Catalogne : un référendum sur l'indépendance, quoi qu'il arrive

 |   |  1065  mots
Le président catalan annonce un référendum sur l'indépendance pour 2017.
Le président catalan annonce un référendum sur l'indépendance pour 2017. (Crédits : Reuters)
Le président catalan Carles Puigdemont a annoncé qu'il maintenait sa priorité : l'indépendance de la Catalogne. Il préfère un référendum négocié avec l'Espagne. Mais désormais, si ce dernier n'est pas possible, il s'engage à tenir une consultation unilatérale en septembre 2017.

Le président de la Generalitat, le gouvernement catalan, Carles Puigdemont, avance de plus en plus clairement vers son objectif : l'indépendance de la Catalogne. Lors de son discours devant le parlement catalan à qui il a posé la question de confiance, il a posé les jalons du processus qui doit amener (ou non) la communauté autonome espagnole à une séparation d'avec le Royaume ibérique. Car Carles Puigdemont n'entend pas revenir sur le cœur du programme de la majorité parlementaire. « Il est évident que nous voulons nous transformer en un Etat et c'est ce mandat que nous devons accomplir », a-t-il indiqué devant les députés.

Appel à l'unité

Pour cela, le président de la Generalitat doit pouvoir compter sur une majorité parlementaire unie. Aussi a-t-il lancé un appel à la CUP, le parti de l'extrême-gauche indépendantiste qui, début juin, avait rejeté le budget de son gouvernement. « Je ne pourrai accomplir ma tâche si je n'ai pas une majorité sans aucune fissure », a-t-il indiqué. Avant de menacer : si le prochain budget est rejeté, le parlement sera dissout et il faudra retourner aux urnes. La CUP n'a donc plus le choix : elle doit accepter de soutenir le gouvernement ou se résoudre à préférer de nouvelles élections. C'est clairement de la part de l'ancien maire de Gérone une déclaration d'autorité. Déclaration qui, néanmoins, s'accompagne d'un engagement fort à mener la Catalogne vers la sécession. Carles Puigdemont propose donc à la CUP d'oublier provisoirement ses engagements sur le plan économique pour parvenir à l'indépendance.

Prêts à l'indépendance à la mi-2017

Mais ce qui était le plus attendu était l'ajustement de la feuille de route vers l'indépendance. Carles Puigdemont a clarifié cette dernière en traçant un véritable calendrier et un chemin de priorités. Comme précédemment, le point de départ de la sécession sera juin 2017, date à laquelle, affirme le président catalan, « nous disposerons des structures de l'Etat ». La Generalitat va donc faire adopter les trois « lois de déconnexion » permettant la création d'une légalité catalane, d'une administration fiscale indépendante et d'une structure d'Etat-providence propre. Ces trois lois veulent permettre une séparation avec l'Espagne « dans la sécurité juridique ». Mais l'essentiel est ailleurs : une fois ces lois votées, il faudra déclarer l'indépendance ou prendre acte du rejet de cette indépendance par les Catalans. Et c'est là le nœud du problème.

Une solution idéale et une solution de rechange

Carles Puigdemont, de ce point de vue, clarifie aussi la procédure. La priorité de la Generalitat reste le « référendum pacté », autrement dit accepté par Madrid. C'est, selon Carles Puigdemont, la « formule idéale » pour laquelle il existe un « immense consensus ». Mais c'est aussi une formule que refuse le gouvernement espagnol et qu'il a refusé plusieurs fois. Carles Puigdemont entend encore la proposer et s'engage, si elle est acceptée, « à négocier sur la formule » de ce référendum avec les autorités espagnoles.

Mais si le dialogue n'est pas possible avec Madrid, si une nouvelle fois l'Espagne refuse de négocier, alors Carles Puigdemont s'engage à organiser un référendum unilatéral. « Nous tenterons de construire un accord  jusqu'au dernier jour pour faire un référendum accepté par l'Espagne, mais s'il n'y a pas d'accord au dernier moment, il y aura un référendum », a-t-il indiqué. « Ou il y aura référendum ou il y aura référendum », a ainsi résumé le président catalan qui a promis que cette consultation aura lieu « dans la seconde quinzaine du mois de septembre 2017 ».

Une feuille de route complétée

Avec cette nouvelle feuille de route, Carles Puigdemont, qui devrait obtenir la confiance du parlement jeudi 29 septembre, tente d'apaiser sa majorité et d'exercer une pression sur Madrid. Il officialise ainsi la possibilité du recours au référendum unilatéral, solution périlleuse sur le plan juridique qui n'est pas acceptée par tous au sein de sa majorité, mais qui était une exigence de la CUP.

La priorité reste, comme auparavant, le référendum pacté, mais, désormais, il existe une porte de sortie au blocage qui persiste depuis 2012 et cette porte de sortie est le référendum unilatéral. Carles Puigdemont complète donc la feuille de route de la majorité établie après les élections du 27 septembre en intégrant le caractère unilatéral proposé par la commission sur le processus constituant du parlement. Il s'agit toujours de construire des structures d'Etat en dix-huit mois et donner, quoi qu'il arrive, la parole aux Catalans sur l'indépendance dans la foulée. Mais désormais les outils sont sur la table.

Pression sur Madrid

Avec cette stratégie, le président catalan place aussi la pression sur le gouvernement madrilène. Pour éviter un référendum unilatéral et l'entrée dans une région juridique et politique inconnue et dangereuse, le gouvernement espagnol dispose d'une année. C'est une forme de chantage qui vise à briser l'indifférence de Madrid et sa réponse purement juridique à un problème catalan que les Indépendantistes (et une partie des unionistes) estiment d'ordre politique.

Rien ne laisse présager d'une solution négociée

La situation est cependant complexe. Il n'y a toujours pas de gouvernement investi en Espagne. Mariano Rajoy ne parvient pas à construire une majorité et la gauche se déchire, notamment sur le problème catalan. Les troisièmes élections générales pourraient se tenir en décembre et la question de la réponse à Carles Puigdemont sera sans doute centrale. La question risque d'aggraver les déchirements du Parti socialiste espagnol (PSOE). Au final, il n'est pas sûr qu'une majorité favorable à la négociation sorte de ce troisième scrutin. Du reste, le gouvernement espagnol pourrait prendre le président catalan au mot et le défier d'organiser un référendum unilatéral qui risquerait de ne rassembler que les Indépendantistes et qui ne serait pas reconnu par l'UE. Dans ce cas, la situation pourrait encore se dégrader. Rien ne semble donc devoir favoriser la voie « idéale » de Carles Puigdemont. L'Union européenne peut d'ores et déjà placer cette date de septembre 2017 comme un des (nombreux) dangers qui l'attendent l'an prochain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/05/2017 à 12:59 :
Le gouvernement Catalan vient de déclarer
que si on lui refuse un référendum d’autodétermination, 
l'indépendance de la Catalogne sera immédiate!!!

L'Espagne en représailles fermera immédiatement toutes ses voies de communication avec la Catalogne, sa nouvelle frontière.

Ce qui aura pour conséquence de priver l'Occitanie de toute communication avec l'Espagne, sauf par le tunnel de Bielsa.

Et qui pour notre région va nous priver aussi des arrivages de fruits et légumes d'Espagne (marché St Charles de Perpignan) et des difficultés d'approvisionnement pour nos exportations vers l'Espagne.

60 % des fabrications Catalanes étaient destinées au marché espagnole, ce qui donne a nos entreprises un challenge formidable pour prendre ce marché.
a écrit le 29/09/2016 à 17:29 :
La Macédoine n'est jamais sortie de l'Union européenne car elle n'en a jamais fait partie. Elle ne s'est pas séparée d'un état de l'union européenne. Je pense que le processus vers l'indépendance de la Catalogne est bien engagé.
a écrit le 29/09/2016 à 11:47 :
Puidgemont décide donc de sauter le pas et de organiser un référendum quoi que décide Madrid, espérons que ça aura au moins l'avantage de pousser les 4 grands partis à Madrid à se mettre d'accord pour former enfin un gouvernement. Après y'aura une campagne (logiquement enfin j'espere) et après le vote des Catalans. J'espere de tout cœur qu'ils voteront pour rester au sein de l'Espagne, ça plaira pas à Timbaler del Bruc et autre indépendantistes je le sais mais l'Espagne et la Catalogne seront plus fortes en restant unis (n'en déplaise aux indépendantistes Catalans). Si le oui l'emporte on pourra dire un grand merci à Rajoy et au PP pour avoir faire monter l'indépendantisme Catalan par leur politique depuis 2010 (et par la suppression de l'estatut de 2006), j'espere que l'espagnol sera toujours enseigné en Catalogne même en cas d'indépendance . Sait on si Puidgmont restera président de la Généralitat en cas de victoire du non ?
Réponse de le 29/09/2016 à 12:48 :
J'ai un petit doute sur ce "ensemble on est plus forts". C'est toujours ce que disent les unionistes dans ce cas-là. Certainement qu'en Slovaquie il y avait le même courant d'idées avant la séparation. Ainsi qu'en Norvège en 1914. En Yougoslavie aussi, et curieusement c'étaient les Serbes qui étaient les plus acharnés à conserver l'union. Allez savoir pourquoi. Personne n'a regretté depuis, à ma connaissance du moins.
Oui, je confirme que je serai déçu si finalement le référendum était favorable aux unionistes. Mais ma peine serait atténuée en pensant que c'est le peuple catalan qui aura décidé.
a écrit le 29/09/2016 à 10:15 :
Dernière phrase définitive et clé dans cette affaire (parmi d'autres). L'UE va faire en sorte, comme d'habitude, que la situation se dégrade avant d'intervenir. Si elle a le courage de le faire, ce sera toujours en faveur du côté du plus fort: l'état espagnol. La Grande Bretagne aurait pu être un allié des Catalans, mais avec le Brexit ils ne seront plus là. Il ne faudra surtout pas compter sur la France pour soutenir une cause indépendantiste. Seule l'Allemagne pourrait avoir son mot à dire avec son pragmatisme historique. Alors, pas grande chose, et la Catalogne risque d'être à nouveau seule dans son aventure. A moins que....
Réponse de le 29/09/2016 à 11:35 :
pourquoi la Grande Bretagne aurait elle soutenue une indépendance Catalane uniltatérale ? pour que ça donne des idées aux indépendantistes Ecossais ? Nord Irlandais ? Gallois ? et donc l'éclatement de la Grande Bretagne
Réponse de le 01/10/2016 à 11:12 :
blablablabla
Réponse de le 01/10/2016 à 11:12 :
blablablabla
a écrit le 28/09/2016 à 20:35 :
Ce sera donc au peuple catalan de décider. Enfin on y arrive.
J'espère que d'ici là on aura droit à quelques arguments de fond de la part des unionistes et qu'on évitera les sempiternels "vous allez droit dans le mur"," vous sortirez de l'euro, de l'Europe, de l'espace Schengen", "vous n'y arriverez pas tout seuls", "vous ne pourrez pas payer les pensions", et autres sottises.
Réponse de le 29/09/2016 à 13:46 :
la Macédoine qui est un pays depuis 1991 donc 25 ans est toujours pas membre de l'UE, toute région qui quitte un pays membre de l'UE, quitte l'UE de facto, pourquoi y'aurait il une exception pour la Catalogne si elle quitte l'Espagne ?
Réponse de le 29/09/2016 à 16:21 :
Tout simpement parce que la Macédoine, issue de l'ancienne Yougoslavie n'a jamais fait partie de l'UE.
Quant à la règle que vous citez, elle n'est écrite nulle part. On n'a droit qu'à des opinions personnelles qui dépendent beaucoup des orientations politiques des intervenants et des journalistes qui posent les questions.
a écrit le 28/09/2016 à 19:15 :
Ils ont bien raison, l'europe est incompétente et corrompue, le gouvernement espagnol sans pouvoir, peut-être qu'ils pourront enfin faire de la vraie gestion citoyenne grâce à l'indépendance.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :