfèrent profiter que se bouger et chercher ...
a écrit le 24/05/2015 à 12:40 :
On parle emploi et croissance, mais en 2014 on fait 0,2%. Depuis 2012 la croissance est faible… VEAU. Avec un taux d’emploi déclaré à 64%, ne devrait-on remettre en cause un système économique sous-performant et une occupation de l’emploi inadéquate. L’Etat relance-t-il l’économie ? On trouve : sur 10 mois en 2014, l’export automobile français est inférieur à celui de l’Espagne. Les exportations sont plus faibles en 2014 qu’en 2012. Pour la croissance du commerce, en 2013 et 2014 on compte près de -0,4%, une hausse au quatrième trimestre 2014 de 0,2 après -0,3 -0,2 -0,1. Au premier trimestre 2015, on a -0,4%. La baisse de l’euro favorise-t-elle l’export ? En 2014, l’Allemagne fait 217 milliards après 200, en record positif alors que nous sommes en négatif. En 2014, le déficit commercial hors pétrole de -13,5 à -19 milliards. On nous parle d’une politique d’offre, la production manufacturière serait stagnante pour une augmentation de l’import de l’indice 90 en 2009 à 115 en 2014… la stimulation de la demande favoriserait l’emploi en Allemagne ? Le FMI propose de baisser les coûts du travail, pourquoi ne pas baisser les cotisations vieillesse ? En 2014, l’emploi industriel se réduit de 34800 en France et augmente de 108500 en zone. Il y aurait en Février plus de 10 000 emplois de moins dans la construction, on relance la pénurie de logements chers ? Alors qu’on compterait 60% de diplômés chômeurs, ne devrait-on revoir la notion de développement économique et l’orientation vers l’emploi ? Par exemple la croissance Europe est faible de long terme par rapport aux usa comme la croissance de la population. Si on parle de 75% contre le déclin, une pétition protestataire ?
a écrit le 24/05/2015 à 12:17 :
rechercher des moutons a cinq pattes, c'est facile. Sauf que ceux ci ont deja un boulot ou sont parti de France et de toute les manieres ils sont peu nombreux. Les chefs d'entreprise n'embauchent plus les plus de 45 ans et ne veulent que des moins de 26 ans a cause des subventions. Meme les gens de chez manpower me le disent. Ses Employeurs sont des assistés, plus de 50 % du medef depend des commandes publiques et sont des enarques, des hauts fonctionnaires recyclés, des hautes ecoles.... Dans les pays ou le chomage est moindre toutes ces castes sont pas a la directions des entreprises.
Réponse de le 24/05/2015 à 15:10 :
Je vous comprends, ludot, et comment donc. L' image reste imprégnée dans ma mémoire depuis le 13 février 2013, à Nantes, et hante mes jours et mes nuits jusqu'à aujourd'hui, la vision de ce chômeur en fin de droits n'aurait pas supporté de voir son dossier rejeté alors qu'il estimait avoir travaillé un nombre d'heures suffisantes. Le lendemain, un compte rendu de presse informait qu'il écrit dans un mail «Aujourd’hui, c’est le grand jour pour moi car je vais me brûler à Pôle emploi. J’ai travaillé 720h et la loi, c’est 610h. Et Pôle emploi a refusé mon dossier ». L'image de cette torche humaine sous mes yeux m'a fait repenser toute ma philosophie de travail et de vie. Que l'âme de ce malheureux puisse être en paix maintenant. Et qu'une Lumière venant du coeur du Plus Profond puisse-t-elle changer les coeurs et les mentalités des ce castes à qui seul compte le profit, pas les vies humaines, les familles, les enfants.
Réponse de le 24/05/2015 à 18:28 :
Ce n'est pas le seul précèdent à Pole Emploi, dans ma famille il y a eu un cas pareil mais heureusement sans une issue aussi tragique. La personne en question se trouve en fin de droits et doit recommencer sa vie professionnelle…. à 61 ans !
a écrit le 24/05/2015 à 12:11 :
Franchement c'est pahétique ....
Du mal à recruter et oui quand on veux des jeunes mal payés avec plein d'expérience , que l'on refuse les qualifiés de plus de 40 ans car ils ont plus de 40 ans ....

Alors oui on a du mal à recruter !!!
a écrit le 24/05/2015 à 12:08 :
c est sur que recruter au smic en region pariseinne ca doit pas etre evident vu que personne peut se loger pour ce salaire ...
a écrit le 24/05/2015 à 12:07 :
Pas etonnant. en infomatique vous avez des SSII passant des annonce pour des gens avec 5 ans d experience sur une technologie qui existe depuis meme pas ... 3 ans. Alors c est sur qu ils vont avoir du mal a trouver. Surtout si on pense que le gars qui a la chance de travailler sur une techno de pointe va pas aller travailler chez un marchand de viande (le surnom des SSII)
Réponse de le 25/05/2015 à 8:54 :
Travailler chez des négriers est aussi une façon de dire les choses.
a écrit le 24/05/2015 à 11:50 :
La plupart des employeurs sont les PME qui n'ont souvent pas de politique RH avancée (la fille ou la belle-fille ou le fils/beau-fils - souvent incompétents) et cela se traduit par beaucoup d’âneries dans les annonces : ils cherchent souvent le mouton à 5 pattes pour remplacer un départ. Cette personne ayant acquis des savoirs spécifiques, l'entreprise cherche une compétence équivalente, ce qui est impossible du fait des spécificités, ou elles sont rares, donc chères ! Les entreprises oublient qu'un remplacement (départ) s'anticipe pour amener le remplaçant vers le degré de compétence souhaité. Exemple d'il y a un mois : une PME cherche un cadre informaticien car la personne en poste part. 2 mois avant la date fatidique, l'entreprise cherche en catastrophe un remplaçant et se désole de ne pas trouver l'équivalent : eh oui car cette PME a des spécificités propres à son secteur d'activité et elle a toutes les peines du monde à trouver un équivalent. Pourtant elle savait que cette personne partait à la retraite ! et rien n'a été fait ! soit disant la DRH n'a pas eu le temps ou le besoin n'a pas été exprimé (sic)...des incompétents ! pourtant, ce n'est pas difficile de sortir la liste des effectifs devant quitter naturellement l'entreprise dans les 1 ou 2 ans à venir et avertir la direction ainsi que les métiers concernés, surtout quand il y a des spécificités.
a écrit le 24/05/2015 à 11:39 :
Les entreprises n'ont qu'à former les employés qu'elles désirent. Pour la plupart des annonces les connaissances à avoir sont très pointues, et en plus de cela on est censé les maitriser depuis trois ans ... Sans compter qu'on doit être expérimenté, mais jeune aussi, sinon ça ne va pas.
a écrit le 24/05/2015 à 11:22 :
On parle emploi et croissance, mais en 2014 on fait 0,2%. Depuis 2012 la croissance est faible. Avec un taux d’emploi déclaré à 64%, ne devrait-on remettre en cause un système économique sous-performant et une occupation de l’emploi inadéquate. L’Etat relance-t-il l’économie ? On trouve : sur 10 mois en 2014, l’export automobile français est inférieur à celui de l’Espagne. Les exportations sont plus faibles en 2014 qu’en 2012. Pour la croissance du commerce, en 2013 et 2014 on compte près de -0,4%, une hausse au quatrième trimestre 2014 de 0,2 après -0,3 -0,2 -0,1. Au premier trimestre 2015, on a -0,4%. La baisse de l’euro favorise-t-elle l’export ? En 2014, l’Allemagne fait 217 milliards après 200, en record positif alors que nous sommes en négatif. En 2014, le déficit commercial hors pétrole de -13,5 à -19 milliards. On nous parle d’une politique d’offre, la production manufacturière serait stagnante pour une augmentation de l’import de l’indice 90 en 2009 à 115 en 2014… la stimulation de la demande favoriserait l’emploi en Allemagne ? Le FMI propose de baisser les coûts du travail, pourquoi ne pas baisser les cotisations vieillesse ? En 2014, l’emploi industriel se réduit de 34800 en France et augmente de 108500 en zone. Il y aurait en Février plus de 10 000 emplois de moins dans la construction, on relance la pénurie de logements chers ? Alors qu’on compterait 60% de diplômés chômeurs, ne devrait-on revoir la notion de développement économique et l’orientation vers l’emploi ? Par exemple la croissance Europe est faible de long terme par rapport aux usa comme la croissance de la population. Question lecteur, si on parle de 75% contre le déclin y aura-t-il une pétition protestataire ?
a écrit le 24/05/2015 à 10:56 :
Un employeur est une personne qui utilise les services d'une autre personne comme un outil.
Quand le nombre d'outils de même utilisation est trop important, le choix de l'employeur devient pour lui un pouvoir et l'attitude d'un enfant "gâté" au regard de l'utilisation de l'outil.

En d'autres termes la cause n'est pas à chercher chez l'employeur , mais dans le trop grand nombres d'outils qui ont la même fonction afin de réduire le choix maximum de l'employeur .
a écrit le 24/05/2015 à 10:51 :
mmmmmmmmmmmmmoui, bof...
effectivement, trouver un ingenieur ' bac, bac+2' de moins de 20 ans qui a 15 ans d'experience ( dont 5 a l'etranger), qui parle couramment poldomoldave, qui maitrise catia pour un poste a paris au smic, c'est TRES dur
le pb est que bcp d'entreprises n'arrivent pas a poser un cahier des charges pour faire des choix clairs et rationnels
a écrit le 24/05/2015 à 10:42 :
Le drame de l'histoire c'est l'éducation nationale, qui n'a rien compris, on envoi les élèves en échec vers des apprentissages en tous genres, si l'on prend l'exemple d'un garage VL/PL, il faut absolument connecter une système informatique pour connaître les réglages de la motorisation .... ça s'invente pas, rien à voir avec les consoles de jeux qui rendent idiot ! sans compter les connaissances qui vont de paire ! Notre monde à évolué, pas les profs ni les parents qui pensent confier l'éducation de leurs enfants à l'éducation nationale sans se soucier du reste !!!!!!!
a écrit le 24/05/2015 à 10:41 :
Les prétentions salariales sont indissociables d'un marché immobilier encore surévalué de 30%... Tant que la génération du papyboom se refusera à comprendre que son obsession à préserver la valeur de ses biens immobiliers oblige les jeunes, pour une partie d'entre eux, à habiter chez leurs parents (et pas seulement, lorsque l'on voit des chômeurs jeunes parents revenir chez leurs parents faute de trouver des loyers décents) et en maintient d'autres dans le chômage. Tant que cette génération (y compris les politiciens et les activistes pro squatters) ne comprendra pas que rigidifier le marché de la location provoque une hausse des prix et des exigences de propriétaires, donc une demande de salaires plus élevés pour répondre à ces exigences (alimentant un cercle vicieux), on en sortira pas.

La première question notamment pour changer de région est : vais-je pouvoir me loger? Si la réponse est non. Et bien, la conclusion s'impose d'elle-même. Un célibataire qui commence à 20k en région parisienne n'a que deux possibilités, être francilien ou avoir un membre de la famille ou des amis franciliens pour l'héberger (sauf à accepter de vivre dans des placards ou en coloc -il faut aimer, ce n'est pas le cas de tout le monde-; et encore il y a la concurrence des étudiants dont les parents peuvent payer les loyers - ou participer-).

Enfin bref, toujours la faute des mêmes, c'est si commode.
Réponse de le 24/05/2015 à 13:36 :
@un passant : il vous arrive de sortir du périph pour vous oxygener? il n y a strictement aucun problème de logements a bordeaux nantes ou toulouse. La vérité est que si on propose un emploi a vesoul pontarlier ou vierzon vous refuserez .
Réponse de le 24/05/2015 à 15:57 :
On partage la meme analyse de la raison profonde qui empeche l europe de repartir en croissance.
Maintenant qd les papyboomers vont partir rejoindre le seigneur. Les prix de l immobilier vont chuter fortement (hausse de l offre) l etat va empocher des droits de successions (liquidation du patromoine famillialle). On va passer en un clic de +30% de valeur a -30% de valeur...
Réponse de le 25/05/2015 à 11:11 :
quel rapport avec l'article?
Réponse de le 25/05/2015 à 12:39 :
@malcomprenant

La question ne se pose pas dans mon secteur d'activité, au regard des offres, c'est comme si la France se résumait à Pairs IDF...
a écrit le 24/05/2015 à 10:35 :
Comment peuvent ils nous faire croire à ça ! Mon fils, a déjà du mal à trouver une société qui veuille bien le prendre en alternance dans le BTP, malgré qu'il soit motivé.
Réponse de le 24/05/2015 à 11:25 :
C'est pareil pour les "supers" diplômés. Pour avoir des compétences, il faut déjà commencer à faire ses preuves et la plupart des entreprises veulent des personnes qui ont au moins 2 ans voir plus d'années d'expériences : ce qui est impossible. Voilà pourquoi certains partent à l'étranger ! Des qualifiés et compétents, il y en a , mais, il faut les payer !!!!!!!!!!!!!!! Et surtout, ne pas abuser de LEURS COMPETENCES. Combien de jeunes diplômés sont sous payés ? Sûrement beaucoup trop !!!!!!!!!!!!
a écrit le 24/05/2015 à 10:22 :
Il y a depuis deux décennies une incompréhension des recruteurs concernant le profil des candidats. L'enseignement forme ces derniers à être capables de s'adapter rapidement aux évolutions technologiques. En contrepartie, les entreprises doivent leur donner les connaissances spécifiques à leur activité. Malgré le fait qu'elles cotisent au 1% formation, ces entreprises ne veulent pas prendre le temps de cette mise à niveau. A cause du turn-over, elles ne veulent pas capitaliser sur leurs collaborateurs. Le personnel doit être immédiatement opérationnels et jetables. Si les "stratégies" RH avaient la solution, nous ne serions pas dans cette situation...
a écrit le 24/05/2015 à 10:19 :
Si il n'y a pas de chômage en France, tout le monde est embauché, gagne bien en faisant ce qu'il veut, alors aller recruter qui ? des Ukrainiens ? des Chinois? des Australiens ?….
a écrit le 24/05/2015 à 10:14 :
ils n'ont qu'à proposer des salaires dignes et leurs problèmes de recrutement ne seront que des souvenir. la majeur partie de ces recruteurs propose une poignée de queue de cerise en guise de salaire, normale que personne ne ce bouscule pour postuler.... sauf peu être quelqu’un en situation irrégulière, qui pour faire face a la difficulté de vivre dans un pays européen sans ressources, est prés a n'importe quel sacrifice. car n'importe quel salaire aux raz des pâquerettes chez nous, c'est l'eldorado pour eux (bien sur en fonction de leur point de vu). allez voir dans vos archives ou sur youtube les déclarations de George Marchais, édifiant
Réponse de le 24/05/2015 à 13:47 :
Dites voir, Dédé, si c'est si facile que ça, pourquoi de créez vous pas votre boîte? Je suis employeur, voyez-vous, et mes salariés sont payés en moyenne 2200 E nets par mois, x 13. Et savez-vous combien ils me coûtent, charges comprises? 4300 E par mois. Le vrai problème est là (en plus de l'Education Nationale qui refuse d'être "esclave de l'Economie" selon leurs propres dires et donc n'hésite pas à envoyer des cohortes de diplômés au Pôle emploi, car en totale inadéquation avec les besoins). Baissez les cotisations salariales, voire supprimez-les, de telle sorte à ce que leur net passe à 2800, tout en me coûtant la même chose. Ça augmenterai l'écart entre l'actif et l'inactif, donnerait du pouvoir d'achat - et pas des miettes - et tout repartirai. Pour faire le joint en première année le temps que la mesure porte effet, il suffirait d'émettre un emprunt sur 30 ans, ce qu'on sait très bien faire, pour combler le manque à gagner de la Sécu, du pôle emploi et des caisses de retraite. L'année suivante, tout devrait s'équilibrer avec les emplois crées.
Réponse de le 24/05/2015 à 14:30 :
J'allais dire la meme chose. Les entreprises cherchent des emplois qualifiés, payés au minimum. Moi je veux un bon employé, le je paye bien, sinon ... je ne trouve pas !
Réponse de le 24/05/2015 à 18:09 :
Spip, vous êtes bien gentil mais vous croyez que vos charges vous sont prélevées pour vous ennuyer? Figurez vous que non, exemple :si un jour un de vos employés se blesse au travail vous n'aurez pas à sortir 300 ou 400 000 euros parce que vous avez cotisé. Supprimer les cotisations ok mais les entreprises deviennent alors responsables de ce qui était couvert par les cotisations, ce qui vous reviendra plus cher.
Ensuite sur les cotisations un smic coute 1460 euros sans les charges, avec les charges 1650, comparez avec ce que vous vivez, il existe visiblement plusieurs situations.
Enfin supprimer les charges permettrait d'augmenter les salaires et de remplir les caisses, et en finançant ça par l'emprunt en plus.
Vous plaisantez? Ce qui va se passer c'est que les salaires resteront les mêmes, les marges augmenteront, les dettes de l'état exploseront vu que vous aurez supprimer les rentrées d'argent.
Et il n'est même pas sur que ça crée des emplois, pas à bas salaire en tout cas vu l'absence de différence entre le smic brut et le smic chargé, pas pour les hauts salaires non plus qui ne pas sont recrutées pour leur cout.
Votre idée est mauvaise puisqu'elle repose sur la bonne volonté d'une des parties, le patronat à qui l'on donnerait sans contrepartie et qui agirait dans l'intérêt général plutôt que dans son intérêt, ici augmenter les salaires plutôt que les marges.
Pour finir c'est un bon conseil de suggérer à dede de créer une entreprise sauf qu'il n'y a pas que le cout des salaires, ou la politique rh qui font une entreprise.

Vous êtes employeur je vais vous donner la version de l'employé que je suis.
Lors de mon premier emploi j'ai commencé stagiaire, le jour où mon patron à vu qu'il allait devoir me payer plus que 430 €/mois il m'a dégagé pour prendre un autre stagiaire. Il m'a complimenté et m'a promis un poste pendant 6 mois mais lorsqu'il à fallut sortir son chéquier tout est devenu très compliqué. Détail amusant vu mon poste je savais très bien combien je rapportais, que j'étais plus que rentable, même à 5000 euros salaire charges comprises, et je savais aussi combien valait son 4*4 porsche.
Une mésaventure me direz vous, mais je suis curieux de savoir à combien de personnes elle est arrivée. Donc faire confiance au patronat, oubliez, il y a de bon employeurs mais ils ne sont pas la normes, mêmes s'ils sont de plus en plus nombreux.
Réponse de le 24/05/2015 à 18:11 :
Sauf que si tu avais suivi des cours d'économie, tu saurais qu'en augmentant les salaires, tu accrois l'inflation. Et l'Europe à dit 2% d'inflation max. On connais depuis longtemps les solutions, mais les objectifs des politiques sont prioritaires sur tout le reste...
Réponse de le 24/05/2015 à 18:11 :
Sauf que si tu avais suivi des cours d'économie, tu saurais qu'en augmentant les salaires, tu accrois l'inflation. Et l'Europe à dit 2% d'inflation max. On connais depuis longtemps les solutions, mais les objectifs des politiques sont prioritaires sur tout le reste...
Réponse de le 24/05/2015 à 18:11 :
Sauf que si tu avais suivi des cours d'économie, tu saurais qu'en augmentant les salaires, tu accrois l'inflation. Et l'Europe à dit 2% d'inflation max. On connais depuis longtemps les solutions, mais les objectifs des politiques sont prioritaires sur tout le reste...
a écrit le 24/05/2015 à 10:05 :
On souffre d un gros problème de formation de base. L étudiant moyen est devenu un étudiant mauvais d il y a 15 ans... en plus il est impossible de recruter un jeune qui sache écrire sans faute, quant à la syntaxe n en parlons pas... qui les embauchera ?
a écrit le 24/05/2015 à 10:03 :
5 ans d'expériences, payé au smic, contrat d'un mois. Voilà le genre d'annonce des employeurs sur pole emploi. Que dire de plus.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :