Présidentielle 2017 : Valls battu à la primaire... Macron en embuscade

 |   |  535  mots
Selon un sondage BVA, Manuel Valls serait battu à la primaire socialiste par Arnaud Montebourg et Benoit Hamon. Au lendemain de la primaire, si le candidat officiel PS ne bénéficie pas d'une dynamique, la question va sérieusement se poser pour savoir quelle attitude adopter face à Emmanuel Macron.
Selon un sondage BVA, Manuel Valls serait battu à la primaire socialiste par Arnaud Montebourg et Benoit Hamon. Au lendemain de la primaire, si le candidat officiel PS ne bénéficie pas d'une dynamique, la question va sérieusement se poser pour savoir quelle attitude adopter face à Emmanuel Macron. (Crédits : Reuters)
Manuel Valls perdrait la primaire des socialistes face à Arnaud Montebourg ou Benoit Hamon selon un sondage BVA. Mais la question commence à se poser de savoir quelle attitude le PS devra adopter face à Emmanuel Macron, si le candidat officiel socialiste, connu le 29 janvier, ne bénéficie d'aucune dynamique dans l'opinion.

Alors que le premier tour de la primaire du parti socialiste et de ses alliés aura lieu ce dimanche 22 janvier, l'écart se resserre nettement entre les principaux candidats. Surtout, il apparaît que Manuel Valls est en très nette perte de vitesse. C'est du moins ce que laisse entendre le dernier sondage BVA- Orange-presse régionale-Salesforce, réalisé entre les 13 et 16 janvier auprès d'un échantillon de plus de 10.000 Français.

Valls en tête au premier tour...

Certes, au premier tour Manuel Valls serait en tête avec 34% des intentions de vote mais il perd dix points depuis le mois de novembre... Et pour cause, moins de la moitié des sondés (48%) estiment qu'il fait « une bonne campagne ». Manifestement, Manuel Valls est sévèrement jugé sur sa volte-face imposée par la campagne : lui qui a théorisé le concept des « gauches irréconciliables » se trouve maintenant obligé de « draguer » les électeurs de gauche...

Toujours pour le premier tour, Benoit Hamon continue sur sa lancée. Il recueillerait 27% des suffrages (plus du double qu'au mois de novembre), soit un point de plus que Arnaud Montebourg. La qualification pour le second tour se joue donc dans un mouchoir de poche entre les deux hommes.

Loin derrière ces trois hommes, on trouve Vincent Peillon avec 7% des suffrages. Malgré ses forts appuis au sein du PS, il ne décolle pas. Ensuite, suivent Sylvia Pinel (3%), François de Rugy (2%) et Jean-Luc Benhamias (1%).

... et battu par Montebourg ou Hamon au second

Au second tour, Benoit Hamon comme Arnaud Montebourg gagnerait la primaire avec 52% des suffrages contre 48% à Manuel Valls. Par ailleurs, l'enquête évalue la participation entre 1,9 million et 2,6 millions de votants, soit une fourchette comprise entre 4% et 6% du corps électoral. Ce qui serait honorable.

Il n'en reste pas moins que si les résultats de ce sondage de BVA se confirment dans une dizaine de jours, l'histoire sera loin d'être finie. Le candidat PS, quel qu'il soit, va devoir s'imposer. Il faudra alors une vraie dynamique pour le porter... et gêner Emmanuel Macron qui, pour l'instant, ne s'effondre pas dans les intentions de vote.

Après la primaire ... le problème Macron

Or, on ne voit pas vraiment les ténors du PS et les ministres du gouvernement Cazeneuve se ranger comme un seul homme derrière Arnaud Montebourg ou Benoit Hamon. Déjà, certains députés PS, flairant le danger pour les prochaines élections législatives, commencent à annoncer qu'ils seraient prêts à rejoindre Emmanuel Macron si le candidat officiel du PS stagne dans les intentions de vote. Gérard Collomb, le sénateur maire PS de Lyon, lui, soutien affiché d'Emmanuel Macron, a déjà ouvertement appelé le vainqueur de la primaire à se retirer au profit de l'ancien ministre de l'Economie, faisant ainsi perdre toute son utilité  à cette primaire. La guerre psychologique est déclarée... Mais une chose est certaine, si le candidat PS reste encalminé, ça va sacrément tanguer au PS, dans la perspectives des élections législatives. La grande recomposition à gauche, annoncée de longue date, va certainement, cette fois, réellement se produire au lendemain des élections présidentielle et législatives du printemps.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/01/2017 à 21:21 :
Il est clair que les "socialistes" vont s'effondrer.....le problème et que ceux qui vont les remplacer vont très rapidement déchanter. Au bout de 6 mois ils seront détestés.....
Réponse de le 19/01/2017 à 0:15 :
Comme l'écrit le gorafi:
78% des français déclarent détester le prochain gouvernement....
a écrit le 18/01/2017 à 19:44 :
Autres temps , autres moeurs .
BAYROU fut encensé pour avoir giflé un gamin .
Un gamin de 18 ans gifle VALLS et se prend 3 mois avec sursis .
Politiquement fini le psycho-rigide .
Réponse de le 18/01/2017 à 22:40 :
Les contextes n'ont rien à voir !! Le gamin que Bayrou a giflé le méritait mille fois : je vous rappelle qu'il lui faisait les poches ! Valls avait-il agressé ce "gamin" de 18 ans ? Il ne me semble pas... Donc, la peine est tout à fait adaptée et Dieu sait si je ne porte pas Valls dans mon coeur.
Réponse de le 19/01/2017 à 0:10 :
Cela coute donc dans notre belle république, pénalement beaucoup moins cher de dilapider 440 millions d'euros d'argent public (cf lagarde) que de baffer une tête à claque...

Et puis il faudra m"expliquer en quoi , comme le prétend le tribunal et c'est ce qui a fondé la sévérité de la peine, Mr Valls était investi "d'une mission de service public"...
J'ai beau chercher, je ne vois pas.

Mr Valls n'est pas un policier, un gendarme, un enseignant, un inspecteur du travail ou une assistante sociale dans l'exercice de ses fonctions. C'est un politicard comme un autre qui cherche à se faire élire.
a écrit le 18/01/2017 à 19:23 :
La gauche de gouvernement avec Valls va perdre cette primaire, ce qui engendrera la scission entre cette gauche et la gauche de la gauche, apparemment représentant 60% des 30%? du PS actuel..rajoutez à cela les Mélanchonistes, 15%, et donc cela fait 1/3 de l'électorat, irréconciliable avec le reste.. la gauche de Montebourg ou Mélanchon passe dans le néant pour les 20 prochaines années... Il n'y plus qu'à espérer ne plus les entendre de trop...
Réponse de le 19/01/2017 à 0:27 :
Les français de gauche ont majoritairement voulu le retrait de Hollande de la course présidentielle, ce n'était surement pas pour voter Valls à la place puisqu'il symbolise le metteur en scène du reniement socialiste du président.

Macron semble mobiliser à la fois au centre droit et au centre gauche mais une fois au pied du mur, combien d'électeurs de sensibilité de gauche prendront le risque de voter contre Hamon ou montebourg et de devoir choisir ensuite entre MLP ou fillon ?
Idem pour les centriste de droite, pour qui voter Macron au premier tour c'est s'exposer à devoir choisir entre un candidat PS ou le FN au second tour.

Et puis rappelons que 70% des français étaient et sont encore contre la loi travail, la loi Macron et de façon générale contre la ligne économique du ministre et du secrétaire général de l'Elysée.

Bref, c'est le genre de bulle que les français adorent aimer mais qui finit par faire flop.
a écrit le 18/01/2017 à 18:57 :
Hamon le candidat de la légalisation de cannabis et du revenu universel ! revenu qui a déjà fait l'objet d'un rétropédalage puisqu'il n'est plus envisagé avant la fin du prochain quinquennat mais à on ne sait pas quand...
a écrit le 18/01/2017 à 18:20 :
E. Macron, l'ex banquier de Rothschild, ultime rempart de la gauche française agonisante. Savoureux non ?
a écrit le 18/01/2017 à 18:10 :
Désolé pour Valls mais je pense qu'il est complétement cuit. Il est fini, surtout après l'humiliation d'hier. Il n’arrête pas de dire moi je veux, moi je veux, moi j'ai de l’expérience (mauvaise expérience), moi j'ai de l’énergie (de l’énergie négative), il ne manque que qu’il nous dit qu’il est rassembleur, là tout le monde va s’éclater de rire. Son comportement nous rappelle notre Sarko national, qui a été éliminé au 1er tour de la primaire de la droite. Est-ce que Valls sera aussi éliminé au 1er tour de la primaire de la gauche, moi je ne l'exclue pas.
a écrit le 18/01/2017 à 18:00 :
C'est une mascarade!!! Chacun pour son portefeuiile!! Je proteste et je confesse; mais je retourne ma veste du bon côté!!!
a écrit le 18/01/2017 à 17:35 :
Le seul à pouvoir sauver le PS s'est Hamon, comme vous dites l'aile droite du parti ira soutenir Macron ce qui assainira ce parti maintenant avec toutes les compromissions qu'il nous a montré est-ce bien utile de sauver le PS ? Si cela se passe de la sorte un changement de nom sera obligatoire.

Ce sont les partis du centre qui ont surtout a redouté Macron.
Réponse de le 18/01/2017 à 20:19 :
Hamon, dont le programme est à la fois clientéliste, délirant, non financé, est celui qui le plus certainement marginalisera définitivement le PS. A part pour ceux qui espèrent pouvoir bénéficier de son revenu universel (et un certain nombre d'universitaires pseudo-économistes qui n'arrivent pas à publier leurs travaux dans les revues sérieuses et reconnues pour lesquels il veut créer une section du Conseil National des Universités sur mesure) son programme est un repoussoir absolu pour les classes moyennes. Macron peut se frotter les mains s'il est désigné.
Réponse de le 19/01/2017 à 8:25 :
Ca va le troll la prêche est bonne ?
Réponse de le 19/01/2017 à 9:37 :
Bon ben puisque je suis obligé de me coltiner votre trollage... Hamon tout comme Fillon c'est bidon. Il est content ? Non certainement pas, triste karma !

N'ayez pas peur je ne suis pas un dangereux socialiste infiltré voulant dégommer brunobd.

EN fait même je ne lis vos commentaires que quand vous vous collez à moi, dommage que vous vous intéressiez aux miens, moi par contre je peux vous assurer que les vôtres je ne les lis jamais. Et d'être obligé de me les coltiner ne fait que me le confirmer.
Réponse de le 19/01/2017 à 12:36 :
Sauver le PS ou gagner les élections?

Sauf erreur flagrante de lecture des sondages, il y a également Montebourg qui est en position de gagner la primaire de gauche au second tour.

Il a l'avantage sur Hamon d'être considéré comme "pro-business", européen mais avec beaucoup de modération. Il n'est pas aussi marqué à gauche.

Quoiqu'en disent Macron et mélenchon, il y a aura une fraction des électeurs de gauche s.l. qui voteront utile dès le premier tour pour tenter d'être représenté au second de la présidentielle.

Dans cette optique, Montebourg a plus de chance de rassembler les voix à droite du PS et chez les macronistes, sans perdre celles du centre gauche.

Par contre Hamon a probablement plus de chance de rallier des électeurs
mélenchonistes.

Comme tout est dans les nuances, il n'y a rien d'écrit...

Par contre le PS n'échappera pas, quelque soient les résultats des élections et des primaires, à une recomposition, voir un éclatement entre ceux qui veulent un parti socialiste de droite (quitte à en changer le nom, comme Valls le voulait) et ceux qui ont une vision plus sociale des choses.
Réponse de le 19/01/2017 à 13:14 :
D'accord avec votre analyse et je pense que déjà s'ils arrivent à sauver le PS ce sera énorme, mais de là à gagner les élections, aucune chance.

La traitrise de Hollande envers une bonne partie de son électorat restera très longtemps car étant allée très loin, obligeant le parti à changer de nom.

L'électorat du PS que je connais bien a une énorme capacité à tout accepter c'est dans le détail que tout va se passer et donc ce que les gens reprochent le plus à Hollande c'est d'avoir valide lé traité constitutionnel européen que nous avons refusé en 2005 en imposant le début de la destruction du code du travail et Valls quand à lui n'aurait jamais du autoriser l’extradition de Aurore Martin, il a montré son vrai visage particulièrement laid à ce moment là.

Les politiciens croient que nous les jugeons selon ce que les médias de masse nous disent alors que la majorité de la population ne les écoute et regarde plus ces médias. Ils finissent par se retrouver seuls faces à leurs mensonges et autres tromperies.
Réponse de le 20/01/2017 à 9:51 :
@Citoyen blasé
Là dessus aussi je suis d'accord avec vous, décidément, mais je me suis un peu résigné.
Le Revenu Universel (ou plus précisément, le Salaire à Vie auquel je suis favorable, en remplacement des aides existantes et en déduction aux salaires) est une idée très en avance sur son temps. Hamon et Bennahmias sont les premiers à la défendre, mais ils ont le tort d'avoir raison trop tôt. Comme toutes les grandes avancées, elle sera majoritaire au sein de la gauche d'ici 10 ans, puis se répandra dans le monde, puis la droite s'y convertira d'ici 60 ans. Mais en 2017, Hamon (dont le programme est excellent par ailleurs) ne passera pas la Présidentielle avec une telle mesure à son programme.
Ce qui nous laisse comme seule option de soutenir un autre candidat qui pense naïvement qu'on va revenir à une croissance de 6% durablement, et au plein emploi (le vrai, pas celui de façade qu'affichent le Royaume-Uni et l'Allemagne à grands coups d'artifices).
Par ailleurs, les autres candidats à la primaire socialiste (dont le programme va de "très bon" à "plutôt pas mal") n'ont que de faibles chances de passer eux aussi. Ce qui me pousserait à ce jour à soutenir Macron, pour au moins s'assurer qu'on puisse avoir un candidat progressiste au second tour. Et si ça se présente différemment en Avril, éventuellement re-basculer sur le candidat socialiste.
Réponse de le 20/01/2017 à 11:55 :
Pour ma part, à part peut-être Poutou, je ne vois aucun candidat progressiste, dans les paroles il y en aurait beaucoup mais on a vite vu les paroles des politiciens et leurs actes ça fait deux.

Les élections sont réactionnaires et conservatrices de nature, rien n'y est fait pour évoluer.
a écrit le 18/01/2017 à 16:36 :
Bon 😳je vais donc aller voter pour mon .: au second tour seulement !
a écrit le 18/01/2017 à 16:25 :
Face aux conservateurs vite macron
a écrit le 18/01/2017 à 15:39 :
La gauche va chercher son salut chez un homme qui a dit que les jeunes devaient aspirer à devenir milliardaires. Franchement risible. Aubry va manger ce qui lui reste de son chapeau
Réponse de le 18/01/2017 à 18:28 :
La gauche oublie son fond de commerce , pourtant comment peut-on oublier ce qui a fait des générations d'élus .
Réponse de le 18/01/2017 à 20:30 :
Pour une fois la gauche aurait raison. On a besoin d' un nombre de plus en plus élevé de milliardaires et il est totalement irresponsable de dire "je n'aime pas les riches". Il aurait mieux valu qu'un milliardaire ou un consortium de milliardaires français, ou un fonds de pension français aient été en mesure de racheter les -rentables- chantiers de l'Atlantique ou Lafarge ou Alstom ou Arcelor, plutôt que de les voir repris par leur plus proche concurrent italien, suisse, etats-uniens ou indien.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :