Bruxelles autorise Rome à soutenir ses banques, mais pas à les sauver

La Commission européenne a autorisé l'Italie à offrir une garantie publique pendant six mois pour aide la liquidité des banques italiennes. Une façon de stopper les attaques sur les marchés après le Brexit, mais le problème de fond demeure et n'est pas résolu.

4 mn

L'Italie peut soutenir ses banques, pas encore les sauver.
L'Italie peut soutenir ses banques, pas encore les sauver. (Crédits : © Alessandro Bianchi / Reuters)

La Commission européenne a permis à l'Italie de venir en aide à ses banques dimanche dernier. Rome a donc pu activer pendant six mois un programme de 150 milliards d'euros de garanties publiques pour soutenir le besoin de liquidités des établissements financiers italiens. Bruxelles a cependant refusé de préciser quels montants ont été débloqués, précisant cependant qu'ils étaient « proportionnés ».

Stopper l'incendie

Ce soutien permet aux banques d'émettre de la dette à court terme avec la garantie publique pour pouvoir faire face à des besoins de liquidités. Rappelons que la BCE a mise en place plusieurs mesures de soutien à la liquidité des banques de la zone euro. Outre les prêts à long terme, de quatre ans, proposés dans le cadre du programme TLTRO, la BCE s'engage depuis 2007, à fournir toutes les liquidités nécessaires aux banques à son guichet pourvu qu'elles apportent les collatéraux suffisants (titres placés en garanties). L'aide validée par l'UE hier permet donc notamment aux banques italiennes « d'économiser » leurs collatéraux auprès de la BCE.

C'est aussi une mesure principalement psychologique, prise en réaction à des turbulences de marchés et qui vise principalement à stopper les attaques violentes contre le secteur. Les banques italiennes ont été fortement secouées par les incertitudes qui ont suivi sur les marchés financiers à l'annonce du résultat du référendum britannique le 23 juin. Les grands établissements péninsulaires ont perdu entre 25 % et 30 % de leur valeur en Bourse. Avec l'annonce de cette aide, les titres bancaires italiens ont fortement progressé à Milan. Mais cet enthousiasme a été de courte durée et n'a pas été en mesure de compenser les pertes de la semaine précédente.

Le problème de fond n'est pas réglé

Car si cette annonce peut rassurer sur les risques à court terme liée aux banques italiennes, elle ne règle pas le vrai problème du secteur : celui de créances douteuses s'élevant à 360 milliards d'euros. Or, ce montant et la quasi-impossibilité pour le secteur de réaliser des levées de fonds suffisantes sur le marché pose le problème de la solvabilité des banques italiennes. Le vrai enjeu pour elles est donc de savoir comment elles vont pouvoir être recapitalisées pour un montant estimé à 40 milliards d'euros. Or, sur ce plan, le problème demeure entier : le gouvernement italien voudrait éviter d'avoir recours au mécanisme de résolution bancaire unique européen qui met à contribution les créanciers (dont de nombreux particuliers en Italie), les actionnaires et les déposants. Rome négocie avec ses partenaires européens la « mise entre parenthèses » de ce mécanisme et la possibilité de renflouer directement ou indirectement son secteur bancaire avec des fonds publics, ce qui est désormais strictement interdit en zone euro. L'aide annoncée à la liquidité est peut-être un message positif, mais ce n'est pas la validation d'un « sauvetage » bancaire italien.

Dilemme bancaire

Avec cette mesure, la Commission européenne essaie donc de calmer l'incendie boursier pour donner un peu de temps aux discussions entre Rome et ses partenaires. Mais pour le moment, l'Allemagne demeure ferme sur son refus d'autoriser l'aide publique au secteur. L'enjeu n'est pas faible. En faisant un premier accroc au mécanisme de résolution bancaire six mois après sa mise en œuvre, on avouerait  de facto que l'union bancaire - une des rares réalisations européennes de l'après-crise que les dirigeants européens peuvent mettre en avant - ne fonctionne pas. L'argument de l'urgence de la crise ne saurait tenir : ce mécanisme de résolution est précisément prévu pour faire face aux crises. De plus, si Rome « sauve » ses banques, le poids des problèmes bancaires seront transféré vers les comptes publics italiens. On se retrouverait donc dans la même situation qu'en Irlande ou en Espagne en 2010 : il y aurait transfert du risque bancaire vers le risque souverain. Mais, à l'inverse, si on applique la règle européenne, l'impact sur les ménages et les entreprises italiennes risque d'être fort et de frapper une économie italienne encore convalescente. C'est donc le choix entre la peste et le choléra.

La crise latente que traverse le secteur bancaire italien n'est donc pas terminée avec cette aide ponctuelle. Les effets du Brexit sur la valorisation des banques ne seront pas effacés : l'incertitude vis-à-vis de leur avenir demeure et nul, à part l'Etat italien, n'est prêt à investir dans le secteur bancaire de la Péninsule. Le "domino" italien n'a pas disparu, loin de là. Comme souvent, la Commission a paré au plus pressé en renvoyant les problèmes à plus tard. Une stratégie qui, là aussi, rappelle beaucoup la crise de 2010...

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 19
à écrit le 04/07/2016 à 11:23
Signaler
Solutions à l´insolvabilité : distribuer beaucoup moins de dividendes que les banques italiennes le font, donc mettre en RESERVES pour coups durs éventuels, mettre à contribution investisseurs et managers évaluant ( souvent MAL ) les risques d´octro...

à écrit le 03/07/2016 à 18:44
Signaler
"Comme souvent, la Commission a paré au plus pressé en renvoyant les problèmes à plus tard. Une stratégie qui, là aussi, rappelle beaucoup la crise de 2010..." encore une belle preuve qu'elle ne sert à rien puisqu'elle en est restée à cette époque, b...

à écrit le 02/07/2016 à 23:26
Signaler
Jusqu'à quand continuera-t-on de bluffer ? Jouer sur les mots avec le soutien à la liquidité pour taire la question de l'insolvabilité, avec aussi et surtout la sophistication de produits financiers titrisant des créances douteuses sinon virtuelles à...

à écrit le 02/07/2016 à 22:21
Signaler
En 2008 Une TRES Grande Banque U.S a fait faillite dans une quasi Indifférence. Aussitôt après Crise Financière Mondiale. Là il s'agit de la faillite de tout le systeme bancaire Italien, puis de toute " l'europe ", puis le monde entier, puis 2008 en ...

à écrit le 02/07/2016 à 12:42
Signaler
150 Md de garantie publique pour 360 Md de créances "douteuses", cherchez l'erreur ! L'Italie n'est pas la Grèce, non, c'est bien pire puisqu'elle représente la 8 ème économie mondiale, mais avec un ratio dette/PIB > 132 % ( Eurostat) . Le Brexit e...

à écrit le 01/07/2016 à 18:59
Signaler
Il n'y à pas que les banques Italiennes qui sont en faillitte (France Allemagne Belgique Espagne) a qui le tour..... Attention au big bang...

le 02/07/2016 à 2:32
Signaler
Toutes les banques, d'Europe, des U.S.A , du Japon sont en faillite : tout va exploser. Tous le savent, sauf les Sans Dents, dont je fais partie.. Seule alternative et valeur qui va exploser à la hausse : l'Or.. A condition de le stocker, hors des ba...

le 02/07/2016 à 3:07
Signaler
Les Banques sont toutes sous perfusion en monnaie de singe par milliers de milliards d'euros et de dollars, et de Yen, Les banques fermeront tout du soir au lendemain sous ordre du sommet du sommet. Personne ne récuperera rien, y compris assurances v...

le 02/07/2016 à 3:31
Signaler
@ Réponse de @grand, je suis d'accord avec vous mais c'est mieux creusé dans votre jardin ou dans votre cave pour mettre votre or, les en structures hautement sécurisées pouvant toujours faire faillite et vous piquer votre or.

le 02/07/2016 à 5:58
Signaler
Après cet apéritif ... On aura des nuages de criquets , la fonte de la banquise et des pluies de grenouilles !!! Si on a inventé l'argent c'est pas pour tout le monde et certainement pas pour vous.

le 02/07/2016 à 19:25
Signaler
Vous avez absolument raison. Ce n'est pas dans des " stés sécurisées ", où nous pouvons tout perdre. Mais chez soi, cave ou jardin. en Sous-sol blindé, comme les Suisses particuliers, eux-mêmes. LA FALLITE GENERALE EST INEVITABLE : les grands de ce...

à écrit le 01/07/2016 à 17:36
Signaler
en gros le gouvernement italien demande a sauver ses deposants avec de l argent pris a ses contribuables ... comme si ce n etait pas les memes ...

le 02/07/2016 à 9:57
Signaler
Je me suis fait la même réflexion. A cette différence près : les contribuables incluent aussi ceux qui n'ont pas de dépôts... soit ceux avec de faibles revenus, mais qui contribuent via les impôts indirects type TVA. Les grands perdants de ce jeu.

à écrit le 01/07/2016 à 17:19
Signaler
Le mieux, si on a de l'argent, c'est d'ouvrir plusieurs comptes dans des banques différentes avec des sommes inférieures à 100 000 mille euros qui ne sont pas saisissables. Au dessus de cette somme, on risque de vous prendre votre épargne ( voir Ch...

le 01/07/2016 à 18:09
Signaler
Vous êtes bien naïfs si vous y croyez. Le fond de garantie des dépôts, l'organisme qui est supposé vous rendre l'argent en cas d'insolvabilité de votre banque est nanti de 2 milliards d'Euro seulement , soit de quoi assurer les avoirs de 20 000 pe...

à écrit le 01/07/2016 à 16:55
Signaler
Tout " l'édifice " financier mondial va inéluctablement sauter : faillite générale. Les monnaies ne vont plus rien valoir : aucune. Pauvreté généralisée, guerres civiles, violence et tout.... Quant à Europe, meme s'il y a deuxième référendum au rés...

à écrit le 01/07/2016 à 12:32
Signaler
L'Italie est l'un des maillons faibles de la zone euro avec l'Espagne, le Portugal et le France. Le souci c'est que la BCE doit absolument soutenir l'Italie car son économie est bien plus puissante que celle de la Grèce. Si l'Italie tombe avec ses ba...

le 01/07/2016 à 14:03
Signaler
Il reste toujours un maillon plus faible dans la chaine. Quand l'Italie, l'Espagne et la France auront sauté, l'Allemagne sautera aussi. Quelqu'un devrait le dire à Schaüble avant qu'il ne détruise toute l'Europe.

à écrit le 01/07/2016 à 12:01
Signaler
Vous allez adorer l'italiexit (et l'explosion de l'UE). Contrairement aux allégations optimistes des gouvernants, les grandes banques européennes sont encore fragiles et on les a laissé replonger avec volupté dans leur tripotages malsains de produ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.