Brexit : "la Grande-Bretagne a plus à gagner en sortant de l'Europe", (James Dyson)

 |   |  246  mots
Nous créerons plus de richesses et d'emplois en étant en dehors de l'UE qu'en étant à l'intérieur, et nous serons maîtres de notre destin, a estimé l'homme d'affaires britannique James Dyson.
"Nous créerons plus de richesses et d'emplois en étant en dehors de l'UE qu'en étant à l'intérieur, et nous serons maîtres de notre destin", a estimé l'homme d'affaires britannique James Dyson. (Crédits : DR)
Le célèbre entrepreneur britannique James Dyson est en faveur du Brexit. Le référendum est fixé le 23 juin.

L'homme d'affaires britannique James Dyson, célèbre pour ses aspirateurs sans sac, a pris position vendredi en faveur d'une sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne, un soutien de poids pour le camp du "Brexit" à moins de deux semaines du référendum du 23 juin sur le sujet.

James Dyson se distingue ainsi d'un grand nombre d'hommes d'affaires, de grandes entreprises, de banques ou d'institutions qui militent pour un maintien de la Grande-Bretagne au sein de l'UE. Interrogé par le "Daily Telegraph", James Dyson juge que la Grande-Bretagne a plus à gagner qu'à perdre en sortant de l'UE.

"Nous créerons plus de richesses et d'emplois en étant en dehors de l'UE qu'en étant à l'intérieur, et nous serons maîtres de notre destin. Et la maîtrise est, je pense, la chose la plus importante dans la vie comme dans les affaires", dit-il.

"Foutaises absolues"

James Dyson balaie en outre les mises en garde quant aux conséquences commerciales d'une sortie de l'UE. "Quand le camp du maintien nous dit que personne ne commercera avec nous si nous quittons l'UE, désolé mais ce sont des foutaises absolues", réplique-t-il.

"Si, comme le laisse entendre (le Premier ministre) David Cameron, ils nous imposent des tarifs douaniers de 10%, nous ferons la même chose en retour (...) De toute façon, l'UE commettrait un suicide commercial si elle imposait des tarifs douaniers car nous importons 100 milliards de livres et nous ne lui en exportons que 10 milliards."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/09/2018 à 10:57 :
J'ai acheté à mon grand regret un aspirateur Dyson. Monsieur Dyson peut être sûr que je ne renouvellerai pas mon achat.
C'est trop cher et pas de service après-vente.
a écrit le 14/06/2016 à 13:59 :
Franxit: la compréhension des données du problème progressent. Nous serons mûrs dans 5 à 10 ans. Je ne vois rien dans le Brexit qui nous interdise une coopération avec le Royaume Unis ou même l'Angleterre. Et... Les idées européennes sont en panne, non à cause des peuples qui s'apprécient, mais à cause de certaines entités qui sont en mode tout pour moi depuis trop longtemps, au détriment des classes moyennes et populaires. Je suis surpris de voir combien mes parents avaient foi en l'avenir et comment 30 années de difficultés continue, de faible croissance, de salaires rabotés, sans perspective d'amélioration nous ont rendu méfiant face au projet européens. La tentative anti-démocratique de vol de souveraineté et de pillage des économies a réussi. Il y a forcément des remous et un rejet. Les citoyens veulent que les Lobbyistes leurs rendent des comptes. C'est finalement assez normal, si seul les lobbyistes profitent du système.
a écrit le 13/06/2016 à 12:45 :
En tout état de cause, je ne recommande guère les produits de ce monsieur, depuis les aspirateurs sans sac (qui renvoient la poussière à la figure quand vous les videz et qui ont une note très moyenne dans les comparateurs de produits dignes de foi) et les ventilateurs "sans pale" mais... à 400 euro... Excusez du peu...
a écrit le 13/06/2016 à 11:10 :
/// BILANT EUROPEENS///LES PEUPLES VOULEZ L EUROPES SOCIAL ET DE LA PAIX? ILS ONT EUX L EUROPES DES MARCHES ET DES BANQUIERS? SORTONS DE CETTE EUROPE QUI RAMEME TOUS NOS ACQUIS PARS LE BAS ET DETRUITS LE COMMERCE L INDUSTRIE ET L ACRICULTURE? 20ANS APRES IL EST TANT DE FAIRE LE CONSTAT QUE L ON NOUS A MENTIE ET MIE ENTRE LES MAINS DES BANQIERS DES LOBYSTES C EST A DIRE LE MONDE DE LA FINANCE INTERNATIONALES???
a écrit le 13/06/2016 à 10:18 :
pour essayer de lire un peu les journaux et commentaires anglais, j'avoue ne pas comprendre, de mon point de vue de français moyen, les motivations du camps du out...
1 Ils parlent d'immigration, vois pas comment ça sera meilleur en dehors de l'UE...C'est déjà une île, ils nous sous traitent à peu de frais une grosse partie de ce problème, ils resteront comme nous une ancienne puissance coloniale et tant qu'ils ont des performances économiques sympathiques, ben les gens viendront. Gérer des sortes de quotas européens ainsi qu une politique commune d'asile, me parait bien plus efficace...
2 Ca leur coûte et il ferait mieux économiquement en dehors...Moi je trouve l'Europe déjà bien libérale et anglo saxonne et vu que eux vont déjà encore plus loin, vois pas trop ce qu ils vont y gagner. Ce que ça leur coûte, pour moi c'est la,cotisation au club pour faire partie de la zone économique la mieux lotie et qui a des excédents commerciaux énormes. Même si je ne doute pas qu on fera un nouvel accord de libre échange avec eux, ils pèseront forcément moins sur les normes et cotiseront comme les Norvégiens par exemple...Ils parlent de pauvreté et des problèmes de leur NHS...devraient regarder les suites des années Thatcher plutôt.
3/ Problème démocratique. Ils ont pas tort, mais venant d'eux c'est un peu fallacieux. Ils s'opposent (sont pas les seuls) à toutes avancées fédérales. Ils ont une chambre des Lords, pas de Constitution et écrasent l Ecosse et le Pays de Galles.

Perso, qu ils sortent ou restent, j'y vois des avantages et des inconvénients pour nous et l'Europe, donc le résultat m'ira dans un sens ou l'autre. Dans tous les cas, ça pointe quand même bien des domaines où l'Europe pourrait et doit faire mieux. Ca me parait plus positif et porteur de progrès d'oeuvrer dans ce sens que vouloir sortir. Toute chose égale par ailleurs on a dit non à la Constitution et qu'est ce que ça a changé en bien? rien du tout, ça a rendu tous les états plus individualistes au détriment de l'ensemble de la zone.
En fait si j'ai quand m^me une sorte de préférence pour le résultat: soit ils disent non et on pourra voir les effets soit ils disent oui massivement ( genre 55%) et ils devront plus s impliquer dans l'Europe, ils ont de bonnes choses à y apporter.
Réponse de le 13/06/2016 à 11:53 :
Ben justement, la crise économique et même nationale (sortie de l'Ecosse du Royaume-Uni) devrait rendre l'immigration au Royaume-Uni moins désirable...
Ceci étant, rappelez vous le vote sur le TCE en 2005 où pour booster le non, on avait agité l'épouvantail turc (qui n'avait rien à voir avec le TCE...).
a écrit le 12/06/2016 à 14:56 :
Accuser l'Union européenne de tous les maux est de la propagande. Il n'y a jamais eu aucune guerre depuis 70 ans en Europe, une stabilité économique supérieure à bien d'autres pays et des avancées sur tous les plans. Citer la Grèce est fallacieux car il faut regarder la progression préalable de la Grèce et ses abus, c'est oublier la Grèce des colonels qui était pire et que certains ont voulu l"Europe des Nations" dont l'Angleterre était partisane et qui a empêché des avancées vers une Europe plus forte et plus unie sous forme fédérale ou confédérale ou un mix des deux qui est un bon choix d'avenir. Ce n'est pas des pays isolés qui peuvent compter dans l'évolution actuelle du monde. On aura donc compris que les anti Europe sont souvent comme l'upr etc des pions de poutine qui lui a intérêt à une Europe faible, divisée et qu'il fait tout pour çà en finançant des partis extrêmes des 2 bords comme le FN et autres.
Réponse de le 13/06/2016 à 15:42 :
l'UPR pion des russes !!!!!! Hahahahaha !!! trop drôle !!!!
L'UPR propose de ré-équilibrer les relations entre les USA et la Russie. Parce qu’aujourd’hui, si on est les pions de quelqu'un, c'est bien des USA !!! ça te convient peut-être, moi pas !!!!! il faut bien constater que sur ces 50 dernières années, les impérialistes et faiseurs de guerres parlent plus anglais que russe ! Pour en arriver en 2016 à un bordel international absolu, grâce à nos "amis" américains ! De Gaulle était-il un pion des chinois lorsqu'il a reconnu la Chine ou un pion des Soviétiques lorsqu'il a fermé les bases américaines sur notre sol ? Y-a pas que Apple et McDo dans la vie !!
a écrit le 12/06/2016 à 14:43 :
Bien évidemment que ce monsieur Dyson a raison ! Le terrorisme anti Brexit va battre son plein jusqu'au 23 juin, jour où nous fêterons ce Brexit en attendant le Frexit en 2017 : https://www.youtube.com/watch?v=vUOO0AoStOM
Réponse de le 12/06/2016 à 18:33 :
Et par la suite le lorrainexit et vous finirez dehors de chez vous comme en 1870 ! Bref on casse tout mais on ne sait pas par quoi de mieux pour remplacer et on pense qu'avant c'était mieux alors qu'il y avait des guerres régulièrement en Europe et non des moindres.
Réponse de le 12/06/2016 à 19:52 :
c'est plus aisé de Brexiter ayant une monnaie qui ne changera pas (sauf le taux de change, des spéculations de financiers avides, ...), si vous passez au franc, à quel taux, quand aura lieu la prochaine dévaluation ? La dette en euros le restera, si le FF baisse, la dette croitra (en Francs).
Y a aura déjà l'Ecosse qui va pouvoir monter un dossier, la GB ne faisant plus partie de l'UE ne pourra donc pas voter contre (il faut l'avis des autres pays pour les candidatures, sortir de la GB quand elle y était aurait été délicat : No Scotlandxit).
Réponse de le 13/06/2016 à 7:30 :
Courage, fuyons cette Europe mortifère et dictatoriale, de l' opacité des lobbys et des privilèges de castes oligarchiques qui dépèce les couches sociales intermédiaires..

Brexit, Frexit, fuyons, vite !!!
Réponse de le 13/06/2016 à 15:54 :
Sur la sortie de l'Euro, vas voir sur le site de l'UPR, les vidéos trés pédagogiques avec des intervenants plus compétents que la moyenne des fonctionnaires de Bruxelles !!
a écrit le 12/06/2016 à 12:36 :
euro en france !!! c est la pagaille aucun doute cela aura un impact et conforte le résultat
a écrit le 12/06/2016 à 10:40 :
Je peste souvent contre cette Europe des lobbies, des banquiers, des affairistes, contre cette Europe peu démocratique et je voudrais la voir changer pour plus de transparence de démocratie et de justice. Malgré tous ces aspects négatifs, l'Europe a le mérite d'exister .Elle est souvent réduite a des conflits d'intérêts économiques, mais elle est quand même un lieu commun aux Européens pour échanger des idées et ce n'est pas rien. Face à la menace des grandes puissances (US-Chine-Russie), une Europe unie sera la seule garantie de notre sécurité. L'OTAN ne garantit rien du tout, il ne faut compter que sur nous-mêmes et si le principal objectif de l 'Europe devait être d'abord une Europe de la défense, cela scellerait le Pacte européen tout en permettant une meilleure intégration économique.
a écrit le 12/06/2016 à 10:10 :
La GB importe pour 100 Milliards de livres... mais pas que de l'Europe, de plus si elle importe, c'est qu'elle ne produit pas assez sur son territoire. Elle sera de toutes façons contrainte de continuer à importer. Elle trouvera certainement à se fournir ailleurs, mais ailleurs... c'est beaucoup plus loin que l'Europe... sans les standards de l'Europe.
a écrit le 12/06/2016 à 7:32 :
Le Royaume-Uni n'a rallié l'Union Européenne qu'après avoir échoué à la défaire de l'extérieur.
Cette tentative de sape de l'intérieur ayant échoué, ils se retirent.
La stratégie reste inchangée.
Seul, le maintien du Royaume-Uni dans l'Europe pose problème.
C'est ce que professent les populistes.
Comprenne qui pourra à ce petit jeu.
a écrit le 11/06/2016 à 21:00 :
Nos meilleurs ennemis à notre rescousse avec un Brexit : qui l’eût imaginé ?
4) (...) Actuellement des gens peinent à rentrer dans le circuit de « Pierre et Paul », le circuit de l’île qui symbolise des gens en place et qui échangent entre eux. … La « planche à billets » française avait laissé notre pays sans aucune dette en 1973, lorsque fut votée la loi funeste du 3 janvier 1973 (loi dite Pompidou-Giscard- Rotschild) qui interdit à l’État de financer son endettement. (Même cette formulation d’« endettement de l’ État » est incorrecte et vicieuse. Mais, pour l’instant, n’entrons pas dans des discussions supplémentaires ; ça marchait très, très bien avant cette loi !)
Conclusion ?
Il faut changer la Constitution européenne qui interdit aux États de financer leur propre endettement, tout en contrôlant cet « endettement », qui n’est que de l’argent mis dans le circuit monétaire. Il faut aussi être prêt à quitter l’Europe banquière au besoin. La situation est vraiment simple, et on peut garder presque tout le monde en place : on a besoin de tout le monde, sauf d’une dizaine de banquiers internationaux qui préféreraient continuer à cacher le fond peu honnête de la philosophie keynésienne.
Réponse de le 12/06/2016 à 4:40 :
aujourd'hui l'Etat voleur et grand bandit vit avec de l'argent à moins de 0 % !! alors en quoi cette loi a-t-elle changé quelque chose ???
d'autre part, non nous n'avons plus besoin des politiques ni des fonctionnaires : ils détruisent tout ce qu'ils touchent : ils peuvent disparaitre sans problèmes !!!
a écrit le 11/06/2016 à 20:58 :
3) (…) Claude veut rester et participer à la communauté : il est bon fleuriste ; Pierre et Paul sont d’accord que Claude fournisse des fleurs.
Souci : Claude n’a pas un X.
Pierre lui propose que la banque lui prête 60X (30X pour acheter du lait et 30X pour le poisson), sans intérêts pour simplifier l’exemple ; le capital est remboursable en 30 mois.
L’argent est mis sur le compte de Claude le premier janvier. Fin janvier Claude a acheté pour 30X à Pierre et 30X à Paul. …. Pierre et Paul ont échangé 60X avec chacun de deux autres. Début février Claude rembourse 2 X. Il n’achète plus que pour 58 X de nourriture…. Pierre et Paul échangent toujours pour 30X entre eux deux… Début mars il rembourse 2 X : il n’achète plus que pour 56 X de nourriture…
Pas besoin d’aller plus loin : Claude finira sans un X.
Que faire ?( on exclue la possibilité de troc ; les prix sont bloqués aussi).
La solution est de mettre en circulation davantage de X !
Dans le cas de notre île, la banque ne fait donc pas de prêt à Claude début Janvier. Une des solutions possibles pourrait être la suivante : en janvier Pierre, Paul et Claude se fournissent leurs services. Fin janvier Claude peut amener à la banque les factures de la vente de ses fleurs ; la banque crédite le compte de Claude de 60X. (c’est cela, la planche à billets ; c’est de la monnaie scripturale correspondant à un travail réel effectué). Claude paie Pierre et Paul à hauteur de 30X chacun : la vie économique du groupe peut se faire.
a écrit le 11/06/2016 à 20:54 :
Le Brexit sauvera les Britanniques, et… l’Europe des nations !
2) (…) Le système keynésien consistait (et consiste toujours) à faire croire que les États doivent investir (dépenser) de grosses sommes pour créer des emplois en période de récession, sommes à rembourser aux banques internationales, bien sûr. Il y a toujours des membres du gouvernement qui vont dans ce sens, soit par manque d’analyse technique, soit parce qu’ils sortent des banques, et la situation économique ne s'améliore pas.
Le problème chronique de la récession est provoqué par le système bancaire international : volontairement, il n'y a pas assez d'argent en circulation, et cela condamnera toujours à peu près la moitié de la population terrestre à vivre dans la nécessité la plus grande. Le mal est aggravé par l’impôt sur le revenu, qui est autant d’argent en moins en circulation à la disposition de ceux qui créent et entreprennent, c’est-à-dire les leaders sociaux du travail.
Voici la présentation du piège continuel maintenu en place par les banquiers internationaux ; voici comment ils créent le manque d'argent en circulation. C’est très simple en fait.
Prenons un cas d’école.
« Pierre et Paul vivent seuls sur une île. Il y a une banque et la monnaie est le X.
Pierre produit du lait et Paul pèche des poissons. Chacun consomme de son produit, et en vend à l’autre pour une valeur égale à 30X par mois.
Pierre fait office de banquier au besoin.
Ils recueillent Claude, un navigateur de passage (...)
a écrit le 11/06/2016 à 20:52 :
C'est très probablement vrai : la Grand Bretagne signera des accords avec d'autres puissances et d'autres pays.

1) Il faut absolument que les sujets de Sa Majesté refusent de s’intégrer à l’Europe moribonde actuelle, qui est l’Europe des banquiers, que l’on a refusée en France lors du référendum mais que nos politiciens continuent de nous imposer.
Nous devons et pouvons retrouver la situation de nos belles Trente glorieuses, les années 1945-1974 !
Que s’est-il passé en 1974 qui a mis fin à notre période faste d’économie et qu’on n’a jamais revue depuis ?
Eh bien le président de la république Georges Pompidou, qui fut élu en 1969 en remplacement de Gaulle, sortait tout droit d’une banque internationale bien connue. Il amena la classe politique à croire qu’il fallait abandonner le système de la planche à billets pour emprunter sur les marchés financiers ! Et les élus l’ont cru ! (et , peu intéressés par le sujets, les citoyens aussi). Pompidou mourut en avril 1974, et lui-même ou son successeur et homme de main Giscard, fit faire à l’État son premier emprunt sur les marchés financiers : on ne s’en est jamais remis, et on ne risque pas de s’en remettre car ça continue encore ...
Car l’idéologie actuelle des financiers est celle de Lord Keynes, économiste et écrivain anglais (1883 - 1946), idéologie qui se résume ainsi : « Créez des besoins ! ».
Autrement dit, mettez les citoyens en situation de grande nécessité (contrainte qui pousse à agir ou à subir), et laissez les croire ou espérer qu’ils peuvent accéder à une vie normale ou prospère (...)
a écrit le 11/06/2016 à 19:40 :
Indépendamment des opinions des uns et des autres et du résltat du référendum, il est très révélateur que la discussion soit uniquement centrée sur des questions économiques et des calculs de marchands de tapis.
Or, dans le monde, actuel ou passé, et surtout pour le futur proche, c'est la question de la puissance relative des blocs de pays qui a décidé du sort de ses populations, et en aucuns cas sa position économique.
C'est plutôt à la fois de l'état de paix d'une région et de sa puissance diplomatique et militaire qui détermine sa santé économique.
Les histoires de tous les empires, actuels, comme les USA, ou récents comme les empires britanniques et français, ou plus anciens, comme la Chine, l'Egypte la Perse, etc. montrent comment la force et la diplomatie, permettent en situation de paix temporaire d'assurer une santé économique florissante, et pas toujours aux dépends des autres.
L'histoire plus récentes des deux dernières guerres mondiales devrait au moins servir de repère aux inconscients qui pensent que la paix est un état naturel et pérenne.
Conserver une situation ou la paix peut être durable demande de réfléchir un peu à ce qu'il se passe en Europe de l'Est, au Moyen Orient, en Afrique, en Chine et à leurs évolutions relatives à l'Europe, de plus en plus minuscule en terme de population.
On dit que l'union fait la force, c'est une condition indispensable pour l'Europe, si elle ne veut pas revenir à sa condition de petit cap de l'Asie.
Les discussions d'épiciers sur le nombre de décimales points d'indice de croissance ou de décroissance du PIB sont réellement à côté du problème.
Ce sont des préoccupations de riches boutiquiers internationaux, qui cherchent à optimiser leur bas de laine sans voir les armées plus ou moins formelles qui vont les leur enlever sans leur organiser un référendum.
a écrit le 11/06/2016 à 19:16 :
Monsieur Dyson connait certzinement l'électroménager, mais beaucoup moins les ciffres de l'économie internationale, à moins qu'il n'ait personnellement de meilleurs informations que la Commission Européenne. La GB réalise 44% de ses exportations vers l'UE et 52% de ses importations.http://ec.europa.eu/eurostat/documents/2995521/7224429/6-31032016-BP-FR.pdf/7a5c284e-7e8e-4736-b3af-9e5023419eca
A moins qu'elle n'exporte 10 fois moins qu'elle n'importe, ses chiffres sont fantaisistes.
Ce qui montre la force de sa conviction politique, face à la force de la réalité économique.
Réponse de le 12/06/2016 à 4:47 :
je fais beaucoup plus confiance à M Dyson pour les chiffres qu'à ces menteurs de fonctionnaires de Bruxelles : les menteurs de Bruxelles agissent dans leur intérêt personnel de grand rentiers qui demandent pardon, qui exigent que les peuples paient leurs impôts alors qu'eux ne paient aucun impôts et s'engraissent sur notre dos tout en mentant effrontement !!!!!
a écrit le 11/06/2016 à 19:03 :
Pour ma part je pense que le rôle du Royaume uni au sein de l'Europe est largement surévalué. L’Europe s'est mise à genoux pour supplier les anglais de rester car c'est la solution de facilité , or il est largement temps que L'Europe renforce ses partenariats avec des pays comme l'Australie par exemple qui représentent une potentiel très largement supérieur sur le plan économique et financier... Il faut vraiment que l'ont passe de cette vision fermée intra européenne a une vision mondialisée.
Depuis que l'Euro à été dévalué la croissance est revenue ( certes elle est timide ) le brexit ira plus loin dans la dévaluation et rendra nos entreprises plus compétitives sur la scène internationale.
Quand aux anglais , il n'y aura plus aucun intérêt pour les multinationales d'y installer leur sièges , les paradis fiscaux resteront plus intéressant que l’Angleterre avec des contraintes identiques ( puisque hors zone euro ) ils achèteront leur produit à l'autre bout du monde avec les frais de logistique conséquents, on aura des aspirateurs chinois identiques a ceux de Dyson pour deux fois moins cher car l'Europe sera moins enclin à défendre la propriété intellectuelle d un pays étranger.
Réponse de le 12/06/2016 à 0:27 :
Vous êtes sûrement une école de commerce ou universitaire réfléchissez par vous même nous ne pouvons pas faire de la croissance avec une dette a plus de 100% du pib ensuite une monnaie pour plusieurs états n a jamais marché dans l histoire l union européen est une création américaine pour nous racheter nos entreprises avec de la planche a billet nous ne pouvons pas faire beaucoup de commerce en dehors despays de l'OTAN sauf accords américain le Brexit va j espère sonner le glas de cette Europe de la guerre en Syrie en libye en Ukraine il faut sortir de l euro de l union européen et de l otan et investir dans la franco phonie sous exploité
a écrit le 11/06/2016 à 17:17 :
Il a raison.
Comme ça les pays européens pourront recommencer à se taper sur la gueule comme ils l'ont toujours fait.
Ça résoudra les problèmes de ressources et de surpopulation.
Et que le plus sauvage gagne.
On est en paix, relative depuis trop longtemps déjà.
Soyons réalistes.
a écrit le 11/06/2016 à 17:15 :
En attendant, que ce Monsieur garde bien ses aspirateurs et les réserve pour dépoussiérer son ile...Bon vent...(C'est amusant de relever une fois de plus que les affaires et la politique ne font pas bon ménage!..En termes de communication Mr. Dyson se tire une sacré balle dans le pied, et gâche ainsi substantiellement les énormes budgets de Pub qu'il a engagés au fil des années en Europe Continentale...Petit dicton: "C'est par la bouche qui meurt le poisson...")
a écrit le 11/06/2016 à 16:52 :
C'est l'UE qui a le plus à perdre de la sortie des britanniques. Les partisans du non spéculent sur le fait qu'ils maintiendront les avantages d'une adhésion sans en avoir les contraintes et ils n'ont certainement pas tout à fait tort.
a écrit le 11/06/2016 à 15:11 :
en acceptant le brexit l'Angleterre aura plus de marge pour sa politique économique, baisse de la TVA et de l'impot sur les sociétés, qui provoquerait un afflux d'investisseurs.

ce pays a gardé sa monnaie et peux donc fixer la parité.

il est libéré des accords tafta qui s'appliqueront aux autres pays de l'UE...

les anglo saxons étant beaucoup plus flexible au niveau business, ils sauront créer de la richesse , contrairement à la France engluée dans ses syndicats et son management d'Etat.
a écrit le 11/06/2016 à 15:03 :
Tout cela semble assez creux : En cas de Brexit, le Royaume-Uni essaiera de conserver un accès le moins restreint possible au marché unique. C'est ce que tous ses partisans affirment.

Et ils ne l'obtiendront qu'en appliquant la majeure partie du droit communautaire, et en échange d'une participation substancielle au budget européen (comme le fait la Norvège).

Bref, au mieux ils n'y gagneront pas grand chose, et ils perdront toute influence sur l'avenir de l'Europe.
a écrit le 11/06/2016 à 13:47 :
Voilà qui rejoint les " dix bonnes raisons de quitter l' Union européenne" de François ASSELINEAU et dont les analyses font référence sur le sujet européen ....

http://u-p-r.wikia.com/wiki/Les_10_raisons_qui_nous_imposent_de_sortir_de_l%E2%80%99Europe
a écrit le 11/06/2016 à 13:28 :
Il est évident que Dyson a raison, nous ne pouvons donc qu'être d'accord avec lui. Sans les subventions par création monétaire qui ont appâté tous les pays d'Europe, les système européïste n'existerait pas. Ses effets actuels sont néfastes. Nous pourrions nous satisfaire que deux grands pays dont la France fait partie soient destinés à être les gagnants de ce moteur de dupes, mais l'on ne peut se réjouir de la déchéance manipulatrice des autres nations de la zone, ni vouloir par mécanique égaliser leurs économies à un PIB identique en les dépeçant de tout pouvoir, toute défense et de toute fierté. Je souhaite comme Dyson que UK s'affirme quelques soient les moyens, je le souhaite aussi pour tout pays qui désire le faire. Or l'on est au point d'avoir rendu cette indépendance impossible puisque seulement deux pays France et Allemagne ont encore la possibilité de la reprendre, UK ne l'a plus sauf dans une posture délibérément anti-Europe. J'ai parlé de l'héritage en 3 de Charlemagne, il est probable que nous nous dirigions dans cette direction.
a écrit le 11/06/2016 à 13:20 :
l'Union Européenne paie aujourd'hui le prix fort de sa force marché vers l'unification du continent . la politique du tous ensemble à marche forcée ne fonctionne pas. Alors qu'il aurait fallu renforcer et intégrer les Etats du premier cercle ( euroland et schengen) l'EU s'est transformée en usine à gaz avec des couches successives d'états plus ou moins intégrés mais qui ne souhaitent pas ou plus le davantage d'union. il serait temps d'en tirer les conclusions et adapter la rhétorique bruxelloise à la réalité. On ne peut pas avoir un marché unique intégré sans règles. Ceux qui ne veulent pas de ces règles doivent sortir. Permettre une concurrence déloyale entre les états est une hérésie car les niveaux de développement ne sont pas identiques entre la France et l' Allemagne et la Bulgarie par exemple. Enfin, au lieu de renforcer la zone euro, on continue de faire comme si le partage de la monnaie pouvait suffire alors que nous avons besoin d'un ciment politique qui ne prend pas. Deux solutions, faire comme la GB est le chacun pour soi ou alors forcer le destin à quelques uns et réécrire les règles de l'UE afin de ne plus devoir gérer des disparités aussi monumentales . Quelque soit la réponse anglaise, LEAVE ou REMAIN, les européens devront se parler dès le 24 et revoir le fonctionnement de l'EU. L'EU devrait devenir une zone de libre échange réglementées et basta. Les états de la zone euro devraient eux aller vers l'intégration mais en privilégiant leurs intérêts et non ceux de la zone de libre échange. Bien sûr que la GB doit perdre l'accès au marché selon les règles en vigueur mais il est de l'intérêt de tous de trouver un accord qui défendent NOS intérêts et non ceux de la GB tout en lui permettant de continuer a avoir des relations normales avec nous. Certes, la GB perdra tous les avantages liés à l'union Européenne ( droits des salariés, retraite, voyage, etc..) mais c'est ce qu'elle veut non? Alors cessons de pleurer sur l'EU telle qu'elle est devenue, cela n'en vaut pas la peine. Comment se sentir Européen sans ciment politique, sans règles, sans frontières clairement définies. les discussions comem quoi la Turquie etc...pourraient devenir membres un jour ne fait que le jeu des anti-européens car plus l'EU s'élargit, moins européen je me sens. si nos politiques ne veulent pas de fédération à quelques uns, seule solution viable alors il faut le dire et cessons de pleurer sur la disparition de l'Eu que l'on connait. la France et l'Allemagne doivent proposer ce bon en avant et si seuls 4 ou 6 états nous suivent ce sera toujours mieux que le vide actuel.
a écrit le 11/06/2016 à 12:17 :
On a l'impression en lisant l'article qu'il serait le seul entrepreneur en GB à soutenir le Brexit et que ce serait un hurluberlu qui dirait n'importe quoi, notamment en reprenant la formule "foutaises absolues", or rien n'est plus faux, il y a beaucoup d'entre eux qui y adhèrent. http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2016/05/16/97002-20160516FILWWW00060-300-hommes-et-femmes-d-affaires-pour-le-brexit.php
a écrit le 11/06/2016 à 11:18 :
J'avais lu que 15% du PIB de la GB pour les importations vers l'UE mais 5 ou 3% dans l'autre sens, sauf que c'est difficile à évaluer comme tel vu que le PIB de l'UE est plus élevé que celui de la GB seule...
Quand y a de la viande GB, je zappe, on en a chez nous, pourquoi faire autant de kilomètres ? Il faut voir ce que chacun a de particulier, spécifiques (ils ont aussi des fromages qui puent, en GB).
La finance à Londres s'est bien développée grâce à l'UE qui a servi de "levier". A voir si Londres est vue comme "GB de l'UE" ou "GB de GB".
Ils décideront le jour venu. Et s'adapteront aux chamboulements, la liberté (une illusion dans un système mondialisé ?) n'a pas de prix.
a écrit le 11/06/2016 à 9:03 :
évidemment . et Bruxelles tout a perdre. les députés ????
Réponse de le 11/06/2016 à 15:23 :
A 15 000 euros mensuels, les députés européens ont intérêt à continuer de dire du bien de l' Union européenne, comme on les comprend !
a écrit le 11/06/2016 à 8:25 :
Enfin ! bravo M. dyson évidement que nous serions perdant ! Regardez tout ce pipo alors que nous somme dépendant des Chinois, Américains qui n'ont pas grand chose à voir avec l'Europe ! De toute façon ce vote est déjà réglé "interdit de quitter l'Europe", imaginez la totale si on réalise que sans l'Europe on va mieux !
Réponse de le 11/06/2016 à 12:15 :
Savez-vous lire ..?! Dyson, expose, discute de la nécessité du Brexit !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :