Allemagne : les salaires de l'est ne rejoindront pas ceux de l'ouest avant un demi-siècle

 |  | 640 mots
Lecture 3 min.
Dresde, dans l'ex-RDA. Les salaires de l'est restent inférieur de 21% à ceux de l'ouest.
Dresde, dans l'ex-RDA. Les salaires de l'est restent inférieur de 21% à ceux de l'ouest. (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Les salaires dans l'ex-RDA restent 21% en-dessous en moyenne de ceux des Länder de l'ouest. Au rythme actuel, il faudra attendre 56 ans pour que la différence passe sous les 10%.

Plus de 25 ans après la réunification allemande, les écarts de salaires entre l'ex-RDA et les Länder de l'ouest restent importants, comme une étude de la branche de Dresde de l'institut Ifo vient de le montrer. La différence sur le salaire brut moyen en 2014 était encore de 21% en faveur de l'ouest, soit 5,35 euros par heure.

Une différence considérable encore, donc, même si, depuis la réunification elle a reculé de 6 points. L'Ifo souligne cependant combien ce « rattrapage » est lent: 1,7% par an. A ce rythme, indique l'étude, il faudra attendre 2070, soit encore 56 ans pour que la différence passe sous les 10 %. C'est dire si la réunification des salaires reste encore à faire.

Graves problèmes

Cette persistance de la divergence des salaires pose de graves problèmes pour l'ancienne RDA, déjà soumis à une désertification démographique intense. La différence salariale explique que la migration de l'est vers l'ouest est encore une donnée persistante de ces régions qui, partant, ont des difficultés considérables à se développer.

Sans surprise, c'est bien dans ces territoires que la poussée de l'extrême-droite est la plus forte. En mars, Alternative für Deutschland (AfD) est arrivé en deuxième position aux élections régionales avec 24,6% des voix. En septembre 2015, le même parti avait obtenu 10% des voix en Thuringe et en Saxe.

Pourquoi cette différence ?

L'étude de l'Ifo met en avant plusieurs raisons structurelles à cette persistance qu'elle essaie de quantifier. La principale raison est la prédominance des petites entreprises à l'est. Ces entreprises offrent souvent des salaires bruts moins élevés et refusent les tarifs négociés par les syndicats qui, eux, sont devenus récemment proches des niveaux de l'ouest.

Seulement voilà : la couverture par ces accords collectifs est extrêmement faible à l'est où elle ne concerne que 37% des salariés contre 56% à l'ouest. Du coup, les salaires sont maintenus à la baisse. D'autant plus que la structure économique de l'est est peu propice aux gains de productivité : la destruction des industries issues de l'ancienne RDA après la réunification a conduit à une prédominance des métiers de services et de commerce, principalement de services à la personne, mal payés et peu productifs. Là aussi, le potentiel d'augmentation des salaires reste faible.

La question du travail des femmes

L'Ifo cite encore un autre critère important : l'importance du travail féminin à l'est. Les femmes de l'ex-RDA travaillent davantage que les femmes de l'ouest pour des raisons culturelles, le régime est-allemand encourageant le travail féminin. Le taux d'activité féminin à l'est est supérieur de 5 points à celui de l'ouest. Mais, en Allemagne, les femmes demeurent, comme dans la plupart des autres pays d'Europe, moins payées que les hommes.

Pire même, l'écart est supérieur en ex-RDA (9% de différence) par rapport aux Länder de l'ouest (7% de différence). Logiquement donc, les salariés de l'ex-RDA sont donc moins payés au total. Du reste, tous ces éléments maintiennent un niveau de prix local beaucoup plus faible, ce qui tend également à tirer vers le bas les salaires.

Repenser l'ex-RDA

A l'heure où l'Europe a besoin d'une demande intérieure allemande forte et où la croissance du revenu ne débouche que très partiellement sur une hausse de la demande, la république fédérale ferait bien de cesser de rêver à une réunification idéalisée pour regarder les faits et investir dans l'outil productif de l'ex-RDA pour redonner à ce territoire toutes ses chances. Un des principaux non-dits des années qui ont suivi la réunification demeure le fait que ce territoire ne peut offrir que peu de perspectives à ses habitants et qu'il reste donc, un territoire sinistré au cœur de la première puissance économique d'Europe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/04/2016 à 19:17 :
Merci à Romaric de donner de bon conseil à la république fédérale d'Allemagne.
On ressent toujours un grand amour de nos voisins dans ses propos.
a écrit le 21/04/2016 à 19:01 :
Il faut aussi ajouter que les entreprises d'état et le patrimoine immobilier de la RDA a été bradée après la réunification. Pour aller vite et aider les copains de la CDU. La perte financière des Landers de l'Est a été colossale et a empêcher d'avoir le moyen de relancer vers une économie ouverte.

L'argent de fonctionnement des organismes public ont de ce fait été dévalorisées.

On observe aisément le parallèle comportemental qu'a la CDU, aujourd'hui, vis-à-vis notamment de la Grèce.
a écrit le 21/04/2016 à 19:01 :
Il faut aussi ajouter que les entreprises d'état et le patrimoine immobilier de la RDA a été bradée après la réunification. Pour aller vite et aider les copains de la CDU. La perte financière des Landers de l'Est a été colossale et a empêcher d'avoir le moyen de relancer vers une économie ouverte.

L'argent de fonctionnement des organismes public ont de ce fait été dévalorisées.

On observe aisément le parallèle comportemental qu'a la CDU, aujourd'hui, vis-à-vis notamment de la Grèce.
a écrit le 21/04/2016 à 17:31 :
Curieux que l'argument du moindre taux d'activité des femmes en Allemagne ne soit pas cite pour expliquer le taux de chômage inférieur par rapport a la France
a écrit le 21/04/2016 à 17:23 :
autre oubli: l ex RDA est a cote d autre pays de l est (pologne, republique tcheque) ou les salaires sont encore plus bas ...
Un autre point non pris en compte dans l article, c est que le cout de la vie y est inferieur. donc si vous vivez a dresde, pour avoir le meme train de vie, vous avez besoin de moins d argent qu a munich (ville la plus chere de RFA)

Le point positif,c est que les allemands n hesitent pas a partir. donc a terme faute de trouver du personnel, les salaires vont augmenter

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :