Après le Brexit, Londres prêt à sabrer l'impôt sur les sociétés

Le ministre britannique des Finances Georges Osborne a dit vouloir mettre en place une "économie super-compétitive", avec une baisse de plus de 5 points de l'impôt sur les sociétés, actuellement de 20%.

2 mn

Le FT, qui cite le chancelier de l'Echiquier, indique par ailleurs que Londres entend renforcer ses relations avec la Chine pour compenser les effets possibles du Brexit sur ses échanges commerciaux avec l'UE.
Le FT, qui cite le chancelier de l'Echiquier, indique par ailleurs que Londres entend renforcer ses relations avec la Chine pour compenser les effets possibles du Brexit sur ses échanges commerciaux avec l'UE. (Crédits : © Stefan Wermuth / Reuters)

Alors que George Osborne avait déjà annoncé en mars une baisse de l'impôt sur les sociétés de 20% à 17% en 2020, voilà désormais le ministre britannique des Finances prêt à le réduire davantage. Le Royaume-Uni projette ainsi de faire passer sous la barre des 15% l'impôt sur les sociétés afin de retenir les entreprises, inquiètes après le référendum en faveur d'un Brexit, a indiqué le ministre au Financial Times (lien abonnés) dimanche.

"Tirer parti de la situation donnée"

Georges Osborne a dit vouloir mettre en place une "économie super-compétitive", avec une baisse de plus de 5 points de l'impôt sur les sociétés, actuellement de 20%, ce qui en ferait le plus faible parmi les grandes puissances économiques, selon le Financial Times.

"Il nous faut rester concentrés sur l'horizon et la route devant nous et tirer parti de la situation donnée", a déclaré le ministre au quotidien économique.

Cette mesure, qui réduirait l'écart avec l'Irlande voisine, où l'impôt sur les sociétés à 12,5% est un important facteur d'attractivité, interviendrait alors que des entreprises envisagent de quitter le Royaume-Uni en raison de l'incertitude pesant sur ses futures relations avec l'Union européenne.

Le FT, qui cite le chancelier de l'Echiquier, indique par ailleurs que Londres entend renforcer ses relations avec la Chine pour compenser les effets possibles du Brexit sur ses échanges commerciaux avec l'UE.

Les entreprises britanniques inquiètes pour l'avenir après le Brexit

Le scrutin du 23 juin, lors duquel les Britanniques s'étaient majoritairement prononcés pour une sortie de leur pays de l'UE, avait provoqué un effondrement de la livre face au dollar et un séisme boursier à l'échelle mondiale.

     | Lire Le Brexit va rebattre les cartes dans la finance européenne

Les places boursières ont depuis largement reconquis le terrain perdu, mais les entreprises s'inquiètent de voir le Royaume-Uni perdre son accès au marché unique. Plusieurs sociétés, dont les compagnies aériennes EasyJet et IAG, maison mère de British Airways, ainsi que le réseau londonien d'agences immobilières Foxtons, ont publié des avertissements sur leurs résultats.

>> Lire aussi Brexit : déçu par le vote, Airbus Group veut "minimiser les dommages économiques"

(avec AFP)

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 27
à écrit le 04/07/2016 à 19:28
Signaler
bcp de mal a comprendre pourquoi UE ne propose pas de reformes (au profit de tous les etats membres) afin de garder le Royaume-Uni, sachant que les britaniques etaient plus surpris que quiquonque par le resultat maginal du scrutin

à écrit le 04/07/2016 à 18:56
Signaler
Donc ca marche

à écrit le 04/07/2016 à 18:51
Signaler
Pour nous séparer rapidement du RU, et étant donné leur attitude agressive, nous n'avons pas particulièrement de cadeaux à leur faire. Dans les statuts de l'UE, on aurait du inclure une clause de non agressivité économique, à savoir qu'aucun état ...

le 04/07/2016 à 23:46
Signaler
Comme les Allemands avant eux, avec leur réformes Hartz ???? Bizarre ça vous a échappé.

à écrit le 04/07/2016 à 15:01
Signaler
Ce n'est pas 5 points de moins d'impôts sur les sociétés dans une économie déjà très axée sur les finances et avec la baisse de la livre et l'endettement actuel qui vont suffire à compenser les avantages que les britanniques avaient dans l'Union euro...

à écrit le 04/07/2016 à 14:30
Signaler
Il a pas le choix meme si l'Irlande fait toujours mieux, mais la Hollande l'Allemagne la Suisse la France sont grande ouverte pour accueillir les entreprises britanniques !

à écrit le 04/07/2016 à 14:01
Signaler
Comme prévisible, la seule planche de salut de l'économie britannique est donc bien de se transformer un un paradis fiscal. Le manque à gagner sera compensé, soit par des impôts sur les particuliers, soit par de la TVA, soit encore par des coupes dan...

à écrit le 04/07/2016 à 12:44
Signaler
Bravo les anglais !!!............. Et dans quelques mois, proposez aux pays nordiques un "marché commun" sans circulation des personnes. Je pense qu´il y a des fortes chances que vous aurez la Norvege, la Finlande, le Danemark, l´Irlande et les Pays...

à écrit le 04/07/2016 à 12:27
Signaler
L'UE ( ou à minima la zone Euro) doit réagir, et refuser la libre circulation aux Britanniques... Par ailleurs, il faut unifier les conditions de traitement des entreprises au sein de l'Europe : Cela pourrait passer par la création d'un statut de s...

le 04/07/2016 à 16:08
Signaler
ok tout ca est une trés bonne idée mais pourquoi ca ne se passe pas ainsi ? Enfin plutot qui n'a pas interet à ce que ca se passe comme ça au sein même de l'europe ?

à écrit le 04/07/2016 à 12:20
Signaler
Ne pas oublier qu'en France ce même impôt est à plus de 30% ... no comments

à écrit le 04/07/2016 à 11:01
Signaler
Qui paiera la différence ? Les gens moins mobiles dit 'habitants de cette Ile' ? Les entreprises, ça peut facilement bouger, moins les gens (captifs).

à écrit le 04/07/2016 à 10:44
Signaler
Développer les relations avec la Chine. :o))) Alors voyons,... Qui la Chine va préférer choisir. Un marché de 60 millions de consommateurs ayant une monnaie dévaluée à l'avenir incertain ou alors un marché de 450 millions de consommateurs ayant un ...

le 04/07/2016 à 13:25
Signaler
@Charlie: sauf que l'on achète un produit ou un service parce qu'il est bon. Et la monnaie dévaluée, c'est comme cela que les Chinois vendent leur camelote :-)

à écrit le 04/07/2016 à 10:21
Signaler
Quand, avec mon associé, j'ai créé ma société hyper-spécialisée en france, j'ai cherché du personnel... Enfin, du personnel compétent, motivé, multilingue et courageux. En fin de compte notre équipe, compte entre autres 2 Irakiens, 1 Egyptien, 1 Finl...

le 04/07/2016 à 10:55
Signaler
Pas crédible comme témoignage, surtout écrit à 10:21 un lundi : un dirigeant de PME a d'autres préoccupations que de troller sur un tel sujet :)

le 04/07/2016 à 11:53
Signaler
Personne n'a le droit de dire que le BREXIT est une super bonne nouvelle ! Vous allez n'importe ou, vous en parlez et c'est le délire INTEGRALE ! L'endoctrinement est total et malgré des tas de reportages, émissions, preuves ... du racket, arnaques, ...

le 04/07/2016 à 12:46
Signaler
Bonne chance si vous trouvé mieux ailleurs moi je bosse dans le sud au soleil avec sécu et mutuelle !

à écrit le 04/07/2016 à 10:06
Signaler
Hahaha excellent !!! Voila une réponse typiquement anglaise à ce genre de problème. Qui aurait cru que les anglais quiteraient l'UE comme ça sans plan en se laissant mourir... Je suis convaincu que, malheureusement pour les européens, ils vont sor...

le 04/07/2016 à 15:18
Signaler
Cher Jonahs, les très légitimes « paradis » fiscaux n’ont toute leur utilité et toute leur pertinence que parce qu’il existe des véritables enfers fiscaux dont la Belgique ou la France. Privilégier ou défendre ces derniers qui ne son que des états ma...

à écrit le 04/07/2016 à 9:28
Signaler
Il est clair maintenant que les anglais, pour compenser le BREXIT, vont créer un Etat avec pour objectif d'attirer les entreprises europééennes. Pour celà, une fiscalité très faible ! Un nouveau paradis fiscal !!!!! Espérons que L'UE veillera au gr...

le 04/07/2016 à 11:13
Signaler
@mediator: ils n'inventent rien et restent en dessous des 12% de taxation en Irlande par exemple. C'est aussi ça le problème de l'Europe, entre le dumping social des pays de l'Est et le dumping fiscal d'autres pays, ce sont toujours les mêmes les din...

le 04/07/2016 à 13:34
Signaler
Le problème est que l'Irlande est dans l'EU et ne peut donc pas etre taxé, par contre le RU sera taxe sur toutes les produits exporte vers l'EU pour compenser l'avantage fiscaux

le 04/07/2016 à 14:45
Signaler
@zoubi: et que crois-tu que feront les Anglais si tu les taxes ?

à écrit le 04/07/2016 à 9:20
Signaler
Beaucoup de peurs, beaucoup de ressentiments, beaucoup de subjectivité donc, le monde de la finance est décidément un monde de pleutres et c'est ça qui fait l'économie du monde et on s'étonne que celle-ci dégringole. La terre ne s'est pourtant pa...

le 04/07/2016 à 11:21
Signaler
C'est juste oublier les importants mouvements boursiers depuis les résultats du référendum. De plus il semble que nombre de citoyens britaniques sont trés inquiets. Par ailleurs, la GB n'est pas encore officiellement sortie de l'UE puisqu'elle n'a pa...

le 04/07/2016 à 13:53
Signaler
Un mouvement boursier n'est rien, c'est du brassage d'air, c'est de l'argent qui ne représente pas l'économie réelle et qui donc ne profite qu'à quelques uns. Nombre de citoyens français, en lisant les 95% de médias appartenant à 7 milliardaires ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.