Autriche : un pays coupé en deux

 |   |  1254  mots
L'Autriche, un pays très divisé
L'Autriche, un pays très divisé (Crédits : © Dominic Ebenbichler / Reuters)
Le résultat de l'élection présidentielle autrichienne ne sera connu que lundi, mais quel que soit le résultat, le pays risque d'être changé durablement par ce scrutin présidentiel.

Il faudra donc attendre lundi 23 mai dans l'après-midi pour savoir qui sera le futur locataire du palais de la Hofburg à Vienne, siège de la présidence fédérale autrichienne. Ce dimanche soir, seuls sont disponibles les résultats issus des urnes. Mais le score est si étroit que le dépouillement du vote par correspondance (700.000 voix) décidera de l'issue du scrutin. Dimanche soir, le vote physique donnait le candidat du parti d'extrême-droite FPÖ Norbert Hofer en tête avec 51,9 % des voix contre 48,1 % au candidat indépendant Alexander van der Bellen, ancien président des Verts. Les projections des instituts de sondages donnaient cependant celui-ci vainqueur au final de quelques milliers de voix, entre 2.000 et 4.000, sur un total de 4,41 millions d'électeurs. Bref, du 50/50...

Poussée historique de l'extrême-droite

Quel que soit le résultat, ce vote de dimanche signe un changement historique pour l'Autriche. Certes, les grands partis au pouvoir, SPÖ social-démocrate et ÖVP conservatrice n'avaient donné aucune consigne de vote, mais Alexander van der Bellen bénéficiait de leur appui tacite. La semaine dernière, le très impopulaire chancelier SPÖ Werner Faymann, avait même cru bon démissionner pour réduire le risque d'une victoire de Norbert Hofer. Malgré tout, ce dernier a montré qu'il disposait de réserves de voix lui permettant de s'approcher de la majorité. Cette poussée de l'extrême-droite permet déjà de parvenir à certaines conclusions.

La fracture entre Vienne et le reste du pays

Ce que cette élection a révélé, c'est un pays fracturé entre ses pôles urbains et ses zones rurales, entre ses jeunes et ses personnes âgées, entre ses diplômés et ses non-diplômés, entre ses femmes et ses hommes. Le résultat des votes et des enquêtes post-électorales le montrent clairement. Deux Länder seulement ont donné la majorité à Alexander van der Bellen : Vienne (à 63 %) et le Voralberg (à 56,4 %), Land traditionnellement « différent » du reste du pays, au point qu'en 1919, sa population avait par référendum réclamé de devenir un canton suisse à 81 % pour ne pas rejoindre la république autrichienne. « Vienne la Rouge » prouve donc une nouvelle fois sa singularité et met donc en avant le paradoxe de la petite Autriche issue du traité de Saint Germain : pays rural enclavé doté d'une métropole démesurée (un cinquième de la population du pays) et mondialisée depuis des siècles.

Ville contre campagne

Mais, en entrant dans le détail des résultats, on constate que l'opposition est plus large, c'est celle des centres urbains et des campagnes. Quelques exemples illustrent ce fossé. Le Land de Salzbourg a donné une majorité de 55,07 % à Norbert Hofer, mais la ville de Mozart a voté pour Alexander van der Bellen à 56,33 %. En Styrie, on a voté pour le candidat d'extrême-droite à 56,88 %, mais dans la capitale Graz, l'ancien chef des Verts obtient une majorité de 61,89 %. C'est dire si la fracture est forte entre les centre-villes dominés par les populations diplômées, bénéficiant de la mondialisation et de l'évolution numérique de la société et les zones rurales et périurbaines (à Graz, par exemple, la banlieue a voté à 59 % pour Norbert Hofer), peuplées de personnes moins diplômées, fragilisées par la mondialisation et la numérisation de l'économie.

Division de classes

Cette division est aussi une division de classe. Selon un sondage de la télévision publique ÖRF, 86 % des ouvriers ont choisi Norbert Hofer ainsi que 53 % des travailleurs indépendants. A l'inverse, 60 % des employés, 55 % des fonctionnaires et 51 % des pensionnés ont choisi Alexander van der Bellen. Dans un pays où les salaires ouvriers sont élevés et où le chômage reste faible (le taux de chômage harmonisé est de 5,9 %), ces résultats peuvent paraître étonnants. Ils ne le sont pas réellement. Comme dans le reste de l'Europe, les populations ouvrières sont moins nombreuses et leur position est fragilisée par la concurrence. L'Autriche perd de la compétitivité sur ses produits industriels, le chômage progresse, il est à un niveau record dans son calcul national.

Chauffés à blanc par le discours de la FPÖ, les ouvriers autrichiens s'inquiètent de la concurrence à bas coûts des migrants, ils ne voient plus de moyen d'amélioration de leur situation. Ils craignent une déchéance et voient dans l'option nationaliste le seul moyen d'éviter cette déchéance. Le vote de ce dimanche est un échec de la social-démocratie autrichienne qui n'a pas été capable de prouver que l'Europe et la mondialisation était une chance pour la classe ouvrière. En cela, c'est un coup de semonce pour l'ensemble de la social-démocratie européenne.

Fin de la culture du compromis d'après-guerre

La division est donc complète entre les deux Autriche. Depuis la fin des années 1940 et le traité de paix de 1955, le pays s'est fondé sur la recherche du compromis. La longue domination de la grande coalition entre les Sociaux-démocrates de la SPÖ et les Conservateurs de l'ÖVP illustre ce fait. La petite Autriche, fière de sa neutralité, cherchait alors à définir une nouvelle identité nationale. Il s'agissait aussi d'oublier un entre-deux-guerres marqué par une ambiance de quasi-guerre civile où les heurts sanglants étaient fréquents. En 1927 et 1934, les manifestations social-démocrates furent réprimées dans le sang.

Défi considérable du nouveau chancelier

Ce 22 mai signe la naissance d'une nouvelle Autriche, avec deux pays opposés qui se font face et qui vont devoir cohabiter alors qu'ils sont à égalité. Deux pays que tout oppose : le rapport à l'économie, à la mondialisation, à la culture, à la nation, à l'Europe. Le défi du nouveau chancelier Christian Kern (SPÖ) sera considérable : il devra gérer cette nation coupée en deux en prenant garde de ne pas creuser encore davantage le fossé. Ce sera une gageure tant les deux Autriche semblent ce soir irréconciliables.

L'élection de ce dimanche prouve en tous cas que la FPÖ est désormais capable de mobiliser au-delà même de son électorat. Si ce parti n'a obtenu que 20 % des voix en 2013, si les sondages ne lui donnent qu'un tiers des voix, il sait désormais que sa «sphère d'influence » déborde clairement de ce niveau. L'extrême-droite autrichienne pèse pour la moitié de son électorat. Ceci signifie qu'elle peut arriver un jour au pouvoir.

A qui la faute ?

Les raisons internes et propres à l'Autriche sont sans doute les plus nombreuses. C'est l'échec du modèle républicain de l'après-guerre et de la gestion par ce pays de son passé nazi et habsbourgeois qui le hante en permanence. C'est aussi l'échec d'un modèle de développement basé sur la financiarisation des flux vers l'Europe centrale et sur un secret bancaire qu'il a fallu abandonner. Mais c'est aussi l'échec de l'Union européenne à laquelle l'Autriche a adhéré en 1995. Le modèle économique et social de l'UE n'est pas apparu comme un moyen de protection pour les populations les plus fragiles et ceux qui se sentent menacés. D'où ce réflexe nationaliste. Les leçons des dirigeants bruxellois sur les migrants, la démocratie ou la mondialisation n'ont pas su freiner ce réflexe par manque de crédibilité. Un nouveau front s'ouvre pour l'Europe. Ce n'est peut-être pas le dernier compte tenu de la situation politique de la plupart des Etats membres.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/11/2016 à 17:57 :
on n'arrête pas de parler de "populations fragiles" ! mais c'est un artifice pour ne pas appeler un chat un chat et NE PAS DIRE le nom des phénomènes et des intérêts causes de cette "fragilité" : à savoir la lutte de classe capitaliste, les efforts du grand capital de toujours plus minimiser ses "coûts salariaux" et maximiser ses profits, par les délocalisations, le recours au travailleurs sans papiers, etc, etc.
a écrit le 24/05/2016 à 13:31 :
Quel plaisir d'entendre a nouveau les bottes a l'est ..


Vous savez tres bien que nous aurons bientot le gateau .. tres bientot .

Il sera alors temps de faire un grand menage , qui fera passer celui du siecle dernier pour une fete de jardin d'enfant .

Wir komen Wieder !
a écrit le 23/05/2016 à 19:01 :
Un pays peut-être pas aussi coupé que l'on veut bien considérer. Un pays à la recherche (comme beaucoup d'autres en Europe), d'une autre façon de gouverner. Le refus d'un système mondialisé qui assure non seulement une mauvaise répartition des richesses, mais qui désire en plus instaurer des lois commerciales au-dessus des lois nationales.
Ceci explique que certains se réfugient dans l'extrémisme, et d'autres plus réfléchis désignent le vecteur écologique comme autre système de répartition plus équitable, capable de redonner du travail de proximité. Heureusement aujourd'hui c'est encore la réflexion qui semble l'emporter. Mais pour combien de temps, si l'on ne change rien ?
a écrit le 23/05/2016 à 11:57 :
l'Autriche un peux comme la France; nous avons un président qui a fait 20% au premier tour et 52% au seconds ... Ou les partis ( la classe politique en général) au pouvoir n'on pas ou plus de légitimité depuis bien longtemps... Ou le ressentis des ville et bien contraire au campagne , que cela soit sur la sécurité, l'immigration ou le travail.... mais bientôt nous voterons a nouveau, la gauche à été totalement discrédité après ce mandats catastrophique, reste la droite qui à été rejeté 52% au dernière élection... le centre est inexistant et l'extrême gauche vie sur une autre planète...
Le choix de changement risque d'être compliqué...
a écrit le 23/05/2016 à 10:42 :
boh, la france aussi a ete coupee en deux sans que ca n'emeuve plus que ca!
et les resultats sont pourtant a la hauteur de ce qu'on annoncait, avec 2 millions de chomeurs ( deja dans les chiffres ou qui arriveront par effet d'eviction)......
a écrit le 23/05/2016 à 10:09 :
le juste titre eut été : faillite des partis en place. Schéma qui se dessine dans toute l'Europe !
Réponse de le 23/05/2016 à 11:25 :
...récolte l'extrême droite.

Ou comment les "bien-pensants" jettent de l'essence sur le feu et s'étonnent de l'incendie qui se propage.
a écrit le 23/05/2016 à 9:57 :
Ce que l'on voit c'est que la mondialisation est surtout économique. Les peuples sont favorables à l'échange commercial, au partage des idées, des technologies, mais restent attachés à leur identité et leur culture. D'où des résistances lorsque des cultures nouvelles arrivent dans leur pays. C'est un phénomène mondial.
a écrit le 23/05/2016 à 9:49 :
Le fait est que c'est surtout dans les grandes villes que viennent s'installer les migrants. Sans faire de sondage, je suis certain que le pourcentage/population de musulmans est plus élevé à Paris, Lyon ou Marseille que sur le plateau du Larzac. Cela dit, la fascination des socialistes pour les musulmans m'interroge et m'interpelle :-)
a écrit le 23/05/2016 à 9:07 :
La situation de la France demain....ou aujourd'hui ??
a écrit le 23/05/2016 à 8:34 :
L’autre riche serait coupé en deux, quid de l’AUTRUCHE ?
Si on relève les données publiées sur Eurostat, on aurait un produit par habitant en constant 2010 en ppa.
On aurait un produit 2014 sous le niveau 2007 en Europe mais pas ailleurs sans retour au plein emploi ? Un rapport France sur 24 pays de l’OCDE d’un niveau proche donne pour 70-82 : 98,8% puis 83-00 : 95,5 puis 01-07 : 88,9 puis 08-14 : 87,8 pour un maximum en 1982 à 101,5%, sur 70-95 on aurait 97,7% puis après 1996 on passerait sous les 96%, fait-on un déclin ?
Si l’augmentation 00-07 est sous le niveau du Japon de 1,18 en France contre 1,33 au Japon, entre 10-14 on aurait 0,31 contre 0,84 au Japon, et -0,32 pour la ZE 12, l’Europe a-t-elle un décrochage sans plein-emploi, existe-t-il un lien avec des emplois en sous-qualification ou alimentaires ? Avons-nous une FBCF à un niveau de crise ? Les aides seraient critiquées à 70%, fait-on dans l’assistanat et a-t-on la culture du résultat ?
Par exemple, un rapport du produit France sur USA ferait sur 70-82 : +0,85% par an puis sur 83-00 : -0,60% puis sur 01-14 : -0,26%. On aurait une moyenne de 77,6 avec de 70-82 : 80,7 puis 83-90 : 78,9 puis 91-00 : 77,4 puis 01-10 : 74,4 puis 11-14 : 71,8.
Un rapport France sur OCDE non Europe à 12 (USA, Japon, Royaume-Uni, Canada, Australie, Danemark, Suisse, Suède, Norvège, Islande, NZ, Israël) donne en 1970 : 88,8 puis 96,1 en 1982 puis 94,1 en 1990 puis 91,5 en 2000 et une moyenne 70-02 de 92,4 contre en 03-14 la valeur de 87,6 pour une moyenne de 91,1 et un minimum en 2014 à 85,2. Après 2004 les valeurs passent sous 90 contre 5 années auparavant (70, 71, 72, 86 et 87).
Un rapport France sur Angleterre donne pour 70-79 : 121,2 puis 80-89 : 113,1 puis 90-99 : 107,4 puis 00-09 : 99,4 puis 10+ : 98,9.
Un rapport France sur Allemagne aurait une moyenne 70-14 de 93,6 puis passerait sous les 90 après 2008 avec 85,6 en 2014, 70-79 à 97,3 puis 80-89 à 95,8 puis 90-99 à 91,6 puis 00-09 à 92,9 et 10-14 à 87,0.
Un rapport France sur ZE 12 donnerait sur 70-00 : 104,6% puis 91-00 à 95,8 puis 01-14 à 88,5 avec moins de 90% après 2002.
La zone euro à 12 sur OCDE 24 ferait une progression sur la période à 100,4 entre 00-09 puis entre 10-14 une baisse unique depuis 1970 à 98,6.
dans productivité : http://stats.oecd.org/Index.aspx?DataSetCode=DECOMP&Lang=fr
Réponse de le 24/05/2016 à 21:50 :
Au leiu de reprendre ces chiffres bêtement, interrogezvous comment est déterminé la PPA et si celle-ci n'est pas manipulable en vue d'objectifs politiques tout comme d'autres grandeurs "économiques".
Le PPA est en grande partie subjectif, pas comme le mètre par exemple et qui est une grandeur mesurable et objective et surtout qui ne varie pas en fonction des idées politiques des gens. Car effectivement, il y a beaucoup de politique dans l'économie quoiqu'en disent les partisans du tout économisme qui est une ligne politique de droite dure tout simplement.
a écrit le 23/05/2016 à 8:01 :
Comme quoi, la politique extérieure que l'on subit influence la politique intérieure de résistance!
a écrit le 23/05/2016 à 7:13 :
À partir du moment où les pays sont gouverne, par une pseudo élite qui ne défend pas le peuple!!!!!
Réponse de le 23/05/2016 à 13:09 :
Ils ne savent pas ce qu'est le peuple.
Ils ne savent ce que c'est que d'être Français. Ils vivent entre le Panama, la Suisse et Singapour.

Emission d'Arte la semaine dernière, sur les chrétiens et juifs d'Orient en voie de disparition, ....et maintenant c'est le tour des chrétiens et juifs d'Occident.
Et alors, ça vous dérange ? Comme les Français sont racistes !!!
Réponse de le 24/05/2016 à 21:45 :
Aréponse de Bobby, d'après eurostat, seul 1/3 des français croient en Dieu tel que décrit dans les différentes religions monothéistes. Vu les chiffres beaucoup plus élevés qu'ils donnent pour les autres pays eurpéens, c'est certainement plus fiable que les sondages payés par des journaux type La Croix pour essayer de faire croire que leur religion reste la référence en France. Donc vous êtes à côté de la plaque.
Réponse de le 24/05/2016 à 21:45 :
Aréponse de Bobby, d'après eurostat, seul 1/3 des français croient en Dieu tel que décrit dans les différentes religions monothéistes. Vu les chiffres beaucoup plus élevés qu'ils donnent pour les autres pays eurpéens, c'est certainement plus fiable que les sondages payés par des journaux type La Croix pour essayer de faire croire que leur religion reste la référence en France. Donc vous êtes à côté de la plaque.
Réponse de le 25/05/2016 à 17:17 :
réponse à rryv

L'enquête « trajectoire et origines » menée par l'Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques et l'Institut National d'Etudes Démographiques, sur la base de sondages, estimait les fidèles musulmans à 2,1 millions en 2008, contre 11,5 millions pour les seuls catholiques, parmi la population de 18 à 50 ans.
4 à 5 millions de musulmans ? C'est le chiffre qu'on entend le plus souvent. Il provient du ministère de l'intérieur.

Ces chiffres ne tiennent pas compte des dernieres vagues migratoires en provenance du moyen-orient.
a écrit le 23/05/2016 à 1:47 :
À l'image de l'Autriche c'est la tendance non seulement en Europe mais dans le monde
Il n'y a qu 'a regarder le résultat aux Philippines et bientôt aux USA et très certainement en France .
Le peuple en a assez et se tourne vers les extrêmes .
a écrit le 23/05/2016 à 0:56 :
Une bonne partie de l'analyse de R.Godin sur ces "deux Autriche" est transférable sur les deux France, tant du point de vue des classes, des âges, ou des grandes villes face aux régions, larguées...
Réponse de le 23/05/2016 à 10:13 :
oui, sauf que les verts, déjà laminés, n'obtiendront en France même pas deux pour cent des voix et à l'exemple des législatives partielles d'hier à Nice et Strasbourg, PS et LR devront ensemble essayer défaire cause commune contre le FN.
a écrit le 22/05/2016 à 22:55 :
La gauche fait tellement de mal à l'Europe et à la France en particulier depuis 30 ans que les peuples veulent le changement et pas celui des socialistes.
Réponse de le 23/05/2016 à 5:01 :
La gauche ??? A bon et qui a dragué de façon honteuse le FN au second tour des présidentielles de 2012 ce n'est pas Sarkozy ?!!!
Réponse de le 23/05/2016 à 11:14 :
Cest la gauche qui domine culturellement l'occident depuis les années 70 et impose son opinion à la majorité. La société a tellement glissé à gauche que des socialistes du début du vingtième siècle comme Jean Jaurès seraient aujourd'hui classés à l'extrême droite. Aujourd'hui tout ce qui n'est pas d'extrême gauche est d'extrême droite. Mais le goulag mental se fissure partout, les gens en ont assez de se soumettre à cette idéologie de malades mentaux. Les gens comme vous Didier êtes totalement à rebours de l'histoire. Vous ne comprenez rien à ce qui est en train de se passer. Éteignez votre TV.
Réponse de le 23/05/2016 à 11:45 :
Inimaginable, être contraint de devoir choisir entre ces deux partis incapables de fournir un programme valable et donc de gouverner, kif-kif la France où je ne pourrais que voter blanc !
Où va-t-on ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :